Quelle assurance vélo choisir pour se protéger soi et sa monture ?

Publié par 
Jean-Baptiste Lasserre,
le 
Accueil, Conseils pratiques, Conseils vélo, Cyclisme urbain, Sécurité

Partager

Quelle assurance vélo choisir pour se protéger soi et sa monture ?

Passer au vélo offre son lot d’émerveillements, d’avantages et d’économies, c’est certain. Mais le cycliste peut aussi parfois se heurter à quelques contrariétés. Vol, dégradation, accident, blessure… La pratique cyclable n’est pas sans risque. Outre les équipements de sécurité à vélo, il existe des manières de se protéger, notamment par le biais d’une assurance vélo. Mais dans l’abondance et la complexité de toutes les offres existantes, il est parfois bien difficile de s’y retrouver. Quelle assurance vélo choisir pour se protéger au mieux ? On fait le point dans ce dossier complet sur les assurances vélo.

Assurances cyclistes et vélo, laquelle choisir ?

Il existe pour les cyclistes 3 grandes catégories d’assurances vélo. L’assurance responsabilité civile, l’assurance vélo contre le vol et les dommages matériels et l’assurance dommages corporels. Chacune vous couvre et vous protège de manières différentes, et elles peuvent être complémentaires entre elles. Pour les vacances, il existe également une quatrième catégorie d’assurance : l’assurance pour voyage à vélo. Tout au long de votre périple, elle vous permet d’anticiper tout problème sur les véloroutes françaises ou à l’étranger.

Nous aborderons aussi le sujet des assurances dédiées pour les professionnels à vélo, tels que les artisans à vélo ou les coursiers.

banniere_cycletyres_201902

Pour chacun des sujets présentés dans ce dossier, nous consacrerons un article complet et détaillé qui vous permettra de vous y retrouver dans l’abondance d’offres d’assurances. Et de cerner un peu mieux vos besoins de protection en fonction de votre pratique cycliste.

À noter qu’en France, il n’y a aucune obligation de s’assurer pour faire du vélo au quotidien ou comme loisir.

Vélo à assistance électrique, une assurance obligatoire ?

Pas plus que pour un vélo classique, l’assurance vélo n’est pas obligatoire pour un vélo à assistance électrique homologué. Pas de panique, les VAE en vente sur le marché le sont. En effet, ils répondent à une directive européenne. La 2002/24/EC qui limite notamment la puissance à 250w et oblige l’assistance électrique à s’arrêter au-delà de 25 km/h. L’assurance est en revanche obligatoire pour les rares VAE d’une puissance supérieure à 250w.

>> A LIRE : Idées reçues et législation sur le VAE

Un VAE représente toutefois un investissement important… et de fait un objet de convoitise certain pour les voleurs. Vous pouvez donc décider de protéger votre vélo électrique grâce à une assurance spécifique pour VAE. Selon les conditions, elle vous couvrira contre la casse, le vandalisme ou le vol en toute circonstance et à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit dans votre maison, voiture, sur la voie publique ou sur le porte vélo, l’étranger…

Si vous êtes un peu perdu entre les différentes offres d’assurance velo électrique telles que l’assurance velo electrique Matmut ou l’assurance vélo électrique Groupama, un comparatif assurance pour vélo électrique peut vous permettre d’y voir plus clair.

Assurance responsabilité civile pour le cycliste

Si aucune assurance n’est obligatoire pour se déplacer à vélo, la loi oblige néanmoins tout citoyen à réparer les dommages causés aux autres. La première chose à savoir est donc que, à vélo, vous êtes peut être déjà assurés par votre responsabilité civile. Avant de circuler à bicyclette, assurez-vous tout de même d’avoir souscrit à une garantie responsabilité civile.

L’assurance responsabilité civile est par exemple comprise dans les contrats d’assurance habitation. Elle vous couvre, ainsi que les adultes et les enfants de votre famille qui habitent dans cette habitation. Si vous ne disposez d’une assurance multirisques habitation, vous pouvez toujours souscrire un contrat garantie responsabilité civile individuelle auprès d’un assureur.

