Test des lumières vélo Lil’ Cobber de Knog : retour d’expérience

Publié par 
Morgane Stampfer,
le 
Divers, Matériel signalisation / sécurité, Matériel vélo

Partager

Test des lumières vélo Lil’ Cobber de Knog : retour d’expérience

Que vous rouliez en ville ou hors agglomération, les éclairages vélo font partie des équipements obligatoires selon le code de la route. La marque Knog a développé des feux de vélo efficaces et design rechargeables via USB. Waterproof, les éclairages Knog sont particulièrement adaptés au vélo en ville et au vélotaf, mais pas que ! Découvrez les éclairages Lil’Cobber Knog en compagnie des gagnants de notre concours. Pour la petite info : ces lampes vélo Knog ont reçu en 2019 un Eurobike Award et un Australian Good Design Award Gold. Après quelques semaines d’utilisation, nos deux gagnants Hugues et Mélodie partagent avec vous leur expérience sur ces éclairages vélo Knog. 

Lumières vélo Lil’ Cobber de Knog : installation et premiers pas

lumières velo lil cobber knogVos premières impressions sur les lampes Knog ?

Hugues –  Le produit est qualitatif. Les plastiques utilisés semblent solides et durables. À noter, car plutôt rare habituellement, plusieurs élastiques de rechange sont d’emblée fournis dans le kit, ainsi qu’une fixation pour tige de selle fine ou aéro. Dernier point positif : la taille très compacte et le poids très léger qui permettent de glisser ces lumières vélo Knog dans une poche aisément.

>>> À  LIRE AUSSI : Découvrir les éclairages vélo design et puissants Knog

Mélodie – Alors, j’étais très contente de les gagner, c’était vraiment le bon moment… avec l’automne, on connaît la diminution de la luminosité et de la visibilité. Je roule en vélo tous les jours pour aller travailler et fais quelques sorties le weekend pour le plaisir. Ces temps-ci, je suis en télétravail donc j’ai moins l’occasion de rouler en semaine mais je vais quand même faire des petits tours le matin pour me stimuler avant de bosser.

L’utilisation des éclairages vélo Lil’Cobber Knog est-elle facile ?

Hugues –  L’utilisation de ces lumières vélo USB est très aisée. Un seul bouton permet d’allumer la lampe et de changer les différents modes. Même avec des gants hiver le bouton reste accessible et ergonomique. Le système de recharge USB des Lil’Cobber Knog directement intégré est innovant et vraiment intéressant. Il permet de se passer d’un fil USB. A voir si en condition humide et boueuse la protection est suffisante et n’entrave pas le bon fonctionnement à court ou long terme.

Mélodie – L’utilisation est assez simple, mode d’emploi clair. Les différentes fonctions sont bien et complètes, l’utilisation est assez intuitive.

Que pensez-vous du système de fixation de ces lampes vélo Knog ?

Hugues –   Le système de fixation bombé s’intègre parfaitement à la tige de selle ou sur le guidon. La fixation des lumières vélo Lil’Cobber Knog est très rapide avec l’élastique qui tient parfaitement dans ses deux encoches et il ne peut être perdu. L’éclairage tient bien grâce également à son empreinte silicone qui adhère parfaitement à la tige de selle. Il s’enlève facilement aussi. Ce qui est pratique quand on laisse son vélo attaché pour faire des courses par exemple ! J’avais peur de le perdre en utilisation gravel « engagé » car il est fixé au support par un aimant et un petit cran de fixation. Mais il n’a pas bougé donc fixation validée !

Mélodie – Ce qui est top, c’est justement l’aspect physique, les phares Knog se disposent assez bien sur la fourche ou la tige de selle, c’est un plus, l’attache est vraiment pratique (quand on a compris le système !, ça m’a pris quelques minutes avant de bien comprendre le système de glissement). Je trouve le système de fixation ingénieux, par contre je suis déçue car, à ma troisième sortie, le phare arrière rouge est tombé. Je ne l’ai pas entendu, c’est donc un phare perdu. C’est dommage car c’est le phare que je trouve le plus fonctionnel. Je ne sais pas si c’est dû à la fixation ou au fait que je ne l’avais pas bien attaché…

Quid du rechargement USB des Lil’Cobber Knog ?

