Tout savoir sur le pédalier de vélo

Publié par 
Nicolas Martin,
le 
Accueil, Conseils techniques, Conseils vélo, Divers, Transmission

Partager

Tout savoir sur le pédalier de vélo

Le pédalier du vélo est un élément clé de la transmission. C’est grâce à lui qui que la force imprimée sur les pédales se transmet à la chaîne. Conçu pour supporter des contraintes importantes, il se décline en différents types selon la façon dont la manivelle se fixe sur l’axe. Les pédaliers diffèrent aussi selon le nombre et les dentures des plateaux. Quels sont les éléments constitutifs d’un pédalier vélo ? Comment reconnaître les différents standards existants ? Quelle différence entre un pédalier VTT et un pédalier pour vélo de route ? Quel pédalier pour la montagne ou pour le plat ? Voici les réponses à toutes ces questions !

Anatomie d’un pédalier vélo

Un pédalier n’est pas une pièce unique, mais un ensemble d’éléments distincts. Il regroupe les différentes pièces situées entre les pédales et le boîtier de pédalier (les roulements qui relient le pédalier au cadre). Ces éléments sont normalement démontables, mais ils sont parfois rivés ou soudés ensemble. S’ils sont bruyants, il se pourrait que le pédalier ait besoin d’être resserré.

  • Les manivelles : elles relient les pédales à l’axe du pédalier. Leur longueur est variable, comprise en général entre 170 et 175 mm. Un cycliste plus grand aura tendance à choisir des manivelles plus longues, mais il s’agit aussi d’un choix personnel, lié à la technique de pédalage propre à chacun. Des manivelles courtes favorisent la vélocité, par exemple sur piste ou en cyclotourisme. Ou pour les personnes de plus petite taille : les manivelles de 165 mm sont alors très pratiques. Elles ont aussi l’avantage d’être un peu plus éloignées du sol, ce qui évite à la pédale de venir cogner par terre, notamment lors des virages ou s’il y a des grosses roches. Des manivelles plus longues offrent en revanche un meilleur bras de levier, notamment en danseuse. Seule règle à respecter impérativement : une même longueur pour les manivelles droite et gauche ! Cela peut sembler évident, mais on a vite fait de se tromper lorsqu’on panache les éléments de deux pédaliers différents.

>> À LIRE AUSSI : Comment tarauder une manivelle de pédalier vélo


  • L’étoile : c’est la pièce à 4 ou 5 branches sur laquelle viennent se fixer les plateaux. Elle est en général solidaire de la manivelle droite sur les vélos actuels. Les plateaux sont parfois fixés à l’étoile par des rivets indémontables, mais il y a également des modèles où il s’agit de vis, ce qui permet de changer les plateaux.
  • Les plateaux : ils sont au nombre de un à trois : ce sont les grandes roues dentées. Leur rôle est d’entraîner la chaîne. Ils diffèrent par leur nombre de dents, leur type de fixation à l’étoile, mais aussi par leur épaisseur. Celle-ci correspond à une largeur de chaîne donnée et donc au nombre de pignons sur la cassette.
  • L’axeil fait normalement partie du boîtier de pédalier, mais il est parfois intégré au pédalier lui-même. Un axe intégré est solidaire de la manivelle droite (pédalier Shimano Hollowtech II), gauche (Race Face) ou des deux manivelles (Campagnolo Ultra Torque).

>> À LIRE AUSSI : Changer votre boîtier de pédalier vélo

Les 4 grandes familles de pédaliers vélo

On peut distinguer différents types de pédalier selon la façon les manivelles s’articulent avec l’axe. Voici les 4 principaux du plus ancien au plus récent.

Le pédalier à clavettes

Comme son nom l’indique, ce type de pédalier se fixe à l’axe par une clavette. Celle-ci est emmanchée en force dans la manivelle et fixée par un écrou. La partie biseautée de la clavette vient se bloquer sur le méplat de l’axe. Ce système se rencontre presque exclusivement sur des vélos anciens, jusqu’aux années 1970. Principal inconvénient : un jeu finit par apparaître entre l’axe et la manivelle, et la clavette est alors souvent difficile à extraire.

pédalier à clavettes
Fixation d’un pédalier à clavettes

>> À LIRE AUSSI : Tout savoir sur les clavettes de pédalier

Le pédalier à axe carré

L’axe se termine par est un carré conique sur lequel la manivelle est emmanchée en force. C’est le type de pédalier le plus courant depuis les années 1980. Il domine encore le marché aujourd’hui sur les vélos d’entrée de gamme. Un extracteur de manivelle est nécessaire pour démonter le pédalier.

>> À LIRE AUSSI : Comment changer la manivelle de pédalier d’un vélo

Le pédalier à axe cannelé

Il reprend le principe de l’emmanchement carré, mais l’axe est creux et cannelé. Les cannelures sont au nombre de 8 (pédalier Shimano Octalink) ou 10 (pédalier Isis Drive). Cette technologie a équipé de nombreux vélos dans les années 2000, avant d’être remplacée chez Shimano par les pédaliers à axe intégré. Seul subsiste le standard Isis sur des vélos récents, notamment les VAE.

Le pédalier à axe intégré

L’axe n’est plus une pièce indépendante ni montée d’origine avec les roulements dans le boîtier. Le pédalier à axe intégré est un système très différent des trois précédents car il comporte un axe monté directement sur les manivelles. Il équipe aujourd’hui de nombreux vélo de milieu ou haut de gamme. Le pédalier Shimano Hollowtech II, dont la manivelle droite est solidaire de l’axe, est le système le plus connu.

