Les questions à se poser avant l’achat d’un feu vélo

Publié par 
Morgane Stampfer,
le 
Accueil, Conseils pratiques, Conseils vélo, Sécurité

Partager

Les questions à se poser avant l’achat d’un feu vélo

Chers cyclistes, certains accessoires sont obligatoires à vélo. C’est ainsi le cas pour l’éclairage. La loi impose à tous les cyclistes d’équiper leur vélo en catadioptres, en éclairages vélo avant et arrière. Elle n’impose néanmoins pas une certaine puissance d’éclairage, définie en lux (indice de surface) et en lumen (indice d’intensité). Aussi, vous pouvez choisir en fonction de votre pratique et de votre environnement des feux vélo avant et arrière. Roulez-vous en ville ? Avez-vous besoin d’éclairer la route ? Souhaitez-vous des feux vélo clignotants intelligents ? Pouvez-vous recharger votre feu vélo ? Posez-vous les bonnes questions avant de passer à l’achat de vos feux de vélo. Aussi, découvrez nos conseils pratiques pour… éclairer votre lanterne et vous aider à choisir votre éclairage vélo.

Comment bien choisir un éclairage vélo pour la ville ?

Vous faites du vélotaf tôt le matin et rentrez à vélo tard le soir ? Vous roulez uniquement en ville et à des endroits éclairés ? Pour votre sécurité, il vous faut principalement un système d’éclairage avant et arrière qui doit garantir votre visibilité auprès des autres usagers sur la route. L’objectif principal étant d’être vu à l’avant comme à l’arrière et également sur les côtés.

En ville, sur une chaussée éclairée, il est recommandé d’utiliser une lampe vélo de minimum 10 lux. À l’avant, choisissez un phare avec une puissance d’éclairage comprise entre 20-100 lumens et de 15 lumens pour votre feu vélo arrière.

banniere_cycletyres_201902

choisir ses feux vélo en ville

Il existe différents systèmes de fixation pour les éclairages vélo. Si votre vélo stationne dehors, privilégiez des feux fixes et non amovibles pour prévenir le risque de vol. On a souvent tendance à oublier ses lumières sur son vélo, surtout en fin de journée.

Afin de signaler votre direction à vélo, il existe des feux clignotants connectés à utiliser avec une télécommande fixée sur votre guidon. C’est l’idéal sur les routes empruntées par de nombreuses voitures. Certains casques intelligents offrent les mêmes fonctionnalités de clignotant. C’est d’ailleurs la particularité de la marque pionnière dans le domaine, Livall.

>> À LIRE AUSSI : Éclairage vélo actif ou passif : quelles différences ?

Bon à savoir : la loi autorise les feux clignotants vélo à l’arrière. Grâce aux flashs qu’ils émettent, ces derniers signalent plus “rapidement” la présence d’un cycliste. Ils permettent d’éviter de confondre un cycliste avec une lumière fixe située dans l’environnement. Pour être vu(e) en ville, choisissez un modèle équipé de 3 modes d’éclairage (fixe doux/puissant et clignotant). Pourquoi ? Ils sont plus polyvalents et s’adaptent aux différentes conditions de lumière.

Si vous êtes à la recherche d’un éclairage original, la marque Monkeylectric propose des éclairages vélo pour roue colorés et simples à installer. Grâce à ce type d’éclairage, vous serez bien visible latéralement au niveau des intersections.

USB, dynamo, pile : quelle alimentation pour son éclairage vélo ?

Vous utilisez votre vélo de manière ponctuelle et toujours en centre-ville ? Optez pour des feux vélo alimentés par piles en privilégiant les piles rechargeables. Une solution plus écologique que les piles classiques.

En matière d’alimentation pour les éclairages vélo, la dynamo est quant à elle pour les vélos de ville, du bikepacking et de cyclotourisme, surtout si vous en faites un usage quotidien. Avec une dynamo fixée continuellement à votre vélo, vous profiterez d’un éclairage constant, autonome et toujours disponible.