Hugues –  La recharge des lumières vélo Lil’ Cobber de Knog se fait en 4h. C’est quand même relativement long mais comme l’autonomie est importante on lui pardonne. L’autonomie est d’ailleurs un des points forts que ce soit à l’avant ou à l’arrière eu égard à la performance d’éclairage. Mode flash arrière 7 h pour 50 lumens c’est très bien ! Idem pour l’avant.

Mélodie – Le fait que pour le chargement, il n’y ait pas besoin de câble est un plus aussi (on a toujours des dizaines de câbles qui trainent avec tous les gadgets que l’on utilise). Ils sont assez petits et ne prennent donc pas trop de place.

Photos des lumières vélo Lil Cobber Knog
Photos des lumières vélo Lil’Cobber Knog par Hugues

Les lumières vélo Lil’ Cobber de Knog testées en condition réelle

Ces lampes vélo Knog assurent-elles une bonne visibilité ?

Hugues – Elles sont très utiles pour la signalisation car très puissantes et avec une grande autonomie. Leur forme bombée et le nombre de LEDs permettent un large spectre d’éclairage annoncé à 330° pour être vu, y compris de côté. Les Lil’Cobber peuvent être utilisées en éclairage de signalisation de nuit mais aussi de jour.

>>> À LIRE AUSSI : Nos conseils pour bien choisir ses éclairages vélo

Seul bémol ? Le prix des éclairages Lil’Cobber Knog qui peut être un frein et le fait que l’éclairage avant est un éclairage de signalisation « classique » (pour être vu). Il faudra le compléter par un éclairage plus puissant qui permet de voir la route et d’être vu. Fixé sur le guidon, il peut éblouir le pilote sur certains modes. Il faudra donc le fixer sur la douille de direction dans ce cas avec deux élastiques, un grand élastique aurait pu être fourni pour cela. 

photo utilisateur test lil cobber knog
Photo réalisée par Hugues

Mélodie – Le phare avant Knog est un feu de signalisation (pour être vu). Ça marche particulièrement bien quand le phare est mis en mode clignotant à l’avant. Le phare arrière Knog (rouge) remplit parfaitement sa fonction : il permet d’être vu par tous les usagers qui arrivent par derrière.

Dans quel(s) cadre utilisez-vous ces lumières Knog ? Vélotaf, loisir… ?

Hugues – Je les utilise dans différentes pratiques. De jour lors de mes longues sorties routes ou gravel afin d’être bien signalé aussi bien à l’avant qu’à l’arrière en agglomération ou sur les petites routes. Mais également pour mes sorties « utiles » pour aller faire mes courses. Et également de nuit sur mes rides nocturnes VTT, route ou gravel. La lampe arrière Lil’Cobber Knog est validée pour toutes les pratiques vélos et de jour comme de nuit.

>>> À LIRE AUSSI : Quelles lumières vélo choisir pour faire de la randonnée à vélo ?

Ce qu’il faut retenir du test des éclairages vélo Lil’Cobber Knog

Les avis de nos testeurs sur les lumières vélo Lil’Cobber de Knog se rejoignent. Ils ont apprécié la qualité des lampes vélo Knog et de ses matériaux. Pratiques, elles s’emportent facilement dans une poche et se fixent facilement sur un vélo. Autre point positif ? Leur utilisation est également simple grâce à un seul bouton que l’on peut activer même avec des gants.

Pour quelles disciplines cyclistes et environnements faut-il utiliser les Lil’Cobber Knog ? Les lumières vélo rechargeables via USB se révèlent efficaces pour la ville, le vélotaf et différentes pratiques (gravel, cyclotourisme, cyclisme sur route…). Les lampes Lil’Cobber Knog permettent de signaler votre présence à vélo sur la route. Utilisez-les en ville et hors agglomération, pour la pratique du vélotaf, du cyclisme sur route et du gravel.

Si vous cherchez une lampe vélo avant chez Knog pour éclairer votre route, choisissez plutôt l’éclairage vélo avant 450 lumens PWR COMMUTER de Knog (usage urbain), le feu vélo avant 700 lumens PWR ROAD avec batterie externe Knog ou le modèle très puissant éclairage vélo avant 1100 lumens PWR TRAIL.

>>> À LIRE AUSSI : Lux et Lumens : comprendre la puissance des éclairages vélo

lampe vélo avant power trail knog

>>> À LIRE AUSSI : Citycle teste le sac à dos Nomadled MobilityUrban avec éclairage intégré

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


Qualité de l'air