Pour ou contre l’obligation du port du casque à vélo ?

Publié par 
Quentin Cornuault,
le 
Accueil, Actualité, Politique vélo

Partager

Pour ou contre l’obligation du port du casque à vélo ?

Est-ce que les casques de vélo sont obligatoires ? C’est une grande question qui fait débat en France depuis plusieurs années. La bataille entre partisans du oui et du non fait rage. La pratique du vélo est en plein boom depuis une vingtaine d’années et le nombre de pratiquants ne cesse d’augmenter. Cependant, entre sécurité et frein à la pratique, la France a du mal à se positionner sur le sujet. Dans ces conditions, le choix du casque vélo revient directement à l’usager lui-même.

Est-ce que le casque vélo est obligatoire en France pour tous ?

Pourquoi le port du casque à vélo fait-il controverse en France ?

Il est en effet souvent constaté que les usagers sont réticents à porter un casque à cause d’une esthétique parfois jugée disgracieuse. Les marques redoublent donc d’imagination afin de rendre les casques beaux et attractifs pour une nouvelle population de cyclistes actifs urbains pour qui le look est essentiel, même à vélo. Ainsi, bien loin des modèles lourds et inélégants qu’on pouvait trouver il y a encore quelques années, on retrouve aujourd’hui des casques design et plus esthétiques.
On peut se demander si l’obligation du port de casque entraînerait nécessairement une baisse de la pratique du vélo. C’est en tout cas ce qu’il s’est passé en Australie et au Canada lorsque le casque est devenu obligatoire il y a une vingtaine d’années. Alors que la politique globale en France tend à favoriser et encourager l’usage du vélo, une chute du nombre d’usagers ferait donc probablement tâche.

Boris Johnson à Londres avec un casque de vélo
Boris Johnson porte un casque de vélo.

Corrélations entre port du casque et risque d’accident

Plusieurs études ont montré qu’un traumatisme crânien était la cause principale de décès chez les cyclistes. On peut naturellement penser que, si le casque n’aurait peut-être pas suffi dans chaque accident, il permettrait en tout cas d’éviter des blessures plus importantes en absorbant les chocs. Les études varient à ce sujet et une étude américaine parle même d’une réduction de 85% du risque de traumatisme crânien avec un casque. Une étude de l’Université de Sidney montre par exemple qu’un cycliste sans casque a 5.5 fois plus de risque de souffrir d’un traumatisme que s’il n’en portait pas. Une corrélation n’a en tout cas jamais été prouvée entre port du casque et réduction de nombre de décès.

Il faut néanmoins préciser que ces études sont un peu biaisées par l’augmentation constante du nombre de pratiquants du vélo. En effet, si le nombre de blessés augmente en même temps que le nombre d’usagers, le pourcentage global de blessés a plutôt tendance à stagner.

cyclistes avec casque pour sortie loisir
Petits et grands font le choix du port du casque à vélo.

Quels risques du non port du casque à vélo ?

Les risques relatifs au non port du casque et les chocs à la tête que cela peut engendrer paraissent pourtant évidents. Mais malgré ces risques, les partisans du « non » sont particulièrement nombreux en France. Dans le cyclisme professionnel, le port du casque n’est obligatoire que depuis 2003 pour des raisons évidentes de sécurité. Mais si les cyclistes professionnels doivent en porter un alors qu’ils sont sur des routes fermées, pourquoi cette obligation ne s’appliquent pas aux usagers quotidiens ? En effet, entre autres obstacles, bus, voitures, scooters, piétons se placent sur la route du vélotafeur et rendent son parcours plus dangereux.

 

Obligation du port du casque en vélo électrique et VAE

Le port du casque obligatoire est généralisé pour les usagers de speed bike, ces vélos électriques qui montent jusqu’à 45km/h. Pour les vélos à assistance électrique dits classiques, l’assistance se coupe à 25 km/h. Même si son port est fortement recommandé, le casque n’est pas obligatoire dans le cas du VAE. Il existe des casques spécifiques aux VAE, plus résistants, ils permettent d’assurer encore plus de sécurité sans pour autant sacrifier le confort.

Les enfants à vélo et le port du casque obligatoire

Le casque vélo obligatoire pour tous les enfants de moins de 12 ans

Depuis 2017, en France les enfants  de moins de 12 ans doivent obligatoirement porter un casque à vélo, qu’ils soient seuls sur le vélo ou passagers. Cette loi vise avant tout à protéger les plus jeunes, jugés plus vulnérables et peut-être un peu plus téméraires que leurs aînés.

