Le matériel obligatoire à vélo

Publié par 
Jean-Baptiste Lasserre,
le 
Accueil, Matériel signalisation / sécurité, Matériel vélo

Partager

Le matériel obligatoire à vélo

À vélo, il est primordial de voir et d’être bien vu des autres usagers. En effet, rien de tel que d’être visible pour éviter des accidents inutiles. Le Code de la route impose d’ailleurs aux cyclistes certains éléments de signalisation pour le vélo afin d’assurer le plus possible leur sécurité. Petit détail du matériel vélo obligatoire et des équipements pour le cycliste.

Le matériel obligatoire à vélo

Les éléments imposés aux cyclistes sont définis dans les articles R313-4 à R313-5 et R313-18 à R313-20 du Code de la Route. Il s’agit toutefois d’une liste d’équipement minimal à laquelle il est conseillé de ne pas se restreindre et qui peut être complétée par des équipements recommandés facultatifs. À noter également que le Code de la route précise que l’absence de ces dispositifs peut entrainer une amende pour les conducteurs du cycle.

Un vélo conforme à la reglementation sur l'équipement obligatoire
© Jean-Baptiste Lasserre

Feux et éclairage actif

Pour rouler de nuit comme de jour lorsque la visibilité est insuffisante, le vélo doit être équipé d’un feu blanc ou jaune à l’avant et d’un feu rouge à l’arrière (art. R313-4 et R313-5). À l’avant, l’alinéa X précise que la lumière du cycle doit être « non éblouissante ». Pour les lumières arrière, il est seulement précisé que le « feu doit être nettement visible de l’arrière lorsque le véhicule est monté ».

Ces feux sont censés être fixes et non clignotants. La réglementation est toutefois peu précise et la situation assez peu claire, dans la mesure où des feux clignotants homologués dans d’autres pays européens sont normalement acceptables en France. Des feux clignotants attirent davantage l’attention. Mais ils diminuent la capacité à prévoir les trajectoires dans un environnement non éclairé, de la même façon qu’un stroboscope. En tout état de cause, les feux disposent normalement d’un mode fixe, et éventuellement d’un mode clignotant, permettant alors de choisir entre les deux. Comme nous l’indique un lecteur dans les commentaires, les feux de position a intensité variable sont autorisés à l’arrière par l’article 313-25 du Code de la route depuis avril 2016.

Précisons également qu’il est essentiel de respecter les couleurs prévues : blanc à l’avant et rouge à l’arrière. Circuler avec un feu rouge à l’avant est non seulement non conforme mais également dangereux, parce qu’on circule alors à l’opposé de ce que prévoient les autres usagers. Les feux supplémentaires, tels que des feux stop, des clignotants pour les changements de direction ou des voyants de rayon, peuvent être utiles mais ne sont pas obligatoires.

Les réflecteurs passifs : les catadioptres

En complément de l’éclairage actif, le vélo doit être équipé de réflecteurs passifs pour une meilleure signalisation. Ces réflecteurs, appelés catadioptres, fonctionnent par rétro-réflexion. Éclairé par les phares d’une voiture, les catadioptres renvoient la lumière dans la direction de cette source lumineuse. C’est-à-dire vers la voiture, d’où ils apparaissent lumineux, comme s’il s’agissait de feux électriques. Au contraire, pour un passant, le catadioptre apparaîtra sombre, comme s’il n’était pas éclairé.

Catadioptre rouge à l'arrière pour véloUn catadioptre blanc à l’avant et un rouge à l’arrière (art. R313-20 et R313-18) sont obligatoires au minimum. La réglementation précise également que le vélo « doit être muni de catadioptres orange visibles latéralement » (R313-19), permettant ainsi d’être vu de côté. Dans les faits, cela correspond à un catadioptre orange sur chaque roue de la bicyclette. Enfin, les pédales du vélo doivent, elles aussi, être équipées de catadioptres oranges. Concernant les remorques vélos, elles doivent également être équipées d’un catadioptre si elles masquent le dispositif arrière de la bicyclette. Si la largeur de la remorque dépasse 1m30 mètre, deux catadioptre sont obligatoires.