En cas d’accident à vélo où en tant que cycliste, vous seriez responsable d’une blessure ou d’un dommage matériel infligé à une autre personne, votre garantie responsabilité civile couvrira les frais de la victime. L’assurance vous protège en cas d’accident vélo contre voiture, avec un autre cycliste, avec un piéton…

>> A LIRE : Quelle est ma responsabilité en tant que cycliste sur la voie publique ?

Assurer son vélo et son VAE contre le vol et les dommages matériels

Lorsque l’on débute dans la pratique, une des premières questions que l’on peut légitimement se poser est de savoir comment se protéger en cas de vol ou de dégradation de sa monture. Et ce d’autant plus si on utilise un vélo de valeur. Alors, quelle assurance contre le vol choisir pour un vélo électrique ou pour un vélo de route ou de course ?

>> A LIRE : Comment bien s’assurer à vélo ?

Les assurances vélo contre le vol

Vous pourrez être indemnisé grâce à votre assurance habitation en cas de vol de votre vélo à la maison – ou dans les dépendances assurées telles que la cave ou le garage par exemple. La prise en charge et l’indemnité perçue dépendent toutefois des garanties de votre contrat d’assurance habitation. De plus, certains dispositifs antivols sont souvent exigées pour couvrir le vol. Au moment des faits, le vélo doit par exemple être dans un endroit fermé et sécurisé, attaché à un point fixe… Certains contrats ont également des clauses spécifiques et couvrent par exemple uniquement le vol de vélo en journée. Attention donc à bien lire en détail les clauses de votre contrat d’assurance maison et vélo. Certaines assurances proposent également une option pour étendre la protection du vélo à l’extérieur, moyennant un supplément.

Les vols sont généralement indemnisés que dans des conditions très restrictives par les contrats d’assurance classiques. Pour avoir plus de garanties, vous pouvez également souscrire à un contrat d’assurance spécifique contre le vol de vélo. De plus en plus d’assureurs proposent ce type de contrat individuel et personnalisé en fonction de la valeur de votre vélo (VAE, vélo de course, VTT…). Clauses peuvent aussi varier et couvrir ou non certaines situations : vol au domicile, à l’extérieur, dans un local collectif… Encore une fois, assurez-vous de bien vous faire conseiller auprès de votre assurance sur les détails de votre contrat.

Assurances contre la casse et la dégradation

Assurance contre le vol et la dégradationVous pouvez également vous protéger contre la dégradation de votre bicyclette. Comme pour le vol, votre contrat d’assurance habitation et vélo peut inclure un dédommagement en cas de casse du vélo. Mais les conditions peuvent être aussi très limitées.

En cas d’accident impliquant un véhicule terrestre à moteur (voiture, moto, camion), le cycliste est couvert par la loi Badinter s’il n’a pas commis de faute de circulation. Les dommages matériels sont alors indemnisés par l’assureur du véhicule impliqué en fonction des circonstances de l’accident.

Pour une meilleure protection, optez pour un contrat spécifique comme une multirisque-bicyclette par exemple. En fonction de votre contrat, vous serez couvert contre les dommages survenus à votre vélo par un tiers à l’intérieur, à la suite d’un accident ou d’une chute ou pendant le transport du vélo. Une fois de plus, vérifiez bien les clauses de votre contrat. Certaines peuvent exclure la garantie d’un vélo dont la valeur dépasse un certain montant.

À ce jour, nous n’avons en revanche trouvé aucun assureur qui couvre explicitement le bris par un tiers d’un vélo stationné sur la voie publique.

Assurances dommages corporels : qui couvre quoi lorsque je me blesse à vélo ?

Assurance en cas de chute ou de blessure sans responsabilité

Au quotidien, en vélo classique comme en VAE, le risque de chute existe comme pour tous les moyens de déplacements. Certaines pratiques cyclistes sont également propices aux chutes, comme le Gravel ou le VTT.