Enfant à vélo avec casque
Le casque est obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans.

 

>>> A LIRE AUSSI : Le débat concernant le port du casque des enfants

Comment faire avec les bébés à vélo ?

Le port du casque est obligatoire pour tous les enfants de moins de 12 ans, les bébés ne faisant pas exception. Si l’âge minimum recommandé pour mettre un bébé sur un vélo est de 9 mois, il faut attendre que son tour de tête soit suffisamment grand pour que le casque ne soit pas trop grand et le protège bien. Les équipements comme les remorques et les sièges enfants pour transporter les plus petits sont nombreux et allient confort et sécurité. Mais attention, ils ne se substituent pas pour autant au port du casque obligatoire pour les bébés dans les remorques.

Le port du casque à vélo est-il obligatoire ailleurs dans le Monde ?

Bikepacker sur son vélo avec un casque
Le port du casque n’est pas obligatoire mais est en revanche fortement conseillé pour les sorties bikepacking.

Il n’y a que trois pays dans le Monde qui, à ce jour, ont rendu le port du casque obligatoire à vélo pour tous. L’Australie, La Nouvelle-Zélande et cinq provinces du Canada.
Il est intéressant de noter que des pays comme l’Allemagne, le Danemark ou les Pays-Bas qui utilisent énormément le vélo n’ont pas légiféré pour l’obligation du port du casque à vélo.

Au sein de l’Union Européenne, les lois varient d’un pays à l’autre. La France a opté pour la même législation que l’Autriche et la Lettonie (port obligatoire jusqu’à 12 ans). La Suède a pour sa part opté pour un port obligatoire jusqu’à 15 ans, tandis qu’en République Tchèque et en Lituanie, le port obligatoire s’étend à tous les adolescents jusqu’à 18 ans. L’Espagne, quant à elle, impose le casque à tout le monde sur toutes les routes hors agglomération.

 

Le casque seul ne suffit pas, quelles autres précautions prendre ?

Eléments rendus obligatoires à vélo par le Code de la Route

Le casque, s’il n’est pas obligatoire, n’est pas le seul accessoire pour la sécurité à vélo. Les articles R313-4 à R313-5 et R313-18 à R313-20 du Code de la Route définissent un certain nombre d’éléments imposés aux cyclistes. Si les feux avant et arrière font partie sans surprise de cet équipement, il faut aussi compter sur les réflecteurs passifs. Un blanc à l’avant, un rouge à l’arrière et une série de réflecteurs orange pour les roues, les pédales et sur la remorque le cas échéant. Parmi les autres équipements obligatoires, on retrouve une sonnette et un système de freinage mécanique. Cet équipement obligatoire est considéré comme minimal, il est généralement conseillé de ne pas s’en contenter et d’agrémenter par des accessoires supplémentaires. Le casque en fait évidemment partie.

Plus largement, respecter le Code de la Route s’applique également à vélo et peut vous éviter un accident malencontreux. Ne pas rouler sur les trottoirs, ne pas prendre de sens interdit ou ne pas utiliser son smartphone sont autant de règles qui s’appliquent également au cycliste. Et au-delà de votre sécurité, vous vous éviterez très certainement de payer une amende de 135€ en cas d’infraction.

>>> A LIRE AUSSI : Le Code de la Route à vélo

Les aménagements pour préserver les cyclistes en zone urbaine

Plus que le port du casque, la FUB préconise de privilégier de nouvelles normes d’éclairage, afin de repérer plus facilement les cyclistes, ainsi que la mise en place plus généralisée de zones à 30km/h. On a également relevé que la présence de plus de cyclistes diminuent le risque d’accident. En effet, les automobilistes font plus attention car certainement plus habitués à croiser des deux roues avec le temps.
Le Dr Patrick Morency, de l’Université de Montréal, précise que « ce qui fait la sécurité des villes comme Amsterdam et Copenhague, ce sont des environnements plus sûrs pour les cyclistes. Ces villes ont restreint l’espace dédié aux automobiles pour favoriser les transports collectifs, diminuant ainsi le nombre de véhicules en circulation. Ils ont également aménagé des voies cyclables distinctes pour séparer les cyclistes de la circulation automobile. »

Accessoires vélo et vêtements pour protéger le cycliste

Casque lumineux à vélo pour plus de sécurité
Un casque avec un éclairage LED intégré permet plus de visibilité sur la route. Ainsi, les automobilistes aperçoivent le cycliste depuis bien plus loin et peuvent anticiper.

