Test du gilet Commuter X4 d’Oxford, l’éclairage vélo haute visibilité

Publié par 
Quentin Cornuault,
le 
Idées cadeaux vélo, Matériel signalisation / sécurité, Matériel vélo

Partager

Test du gilet Commuter X4 d’Oxford, l’éclairage vélo haute visibilité

Parce que l’un des problèmes majeurs des cyclistes sera toujours d’être vu par les autres usagers de la route, les marques ne cessent d’innover. Elles proposent toujours plus d’accessoires lumineux. C’est par exemple le cas d’Oxford avec le Commuter X4, une sorte de gilet lumineux que nous avons pu tester pendant quelques semaines.

Commuter X4 Oxford : l’accessoire du cycliste noctambule

Vous l’aurez très vite compris ce type d’accessoire se destine avant tout aux cyclistes (ou motards) qui ont l’habitude de rouler lorsque le soleil n’est pas encore levé ou déjà couché. Si les éclairages vélo avant et arrière sont obligatoires, il n’est évidemment pas interdit d’ajouter d’autres sources lumineuses.

Le Commuter X4 n’a évidemment pas pour objectif de vous aider à mieux voir lors de vos trajets, mais bien à aider les autres à mieux vous voir. Il aide en particulier les véhicules qui viennent de l’arrière. En effet, ce harnais (ou gilet, appelez-le comme vous voulez), s’installe dans le dos de l’utilisateur ou sur un sac à vos. Il sert donc à avertir de votre présence les usagers qui arrivent sur vous.

Comme nous allons le voir, le Commuter X4 ne dispose pas simplement d’un éclairage central, mais bien de 4 fibres optiques qui permettent de diffuser la lumière sur une plus grande surface. Une comparaison avec une simple lampe rouge accrochée à votre sac à dos n’a donc pas vraiment lieu d’être ici. Même si cela prend plus de sens la nuit tombée, on imagine par contre très bien utiliser le Commuter X4 en journée.

>>> A LIRE AUSSI : Augmentez votre visibilité à vélo avec le Commuter X4

Test du Commuter X4 : déballage et impressions sur le produit

Le Commuter X4 est livré dans une petite boîte en plastique qui présente les différentes utilisations possibles de l’appareil ainsi que ses caractéristiques principales. Il n’y a pas grand-chose de plus à dire sur l’emballage qui se montre finalement très classique. À l’intérieur, on y trouvera le Commuter, accompagné d’une notice explicative.

L’appareil est donc composé d’une zone lumineuse centrale en plastique noir qui semble de qualité plutôt moyenne. De même que son assemblage qui ne parait pas particulièrement qualitatif. Deux boutons sont disposés sur la partie supérieure et permettant d’allumer le Commuter X4. On dispose enfin d’un port micro-USB sur la partie inférieure qui permettra logiquement de recharger la batterie intégrée. Celui-ci est protégé des éventuelles éclaboussures par un petit cache en plastique souple.

De cette zone lumineuse centrale partent 4 bandes de tissu qui abritent les fibres optiques lumineuses. Ces dernières sont donc installées dans des lanières cousues et recouvertes d’un revêtement réfléchissant. Elles se terminent par des sangles ajustables dotées de boucles en plastique et de boutons pression. Ils permettent plusieurs modes de fixation sur le cycliste ou sur un sac à dos, mais nous y reviendrons plus loin.

Test du Commuter X4 au quotidien

Un harnais qui peut être porté comme gilet ou par dessus un sac à dos

Avant de se lancer sur la route, il faudra prendre un peu de temps pour appréhender l’installation du Commuter X4. En effet, le produit a notamment pour avantage d’être modulable et pourra ainsi être enfilé comme un gilet ou comme un sac à dos, en fonction de l’organisation des boucles que vous choisirez. De notre côté, le mode « gilet » nous a paru le plus confortable et le plus naturel avec une sangle ventrale qui maintient bien le tout en place.

Comme indiqué précédemment, il pourra également être installé sur un sac à dos. Cette configuration est pour nous la plus simple puisqu’il ne faut que quelques secondes pour mettre en place les sangles. À noter d’ailleurs que l’installation sur un sac à dos ne gêne en rien l’utilisation du dit sac à dos. Enfin, le poids très correct du Commuter X4 lui permet de vite se faire oublier, surtout quand il est installé sur un sac.

Plusieurs modes lumineux et autonomie du Commuter X4

L’allumage des différents éléments se fait très simplement à l’aide des boutons présents. S’il est difficile de jauger l’efficacité d’un tel appendice, il convient de noter que le gilet permet très clairement de mieux distinguer la masse du cycliste lorsque la luminosité est limitée. Par temps clair, on pourra se contenter des bandes lumineuses. Mais la lumière centrale et ses 70 lumens prendront tout son sens dans les endroits les plus sombres. Notez également que les sangles sont pourvues d’un revêtement réfléchissant qui pourra plus ou moins remplacer un gilet haute visibilité.

On appréciera également la possibilité d’utiliser des modes clignotants. En plus de prolonger l’autonomie de l’éclairage, ils permettent d’attirer plus facilement l’oeil des autres usagers de la route et donc d’amplifier « l’efficacité » du Commuter X4.

Du côté de l’autonomie, en utilisant uniquement les bandes lumineuses, nous avons pu utiliser le Commuter X4 durant 5 jours à raison de 30 minutes de trajet quotidien. L’autonomie chute logiquement lorsque la lumière centrale est utilisée et il faudra ainsi recharger l’appareil plus régulièrement. Petit regret : la charge complète demandera plusieurs heures, ce qui obligera à l’anticiper, mais, on reste ici sur quelque chose d’assez commun sur les éclairages vélo.

>>> A LIRE AUSSI : Être visible à vélo grâce aux éclairages passifs

Conclusion du test du Commuter X4 pour être visible à vélo

Au final, le Commuter X4 d’Oxford se présente comme un bon complément au gilet haute visibilité. S’il ne peut logiquement pas légalement le remplacer, il prendra tout particulièrement du sens s’il est utilisé avec un sac à dos. Sac qui aura en général tendance à masquer les éléments réfléchissants d’un gilet.

Sa mise en place au quotidien nécessitera logiquement un peu d’entraînement. Son système de sangle peut être quelque peu complexe. Une fois le coup de main pris, il s’enfilera très facilement. Il suffira d’un simple appui sur les boutons pour le mettre en marche.

Au-delà de l’aspect pratique, nous émettons cependant quelques réserves sur la durée de vie du produit. A voir dans le temps, n’ayant pas utilisé ce produit suffisamment longtemps. Il faudra peut-être éviter de trop le malmener pour prolonger au maximum sa durée de vie.

Point positif

  • Discrétion et légèreté
  • Plusieurs modes de fonctionnement
  • Permet vraiment d’être plus visible, même éteint
  • Adaptation à toutes les morphologies et sac
  • Autonomie correcte

Points négatifs

  • Prise en main hasardeuse au début
  • Temps de charge un peu long

Merci à Edouard pour la rédaction de ce test. Retrouvez plus de tests concernant le vélotaf notamment sur son site.

>>> A LIRE AUSSI : La FUB annonce les meilleurs éclairages vélo 2021

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Conseils et Actu Vélo

 

📫 Toutes les deux semaines, je reçois une news complète autour de la petite reine : conseils, itinéraires, actualité

 

Catégories

Qualité de l'air