Pédalier Shimano à axe intégré
Un pédalier Shimano avec axe intégré sur la manivelle droite

Pédalier double ou triple plateau ?

Quel que soit le type de pédalier, il existe une grande variété de modèles disponibles. Le principal critère de choix concerne le nombre de plateaux et leurs dentures qui, avec la cassette, vont déterminer l’étendue et l’étagement de vos braquets.

Le double plateau traditionnel

Les deux plateaux offrent deux plages d’utilisation : un grand plateau pour le plat et un petit plateau pour des profils plus vallonnés ou montagneux. Inconvénient : le petit plateau ne peut descendre en dessous de 38 dents et limite donc le choix des plus petits braquets. Ce type de pédalier est donc réservé aux coursiers ou aux cyclistes les plus puissants. C’est donc un pédalier qu’on trouve soit sur les vélos plus anciens, soit sur les vélos de course.

Le triple plateau

Ce pédalier comporte les deux plateaux du pédalier double traditionnel auxquels vient s’ajouter un troisième plateau plus petit (en général 30 dents pour un vélo de route). Aussi appelé plateau granny par les Anglo-Saxons (granny ring : plateau de grand-mère), il offre une large gamme de braquets bien étagés qui conviennent à la montagne et à la pratique du cyclotourisme. Il tend cependant à disparaître pour deux raisons principales :

  • L’apparition des pédaliers compacts permet aujourd’hui d’obtenir une plage de braquets presque équivalente, grâce à un petit plateau de 33 dents minimum.
  • L’apparition de cassettes à 11 ou 12 vitesses offre un étagement équivalent à celui d’un triple plateau en 9 ou 10 vitesses.

Il présente aussi l’inconvénient du poids et d’une plus grande complexité pour régler le dérailleur avant. Le pédalier triple plateau reste cependant une solution efficace et économique que l’on trouve encore sur des vélos d’entrée de gamme. On le trouve aussi en milieu de gamme avec axe intégré pour un montage à la carte.

Pédalier triple plateau Shimano
Un pédalier Shimano triple plateau à emmanchement carré

Les alternatives : pédalier compact ou mono-plateau

Le pédalier compact : un pédalier polyvalent pour la route

Pour les vélos de route, le pédalier compact tend à remplacer aussi bien le double plateau traditionnel, désormais réservé aux compétiteurs, que le triple plateau, auquel il ôte une partie de son intérêt. Il s’agit d’un pédalier avec seulement deux plateaux, mais avec plusieurs des avantages du pédalier triple.

Grâce à une étoile plus petite (entraxe de 110 mm au lieu de 130 ou 135 mm), il permet en effet de fixer un très petit plateau de 33 à 38 dents. Et un grand plateau qui demeure entre 46 et 52 dents. Avec un plateau de 34 dents couplé à une cassette assez étendue en 11 vitesses, on pourra ainsi retrouver la même gamme de braquets qu’un triple plateau en 9 vitesses.

Avantages : il est plus léger, plus facile à régler et très polyvalent. On peut aussi changer la taille du petit plateau en fonction du terrain, de 34 dents pour la montagne à 38 dents pour le plat.

Inconvénients : pour un même nombre de pignons sur la cassette, il offrira toujours une moindre gamme de développements (plage moins large ou moins bon étagement) par rapport à un triple plateau. Sinon il s’intégrera dans un groupe plus haut de gamme et donc plus onéreux. De plus, l’écart de dentures entre les plateaux (16 dents pour un 50/34) n’est pas toujours facile à gérer.

Le mono-plateau : du vélo de ville au VTT, VAE et Gravel

Ce type de pédalier avec un seul plateau est bien entendu celui qu’on retrouve sur tous les vélos fixies et singlespeed. Il équipe également les vélos de ville à transmission intégrée, comme la transmission Shimano Nexus. Et il n’a jamais perdu sa popularité sur les vélos hollandais 3 vitesses à rétropédalage. Mais il redevient la mode également pour les sportifs, et c’est là que c’est plus étonnant. Le mono-plateau est en effet devenu en quelques années la grande tendance pour les pédaliers VTT ou gravel.

L’inconvénient principal saute aux yeux : une réduction des braquets disponibles. Mais ce n’est vrai qu’en partie. En effet, il existe désormais des cassettes avec une très large plage de dentures (jusqu’à 10/51 !). Cela permet de couvrir une grande plage de développements avec un seul plateau. Reste le problème de leur étagement, c’est-à-dire de l’écart entre deux pignons consécutifs. Cet inconvénient sera cependant moins sensible en VTT ou en gravel, où les ruptures de rythme sont souvent plus brutales que sur route.

En revanche, les avantages du mono-plateau sont particulièrement appréciables en gravel, cyclo-cross ou VTT. Il offre en effet une plus grande simplicité de réglage et de fonctionnement. Ce sont les mêmes avantages qui le rendent si pratique en vélo de ville. S’il s’intègre dans un groupe spécialement conçu pour le mono-plateau (dérailleur arrière spécifique, plateau anti-déraillement « narrow wide »), il garantit par ailleurs une meilleure tenue de chaîne.

Le mono-plateau est aussi à privilégier pour un vélo enfant, qui sera ainsi moins lourd et plus simple à utiliser.

Partager

comparateur Antivol velo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


Qualité de l'air