Les conseils pour débuter dans le cyclotourisme

Publié par 
Jean-Baptiste Lasserre,
le 
Accueil, Cyclotourisme, Services et conseils

Partager

Les conseils pour débuter dans le cyclotourisme

Partir en voyage sur son vélo, d’une ville à une autre, d’un pays à l’autre, faire le tour d’une région à vélo, ou même du monde, c’est le rêve de tout cyclotouriste. L’aventure, les découvertes, les échanges… Tant de belles choses sont à vivre. Mais se lancer dans un tel périple ne s’improvise pas. Si une certaine préparation physique et mentale est nécessaire pour le cycliste, il faudra aussi préparer son itinéraire et son matériel. La réussite de l’aventure en dépend. Voici quelques conseils pour débuter dans le cyclotourisme et savoir comment bien s’y prendre.

La préparation du cycliste

Se remettre dans le bain avant le départ

Lors d’un voyage à vélo, le principal moteur, c’est vous. Pour que l’aventure aille au bout, il est donc indispensable de se préparer physiquement. Il est fortement déconseillé de partir pour une longue échappée si vous n’avez pas enfilé de tenue de sport depuis quelques années.

Toutefois, un entraînement intensif n’est pas nécessaire. Cette pratique n’a en effet aucune idéologie compétitive. Elle est uniquement fondée sur la découverte de paysages, de cultures et de peuple. Le tout en itinérance et confortablement installé sur la selle de son vélo, guidé par la seule force de ses jambes.

Pour vous aider à déterminer vos capacités, et limiter au maximum le pépin physique lors de votre escapade cyclo, n’hésitez pas à passer un examen médical avant de vous lancer.

Trouver son rythme de pédalage

C’est peut être la clé pour un voyage à vélo sans encombres. Trouver un bon rythme de pédalage vous permettra de ne pas faire subir un effort trop important à votre corps et ainsi de limiter la fatigue et les douleurs physiques. Et donc d’atteindre votre but sans trop de difficultés. Il vous faudra donc apprendre à tourner les jambes dans le bon rythme.

Utilisez autant que possible un petit braquet, il vous sera d’une grande aide pour optimiser votre pédalage. Le rythme idéal se situe aux alentours de 80 coups de pédales à la minute. Favoriser un petit développement et pédaler en souplesse est la recette idéale.

>> A LIRE AUSSI : pourquoi mouliner est bon pour la santé

Développer son endurance

Qui dit voyage à vélo, dit résistance. En effet, pour affronter les centaines, voire les milliers de kilomètres au programme de votre escapade, il faudra une certaine endurance. Et peu importe si vous n’en avez pas, elle se travaille !

Pour améliorer son endurance, il n’y a pas de secret. Il faut faire preuve de régularité dans sa manière de pédaler.

Plus vous améliorerez votre endurance, plus vous serez capable de soutenir des efforts de faible ou de moyenne intensité pendant un laps de temps assez long. Prenez le temps de trouver votre rythme, et surtout, ne vous laissez pas influencer par les autres cyclistes. Roulez toujours au rythme qui vous convient le mieux car on le rappelle, le cyclotourisme n’est pas une compétition !

Rester à l’écoute de son corps

Pour trouver son rythme de croisière, il est aussi important d’être à l’écoute de son corps. Au début, les petites douleurs seront au rendez-vous. Mais elles finiront petit à petit par s’estomper avec la pratique. Décontractez-vous et prenez plaisir à pédaler. Ménagez vos bras, votre nuque, votre dos et optez pour des positions confortables, tout en essayant de les varier. Pour se faire il existe des solutions matérielles, et notamment des guidons multi positions. Au niveau de l’assise, favorisez une selle de marque Selle SMP, très utilisée en cyclotourisme. Sa forme ergonomique épouse parfaitement celle du corps et son canal central ouvert permet d’éviter les pressions sur le périnée.

Débuter dans le cyclotourisme avec des muscles prêts

Comme dans tous les sports, un bon échauffement des muscles est de rigueur avant chaque départ. L’organisme doit se préparer à l’effort et quelques étirements avant la sortie ne seront pas de trop. Mieux vaut, en effet, éviter de se lancer à froid.

Une fois en route, ne forcez pas tout de suite, il faut monter crescendo. Commencez lentement, tout en souplesse, puis trouvez la bonne cadence, toujours en utilisant de petits braquets. Les efforts que vous fournirez devront ainsi se faire progressivement et, si possible, seulement lorsque le besoin se fera sentir.

>> A LIRE AUSSI : comment s’alimenter avant une sortie à vélo ?

