Guide et conseils pour faire face au pic de pollution à vélo

Publié par 
,
le 
Accueil, Actualités, Environnement / Santé
Partager
Guide et conseils pour faire face au pic de pollution à vélo

Alors que les pics de pollution en Île-de-France, et dans notre pays plus généralement, s’enchainent depuis quelques mois, la chaleur hivernale ne favorise pas la qualité de l’air. Voici quelques conseils et quelques explications pour mieux comprendre le problème et faire face à la pollution.

Les alertes à la pollution sont de plus en plus fréquents et les cyclistes doivent faire face à un air pollué à l’ozone ou aux particules fines pour ne citer que ces deux-là.

La pollution à l’ozone est le résultat d’une réaction chimique entre les gaz d’échappement, tels que le dioxyde de souffre ou d’azote ,et les hydrocarbures, comme les vapeurs d’essence non brûlée, …  Cette pollution est accrue par les effets de la chaleur et des UV. L’ozone a pour effet premier de provoquer un grattement au fond de la gorge mais malheureusement ce n’est pas tout ; une étude réalisée entre 2004 et 2006 par l’Institut de Veille Sanitaire portant sur 9 villes françaises, comptabilise 65 morts prématurées liées à la pollution à l’ozone. Celle-ci peut entrainer un œdème pulmonaire, de l’asthme, des insuffisances respiratoires, …

L’ozone touche surtout des personnes déjà fragiles, mais il y a de fortes présomptions qu’une exposition chronique joue aussi un rôle dans l’apparition même de ces pathologies. – Agnès Lefranc, directrice du département santé-environnement de l’InVS

La pollution aux particules fines, quant à elle, est également issus de l’utilisation d’énergies fossiles dans les voitures mais vient également des industries et du chauffage, au bois notamment. Ces particules se glissent dans nos poumons créant ainsi des gênes dans notre système respiratoire.

Comment réduire la pollution absorbée lors de la pratique du vélo ?

À vélo, même si l’on ne génère pas de pollution, on en ingère mais il y a quelques petites astuces à savoir pour réduire ces risques :

  • Tout d’abord, le cycliste doit, si il le peut, rouler sur une piste cyclable : Quand un cycliste sort du flux de circulation pour rouler quelques mètres à côté, le taux d’exposition est divisé par deux ou trois. – Karine Léger, ingénieure à Airparif
  • Il peut également se munir d’un masque anti pollution qui filtrera une partie des particules flottant dans l’air. Cet équipement doit être de qualité ; les masques blancs, qu’on peut utiliser par exemple en peinture, ne servent pas à grand chose par exemple.
  • Si on utilise le vélo pour faire une balade, mieux vaut privilégier les heures matinales où la chaleur n’est pas encore élevée et du coup les niveaux de pollution sont au plus bas. Il faut savoir que ces niveaux atteignent leur apogée entre 15 et 16 heures en générale.

Malheureusement, il est quasiment impossible d’y échapper complétement ; la pollution est partout et tout le temps : au milieux de la nuit, dans une forêt et même en rase campagne.

La majorité de l’ozone contenu dans l’air est importé par des courants qui nous viennent d’Europe du Nord ou de l’Est. – Karine Léger

Sources :

Partager
comparateur Antivol velo

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Guide et conseils pour faire face au pic de pollution à vélo"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes

Catégories

Abonnez-vous à notre newsletter


Qualité de l'air

comparateur Antivol velo