En plus d’éléments obligatoires ou d’aménagements spécifiques, on peut augmenter sa visibilité à vélo afin de se protéger. Le gilet jaune fluorescent, obligatoire hors zone urbaine, peut évidemment permettre d’être vu mais globalement les marques de vêtements mettent aujourd’hui l’accent sur la visibilité avec de plus en plus d’éléments réfléchissants. Le port du casque présente aussi un avantage non négligeable dans ce cas précis car il permet d’y fixer une lumière. La présence d’un éclairage au niveau de la tête permet d’être vu de plus loin. Il existe également des casques avec éclairage LED intégré.

>>> A LIRE AUSSI : Les accessoires pour casque de vélo

 

Même si la loi ne vous oblige pas à porter un casque à vélo, il n’en demeure pas moins qu’il vous évitera une grosse bosse à la tête en cas de chute. Il est aussi important de préciser qu’au-delà de toutes ces informations, rien ne vaut la prudence lorsque vous prenez votre vélo !

 

[Article publié le 24 décembre 2012 et mis à jour le 22 janvier 2021]

Partager

41 comments

  1. Bonsoir, ce que l’article ne précise pas , c’est que la plupart des études d’accidentologie du vélo associé au casque oublient opportunément d’indiquer que lesaccidents avec trauma crânien , hormis les accidents type VTT, sont liés à la rencontre fortuite avec un véhicule motorisé. Dans tous ces cas là, l’écrasante majorité , le port ou le non port du casque n’y change rien.
    De même, ce que l’article ne mentionne pas, c’est que la norme actuelle des casque vélos est tellement faible qu’elle correspond, en terme de résistance, à une chute de sa propre hauteur, soit, ramené à un vélo en mouvement, à une vitesse de 15km. La nouvelle norme en courts d’évaluation porterais cette vitesse à 25km. Laissez moi rire , 25, c’est la vitesse à laquelle je roule sur piste cyclable en Gironde au bout de 2 km d’échauffement….
    Alors, arrêtons d’emmerder les français avec toujours plus d’interdits, et apprenez plutôt à maitriser et votre engin et votre vitesse, et votre environnement.
    Je fais du vélo depuis l’age de 4 ans, je ne suis tombé que bien eu de fois, et j’ai roulé dans les pires endroits du coin, y compris dans le Bordeaux de années 90 ou être à vélo était presque  »interdit ».

    1. Bonjour,

      Merci de votre témoignage.
      Effectivement vous faites bien de préciser qu’il faut avant tout apprendre à maitriser son engin, sa vitesse et son environnement. Nous pensons également, comme stipulé dans l’article, que rien ne vaut la prudence, et cette prudence vaut aussi bien pour les automobilistes, les cyclistes que les piétons afin de pouvoir partager la chaussée le plus sûrement possible.

      Merci et bonne journée !

  2. Moi personnellement je pensée que le casque est très utile. J’ai eu l’occasion de tombé fortement en vélo (fracture du née et multiple plaie légère) Dans mon casque j’aurais aussi eu une fracture au crâne ou un grave trauma.
    Donc oui le casque devrais être obligatoire pour la sécurité de tous

  3. Il faut différencier l’usage qu’on fait de son vélo
    Je ne porte pas de casque et j’utilise mon vélo en ville ou cyclo-tourisme : je n’en vois pas l’utilité.
    Je ne porte pas de combinaison, ni bottes de moto, non plus…
    NB : J’aimerai bien trouver un sujet sur la résistance des casque vélo, peut être en comparaison à ce qui est dispo pour les motos/scooters…) ça pourrait être bien d’être plus précis et de pouvoir estimer la réelle efficacité…

    1. Bonjour et merci pour votre témoignage. Vous trouverez un article plus complet sur la composition des casques de vélo en cliquant sur le lien suivant : https://www.lecyclo.com/outils/comment-choisir-son-casque-velo.html

  4. le port du casque doit être obligatoire!

