Un plan vélo national enfin adopté !

Publié par 
Jean-Baptiste Lasserre,
le 
Accueil, Actualité, Politique vélo

Partager

Un plan vélo national enfin adopté !

Le premier ministre Edouard Philippe, en compagnie de François de Rugy récemment nommé au ministère de l’écologie et d’Elisabeth Borne, ministre des transports, a dévoilé ce vendredi 14 septembre à Angers un plan vélo national. Le développement du vélo en France va enfin pouvoir s’accélérer.

Un plan vélo pour favoriser et développer la pratique de la bicyclette en France

Avec la mise en place de ce plan vélo, l’objectif du gouvernement est d’augmenter la part du vélo dans les déplacements quotidiens. De 3% aujourd’hui, il entend tripler ce chiffre pour atteindre 9% en 2024. La France se situe effectivement encore loin de la moyenne européenne, où la part modale de la bicyclette atteint 7%.

« Le vélo est une solution à de vrais problèmes du quotidien » (Édouard Philippe, premier ministre)

Plan vélo national : priorité piste cyclable
© Frédéric Bisson – Flickr

Pour s’en donner les moyens, 350 millions d’euros vont être injectés sur 7 ans. Soit 50 millions d’euros par an. Cela pour améliorer les infrastructures cyclables et lever les freins qui nuisent encore au développement du vélo en France.

Cet objectif ambitieux s’inscrit dans une démarche de transition écologique qui semble plus que jamais une urgence. Le gouvernement a dévoilé 25 mesures, qui devraient être mises en place au plus vite. Une démarche pour ne « pas forcer, mais encourager l’utilisation du vélo ».

La mise en place du plan vélo, un parcours semé d’embuches

Ce plan vélo est l’aboutissement de plusieurs mois de négociations et d’attente. Évoqué pour la première fois lors des Assises Nationales de la Mobilité en septembre 2017, il a ensuite été plusieurs fois repoussé.

Sous la pression de la FUB, qui milite depuis près de 15 ans pour que le gouvernement mette en place un tel dispositif, et notamment grâce à sa campagne « Parlons-vélo », les responsables politiques ont commencé à prendre la question en compte.

Les propositions de la FUB pour un système vélo efficace
© FUB

>> A LIRE : Des propositions pour multiplier les déplacements à vélo

Un lobbying payant puisque Elisabeth Borne avait confirmé la mise en place ce plan vélo national lors du congrès FUB en mars 2018. Suite à la démission surprise de Nicolas Hulot du ministère de l’écologie, le plan vélo semblait de nouveau menacé. C’était sans compter sur la nomination de François de Rugy comme nouveau Ministre de l’écologie. L’ancien élu du club des villes cyclables a, semble-t-il, finalement réussi à faire peser la balance, après un an d’attente.

Plan vélo national : les principales mesures annoncées

Favoriser l’usage du vélo

Vers un développement du vélo en France
© william87 – iStockphoto.com

Afin d’encourager l’utilisation du vélo, plusieurs mesures ont été annoncées. Tout d’abord, la création d’un fonds pour financer des infrastructures. En priorité, le gouvernement souhaite développer les pistes cyclables, notamment pour assurer la continuité des réseaux. Des ponts et des tunnels devraient être aménagés au niveau de rocades ou des échangeurs autoroutiers pour permettre leur franchissement à vélo en toute sécurité.

Deuxième chantier du plan vélo : favoriser trajets domicile-travail avec la création d’une indemnité vélo. Un « forfait mobilité durable » pris en charge par l’entreprise sur la base d’un forfait annuel, pouvant aller jusqu’à 400 euros par mois et par salarié. Cette mesure, qui reste facultative dans le privé, devrait devenir obligatoire dans fonction publique à partir de 2020. Toutefois, l’indemnité ne devrait pas dépasser 200 euros par mois. Elle remplace l’indemnité kilométrique vélo aujourd’hui en vigueur.

Enfin, l’éducation doit avoir un rôle pour inculquer une véritable culture vélo dès l’enfance. À partir de la primaire, un programme « savoir rouler » va être mis en place pour que chaque élève sache pédaler avant de rentrer au collège.

La lutte contre vol et le recel

Il est aussi question du vol de vélo, qui reste un frein majeur au développement de la bicyclette. En effet, près de 400 000 vélos ont été volés en 2017 dans l’Hexagone. Pour prévenir les vols et le recel de vélos, l’immatriculation des vélos devient obligatoire. Pour ce faire, le système du marquage Bicycode® va être adopté. Dans un premier temps, cette obligation concerne les vélos neuf achetés chez les revendeurs. Elle devrait ensuite se généraliser aux vélos d’occasion.

Le gouvernement demande également la construction de plus de parking vélos et de stationnements sécurisés. À la SNCF notamment, pour pouvoir stationner sa bicyclette dans les gares en toute sécurité.

Sécurité des cyclistes sur la route

Panneau de signalisation du double sens cyclable
© Frédéric Bisson – Flickr

« La sécurité sur les routes est pour moi une priorité. Chacun doit pouvoir prendre un vélo, sans avoir le sentiment de se mettre en danger. » Édouard Philippe, premier ministre

Les mesures annoncées dans ce plan vélo national concernent également le code de la route. Afin de protéger au mieux les cyclistes dans la circulation, le SAS vélo en ville va devenir systématique. Le double sens cyclable est également étendu en agglomération aux zones limités 50, sauf danger avéré.

>> A LIRE : Tout ce qu’il faut savoir sur le SAS vélo

Partager

comparateur Antivol velo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


comparateur Antivol velo

Qualité de l'air