Pour plus de simplicité, vous pouvez trouver des feux avant et arrière avec catadioptres intégrés. De la même façon, de nombreuses pédales ont également des réflecteurs directement montés dessus.

L’importance d’un bon dispositif de freinage

Cela relève de l’évidence, mais tout vélo doit être équipé de freins en bon état. Comme l’indique l’article R315-3, tout cycle doit être muni au minimum de deux systèmes de freins efficaces. Il est donc nécessaire de contrôler ou de faire réviser régulièrement ses freins afin de les maintenir en état. Évidemment, les semelles de chaussures ne constituent pas des dispositifs de freinage efficaces !

Pour les amateurs fixie et singlespeed, la réglementation est la même. Le freinage par rétropédalage doit être complété par un système de frein mécanique classique.

Se faire entendre

sonnette basil fleurie lecyclocomEnfin, loin d’être un accessoire secondaire, la sonnette fait également partie de l’équipement obligatoire. L’article R 313-33 précise que l’avertisseur, constitué par un timbre ou un grelot, doit être entendu à au moins 50 mètres de distance.

Tout autre signal sonore est en revanche interdit. L’essentiel est de pouvoir être correctement entendu sans risquer de faire bondir les piétons avec une vuvuzela sur son guidon.

L’équipement obligatoire pour le cycliste

Le gilet haute visibilité

r0013944

Pour circuler de nuit hors agglomération ou le jour lorsque la visibilité est insuffisante, le cycliste doit revêtir un gilet haute visibilité jaune fluo avec des bandes réfléchissantes (art. R431-1-1).

Comme les catadioptres, le gilet jaune fonctionne lui aussi par rétro-réflexion. Pour comprendre l’intérêt de porter un tel apparat, rien de tel que d’en faire l’expérience. Prenez votre gilet jaune et suspendez-le à un porte-manteau en laissant les bandes réfléchissantes bien en évidence. Puis, munissez-vous d’une lampe de poche et éloignez-vous de cinq mètres. Éclairez alors le gilet, en tenant la lampe près de votre tête. Et admirez à quel point vous brillez lorsque vous êtes éclairé par les phares d’une voiture ! Sous le même éclairage effectivement, un gilet jaune ne se contente pas de renvoyer la composante jaune de cette lumière. Il absorbe également le reste de la lumière, mais en convertit une partie en lumière jaune supplémentaire, qu’il renvoie alors, de sorte qu’il apparaît plus lumineux qu’un objet blanc, mais seulement dans la couleur jaune !

Le tissu jaune fluo de ces gilets permet d’être bien visible à la lumière du jour, tandis que les bandes réfléchissantes sont particulièrement visibles la nuit sous l’éclairage des phares.

Conducteur ou passager, le casque est obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans
© Amanda Mills – Pixnio

Le casque pour les enfants

Depuis le 22 mars 2017, le port du casque est obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans. Le décret n° 2016-1800 du 21 décembre 2016 prévoit l’obligation « de porter en circulation un casque attaché et conforme à la réglementation relative aux équipements de protection individuelle » pour les conducteurs, mais également pour les passagers de vélo de moins de 12 ans.

En savoir plus sur le port du casque obligatoire à vélo

Les équipements conseillés non-obligatoires

Des vêtements clairs et visibles

Pas d’obligation, mais ils permettent d’être mieux vu des autres usagers. Un vêtement clair fonctionne par réflexion diffuse. Éclairé par les phares d’une voiture, le tee-shirt ou la veste du cycliste diffuse la lumière des phares dans toutes les directions. Le blanc en particulier renvoie toutes couleurs et absorbe très peu de lumière. De sorte qu’il apparaît blanc aussi bien pour le conducteur que pour un piéton au bord de la chaussée. Difficile d’imaginer comment faire plus lumineux !