éclairage vélo avant dynamoDeux options s’offrent à vous : la dynamo sur flanc de pneu et la dynamo de moyeu. Le premier système, aussi nommé dynamo bouteille, est de manière générale le plus économique. Il s’adapte à presque tous les vélos. Il peut néanmoins avoir tendance à les ralentir à cause du frottement s’il est mal ajusté. La dynamo de moyeu résout ce problème en offrant d’autres avantages notamment en termes de performances et de bruit. Préférez enfin un modèle de feu vélo par dynamo avec une fonction feu de position. À l’arrêt, les feux ne s’éteignent pas immédiatement. Ce type de feu vélo possède un condensateur. Ce dernier stocke l’énergie pour pouvoir la réutiliser, même lorsque la dynamo n’est pas activée par le pédalage.

>> À LIRE AUSSI : Comprendre la différence entre lux et lumen pour choisir son éclairage vélo

Les vélos électriques (VAE) sont généralement déjà équipés de feux. Néanmoins, ou s’il n’y en a pas, il existe des éclairages vélo avant et arrière adaptés aux VAE qui viennent se brancher sur la batterie. La marque spécialiste Busch & Muller propose différents modèles de lampes vélo pour VAE. Les feux avant pour VAE se fixent généralement sur la fourche. Les lampes vélo arrière peuvent s’installer sur le porte-bagage ou le garde-boue.

Si vous travaillez dans un bureau, prenez des lumières vélo sans pile, qui se rechargent par USB de chez Oxford, Knog, Infini ou Busch & Muller.

knog éclairage vélo avant bikepacking

Choisir un feu vélo pour le bikepacking et les routes non éclairées

Les conditions dans lesquelles vous roulez vont déterminer l’achat de vos feux de vélo. Hors agglomération et sur routes non éclairées, le but de votre éclairage vélo est double. Il doit non seulement assurer votre visibilité auprès des voitures à l’avant, comme à l’arrière, et également éclairer la route. Il vous faudra des lumières vélo avec un indice haut de lux, le lux étant la mesure de l’éclairage sur une surface. Rappelons aussi que le port d’un gilet réfléchissant de signalisation est obligatoire si vous roulez hors agglomération la nuit ou en cas de faible luminosité.

>> À LIRE AUSSI : Randonnée à vélo et cyclotourisme : quel éclairage choisir ?

Si vous faites du bikepacking, du gravel ou du VTT en pleine nature, choisissez des feux vélos avec une puissance de 1000 lumens. Vous voyagez à vélo ? Il existe des éclairages adaptés à la randonnée à vélo qui peuvent se fixer sur votre guidon, casque, fourche, porte-bagage et tige de selle. Certains modèles sont de véritables lampes torches et conviendront donc bien à la pratique du bivouac et camping vélo.

La marque Busch & Muller propose des modèles de feux de vélo intelligents équipés d’un capteur de luminosité. Le capteur permet d’ajuster de façon automatique l’intensité de la lumière afin de fournir l’éclairage nécessaire aux conditions de luminosité.

éclairage vélo casqueAutre solution pour éclairer votre chemin : les lampes frontales ou les lampes vélo à fixer sur votre casque à l’aide de sangle ou velcro. Attention à vos mouvements de tête si vous roulez en groupe avec ce type de lampe vélo. Vous risquez davantage d’éblouir vos camarades de route.

Si vous roulez (plus en mode vélotaf et cyclisme sur route) hors agglomérations et sur des routes peu éclairées, privilégiez un feu vélo avant d’environ 80 lux et de 50 lux à l’arrière.

Partager

13 comments

  1. Écrire que 20 lux = 150 lumens ou bien que 4 lux = 50-60 lumens, ça n’est pas rigoureux du tout.

  2. Voir et être vu , c’est essentiel. Mais il y a loupiotes et lampes de vélo et pour bien voir à vélo, il faut de vrais lampes de vélo! On ne le dira jamais assez qu’en matière de sécurité, il faut être bien éclairé pour être visible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


Qualité de l'air