Comment arriver frais au travail en vélotaf ?

Publié par 
Manon Civel,
le 
Accueil, Cyclisme urbain, Vélotaf

Partager

Comment arriver frais au travail en vélotaf ?

Aujourd’hui, les citadins sont de plus en plus nombreux à abandonner la voiture et les transports en commun pour aller au travail à vélo. Aussi appelé “vélotaf”, ce mode de transport est écologique et bon pour la santé. Mais changer ses habitudes requiert forcément un temps d’adaptation. Certains reculent encore devant les clichés associés à la pratique du vélo. En cause, le collègue arrivant suant et décoiffé au bureau, de quoi faire passer l’envie de s’imposer un tel effort matinal. Et pourtant, bien des idées reçues sur le vélotaf sont fausses. Non, pédaler ne rime pas nécessairement avec transpirer. Il suffit d’appliquer quelques petites astuces pour préserver sa tenue et arriver frais au travail, même après un trajet à vélo. 

Comment garder une apparence professionnelle en vélotaf ?

Pour avoir toujours l’air frais et dispo, et cela s’applique à tous types de situations, la clé est de miser sur une bonne organisation. Lorsque l’on se déplace à vélo, on réalise un effort physique. Le corps réagit alors en produisant de la transpiration. Pour éviter les effets désagréables de la transpiration en vélotaf et s’épargner une dose d’inconfort, plusieurs solutions s’offrent à vous.

Choisir des vêtements vélo respirants pour evacuer la transpiration

Afin de garder fraîcheur et confort toute la journée, la meilleure solution est d’apporter un t-shirt de rechange au bureau. Ainsi, vous effectuez le trajet à vélo avec un haut adapté à la pratique sportive, à troquer pour une tenue propre une fois arrivé. C’est la solution à privilégier l’été, afin de ne pas arriver en nage au bureau. L’hiver, ne gardez pas votre veste lorsque vous êtes à vélo, car pédaler vous réchauffera rapidement. Il vaut mieux la placer dans une sacoche latérale ou un panier à vélo 

Si cela vous paraît trop encombrant, ou que votre lieu de travail ne dispose pas de vestiaires, il est possible de garder les mêmes vêtements à vélo et au travail. L’astuce consiste à miser sur les matières évacuant le plus efficacement la transpiration en vélotaf. Contrairement aux idées reçues, le maillot de cycliste en lycra ne sera pas la tenue la plus adaptée. Vous serez vite trempé une fois l’effort fini et il est peu esthétique. Il existe sur le marché des t-shirts et polos dotés de coussinets d’aisselle anti-transpiration absorbant l’humidité. Très discrets, ces maillots de corps empêchent la formation d’auréoles et se portent comme un t-shirt classique sous une chemise. Ils sont recommandés aux personnes ayant tendance à l’hyperhidrose (hypersudation). Ils vous permettront ainsi d’arborer une tenue vélotaf alliant confort, esthétisme et propreté. 

Enfin, si vous êtes prêts à investir un peu plus dans votre tenue, les vêtements en laine mérinos constituent la meilleure solution sur le marché. Isolant, résistant et thermo-régulateur, le mérinos ne retient ni les odeurs ni l’humidité. 

Et pour optimiser davantage votre tenue, consultez notre guide sur comment choisir ses vêtements de cyclisme.

>>> A LIRE AUSSI : de l’usure aux intempéries, préserver ses vêtements à vélo

Apparence professionnelle en vélotaf

Emporter un nécessaire d’hygiène au travail

Voici une check-list des indispensables à emporter dans ses sacoches vélo ou à laisser au bureau afin de se refaire une beauté sur place : 

  • déodorant
  • tenue de rechange 
  • serviette en coton
  • lingettes rafraîchissantes
  • trousse à maquillage
  • brosse à cheveux ou peigne pour remettre sa coupe en place après le port du casque vélo
  • tenue de pluie pour cycliste : surpantalon, sur-chaussures, veste coupe-vent imperméable