  5. mic
    je suis contre le port du casque si l on roule normalement faut arrêter de mettre les gens dans du coton
    par contre les mecs qui saute des barres rocheuses ou ceux qui font des descentes impossibles c est un peu normal qu il mette un casque
    pour mon compte personnel j habite dans le sud je fait du vtt toute l annee surtout quand il chaud j ai pas envie de mettre un casque

  6. Bonjour, perso je pense que le port du casque doit être obligatoire. Pour ma part ça se discute même pas c’est une question de bon sens, comme la ceinture de sécurité dans une voiture. Pour ceux qui ont déjà connu une violente chute à vélo (et je sais de quoi je parle), le casque permet de limiter les dégâts, souvent déjà grave. Alors à vos casques !

  7. Bien sure qu’il faut être pour le casque du vélo, c’est comme pour la moto, il peut sauver des vies.

  8. Bonjour Jasmine!

    Mais les conséquences physiques à 7-10 km/h, en terme de chute ne sont pas les mêmes que lorsqu’on tombe à 45-80 km/h

    A vos vitesse vous êtes surement un candidate pour remplacer Jeannie Longuet Tomber a 7kms l’heure vous êtes un poids mort!!! Tomber en vitesse peut parfois sauver les sérieux blessure par le simple fait que vous êtes en mouvement et d’un façon le temps de controler votre chute.

  9. Cela n’arrive pas toujours aux autres je peux vous dire!!
    Ce ne vaux pas la peine de pleurer après le lait est reversé!!
    Et pour ceux qui sont contre vous avez toujours, au cas ou, « Les Jeux Paraplégiques » comme éspoir.

    Bon courage et sutout « Bonne Chance ».

  10. En résumé, je pense que l’usage du casque est une bonne chose pour toute personne qui estime qu’en fonction de sa pratique, de son assurance ou non à bien maîtriser son vélo, de sa vitesse, de l’endroit où elle le pratique, elle estime qu’elle renforcera sa sécurité et réduira probablement le risque de gravité pouvant aller jusqu’à la mort, mais sans garantie absolue.
    Toutefois, il semble aller de soi que l’obligation légale ne soit pas une bonne chose, car d’une part empiète sur l’appréciation libre de chacun à estimer ses risques par soi-même et donc à être responsable pleinement de ses équipements et comportements (un cycliste non casqué ne tuera personne!), d’autre part, lorsqu’on tombe à vélo à petite vitesse, c’est généralement et fréquemment sur les mains, coudes, genoux, jambes et par mal chance, mais moins fréquemment, ça peut l’être sur le crâne en avant/arrière, le visage. Mais les conséquences physiques à 7-10 km/h, en terme de chute ne sont pas les mêmes que lorsqu’on tombe à 45-80 km/h et plus. Selon la confiance en soi, l’exemplarité que l’on doit donner (notamment à ses enfants), l’environnement (lieu et autres usagers), son âge et sa vitesse, chacun doit se sentir libre de pouvoir faire en son âme et conscience le meilleur choix. Si la loi intervient encore dans celui-ci en le contraignant, alors, nous n’aurons plus aucune liberté d’aller traverser les pays, de prendre différents modes de transport, sans être encore obligé de s’alourdir, selon un faux principe de précaution, car le risque vient plus souvent de l’extérieur que de soi (problème de comportement des autres usagers, mauvais aménagements ou absence de signalisation ou de pistes…).

  11. Il me semble que ce soit comme une ceinture de sécurité ( pour le conducteur ) et également comme les préservatifs ! il vaut mieux en avoir et ne pas avoir l’utilité que ne pas en posséder et en avoir besoin
    au diable les lois et autres contraintes ( une loi est faite pour être contourné , regardez nos magnifiques politiciens ….) notre tête est utile tôt ou tard même peu rempli, voila mon point de vue, moi j’en porte un car j’obligeais mes enfants à le porter du coup ils m’ont demander de le porter pour ma sécurité et leurs plaisir de me voir entier, depuis j’ai le réflexe comme la ceinture

  12. Je suis plutot pour, d’ailleurs je porte un casque depuis que me suis rendu compte que l’on pouvait se faire trés mal lors d’une chute que l’on a pas vu venir. Maintenant, quand a le rendre obligatoire…. chacun voit midi a sa porte. Il serait peut-être plus judicieux d’établir
    des conditions d’assurance + incitatives.

