Temps de déplacement en ville

Publié par 
Othello Desurmont,
le 
Accueil, Cyclisme urbain, Intermodalité

Partager

Temps de déplacement en ville

Pour se déplacer en ville, quel moyen de transport utiliser et lequel est le plus rapide ? Le tableau des temps de déplacement présente les différents temps de déplacement en fonction de la distance parcourue pour différents moyens de déplacement urbains. Les abscisses, valeurs données horizontalement donnent le temps de déplacement. Les ordonnées, valeurs données verticalement, donnent les distances parcourues. On se rend compte de beaucoup de différences entre les types de déplacement choisis et le temps de déplacement complet.

Se déplacer en ville : graphique des temps de déplacement

Le temps de préparation du trajet

On constate par exemple que la préparation du trajet moyen est différent suivant les modes de déplacement pour lequel on a opté. Ainsi, très logiquement, lorsqu’on se déplace à pied, le temps de « mise en place » du voyage est inexistant. En effet, lorsqu’on a décidé de partir, on part. Par contre, lorsque l’on utilise le vélo, le temps de mise en place est de 3 mn environ. Ce temps comprend le délai nécessaire pour rejoindre son vélo, le détacher et s’équiper pour son utilisation : mise du casque, des serre pantalons etc….

Lorsque l’on se déplace en voiture, il faut compter à peu près douze minutes avant que la voiture soit démarrée. Ici, ce temps correspond au temps moyen pour rejoindre la voiture et partir. Pour les usagers des transports en commun, ceux qui empruntent le bus ou le métro peuvent attendre jusqu’à 20 mn avant de commencer leur trajet. Ces temps d’attente moyen correspondent au temps qui peut y avoir entre deux bus ou métros de la même ligne. Donc, suivant le moyen de déplacement, on se rend compte que le temps nécessaire pour commencer à faire son trajet varie selon le mode de déplacement pour lequel on a opté.

>> A LIRE : Quel est l’intérêt de faire du vélo en ville ?

Comparaison des différents moyens de transport

D’abord, pour faire une distance de 0 à 300 m, la marche à pied est la plus rapide : de 0 à 3 mn. Il faut autant de temps pour préparer son vélo pour 300 m que pour parcourir cette distance à pied et pour les autres modes de déplacement. Le temps de se rendre au véhicule ou au transport en commun est plus long que de faire le parcours à pied. Ensuite, dur un parcourt de 300 m à 1.2 km, le vélo reste le moyen de déplacement le plus rapide avec un temps de trajet de 6 à 8 mn. Alors que le temps pour parcourir la même distance à pied prend environ 17 mn. Et le même trajet en voiture prend 14 mn avec 12 mn de préparation.

Puis, pour parcourir de 1,2 km à 2,5 km, un cycliste met de 8 à 12 mn. Tandis qu’une voiture mettra de 16 à 18 mn et un piéton mettra entre 22 mn et 26 mn. Entre 2,5 km à 6 km, le vélo reste le véhicule le plus rapide. Il est suivi par la voiture, la marche à pied, le bus et enfin le métro. Pour parcourir plus de 6 km, la voiture reste le moyen de déplacement le plus rapide. Puis, vient le vélo, le bus et enfin la marche à pied.

Le vélo et la marche meilleurs moyens de se déplacer en ville

En conclusion, pour se déplacer en ville, lorsqu’on a une distance inférieure à 1 km à parcourir, la marche à pied est le moyen le plus rapide pour se rendre à son point de destination. Un piéton arrivera à destination avant que l’automobiliste ne commence son trajet ou que le cycliste arrive à destination. Pour un parcours compris entre 1 et 6 km, le vélo reste le moyen de déplacement le plus rapide. Au delà de 6 km le moyen de déplacement qui vous mènera le plus vite à votre point d’arrivée est la voiture. Il faut remarquer que jusqu’à 10 km le vélo reste le moyen de déplacement le plus rapide après la voiture.

