Le classement des meilleures villes cyclables de France

Publié par 
Jean-Baptiste Lasserre,
le 
Accueil, Actualité, Economie

Partager

Le classement des meilleures villes cyclables de France

C’est un fait, certaines villes sont plus propices aux cyclistes que d’autres. État des aménagements, place du vélo dans l’espace urbain, efforts politiques… Nombreuses sont les raisons qui expliquent ces différences. Si les villes allemandes et néerlandaises sont citées comme des bons élèves, qu’en est-il en France ? Voici notre classement des villes françaises les plus cyclables.

La difficulté d’établir un classement des villes cyclables

Baromètre des Villes Cyclables de la FUB, classement mondial Copenhagenize… Il existe aujourd’hui plusieurs classements « officiels » s’appuyant sur des critères pertinents qui permettent de hiérarchiser les villes où il est le plus propice de pédaler. Toutefois, il reste difficile d’établir une classification exhaustive, tant les données à prendre en compte sont nombreuses et de nature différente.

>> A LIRE : Le Baromètre des villes cyclables pour donner du poids aux cyclistes

La FUB se base par exemple sur une grande enquête nationale, en interrogeant les cyclistes de chaque ville française sur une liste de thématique. Sensation de sécurité, conflits, efforts de la ville, aménagements vélo adaptés… Pour établir son classement des villes les plus cyclables du monde, la danoise Copenhagenize attribue quant à elle une note sur 100 en fonction de 3 critères. Le paysage urbain – infrastructures cyclable, confort de déplacement des cyclistes, trafic – la culture vélo de la ville – intermodalité, image du vélo – et l’ambition de la politique et de la planification urbaine. En empruntant des éléments à ces deux classements de référence, nous avons établis notre liste des villes françaises les plus cyclables en cette fin d’année 2019.

1. Strasbourg, capitale française du vélo

Sans surprise, c’est Strasbourg qui décroche le titre de la meilleure ville cyclable de France. Avec 16% de part modale pour le vélo, la capitale alsacienne, qui truste les premières places depuis maintenant quelques années, ne déroge pas à la règle et reste encore loin devant les autres villes françaises en terme de cyclabilité. Elle se classe d’ailleurs 5ème ville mondiale dans le classement 2019 de Copenhagenize.

>> A LIRE : Strasbourg, les infractions coûteront autant aux cyclistes qu’aux automobilistes

Un vélo dans la ville la plus cyclable de France
© Annie Pilote – Flickr

Si l’usage du vélo ne cesse de s’y développer depuis les années 1970, la paisible eurométropole continue sur sa lancée, avec notamment le développement d’un réseau d’autoroutes vélo. Au centre des itinéraires de l’EuroVelo 15 et de l’EuroVelo 5, la ville offre plus de 600 km d’aménagements cyclable et un réseau de 6000 Vélhop en libre service. La politique ambitieuse menée depuis longtemps et avec régularité permet d’ancrer toujours un peu plus la forte culture vélo de la ville. Un titre bien mérité pour la capitale alsacienne.

Strasbourg, ville vélo n°1

2. Bordeaux, des efforts récompensés

Bordeaux reste dans le peloton de tête des villes cyclables en France
© Robert Montgomery – Flickr

Si la Belle endormie a longtemps concentré ses efforts en centre-ville en délaissant un peu le reste de l’agglomération pour faciliter la circulation des vélos, cela n’est désormais plus d’actualité. Depuis quelques années, Bordeaux mène une politique vélo ambitieuse, qui a notamment abouti à la fermeture de l’historique pont de pierre à la circulation automobile et qui porte ses fruits. Bordeaux, c’est aujourd’hui 700 km de pistes cyclables, 1700 Vcub en libre service et une part modale de 8% pour la bicyclette. Et une 6ème place mondiale d’après le classement Copenhagenize.

3. Paris, l’entrée fracassante dans le classement des Villes cyclables

La capitale fait son entrée dans le top 5 français ! Sans aucun doute le résultat des efforts de la municipalité en terme de politique cyclable municipale. Menée comme on sait par Anne Hidalgo et Christophe Najdovski, son adjoint chargé des transports. 150 millions d’euros d’investissement depuis 2015 pour mettre en place un vrai réseau cyclable, le Réseau express vélo (REVe). Au total, 1 000 kilomètres de pistes cyclables ont été créées, soit le réseau le plus vaste de France. Mais aussi la généralisation des zones à 30 km/h et plus de 10 000 places de parking vélo supplémentaires. Pars affiche une ambition de 15% de part modale vélo en 2020. Une belle entrée pour la capitale, qui se classe par ailleurs 8ème ville mondiale.

>> A LIRE : Plan vélo de Paris : les 3 grandes lignes à retenir

Sur le nouveau compteur de la rue Rivoli, 50 000 passages de cyclistes ont été enregistrés en 10 jours.