  13. Je suis pour le port du casque et surtout un casque de bonne taille et bien attaché (ce qui n’est pas souvent le cas, surtout quand il fait chaud) . Le rendre obligatoire, je ne suis pas d’accord , les obligations çà suffit , et chacun est supposé de vouloir vivre , donc il choisit……..

  14. Je suis POUR. Et il ne suffit pas seulement d’avoir un bon équipement pour se croire invulnérable!!!. Il suffit de très peu parfois pour se retrouver le nez sur le bitume ( j’en ai fais les frais 2 fois alors que pratiquement à l’arrêt. Heureusement que j’avais mon casque , déjà il a sauvé mes lunettes, et c’est le casque qui a pris et non ma tête!! Alors oui, je suis POUR le port du casque. N’oublions pas que nous ne sommes pas seul sur la route et que nous ne sommes pas bien « grands » comparés aux voitures . Un impact vélo/voiture est forcément plus grave pour le cycliste! Personne n’est à l’abri, et que ceux qui pensent que c’est ridicule de les porter, il n’y a rien de ridicule à protéger « SA » tête!

  15. Le casque protège du traumatisme crânien en cas de chute.
    Question: pour cent chutes à vélo, combien de traumatismes crâniens? et combien de ruptures osseuses? Quelle protection contre les fractures de la clavicule, du poignet, du genou, etc?

    Où ont lieu, et qui sont majoritairement les victimes de traumatismes crâniens? Les personnes âgées, lors d’accidents domestiques (chutes d’un escabeau ou d’une chaise, chute dans un escalier).
    A quand le casque obligatoire après 60 ans pour descendre l’escalier?

    Dernier point. Combien d’accidents de vélo « sans tiers en cause »? Et combien avec responsabilité entière ou partielle d’un engin motorisé?

    Et enfin. La proportion d’accidents à vélo est inversement proportionnelle à l’usage du vélo comme moyen de transport (sur courtes ou moyennes distances, en ville ou hors agglomération).

  16. C’est vraiment triste pour ton ami Yves, c’es une situation que je ne souhaite à personne et qui peut tous nous arriver.

    Tout comme mourir dans un crash d’avion, ça peut tous nous arriver.

    Ça ne nous empêche pas de prendre l’avion (de ne pas mettre de casque). Malgré tout, certains ont peur de l’avion et ne le prennent jamais (ou portent un casque à vélo) et c’est leur droit le plus strict : leur peur est justifiée puisqu’il y a des morts.

    Mais devant les statistiques, libre à chacun d’estimer s’il peut prendre l’avion ou se passer de casque.

    Pendant ce temps là, des gens roulent à plus de 100 km/h sur l’autoroute dans des caisses métalliques, ce qui est parfaitement autorisé par la loi et admis par tous. Observons les statistiques à nouveau, et réfléchissons.

  17. Quelques arguments versés au débat : si l’on voulait équiper les gens qui statistiquement se font le plus de traumatismes crâniens, ce serait des personnes âgées à pied. La statistique prouve que ce sont eux, et de très loin, qui se fracassent le crâne en priorité.
    Ceci non pour plaider contre le casque (chacun fait ce qu’il veut) mais contre son obligation (ou alors équipons les populations plus en danger que nous d’abord, c’est du bon sens !!)

    Par ailleurs un chercheur anglais a prouvé que les cyclistes casqués étaient frôlés de plus près par les voitures (le casque ôtant en quelque sort l’impression de « fragilité » du cycliste qui pousse les voitures à s’en écarter). Et ça, à Marseille en tout cas, c’est un vrai argument CONTRe le port du casque !!

  18. ACCORD DU CASQUE SANS ETRE UNE OBLIGATION A PART VTT COMPETITION OU AUTRE FORME DE SPORT

  19. A F. Lievens : en effet. Et le casque est là obligatoire pour les hommes, car il y a risque accru d’accident ! Il faudrait donc trouver un juste milieu entre le mal de gorge et la burka. Quoique, cette dernière en hiver …

    Sérieusement, le casque me paraît indispensable en VTT, lorsqu’on roule de façon « appuyée », car les risques de chute sont réels et les obstacles nombreux. Une chute en descente sur la route peut aussi avoir des conséquences graves.

    En ville, pour les petits trajets et lorsqu’on est pris par le temps, on a tendance à ne pas s’encombrer d’un casque volumineux. Je le porte rarement dans ce cas, bien que le risque d’un choc à la tête existe ici aussi.