Par ailleurs, tout cela ne prend pas compte des éventuels embouteillages rencontrés sur le trajet. Evidemment, ceux-ci ralentiront la voiture et le bus mais n’auront aucun effet ou du moins minime sur le vélo et la marche à pied.

>> A LIRE : La livraison à vélo se développe en ville

Partager

comparateur Antivol velo

7 comments

  1. Utilisant moi-même différents moyens de transport, ce chiffres me semblent globalement justes.

    Il manque un moyen de transport, un peu passé de mode, mais toujours très efficace : le roller.

    Les temps sont comparables au vélo (en tous cas dans mon coin) :
    – Le temps de « préparation » est à peu près équivalent.
    – La vitesse en situation dégagée (rue libre, piste cyclable) est généralement un peu moins élevée qu’en vélo
    – Les possibilités de passage sont bien plus importantes qu’en vélo. On peut rouler sur le trottoir, sur les pistes cyclables (avec un comportement respectueux comme cesser de patiner quand un vélo veut vous dépasser pour lui laisser la largeur), on peut prendre des escaliers…
    – on dispose d’une agilité supérieure aux vélos, de possibilités de se faufiler équivalentes aux piétons
    – pas besoin d’attacher quoi que ce soit en arrivant. Par contre, il faut souvent déchausser (pas toujours).

    Après, il y a des inconvénients :
    – plus d’efforts qu’à vélo (pour certains, c’est un avantage, mais voilà)
    – la pluie n’est pas ton amie : ça demande une bonne maîtrise parce que ça glisse et les roulements n’aiment pas trop ça (durée de vie réduite)
    – les pavés, les chemins de terre, les zone d’herbe, on oublie
    – les revêtements irréguliers comme les passerelles en lames de bois sont peu agréables
    – pendant le temps où on ne les a pas aux pieds, il faut porter ses rollers. Ou les mettre en consigne quand il y en a, mais on perd un des avantages ci-dessous.
    – en usage intensif (déplacements quotidiens), la durée de vie des roues est limitée, ce qui fait un coût d’usage probablement supérieur à l’entretient d’un vélo (surtout si on le fait soi-même). En terme de budget cependant, on s’y retrouve largement sur le prix d’achat.

    Quelques avantages annexes :
    – pas de problème pour commuter (voiture si co-voiturage, transports en communs…) et on a son véhicule avec soi à l’arrivée
    – on n’est pas obligés de repartir de son point d’arrivée vu qu’on a son « véhicule » avec soi. A vélo, on doit revenir récupérer son vélo. En roller, on repart d’où on est.
    – risque de vol quasi inexistant

  2. Pingback:Abécédaire du diabète : bleuet, bardane, bicyclette et biologique - Association Manger Santé Bio

  3. Pingback:Abécédaire du diabète : B comme dans bleuet, bardane, bicyclette et biologique - Association Manger Santé Bio

  4. Le monocycle électrique pourrait également être une alternative très sympa : aucun temps de préparation comme pour le vélo et parcours de plusieurs kilomètres sans effort.
    Simplement le poser par terre, appuyer sur un bouton pour le mettre en route, monter dessus et c’est parti pour plusieurs kilomètres de plaisir 🙂

  5. Bonjour,
    nous avons rajouté en fin d’article un lien vers le site d’où sont issues ses informations. Vous retrouverez le graphique qui est présenté dans notre article, mais aussi d’autres information très intéressantes à l’adresses suivante :

    http://www.provelo.org/spip.php?article1059

  6. Très intéressant, mais d’où vient ce graphe? Vos chiffres? Une étude d’un organisme? En résumé, quelles sont vos sources?

  7. Ces infos sont très intéressantes : merci !!
    Une question quand même : d’où proviennent ces chiffres ? Avez-vous réalisé vous-même ces comparaisons ?

    Merci encore !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


Qualité de l'air