Quelle est la différence entre un éclairage actif et passif à vélo ?

Publié par 
,
le 
Accueil, Conseils, Conseils techniques
Partager
Quelle est la différence entre un éclairage actif et passif à vélo ?

« La nuit, tous les cyclistes sont gris « ou presque. En tout cas, un cycliste qu’on ne voit pas est un cycliste en danger. Et devant la multitude de systèmes d’éclairage, il est difficile de reconnaître lesquels sont adaptés à nos besoins. Quelles différences entre un éclairage actif ou une éclairage passif ? Réponse immédiatement.

L’éclairage actif

L’éclairage actif implique que l’on émette sa propre lumière grâce à une source d’énergie embarquée. Le principal objectif de l’éclairage actif est de voir mais aussi d’être vu. Voyons quels types d’éclairage correspondent le mieux à votre pratique du vélo.

Eclairage fixe ou amovible ?

éclairage actif : feu avant

Un éclairage amovible est intéressant si on  utilise plusieurs vélos. Les inconvénients sont les suivants : vous devez transporter à chaque fois vos équipements sur vous dès que vous stationnez, pour éviter le vol.  Ces accessoires fonctionnent généralement avec des piles, qui s’usent rapidement. Un geste pas très écologique.

Un éclairage fixe conviendra parfaitement au cycliste quotidien. Ce dernier sera plus enclin à laisser son vélo sans surveillance. Le Lumotec IQ Avy de Busch Muller se fixe sur la fourche avant simplement à l’aide d’un boulon.

Diodes, phares halogènes ou lampes ordinaires ?

Phare avant Lumotec IQ Cyo T de Busch and Muller.

En général, un feu arrière à LEDs (diodes) rouge est recommandé. En effet, c’est un feu puissant, économique, fiable, et peu coûteux. À savoir que la visibilité latérale n’est pas aussi efficace que celle d’une ampoule, le faisceau des diodes étant plus étroit. À l’avant, plusieurs choix s’offre à vous. Par exemple, les nouveaux phares à LEDs blanches puissantes (3 W) sont plus efficaces que les anciennes lampes à ampoule. Ces modèles sont peu encombrants et offrent une grande autonomie.  De plus en plus de vélos avec dynamo sont dotés de phare à LED pouvant offrir une luminosité de 40 Lux.

Pour les routes faiblement éclairées, les phares halogènes (> 20 Lux) sont plus efficaces que les simples ampoules. Cependant, si ces phares s’alimentent par batteries ou piles, la durée d’autonomie est très faible. En effet,  elles consomment beaucoup d’énergie. Pour contrer cet inconvénient, il existe des dispositifs qui présentent des batteries rattachées au cadre du vélo. Ils sont plus lourds, mais indispensables sur des longs parcours réguliers. À savoir qu’il existe maintenant des phares alimentés par la dynamo dans le moyeu. Ces derniers  peuvent aller jusqu’à 60 Lux, comme le Lumotec IQ Cyo T de Busch and Muller.

>> À LIRE : L’éclairage à vélo : les feux sur dynamo

Piles, batterie dynamo, ou induction ?

Alimentation à induction des feux vélo

Dans le cas où le vélo est utilisé régulièrement, il vaut mieux utiliser un éclairage à dynamo. Ses avantages ? Lumière fixe sans risque de vol, autonomie complète, poids modeste, durabilité, écologique, peu coûteuse. Principal inconvénient : il n’y a pas ou presque plus d’éclairage quand vous êtes à l’arrêt.

Les éclairages à batterie s’utilisent également pour rouler quotidiennement. Mais attention aux batteries rechargeables, la puissance baisse très vite en fin de cycle. Vous pourriez terminer votre trajet dans le noir complet.

Les piles constituent une bonne solution si vous roulez peu la nuit. Seulement, ce n’est pas très écologique. Dans l’article Comment être visible à vélo tout en protégeant son environnement, vous trouverez des feux sans piles qui ont peu d’impact néfaste sur la planète.

À noter qu’il existe également des systèmes d’éclairage à induction magnétique sans contact (sans pile). La marque Reelight est spécialisée dans ce domaine. Leur dernière gamme de feux avant et arrière RL 700 puissants est remarquable.

L’éclairage passif

L’éclairage passif vient renforcer l’éclairage actif. Il s’agit de l’ensemble de dispositifs renvoyant naturellement la lumière dans la direction d’où elle vient. L’éclairage passif reste un élément essentiel pour assurer la visibilité du cycliste, et parfois il peut être très efficace dans les phares des voitures. Le principal objectif de l’éclairage passif est d’être vu.

Les équipements obligatoires

éclairage passif : catadioptres

Les catadioptres sont un équipement obligatoire sur son vélo : blancs à l’avant, rouges à l’arrière, et oranges sur les pédales. Des pneus équipés de bande réfléchissante sur les flancs exemptent de l’utilisation de catadioptres de roue. Il existe également des bandes réfléchissantes autocollantes que l’on peut soi-même coller. On peut aussi ajouter réflecteurs décoratifs comme les barrettes réfléchissantes pour rayons de vélo. Découvrez également le Monkey Light, un éclairage de roue innovant.

Le port du gilet de haute visibilité est obligatoire hors agglomération la nuit ou lorsque la visibilité est insuffisante, depuis le 1er octobre 2008.

Les équipements recommandés

Matériel réfléchissant pour cycliste

Il est vivement conseillé de porter des vêtements et accessoires réfléchissants pour renforcer sa visibilité à vélo. Si vous portez un sac à dos, pensez aux housses réfléchissantes. Des vêtements haute visibilité peuvent remplacer le gilet, à condition qu’ils soient homologués. Plusieurs autres accessoires lumineux peuvent-être plus discrets mais tout aussi efficaces : brassards, serres pantalons, gants …

Ces produits sont disponibles sur Lecyclo.com.

Parution de l’article : 19/11/2014, mis à jour le 13/11/2017

Source : Fubicy.org

>> À LIRE : Lux et Lumens, quelle est la différence ?

Partager

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "Quelle est la différence entre un éclairage actif et passif à vélo ?"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
yoko
Invité

Je pense qu’il est important de différencier les éclairages et les systèmes qui servent à être vu. Par exemple les lumières alimentées par une dynamo à induction sert uniquement à être vu (du moins je n’en ai jamais vu qui permettait de voir la route devant soit). C’est le cas des lumières Reelight.

Jzrome
Invité

En matière de lampes VTT, il faut bien choisir. Il existe plusieurs marques de qualité et il ne faut pas lésiner à y mettre le prix si on veut quelque chose de solide et qui dure dans le temps.

Catégories

Abonnez-vous à notre newsletter

Qualité de l'air