  20. Le sondage est plus qu’intéressant .

  21. À ceux qui sont contre:
    Lorsque vous verrez votre meilleur copain en chaise roulante pour le reste de ses jours et que vous lui essuierez la bave sur le menton, vous serez »peut-être » convaincu de la nécessité du port du casque!
    À bon entendeur!!

  22. Une cycliste plus « réaliste » aurait mieux représenté la cause , me semble-t-il. Cela aurait été moins racoleur !! Françoise Lievens

  23. Certains ne font référence qu’aux violentes collisions avec les véhicules et c’est vrai que le casque est inutile dans ces conditions mais vous protégera lors des chutes du haut et à la vitesse d’un vélo et évitera les trauma cranien avec les conséquences graves et à vie que cela peut entrainer (j’ai connu un proche plongé dans le coma pour une simple chute et le casque lui aurait incontestablement évité ce drame). Il y a énormément plus de chutes seul ou avec un autre vélo que de collision voiture/vélo.
    Un airbag et une ceinture de securité dans une voiture ne vous protégera pas de la mort dans des collisions violentes (et mettre un casque en plus aux automobilistes comme je le lis n’y changera rien) mais vous sauvera la vie dans beaucoup d’autres chocs.
    ça me fait penser à ceux qui sont contre les contrôles de vitesses SAUF dans leur lotissement ou ils trouvent que les voitures roulent trop vite.
    J’aimerai aussi dire à ceux qui préconisent de mettre un casque aux piétons qu’un piéton à peu de chance de chuter sur la tête contrairement à un cycliste.

    Le casque n’a pas besoin d’être obligatoire, ce n’est qu’une question d’intelligence. A chacun de voir!!!

  24. Je suis +/- pour le port du casque, mais contre son obligation!
    Je le mets, parfois, et le fais mettre systématiquement à mes enfants de 7 ans; mais le rendre obligatoire serait pour moi une trop forte contrainte pour quelque chose qui doit rester du plaisir à l’état pur.
    Le casque pour protéger le cycliste de quoi, de qui? De lui-même? Non, un cycliste n’est pas « dangereux » en soi! Des autres véhicules? Oui, sûrement, mais alors à quand les obligations pour les autres usagers de la route : pratiquants de trottinette, de rollers, puis enfin aux piétons!
    Et tant qu’on y est, on pourra aussi y rajouter les obligations suivantes à tout ce petit monde au même titre que les automobiles : plaques d’immatriculations, pneus neige, chaînes, éthylotest (en plus je ne bois JAMAIS d’alcool!), roue de secours,…?
    Donc pour toutes ces raisons, je pense que le rendre obligatoire ne serait pas judicieux, bien que je comprenne que cela puisse partir d’un bon sentiment.

  25. Complètement pour, c’est la seule protection du cycliste! Pas contre les connards en voiture mais bon..!plusieurs essaies à mon actif et toujours concluants 🙂 à bon entendeurs…..

  26. je suis pour le casque
    un casque empêche pas de gagner
    et ont à qu’une tête
    alors protection pour la vie,il y a déjà trop de malade avec leurs voitures sur les routes même de campagne!!!!

  27. Similaire au port des gilets réfléchissants : il faudra demander au pilotes de bagnoles d’enfiler un casque afin qu’ils soient protégés lorsqu’ils entrent ou sortent de leur bagnole (le long des pistes cyclables..) & lors de leurs propres accidents , et de même pour les piétons afin qu’ils soient mieux protégés des pilotes de bagnoles (aux carrefours, en état d’ivresse..) Alors quel progrès..!

  28. En 2007, j’ai fait une chute sur la tête à faible vitesse. Ma tête a rebondi sur le sol avec la vitesse et le bruit d’un ballon de basket. Je ne rentre pas dans les statistiques, car j’en suis sorti indemne ! Merci le casque !

