Avoir une lumière à vélo, est-ce vraiment obligatoire ?

Publié par 
Marine Henry,
le 
Accueil, Actualité, Code de la route, Cyclisme urbain, Matériel signalisation / sécurité, Matériel vélo, Politique vélo

Partager

Avoir une lumière à vélo, est-ce vraiment obligatoire ?

Le vélo est un véhicule comme un autre. En cela, il doit être pris en considération par les divers usagers de la route. Et pour que tout le monde circule en harmonie, chacun doit respecter les règles de conduite qui lui sont imposées. La visibilité du cycliste est essentielle pour sa propre sécurité et celle des autres. C’est pour cela que des règles en matière d’éclairage à vélo ont été mises en place. Prenez donc connaissance de l’équipement obligatoire à vélo.

Lumière sur la réglementation de l’éclairage à vélo

Quel est l’équipement obligatoire à vélo ?

Le cycliste doit  obligatoirement avoir :

  • Un phare avant blanc ou jaune et un phare arrière rouge

  • Un catadioptre avant blanc ou jaune et un catadioptre arrière rouge

  • Des réflecteurs visibles latéralement (catadioptres qui se fixent sur les rayons de vos roues, ou pneus à flancs réfléchissants)

  • Des réflecteurs de pédales

  • Si votre vélo tracte une remorque, elle doit être équipée d’un catadioptre (ou plusieurs) de chaque côté si sa largeur dépasse 1,30m. Pour plus de visibilité, des éclairages arrière pour remorque ne seraient pas de trop.

Équipement obligatoire à vélo : feu arrière

En effet, selon le Code de la route en vigueur, de nuit ou quand la visibilité est insuffisante (brouillard, tunnel), pour circuler à vélo, vous devez avoir un éclairage de vélo complet.

L’essentiel étant d’être vu, si votre vélo est bien éclairé, il y a peu de risque qu’un policier vous cherche des noises. Mais en théorie, cela pourrait arriver !

Un cycliste mal éclairé n’est pas assez visible pour circuler de nuit en sécurité, même si l’éclairage public ou le clair de lune lui suffit pour avancer. Vous voyez la rue et les voitures mais les automobilistes ne vous verront pas à temps si vous n’êtes pas correctement équipé. Vous êtes donc vivement encouragé à investir dans des éclairages de qualité !

>>> A LIRE : Les questions à se poser avant l’achat d’un feu vélo

La signalisation à vélo, ce n’est pas en option : le gilet jaune obligatoire

Et oui, contrairement aux clignotants de certains automobilistes, le vêtement gilet jaune n’est pas en option. Il est important de se signaler auprès des autres usagers. Ainsi, il faut savoir que depuis le 30 juillet 2008, un décret a rendu le port d’un gilet rétro-réfléchissant obligatoire à vélo, de nuit, hors agglomération. Le port obligatoire du gilet fluo ne fait pas l’unanimité ! En effet, il n’est pas très adapté pour les cyclistes portant une cape de pluie ou un sac à dos. Ni pour ceux qui possèdent un siège enfant sur porte-bagage arrière ou un vélo couché.

De plus, le même niveau de sécurité peut tout à fait se garantir avec des bandes réfléchissantes sur votre vélo et vos sacoches ou avec l’utilisation d’équipements possédant déjà des réflecteurs. L’avantage d’équiper directement le vélo plutôt que le cycliste est que vous ne risquez pas d’oublier l’accessoire réfléchissant chez vous !

>>> A LIRE AUSSI : Le harnais réfléchissant et lumineux Oxford Commuter X4

Où mettre sa lumière pour etre bien vu à vélo ?

Sur le vélo, oui mais où ? A l’avant ? A l’arrière ?

Comme évoqué plus haut, vous n’avez pas vraiment le choix. La lumière, qu’elle soit à l’avant ou à l’arrière de votre vélo c’est obligatoire ! Votre phare avant vous permet certe de voir dans des rues mal éclairées mais aussi d’etre vu par les autres usagers de la rue (piétons, cyclistes, automobilistes). Cet éclairage doit etre fixe et non clignotant, comme à l’arrière d’ailleurs. Pour autant rien ne vous empeche de compléter avec un clignotant. On n’est jamais trop prudent ! Pour la lumière avant, il existe alors plusieurs possibilités de fixations : au guidon, sur la potence, ou meme sur la fourche.

Pour les feux vélo arrière, vous avez le choix entre sur la selle, le tube de selle, ou encore votre porte-bagage si vous en avez un. Le feu arrière permet de vous rendre plus visible. D’ailleurs la marque San Yun a développé un feu arrière laser ! Les lasers délimite une zone de sécurité entre la route et le cycliste. Ainsi, cet équipement permet de bien signaler sa présence sur la chaussée.

Avec un casque, vous doublez votre sécurité !