4. Nantes au ralenti, mais encore agréable à vélo

Après avoir été capitale française du vélo 2015 et accueilli le congrès international sur le vélo urbain Velo-city, la cité des Ducs stagne dans les classements. Nantes a même disparu du top 20 de Copenhagenize malgré sa 6ème place en 2015. Le vélo représente aujourd’hui 6% des déplacements.

>> A RELIRE : Nantes, la nouvelle cité du vélo

Nantes et son éléphant au ralenti
© Aurélie Amiot / Madame_Oreille – Twitter

Mais stagner ne veut pas dire régresser. La capitale de Loire Atlantique, traversée par deux des EuroVélo françaises les plus fréquentées, La Vélodyssée et la Loire à Vélo, continue ses efforts et consacre de nouveaux aménagements à la petite reine. Ronds-points, rues en double sens cyclable en zone 30, généralisation des sas vélo. Mais aussi cédez-le-passage aux carrefours à feux, offre de stationnement sécurisé… Deux grands itinéraires cyclables nord-sud et est-ouest ont aussi été créés pour atteindre 570 km d’aménagements cyclables.

5. Grenoble et ses 320 km d’itinéraires cyclables

Souvent décrite comme une cuvette couverte d’un nuage de pollution, la capitale iséroise a dû mener assez tôt des politiques endiguer ce fléau. Ville plate entourée de reliefs, Grenoble est en effet une pionnière dans la lutte contre la pollution. Notamment grâce à ses efforts cyclables sous l’impulsion de son maire écologiste Éric Piolle. Elle peut aujourd’hui se targuer de ses 320 km d’itinéraires cyclables. Et en plus, d’une part modale du vélo estimée autour de 15%. Grenoble obtient une première place au baromètre de la FUB en 2017 dans la catégorie des villes moyennes.

Bonus : Lyon dans les  meilleures villes cyclables de France

Avec 540 km de pistes cyclables, plus de 1000 places sécurisés pour garer son vélo, un service de vélos en libre service efficace, une EuroVélo, la ViaRhôna, qui traverse la ville, Lyon est peut-être la ville à suivre en matière de développement cyclable. 5ème dans la catégorie des villes de plus de 200 000 habitants dans le baromètre de la FUB édition 2017. Lyon est en train de marquer des précieux points. Et donc de gagner des places dans les classements. La politique lyonnaise de développement de la bicyclette entreprise depuis 5-6 ans est en train de porter ses fruits dans la cité des Gones.

En cette rentrée 2019, de nombreuses files de vélos ont été aperçues sur les principaux axes cyclables de la ville. Certaines pistes ont même franchi le cap du million de cyclistes. On y croise également de plus en plus de vélos cargos. Un choix vers lequel beaucoup de parents lyonnais semblent se tourner pour transporter leurs enfants.

Voilà pour ce qui est de la situation en France. Ce classement des villes cyclables nous donne un bel aperçu de l’état du vélo.  Retrouvez également le classement des villes européennes les plus cyclables.

[article publié le 29 juillet 2017 et mis à jour le 11 octobre 2019]

Partager

comparateur Antivol velo

4 comments

  1. Je ne trouve pas la liste des 100 villes. Dit autrement est ce que Asnieres sur Seine est dedans ?
    Merci

    1. Bonjour, vous devez faire référence aux résultats du Baromètre des villes cyclables 2017 de la FUB. Ils sont tous publiés sur ce site et Asnières sur Seine s’y trouve en cherchant par commune.

  2. REIMS n’est pas classée car non classable tellement c’est pitoyable en la matière.
    Par exemple vous avez des « pistes » qui quittent la route , en montant sur le trottoir , par un « bateau » de 15 cm de hauteur avec des super arêtes non cassées, et toujours occupé par des voitures, ou encore des pistes bordées d’arbustes qui empêchent le passage à deux, c’est impossible de se croiser . Et en plus , si vous arrivez à rouler aprés beaucoup d’efforts, vous ne pouvez plus vous arrêtez tant les arceaux sont rares.
    Certes le nombre de kilomètres de piste s’est accru avec les voies à contre-sens hyper dangereuses comme la rue Voltaire sans feux tricolores pour les cycles en sens inverse qui vous passent sous le nez alors que vous êtes au vert…
    Le compte n’y ait pas .
    Reims , ville des sacres , pas prêtes pour monter sur le podium en cette matière. Une chance formidable: presque tout est à faire dans une ville plate ou les vélos devraient être privilégiés comme moyen de transports. Mais il faudrait élargir le débat et que l’association locale VO ne soit plus seule .

    1. Merci de votre commentaire. Nous sommes bien désolé de votre mécontentement face à la situation à Reims. Vous pouvez participer au Baromètre des villes cyclables pour dénoncer les points les plus noirs du réseau. N’éshitez pas non plus à adhérer à votre association VO locale, cela lui donnera du poids politique en vue des prochaines municipales. En vous souhaitant de belles améliorations cyclables dans les prochaines années.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


banniere_Hovding_2019

Qualité de l'air