Dans le cas d’un accident léger où le cycliste se blesse par lui-même, la Sécurité sociale et sa complémentaires santé prennent en charge les frais médicaux.

Si l’accident est plus grave, mieux vaut avoir souscrit à une assurance individuelle accident comme une Garantie des Accidents de la Vie par exemple. Selon les garanties et les montants prévus dans le contrat, les frais médicaux, des indemnités journalières en cas d’arrêt de travail, des prestations invalidité ou même un capital décès pourront être remboursés. Les enfants peuvent quant à eux être couverts par leur assurance scolaire.

Il est également conseillé d’opter pour une garantie protection juridique. En cas de litige, votre assureur se chargera des démarches – même juridiques – afin d’obtenir votre indemnisation. Une garantie qui peut être très utile lorsque l’auteur du dommage ne veut pas reconnaître sa responsabilité dans l’accident.

Accident avec un autre vélo ou un piéton

Si vous êtes blessé lors d’un accident avec un autre cycliste ou un piéton, vous serez indemnisé par la responsabilité civile du tiers s’il est reconnu comme responsable. Si vous avez en plus un contrat Garantie des Accidents de la Vie, vous pourrez recevoir une indemnisation complémentaire pour vos dommages corporels.

À l’inverse, si vous êtes tenu pour responsable de l’accident, votre garantie responsabilité civile indemnisera les dommages causés aux victimes et à vous-même.

Indemnisation cas d’accident avec une voiture

Accident vélo, l'assurance de laloi BadinterDepuis 1985 en France, la loi Badinter protège les cyclistes victimes d’accident avec une voiture. Elle stipule que l’assureur de l’automobiliste doit indemniser toute « victime d’un accident de la circulation dans lequel est impliqué un véhicule terrestre à moteur ». Jusqu’à une prise en charge totale pour les personnes de moins de 16 ans et de plus de 70 ans, ainsi que pour les personnes handicapés avec plus de 80% d’invalidité.

Le cycliste ne peut pas toucher d’indemnisation dans le seul cas où il a commis une faute inexcusable l’exposant « à un danger dont il aurait dû avoir conscience ».

>> A LIRE : Connaissez-vous le Code de la route à vélo ?

Cas particulier : la licence FFC

Tous les licenciés de la Fédération Française de Cyclisme bénéficient d’une assurance vélo pendant les compétitions et en dehors pendant toute la période de validité de la licence. En plus de la responsabilité civile, les cyclistes sont couvert par une individuelle accident les dédommageant de « toute atteinte corporelle non intentionnelle et provenant de l’action soudaine d’une cause extérieure ». Dans le cadre d’une compétition sportive, l’assurance FFC est obligatoire pour participer. Des garanties complémentaires permettent d’étendre la protection des licenciés et de profiter d’indemnisations plus intéressantes.

Les assurances pour professionnels à vélo

Les cyclistes particuliers ne sont pas les seuls à être exposés aux risques de vol, casse, accident et dommages corporels. En effet, les travailleurs à vélo qui passent le plus clair de leur journée sur la route sont d’autant plus concernés. Pourtant, les protections pour les professionnels à vélo restent assez peu connues.

>> A LIRE : Toutes les professions se mettent au vélo

En fonction de leur statut, tous ne peuvent pas bénéficier d’une assurance prise en charge par leur employeurs. Les artisans à vélo et coursiers auto-entrepreneurs notammentpeuvent alors souscrire à une assurance dédiée.

Bien que la Res­pon­sa­bi­li­té Civile Pro­fes­sion­nelle ne soit pas obligatoire pour les coursiers, certaines plateformes de livraison comme Uber Eats ou Deliveroo proposent leur propres garanties. Mais elles sont toutefois très partielles. Il est donc recommandé aux coursiers de souscrire à une Res­pon­sa­bi­li­té Civile Pro­fes­sion­nelle propre.