  29. Et mon sondage sur le casque en voiture ?

  30. Les commentaires de Pool et Pat me semblent parfaitement pertinents et reflètent très bien la pensée des cyclistes au quotidien des 180 associations de la Fédération des Usagers de la Bicyclette. J’ajouterais à celui d’Abel, l’obligation du port du casque pour les piétons de plus de 65 ans et de moins de 12 ans et son tableau serait complet…
    On peut imaginer de rendre obligatoire la combinaison Airbag (celle-là même qui a permis à un acteur qui voulait incarner Spiderman de se retrouver en fauteuil pour le restant de ses jours par exemple !). Le monde regorge de bien-pensants… pour les autres, parfois même ligués en associations nationales subventionnées qui ne représentent que quelques dizaines d’adhérents non pratiquants… Continuons à opposer à la liberté de tuer (qui connait un automobiliste embastillé ?) la liberté d’exister et de choisir de porter ou non un casque, quels que soient les intérêts mercantiles en question !

  31. Jean-Jacques a été prévenu… 😉

  32. Merci d’avoir mis à jour le sondage suite à la remarque de Jean-Jacques. Ca m’a permis de voter. Pour le port du casque à titre personnel et contre l’obligation du port du casque pour tous. Plus qu’à retrouver Jean-Jacques pour lui dire qu’il peut revenir voter 🙂

  33. L’article a été enrichi d’un nouveau sondage portant sur l’obligation de porter un casque de vélo.
    Les résultats montreront donc combien de cyclistes sont favorables au casques mais pas à son obligation.

  34. L’intitulé du sondage est mal foutu et ne correspond pas à l’article.
    Si la question est « êtes vous pour le port du casque sans obligation », j’aurais répondu OUI puisque j’en porte souvent un, ou bien « à chacun de faire son choix »
    Si la question est « êtes vous pour l’obligation du port du casque », j’aurais répondu NON
    Mais en l’état actuel du sondage, je ne me prononce pas.

  35. La question du sondage ne me semble pas pertinente: on peut être favorable au port du casque tout en étant contre l’obligation de le porter. Exemple: pour randonner, faire du VTT, ou traverser Paris aux heures de pointe sur un vélo rapide, je mets le plus souvent mon casque, mais pour aller faire quelques emplettes dans le quartier sur un vélo hollandais, je m’en passe, car cela me semble très largement superflu. Et il ne me viendrait pas à l’idée d’obliger les autres à faire comme moi.
    D’ailleurs, à propos de Hollande (pas le Président, le pays), si vous allez y faire un tour, vous verrez qu’une proportion négligeable des cyclistes y porte un casque (en fait, seulement les sportifs, et encore…) Ensuite, comparez les chiffres de la part modale du vélo et de la sécurité des cyclistes aux Pays-Bas, en France, en Australie, etc. Normalement, ce genre de comparaison devrait mener à une conclusion assez évidente, ce qui nous éviterait de relancer ce débat…

  36. Je viens de consulter le site cityauto.com, puis de faire le tour des sites d’automobilistes. Aucun ne propose de sondage « Pour ou contre le casque obligatoire en voiture ». Mais comment ont-ils fait pour faire se poser cette question aux seuls cyclistes, faire déposer des propositions de loi sur ce sujet, … alors que l’obligation du port du casque en automobile serait autrement plus efficace, épargnant chaque année des centaines de vies. Oui, oui, oui au casque obligatoire en voiture.

  37. Ce qui est bien, en tout cas en France, c’est que quand il y a des problèmes, on ne cherche jamais à résoudre cela à la source. Au lieu de ça, on va ajouter une contrainte de plus, ridicule …
    Le vélo n’est pas du tout dangereux, il faut simplement avoir une monture en bon état et adapter sa vitesse à la situation. Je ne suis jamais tombé à vélo.
    Par contre de très nombreuses personnes ont failli me tuer sur la route, et ça tous les jours, à Paris je précise. Le jour où vous avez un de ces fous, qui vous foncent continuellement dessus, casque ou pas casque n’y changera pas grand chose, c’est la mort assuré dans tous les cas. Alors, créez de vrais pistes cyclables, sanctionnez le non respect du code de la route, à savoir obligation de ralentir et distance minimale de sécurité de un mètre en ville (non respecté par au moins 90 à 95 % des gens), sans compter le respect des priorités, et le casque devient une futilité totale …
    En plus, c’est pas dur à faire, quelques vélos banalisés avec une caméra à l’avant et à l’arrière, et c’est au moins une infraction par minute à Paris, ensuite il n’y a plus qu’à enlever le permis à tous ces dangers public et la route redeviendra plaisante … Juste un problème, ce n’est pas populaire et ça ralentira l’économie, moins de vente de voiture, d’essence, etc … Hypocrisie, encore et toujours …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


Qualité de l'air