Privilégiez les sacoches au sac à dos 

Ici, il faut délaisser l’image que l’on se fait du vélotafeur que l’on ne croise jamais sans son sac à dos. Ce dernier est à bannir par ceux qui souhaitent éviter les auréoles sous les bras. Et pour cause, collé à votre dos, il ne permet pas à l’air de circuler et crée des zones de transpiration. Les vélotafeurs aguerris le savent, il vaut mieux opter pour des sacoches pour vélo à installer sur l’arrière du vélo. Choisissez-les de préférence amovibles, afin de pouvoir transporter vos affaires au bureau une fois arrivé.

>>> A LIRE AUSSI : 4 façons de transporter son PC à vélo

Sacoches vélo pour vélotaf

Traiter le problème à la racine : mieux pédaler ou opter pour un VAE

Apprendre à gérer l’effort pour réduire la transpiration en vélotaf

Souvent, la transpiration en vélotaf n’apparaît pas au moment de pédaler, mais bien après l’effort. Une fois à l’arrêt, le vent apparent qui nous rafraîchit le corps durant l’effort disparaît brutalement. Le corps enclenche donc la sudation dans un effort désespéré de réguler sa température. 

De fait, il vaut mieux pédaler à un rythme de croisière et rester au sec plutôt que de forcer sur les pédales. Laissez-vous 10 à 15 minutes de plus que le temps de trajet habituel afin de niveler l’effort. De plus, ce sera l’occasion de profiter davantage du trajet et d’en faire un moment de plaisir, sans stress.

>>> A LIRE AUSSI : pourquoi respire-t-on un air moins pollué à vélo ?

Un VAE pour aller au travail sans encombre

Par ailleurs, le graal du vélotafeur est de se procurer un vélo à assistance électrique. Dans ce cas, il suffit d’augmenter l’assistance électrique lors des portions les plus difficiles du trajet afin d’éviter la transpiration en vélotaf. Il sera éminemment utile si votre trajet comporte beaucoup de dénivelé. 

Si c’est le budget qui vous rebute, sachez qu’il existe des primes à la conversion au vélo électrique dans de nombreuses communes. Ces mesures ont notamment été prises afin d’encourager le vélotaf, plus écologique que la voiture. Renseignez-vous sur ces éco-subventions afin de vous procurer un VAE.

>>> A LIRE AUSSI : flotte de vélo pour les entreprises, quelles avancées ?

Installer des douches au travail pour encourager le vélotaf

Aujourd’hui, l’Etat propose aux employeurs des forfaits mobilité durable (ancienne indemnité kilométrique vélo) afin d’encourager la pratique du vélotaf. Cependant, ils  ne sont pas obligatoires, ni accompagnés d’infrastructures adaptées telles que la mise à disposition d’une cabine de douche ou d’un parking vélo. Se doucher en arrivant après un trajet à vélo est le meilleur moyen de réguler la température corporelle et passer la journée au sec. Pourtant, peu d’entreprises ont déjà adopté ce type d’infrastructures. Le chemin est encore long afin d’ancrer solidement le vélotaf dans les pratiques quotidiennes des français. 

Il est cependant possible de demander à votre employeur de faire installer des douches au sein du lieu de travail. Bien que ce ne soit pas une obligation légale dans la majorité des cas, l’employeur est dans l’obligation d’assurer la propreté individuelle et la qualité de vie des salariés. La demande est à faire auprès du CSE ou des organisations syndicales dans le cadre d’un accord sur la qualité de vie au travail, qui engageront les négociations avec l’employeur.

>>> A LIRE AUSSI :  pistes d’amélioration de la pratique du vélotaf en entreprise

Homme et femme arrivant au travail à vélo

[Article publié le 30 juillet 2010 et mis à jour le 17 septembre 2021]

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Conseils et Actu Vélo

 

📫 Toutes les deux semaines, je reçois une news complète autour de la petite reine : conseils, itinéraires, actualité

 

Catégories

Qualité de l'air