>> A LIRE : Coursiers à vélo, une condition plus précaire qu’il n’y parait

Depuis peu, la plateforme Uber propose une couverture des frais financiers pour leur livreurs en cas de maladie ou dommages corporels. Mais le secteur de la livraison à vélo reste encore précaire d’un point de vue de la couverture sociale. Les professionnels à vélo peuvent donc opter pour une assurance supplémentaire. Certains assureurs spécialisés proposent des contrats spécifiques pour les travailleurs à vélo. Assurance vélo vol et casse, hospitalisation, indemnités pour dommages corporels… Il existe de nombreuses offres avec des clauses variables.

Assurances voyages à vélo

En France ou à l’étranger, une assurance est-elle nécessaire pour voyager à vélo ?

Qu’en est-il des cyclovoyages ? Tout comme pour l’usage quotidien, il n’existe aucune obligation d’assurance voyage velo. En France, les garanties concernant le vol, la dégradation ou les accidents citées précédemment suffisent. Si vous prévoyez un voyage à vélo à l’étranger en revanche, il peut être utile de souscrire à une assurance supplémentaire.

Quel type d’assurance pour voyage vélo à l’étranger ?

Assurance vélo en voyageLorsque l’on voyage à l’étranger, les incertitudes sur le pays que l’on parcourt à bicyclette peuvent être nombreuses. On ne sait pas forcément comment réagir en cas d’incident, on ne connait pas toujours le comportement des automobilistes… Afin de partir l’esprit plus léger, et d’éviter les mauvaises surprises, de nombreux assureurs proposent des offres spécifiques.

>> A LIRE : Assurer la sécurité de votre vélo en ville ou en voyage

La meilleure des protections sera d’opter pour une assurance voyage velo avec responsabilité civile en cas de dommages fait à un tiers, prise en charge des frais médicaux et hospitalisation, rapatriement en cas d’accident grave et assurance bagages.

Toutefois, il est possible de faire l’impasse sur certaines options qui peuvent être comprises dans d’autres assurances que l’on possède déjà. Certains contrats multirisques habitation peuvent proposer une garantie optionnelle pour protéger le vélo et le cycliste dans un cadre de loisir, de voyage ou de vacances.

Pour ce qui est du transport du vélo lors d’un voyage en avion par exemple, une assurance peut être comprise dans la carte bancaire – si les billets ont été acheté avec cette carte. Attention toutefois aux conditions et aux plafonds qu’offre cette dernière.

Enfin, si vous voyagez en Europe, n’oubliez pas de demander votre Carte Européenne d’Assurance Maladie. En cas de pépin physique, elle permet le remboursement ou l’avance des frais médicaux dans tous les pays de l’Union Européenne et de en Suisse.

[article publié le 13 août 2016 et mis à jour le 14 octobre 2020]

Partager

5 comments

  1. Bonjour,
    Le marché des vélos à assistance électrique se développe en France, comme ailleurs en Europe.
    Dans le cadre des directives européennes, vous savez sans doute que pour être homologué en qualité de vélo, et non pas de véhicule terrestre à moteur, un vélo à assistance électrique doit respecter trois conditions :
    • le moteur doit être limité à une puissance de 250 W maximum,
    • le moteur doit être une assistance au pédalage mais ne peut pas remplacer le pédalage,
    • l’assistance au pédalage s’arrête quand le vélo dépasse la vitesse de 25 km/h.
    Dès lors qu’au moins une de ces conditions n’est pas remplie, le vélo doit être considéré comme un cyclomoteur électrique.
    – À ce titre, il doit être immatriculé et porter une plaque comme tout autre cyclomoteur. Son propriétaire doit parallèlement disposer d’une carte grise.
    – Le véhicule doit être assuré en qualité de cyclomoteur.
    – Son conducteur doit porter un casque homologué pour la circulation à cyclomoteur et non pas à vélo.

  2. « Cependant, comme juridiquement, pour circuler à vélo, aucune assurance n’est pas obligatoire,… » : il faut choisir entre « aucune assurance n’est obligatoire » ou « l’assurance n’est pas obligatoire »
    Cordialement.

    1. Bonjour,
      Bien vu, c’est modifié.
      A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


Qualité de l'air