En plus de vous protéger en cas d’impact ou de chute, le casque permet aussi de vous rendre plus visible. En effet, à partir de 12 ans, le casque à vélo n’est plus obligatoire mais fortement recommandé. Nous vous conseillons d’ailleurs de bien réfléchir à l’achat de votre casque afin qu’il soit bien conformes aux normes europréennes. (Ndlr. C’est le cas de tous les casque vendus sur LeCylo.com)

Etant donné que votre tete est l’élément le plus en hauteur, il apparait judicieux d’y mettre un équipement lumineux. Certaines marques comme Oktos, Nutcase ou Polisport ont conçu des casques de vélo avec éclairage intégré. D’autres fabricants sont meme allés encore plus loin en proposant des casques vélo avec clignotants et de casques vélo connectés.

>>> A LIRE AUSSI : Pour ou contre l’obligation du port du casque à vélo ?

Comment s’éclairer à bicyclette en toute sécurité et avec style ?

L’éclairage : au-delà de l’obligation, un élément de style sur le vélo

Si le système d’éclairage vélo est nécessaire pour le confort d’utilisation et la sécurité, il ne faut pas non plus oublier qu’il fait partie de l’esthétique du deux-roues. Les feux vélo arrière et feux vélo avant peuvent adopter des looks allant du classique feu avant avec une dynamo vintage au futuriste éclairage arrière TopLight.

Vous etes plutot du genre à rouler en vélo vintage. Alors, il y a de quoi faire. Les marques XLC et Büsch and Mullerproposent des systèmes d’éclairage vélo vintage. A la recherche de quelque chose de sobre, vintage mais efficace, le modèle de feux vélo rétro de chez QT cycle est parfait. A l’inverse, tu as plus envie d’une lumière vélo atypique ? La marque Monkeyelectrics propose un système d’éclairage sur roue particulièrement original : le Monkeylight. Elle vous permet d’être visible la nuit à vélo en vous démarquant du cycliste conventionnel.

La qualité et la puissance des éclairages

Un vélo doit obligatoirement être vendu avec un éclairage réglementaire. La vente d’un vélo sans éclairage constitue une infraction qui peut être signalée à la DGCCRF.

Cependant, le Code de la route ne donne aucune précision sur la puissance d’éclairement ni l’alimentation électrique. Les normes industrielles du secteur Cycles prévoient que la tension d’alimentation est 6 V et la puissance électrique au moins 3 W. Mais comme le rendement n’est pas précisé, un éclairage peut très bien être agréé et insuffisant. En outre, les éclairages vélo ne sont soumis à aucune obligation du type test d’usure, ou aucune norme de résistance à la corrosion.

Le Code précise seulement que l’éclairage du vélo ne doit pas être éblouissant. Vous pouvez compenser la faiblesse de votre éclairage actif en vous équipant (vous, votre vélo ou vos sacoches) d’accessoires réfléchissants.

Les normes allemandes, plus sérieuses et plus pragmatiques, imposent un éclairement d’au moins 10 lux à 10 m. Seule une minorité d’éclairages commercialisés en France atteignent ce niveau (sur le site Lecyclo.com vous trouverez une large gamme de feux de très grande qualité possédant une importante puissance d’éclairage).

>>> A LIRE AUSSI : quelle différence entre lux et lumens ?

Vous pouvez retrouver les articles du Code sur l’éclairage des vélos sur le site du Code de la route ou encore sur le site du Ministère des transports.

[Article publié le 11 décembre 2012 et mis à jour le 13 janvier 2022]

Partager

6 comments

  1. Les eclairages amovibles peuvent se placer sur le guidon ou sur le casque pour l’eclairage avant, sur le porte-bagage ou sous la selle pour l’eclairage arriere. Ils sont particulierement interessants pour les cyclistes sportifs, puisqu’ils sont faciles a enlever lorsque le cycliste souhaite maximiser la performance.

  2. Pas mal mais trop peu visible. Il faut de vraies lampes ou de vraies phares pour le vélo/ VTT pour voir, être vu et rouler en sécurité.

  3. J’ai du mal à comprendre quelque chose : la loi impose des éclairages fixes, mais les éclairages clignotants fleurissent sur le marché…

    Sinon, à mon avis : le gilet fluo est obligatoire hors agglo, mais aussi très utile en ville et pas seulement la nuit : il attire l’attention de l’automobiliste (lequel doit faire gaffe aux autres voitures, poids-lourds, motos, cyclos et piétons… et oublie souvent qu’il y a aussi des cyclistes).
    Se faire voir c’est vraiment la base pour éviter les accidents on ne le dira jamais assez ! A moins de tomber sur un c*n, un automobiliste qui vous a vu fera gaffe…

  4. Précision : les éclairages doivent être fixes, et donc non clignotants.

  5. pour les vélos de routes pour l,entrainement que doit on prévoir ?????

    1. Bonjour,

      Du moment où vous partagez la route avec les voitures et autres véhicules,
      il faut vous équiper avec les accessoires obligatoires indiqués dans l’article.

      Cordialement

Comments are closed.

Conseils et Actu Vélo

 

📫 Toutes les deux semaines, je reçois une news complète autour de la petite reine : conseils, itinéraires, actualité

 

Catégories

Qualité de l'air