À noter que sur votre vélo, comme pour toute autre activité sportive, votre corps sera sollicité en fonction des efforts effectués. Vos muscles sortiront de leur état de repos pour s’adapter et répondre aux exigences des efforts demandés, entraînant par la même occasion un changement d’état qui influera sur votre rythme cardiaque et respiratoire. C’est pourquoi tout effort est à faire en douceur, jamais de manière brusque, au risque d’en subir les effets négatifs. Notamment : fatigue, crampes ou douleurs prématurées. Bien sûr après quelques séances successives, il y aura quelques contractures qui, si tout se passe bien, s’estomperont après 4 ou 5 trajets.

Pratiquer pour progresser

C’est avec la pratique que vous vous améliorerez. Pour débuter dans le cyclotourisme, enchaînez donc vos petites sorties de façon régulière. Commencez par des balades courtes, puis allongez progressivement la distance et le dénivelé à chaque sortie. Augmentez par exemple la durée de vos sorties en ajoutant à chaque fois 15 minutes de trajet supplémentaires. Vous serez alors de plus en plus performants. Gardez en tête de trouver le bon rythme et, avec l’endurance que vous avez développée, vous ressentirez de façon nette les réels bienfaits du vélo après une dizaine de sorties.

Vous constaterez avec plaisir que votre vélocité et votre tonus musculaire auront augmenté. Vous verrez que votre respiration sera mieux maîtrisée… Vous pourrez enfin vous dire : « je suis prêt ! ».

Pour évaluer vos performances et votre progression, vous pourrez également avoir recours à des compteurs de vélo. Certains sont très performants et fournissent de nombreuses données sur l’effort ou les dénivelés parcourus.

Les préparatifs du voyage à vélo

Ne pas griller les étapes

Si vous rêvez de faire le tour du monde à vélo, c’est tout à fait possible. Mais attention, ce ne sera pas une mince affaire. Une fois votre forme physique optimale atteinte, il reste encore quelques préparatifs à prendre en compte avant de prendre le grand départ.

Certes, un projet si ambitieux est admirable. Mais pour débuter dans le cyclotourisme, viser trop haut dès le début n’est pas la bonne méthode. En premier lieu, il ne faut pas être trop gourmand, tant en distance qu’en difficulté.

Prévoir des étapes à sa portée

Prévoir son itinéraire
© Lavang(nl) – Wikimedia Commons

Dans un premier temps, il faut se fixer des objectifs. Si le cyclotourisme n’est pas une compétition, sa pratique reste malgré tout physique. Il faut donc ne pas être trop ambitieux en kilomètres mais choisir un parcours aussi en accord avec ses capacités. Un mauvais choix de parcours ou une ambition trop élevée peut entrainer des douleurs musculaires importantes, des crampes, des courbatures… ou plus grave comme une déchirure. Cela pourra également décourager le cyclotouriste trop ambitieux, et le dégoûter de cette pratique pourtant géniale.

Comme pour l’entrainement, il faut y aller progressivement. Commencez par réaliser un petit voyage. Deux ou trois jours, avec des étapes faciles et de courte distance. Entre 30 et 50 kilomètres par jour sera déjà un bon début. Un trajet de 2 heures sur terrain plat est en effet largement suffisant pour se lancer dans l’aventure.

Planifier son itinéraire

La forme physique est la première donnée à prendre en compte lorsque l’on planifie un voyage à vélo. Difficulté, distance, dénivelé, nombre de jours, longueur des étapes, etc. Vous déterminerez tout cela en fonction de votre état physique. C’est ensuite que viennent les autres critères : type de routes empruntées, lieux d’intérêts, paysages recherchés

Renseignez-vous sur le parcours que vous souhaitez emprunter. Demandez conseils à des cyclistes ayant déjà fait le voyage. C’est certainement la meilleure façon d’être sûr de ne rencontrer aucune surprise désagréable. Si vous n’en avez pas dans votre entourage, certaines associations vélos organisent régulièrement des rencontres entre voyageurs. Il existe également des festivals de cyclovoyageurs qui permettent de mettre en relation des voyageurs ayant la même passion pour qu’ils puissent échanger sur leur expérience.

Utilisez des guides !

Le guide et lacarte, éléments essentiels du voyage à véloIl existe des guides papiers détaillés et complets sur la plupart des grands itinéraires vélos. Ils vous permettront de vous familiariser avec l’itinéraire mais aussi de programmer les sites à visiter, et de sélectionner vos hébergements. Internet est aussi une ressource inépuisable. Les grands itinéraires cyclo possèdent des sites web qui détaillent assez précisément les étapes. Vous pourrez également y trouver des informations supplémentaires comme des traces GPS et des cartographies à jour.

