Qui a la priorité sur une piste cyclable : vélo, voiture ou piéton ?

Publié par 
Sara Galvez,
le 
Code de la route, Cyclisme urbain, En France, Le vélo en pratique

Partager

Qui a la priorité sur une piste cyclable : vélo, voiture ou piéton ?

Qu’est ce qu’une piste cyclable ? C’est une voie aménagée exclusivement pour les vélos. Elle sert à assurer la sécurité des cyclistes et celle des autres usagers de la route. Pour fonctionner correctement, les pistes cyclables et priorités sont régies par le code de la route. Dans cet article, nous répondons aux principales questions sur le Code de la Route concernant les pistes cyclables : quelles sont les obligations des cyclistes ? Qui est prioritaire sur la piste cyclable ? 

Les caractéristiques de la piste cyclable  

panneau bleu piste cyclable
panneau bleu piste cyclable

La piste cyclable est une voie entièrement séparée de la chaussée. Cette séparation se matérialise souvent par un terre-plein ou un muret qui sert à protéger les cyclistes des véhicules motorisés. C’est un espace exclusivement réservé aux cycles dont l’entrée est signalée par un panneau de piste cyclable bleu de forme ronde. La piste cyclable est un aménagement sûr et relativement éloigné du danger des voitures. Elle peut être unidirectionnelle ou bidirectionnelle et mesurera alors 2 m de largeur dans le premier cas et 3 m dans le second. 

>>> A LIRE AUSSI :  Code la route : le sas vélo

Quelle est la différence entre la piste cyclable et la bande cyclable ?

On a souvent tendance à confondre ces deux aménagements qui sont pourtant bien différents. Comme nous l’avons expliqué ci-dessus, la piste cyclable est clairement séparée de la chaussée empruntée par les voitures. Mais la bande cyclable, elle, se situe sur la même route que celle des voitures. C’est un morceau de la route qu’on a réservé aux cycles et parfois aussi aux bus. Des marquages au sol (bandes blanches sans reliefs) permettent de délimiter cet espace. L’inconvénient des bandes cyclables est le risque d’être dérangé par des automobilistes qui peuvent frôler voir même emprunter complètement la bande cyclable (bien que ce soit interdit). Elle est aussi moins large que la piste cyclable, avec une largeur de 1,5 m. 

Les pistes et bandes cyclables ont le point commun de protéger le cycliste des automobilistes dans un espace réservé. D’autres aménagements avec le même objectif existent tels que les voies vertes. Ces espaces dédiés aux piétons et aux cyclistes permettent d’assurer la tranquillité des usagers vulnérables. Pour faciliter vos déplacements et trouver vos itinéraires vélo, une application avec piste cyclable est disponible sur votre smartphone.

>>> A LIRE AUSSI : Assises de la mobilité, véloroutes et voies vertes

Les origines des premières pistes cyclables

La première piste cyclable a été créée en 1885 aux Pays-Bas. Elle faisait suite à la demande de cyclistes qui souhaitaient avoir un espace qui leur serait exclusivement dédié. Les premières pistes cyclables se répandent ensuite aux Etats-Unis et en Europe. En France, le premier “ trottoir cyclable”, comme on disait à l’époque, voit le jour sur l’avenue de la Grande Armée à Paris en 1897. Après plusieurs décennies d’avancées et de reculs dans le développement des pistes cyclables, ce n’est qu’à partir de 1990 que le réseau de piste cyclable va croître sans interruption. C’est notamment grâce aux grèves de 1995 à Paris que de nombreuses pistes ont été créées. Le réseau de transport étant paralysé, les parisiens se sont tournés vers le vélo. Puis nous avons vécu un phénomène similaire dans les grandes villes françaises avec la crise sanitaire en 2020. 

>>> A LIRE AUSSI : Les aménagements cyclables du déconfinement en France

Obligations et priorités sur pistes cyclables en France

Qui a la priorité sur une piste cyclable qui traverse une route ?

feu rouge vélo priorité piste cyclable
Feu tricolore ©Paulsteuber

Lorsqu’un cycliste roule sur une piste cyclable, on considère qu’il suit une des voies de la chaussée principale. Il doit alors respecter les règles du code de la route de cette chaussée : priorité à droite, respect des panneaux et feux de signalisation. Par exemple, si une voiture vient de la gauche et souhaite traverser la piste cyclable, elle n’a pas la priorité. Par contre, si une voiture vient de droite, elle a la priorité sur le cycliste puisque c’est la règle de la priorité à droite qui s’applique. D’autre part, quand la sortie d’une piste cyclable débouche sur la chaussée des voitures, c’est le cycliste qui a la priorité sur les voitures venant de derrière. 

>> A LIRE AUSSI : Feu rouge à vélo : quelle attitude adopter pour le cycliste ?

Quelles obligations pour les cyclistes sur pistes cyclables ?