Avec un vêtement d’un couleur ordinaire en revanche, seules certaines couleurs provenant d’un éclairage renvoient de la lumière. Les couleurs sombres ont tendance à absorber le reste. Ainsi, un tee-shirt vert par exemple renverra essentiellement de la lumière verte.

D’autres équipements facultatifs pour améliorer sa sécurité

lumiere blanche

Des dispositifs supplémentaires, tels que des bandes réfléchissantes collées, des réflecteurs de rayon ou un écarteur de danger peuvent être utiles pour être plus visibles mais ils ne sont pas obligatoires. Pour plus de sécurité, vous pouvez aussi vous équiper d’un casque ou d’un serre pantalon pour éviter que votre vêtement se prenne dans la transmission et ainsi vous déséquilibrer.

>> A LIRE AUSSI : tous les conseils pour bien circuler en ville à vélo

Partager

comparateur Antivol velo

11 comments

  1. oui des vélos sans catadioptres sont vendus. et non seulement ceux qui rendent le cycliste visible latéralement. avant et arrière aussi. Il y a quelques années j’ai acheté un vélo de route qui n’en comportaient pas.
    J’ai pu en trouver pour l’avant et l’arrière.
    mais pas pour les côtés. Pourquoi ? parce que le diamètre de ces rayons fait 4 millimètres. Si vous croyez pouvoir en enficher un en poussant un peu plus fort, c’est une moitié de languette sur le catadioptre qui casse.
    J’ai bien pensé utiliser de la crache pour les faire tenir mais ce n’est pas mieux.
    que faire ?

    1. Bonjour,
      Vous pouvez peut-être installer des autocollants réfléchissants.
      Nous vous invitons à consulter la rubrique Signalisation vélo de notre site partenaire Lecyclo.com où vous trouverez ces équipements bien pratiques.
      Cordialement

  2. Certains cyclistes, dans leur volonté d’être bien vus, installent des éclairages très puissants à l’avant voir des lumières « stroboscopiques » qui éblouissent les usagers circulants face à eux et provoquent des effets de persistance rétinienne constituant un danger pouvant se retourner contre eux.

  3. Bonjour,

    Je pense que votre article gagnerait a été mis a jour. En effet depuis avril 2016, les feux de position a intensité variable sont autorisées par le code de la route français (art 313-25 « Les feux et signaux ne peuvent être à intensité variable, sauf ceux des indicateurs de direction, des feux de position arrière, des feux stop, des feux de brouillard arrière et du signal de détresse.)

    1. Bonjour,
      Merci pour votre commentaire que nous avons transmis à notre équipe éditoriale.
      Bien à vous,

  4. Merci de m indiquer ou je peux trouver des feux pour un éclairage valable
    Cordialement
    Georges Raybaut
    Geogesraybaut@ Gmail.com

    1. Bonjour Monsieur,
      Vous trouverez sur notre site partenaire Lecyclo.com différents types d’éclairages vélo pouvant vous convenir. Pour plus de précisions, il vous est possible de poser des questions directement sur les fiches des produits.
      Cordialement

  5. Pingback:Pour ses déplacements quotidiens, passer au vélo en 5 étapes (débutants) – Bouger et se bouger

  6. @Pierre : à ma connaissance, il est interdit de vendre un vélo sans éclairage. L’éclairage fourni peut souvent être assez minimal, ceci étant.

    @Francis : Tous les pneus que j’ai vu dans le commerce récemment avaient bien les flancs striés. Mais malgré cela, par temps de pluie, une dynamo adhère effectivement assez mal. Je sais qu’il existe des capuchons spéciaux pour augmenter l’adhérence dans ce genre de circonstances.

  7. La dynamo n’adhère pas par temps de pluie, il manque des rayures sur le flanc du pneu. Autrefois les pneus en étaient équipés. Sur mon vélo, j’ai une sonnette, un pouet pouet pour les passants sourds, un casque, un gilet, des freins, des clignotants pour changer de direction. La sécurité c’est la vie sauve !

  8. les vélos sont vendus sans éclairage maintenant et personne n’en met , DANGER !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


comparateur Antivol velo

Qualité de l'air