>> A LIRE AUSSI : les guides pour faire du vélo

Pour un cyclovoyage en toute tranquillité, il sera plus pertinent de choisir des routes à l’écart des grands axes. De nombreux itinéraires vélos en France et en Europe sont aménagés en grande partie sur des voies vertes ou en voie propre, sur des pistes interdites aux véhicules motorisés.

Voyager à vélo à l’étranger

Les documents pour voyager à l'étrangerSi vous décidez de partir à l’étranger, pensez à vous renseigner sur les documents nécessaires pour l’autorisation de circuler dans les pays à visiter ! En dehors de l’Union Européenne, certains pays exigent des visas ou des autorisations particulières. Pensez à faire ces démarches assez tôt au cours de la préparation de votre voyage car elles peuvent être assez longues. Pensez également à faire des photocopies de tous les documents importants et d’en dispatcher dans toutes vos sacoches. Un papier sous une averse est si vite détruit.

Nos conseils matériel vélo pour débuter dans le cyclotourisme

Choisir un vélo adapté à son parcours

Conseils pour débuter dans le cyclotourisme, bien choisir sa monture
© Keithonearth – Wikimedia Commons

Parmi les différents types de vélos qui existent sur le marché, certains sont plus adaptés que d’autres à des itinéraires accidentés ou des routes asphaltées. Il convient donc de choisir son vélo en fonction de la région que l’on souhaite visiter et des caractéristiques des routes y menant. Au-delà de ces différences, la monture doit répondre à certaines exigences en matière de confort, de résistance et d’endurance étant donné que la distance à parcourir pour un voyage à vélo est très importante.

Les vélos de type randonnée, par exemple, conviendront aux parcours de montagnes et de forêts avec leurs pneus plus épais. Les cycles du type vélo de course, quant à eux, seront plutôt recommandés pour les amateurs de bitume et de voyages sur circuits goudronnés.

Avant de partir, pensez également à toujours vérifier l’état de marche du vélo. Freins, pneus, lumières, porte-bagages, etc. Votre monture sera mise à rude épreuve, et elle est la seule à assurer votre sécurité.

Emporter uniquement le strict nécessaire

L’erreur classique du voyageur débutant dans le cyclotourisme est souvent de partir trop chargé. Conséquence directe : le vélo est trop lourd à porter et la balade se transforme très vite en galère.

Préparer ses affaires, une sacrée logistique
© brewbooks – Flickr

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la satisfaction des besoins primaires suffit en effet pour faire de longs voyages à vélo. Il n’est donc pas utile de s’encombrer avec trop de bagages pour pouvoir profiter de toute la splendeur des paysages.

Parmi les essentiels à toujours avoir sous la main : une petite pharmacie pour les urgence et quelques outils de réparation indispensables. Kit de réparation pour crevaison, jeu de clés Allen et de tournevis plats et cruciformes. Et bien-sûr, des vêtements appropriés au climat des régions traversées et un ravitaillement pour éviter la fringale suffiront en guise de bagage.

>> A LIRE AUSSI : la check-list pour un voyage à vélo

Conseils pour transporter ses affaires

En fonction de la durée de votre voyage et de votre besoin minimal de confort, vous trouverez un équipement adapté aux voyages à vélo, qui conviendra parfaitement à votre aventure.

Conseils pour débuter dans le cyclotourisme, les sacochesLa sacoche sur porte bagage arrière, double ou triple, reste une classique quasi indispensable du voyage à vélo. Sa capacité pouvant aller jusqu’à plus de 50 litres vous permettra de transporter quasiment tout votre équipement. Le second avantage de ce type de sacoche est sa stabilité.

>> A LIRE AUSSI : les différentes sacoches pour transporter ses affaires à vélo

Vous êtes plutôt un bikepacker, adepte de légèreté et de minimalisme ? Optez pour des sacoches de cadre, de cintre ou de selle. Plus légères, petites et plus pratiques, elles vous obligeront à ne prendre que le minimum.

Dernier conseil, et non le moindre : lancez-vous ! Le voyage à vélo changera sans aucun doute à jamais votre vision de l’aventure, de la découverte et du partage.

[Article publié le 29 juillet 2015 et remis à jour le 26 juillet 2019]

Partager

comparateur Antivol velo

3 comments

  1. Bonjour, je suis peu sportif et pourtant je prévois une balade de 960 km allé retour avec mon fils. Je lis scrupuleusement tout vos conseils et j’espère que notre aventure se déroulera au mieux.

    1. Bonjour,
      Merci pour votre message, on attend votre retour alors après application de ces conseils 😉
      A bientôt,

  2. Pingback:Le tourisme à vélo dès le plus jeune âge - Citycle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


comparateur Antivol velo

Qualité de l'air