Le cycliste est considéré comme un conducteur de véhicule et se doit de respecter le code de la route et les normes pour piste cyclable. Dès qu’il souhaite changer de direction, il doit le signaler en tendant son bras vers le côté où il va tourner ou en utilisant un clignotant vélo. Un éclairage complet, le respect des panneaux et marquages au sol est également obligatoire lorsqu’on roule sur les pistes. Attention, utiliser son téléphone en pédalant est passible d’une amende de 135 €, même en kit main libre. 

>>> A LIRE AUSSI : Quel matériel de signalisation choisir à vélo ?

Quelle vitesse autorisée sur la piste cyclable ? En ce qui concerne les limites de vitesse, le cycliste doit respecter la signalisation. En ville la limite est de 50 km/h, 30 km/h dans les zones 30, et 20 km/h dans les zones de rencontre. Qui peut rouler sur la piste cyclable ? Les pistes peuvent être empruntées par tous les cycles qui fonctionnent à partir de l’énergie musculaire de leur utilisateur ainsi que les vélos électriques. Les fauteuils roulants y sont aussi autorisés. De plus, les communes ont le droit d’autoriser le passage des cyclomoteurs et scooters.

piste cyclable tunnel
piste cyclable sous tunnel © nonmisvegliate-Pixabay

>>> A LIRE AUSSI : Les responsabilités du cycliste sur la voie publique

Les infractions des automobilistes sur la piste cyclable

Malheureusement les automobilistes ne respectent pas toujours les normes des pistes cyclables et commettent des infractions. C’est notamment souvent le cas à Paris lorsqu’il y a beaucoup de bouchons. Pour gagner du temps, les deux roues motorisées empruntent parfois les pistes cyclables qui leur sont rigoureusement interdites. Ou bien lorsque les places de stationnement manquent, les automobilistes peuvent empiéter sur les pistes. Ces deux infractions sont punies d’une amende de 135€. Pour renforcer le respect de ces lois, la maire de Paris a décidé de mettre les pistes cyclables sous vidéosurveillance

>>> A LIRE AUSSI : Les cyclistes peuvent-ils rouler sur le trottoir ?

Que faire en cas de piétons sur la piste cyclable ? 

Les pistes cyclables étant exclusivement réservées aux vélos, donnent la priorité aux cyclistes sur les piétons. Cependant, il est indiqué dans l’article R412-35 que les piétons peuvent marcher sur une piste cyclable « lorsqu’il ne leur est pas possible d’utiliser les emplacements qui leur sont réservés ou en l’absence de ceux-ci ». Il convient donc de respecter le passage des piétons sur les pistes lorsqu’il n’y a pas de trottoirs disponibles pour eux. 

D’autre part, pédaler sur les trottoirs réservés aux piétons est interdit, sauf pour les enfants de moins de 8 ans. De la même manière, si vous souhaitez emprunter un passage piéton à vélo, vous devez descendre de la selle. 

>>> A LIRE AUSSI : Comment prendre les ronds-points à vélo ?

Partager

3 comments

  1. Tout à fait d’accord. D’autre part j’ai vu dans certaines villes où la priorité aux intersections était systématiquement donnée aux voitures face aux vélos et ce sur les pistes cyclables, ce qui est une aberration car des intersections en ville il y en a beaucoup. Le cycliste est vite découragé.

    1. Bonjour et merci de votre témoignage !

      Dans quel ville avez-vous vu ce type de priorité sur les pistes cyclables ?

      Merci d’avance.

  2. Tout ça c’est très bien en théorie. Dans la pratique, je n’ai pas ( chez nous en France ) trouvé de vrai pistes cyclables aux dimensions réglementaires. La plupart du temps, ce sont des voies vertes souvent mal entretenues, jamais balayées, avec des racines. Le premier problème chez nous, c’est l’entretien. Le deuxième problème, ce sont les équipements pas toujours adaptés à la pratique du vélo, notamment en ville. Ceux qui font ces aménagements devraient se rapprocher un peu plus des pratiquants pour leur demander conseil ou monter sur un vélo pour se rendre compte de l’ineptie de certains aménagements et de la difficulté rencontré par les cyclistes qui préfèrent emprunter les routes quitte à se mettre en danger. Dernière chose, le manque de signalisation, de panneaux indiquant les directions etcétéra, etcétéra… je suis inscrit en club depuis 1975, je parcours entre 12000 et 15000 km par ans en vélo à travers la France et l’Europe, je peux dire que nous avons beaucoup évolué, que les évolutions vont dans le bon sens, mais il y a encore énormément de travail avant de rattraper des pays comme l’Allemagne, le Luxembourg, le Danemark, ou la Hollande. Quand le vélo et les cyclistes seront considéré de la façon que l’est l’automobile, les équipements seront adaptés, et de qualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Conseils et Actu Vélo

 

📫 Toutes les deux semaines, je reçois une news complète autour de la petite reine : conseils, itinéraires, actualité

 

Catégories

Qualité de l'air