Le vélo dans la campagne des élections municipales 2020 à Paris

Publié par 
Jean-Baptiste Lasserre,
le 
Accueil, Actualité, Politique vélo

Partager

Le vélo dans la campagne des élections municipales 2020 à Paris

Les élections municipales 2020 à Paris approchent à grand pas, et avec elles leurs lots de débats. Parmi eux, se pose la virulente question de la place du vélo qui a fait couler beaucoup d’encre ces derniers mois. Entre critiques et propositions des associations aux candidats, on fait le point sur la question du vélo dans les élections municipales 2020 à Paris.

Paris, une politique cyclable dans une bonne dynamique

Un Plan vélo qui a transformé le visage de la capitale

Dans la lignée des grandes métropoles françaises, Paris a aussi commencé sa petite révolution cyclable sous l’impulsion de Anne Hidalgo et de son équipe municipale. Et notamment de Christophe Najdovski, son fidèle adjoint aux transports. Sous le feu des projecteurs et des critiques, la capitale a lancé son sprint final pour atteindre les promesses de son Plan vélo 2015-2020.

Panneau Rue Saint-Antoine dans le Marais
Signalisation d’une piste cyclable à Bastille © Havang(nl) – Wikimedia Commons

150 millions d’euros de budget ont été alloués pour atteindre les 15% de part modale. Ils ont notamment permis la création d’une autoroute vélo, le Réseau express vélo (REVe) qui desservira de manière continue et homogène tout le centre-ville jusqu’aux portes de Paris. Ainsi que la mise en place de 10 000 places de parking vélo supplémentaires. Les zones 30 ont également été généralisées dans toutes les rues à sens unique.

Des réactions mitigées

Une politique accueillie de manière diverse. D’une part, les associations vélos parisiennes jugent que le Plan est loin d’avoir atteint ses objectifs. Notamment Paris en Selle qui estime que 66% des aménagements annoncés ne sont pas réalisés. D’autre part, les automobilistes et les anti-Hidalgo dénoncent une augmentation de la congestion routière liée à ses nouveaux aménagements. Enfin, les cyclistes se plaignent de voir leurs aménagements réservés régulièrement empruntés par les motos et les scooters.

>> A LIRE AUSSI : des caméras pour verbaliser autos et scooters sur les pistes cyclables

Toutefois, la grande grève des transports débutée en décembre 2019 a révélé l’efficacité de ces aménagements et le potentiel du vélo à Paris. Et a fait changer pas mal d’avis.

Les propositions des associations vélo parisiennes

Mieux se Déplacer à Bicyclette (MDB) et Paris en Selle sont les deux associations vélo de Paris. Mieux se Déplacer à Bicyclette est la première association cycliste francilienne. Elle milite depuis 1974 pour que chacun puisse utiliser son vélo de manière efficace, agréable et sécurisée. De son côté, l’association Paris en Selle souhaite promouvoir et développer l’usage du vélo sur le territoire de la Métropole du Grand Paris en faisant entendre la voix des cyclistes auprès des élus.

Les conseils de l’association MDB pour les élections municipales à Paris

À l’occasion des élections municipales de mars 2020, l’association offre une liste de conseils et de propositions à destination des associations vélos ou des citoyens qui souhaitent s’investir dans la campagne pour défendre le vélo.

On y retrouve notamment un programme de 25 propositions reprenant des mesures incontournables. Comme la création de « pistes cyclables larges, continues et sécurisées » ou l’adoption d’un « plan vélo financé et concerté ». Mais également des suggestions plus fortes comme par exemple « rendre payant le stationnement en surface pour les voitures et les deux-roues motorisés » ou « restreindre ou supprimer la circulation devant les écoles aux heures d’entrée et de sortie des classes ».

MDB propose également des guides et fiches conseils pour faire campagne pour le vélo, pour convaincre un candidat qui ne croit pas au vélo ou pour utiliser au mieux les réseaux sociaux en cette période électorale. Et même un calendrier pour planifier des actions au cours de la campagne.

« Vivez Paris, Votez Vélo », la campagne commune de ces associations

Cette année, les deux associations vélo se sont réunies pour porter une campagne commune intitulée « Vivez Paris, Votez Vélo ». Cette campagne de communication a pour but de mettre en lumière des propositions citoyennes pour un Paris cyclable que les candidats à la Mairie auraient intérêt à intégrer dans leur programme.

On retrouve quatre propositions principales :
– La création d’un réseau vélopolitain avec des pistes larges, confortables, continues et identifiables permettant de créer des lignes structurantes dans la ville sur le modèle du métro.
– La modification du plan de circulation pour limiter le trafic automobile dans les quartiers résidentiels.
– Un stationnement vélo facile, pour tous, partout et sécurisé.
– Donner au vélo une place centrale dans les politiques de mobilité de la ville, notamment en développant le Vélib’ et le savoir rouler à l’école.

Le réseau express vélo, une proposition des assosciations vélo pour les élections municipales 2020 Paris
Schéma extrait de la campagne Vivez Paris Votez Vélo

Un collectif pour promouvoir la solution vélo en Île-de-France

Récemment, 33 associations cyclistes de toute la région parisienne ont rejoint le « Collectif Vélo Île-de-France » pour porter la question du vélo auprès des acteurs régionaux. Plus fortes sous la bannière du collectif, les associations souhaitent désormais toucher des acteurs plus importants. Qu’il s’agisse de régions ou d’autorités organisatrices des transports. Le collectif est également présent et très actif sur les réseaux sociaux.

Une arme supplémentaire pour MDB et Paris En Selle pour porter le vélo dans le débat des élections municipales 2020 à Paris.

Les candidats aux élections municipales 2020 à Paris et le vélo

Pas moins de 11 candidats se sont d’ores et déjà déclarés à la course pour la mairie de Paris. Parmi eux toutefois, seulement quelques-uns se prononcent clairement sur la question du vélo.

Les candidats vélo-friendly

Anne Hidalgo, maire sortante et candaidate la plus ambitieuse sur le vélo pour les élections municipales 2020 à Paris
© Anne Hidalgo – Twitter

Anne Hidalgo, maire sortante et ouvertement pro-vélo souhaite continuer ce qui a déjà été entrepris, et aller encore plus loin dans la politique vélo de Paris. De son côté, David Belliard, le candidat écologiste ne se déplace qu’à vélo et propose également de créer davantage de pistes cyclables pour libérer Paris de la voiture et en faire une ville « 100% cyclable », sur le modèle de Copenhague. Christophe Berkani, candidat issu de la société civile, a lui aussi annoncé vouloir créer de nouvelles pistes cyclables et dédier certaines rues secondaires aux vélos.

Enfin, Cédric Villani, le dissident de la majorité annonce vouloir devenir le « premier maire véritablement écologiste de Paris ». Dans la continuité du plan vélo d’Anne Hidalgo qu’il souhaite terminer, son « nouveau plan vélo étendu à l’échelle de la métropole » prévoit de renforcer le nombre de pistes cyclables sécurisées. Notamment en aménageant la Petite ceinture en « rocade cyclable et piétonne ». Il souhaite également étendre le Vélib’ à l’ensemble de la métropole. Avec pour objectif d’ici 2030 de faire dépasser la part du vélo à celle de la voiture à Paris.

Ceux qui ne se positionnent pas

Pour la plupart des candidats toutefois, difficile de connaître leur position par rapport à la bicyclette. Si Benjamin Griveaux, le candidat LREM reconnait l’importance du vélo comme moteur de la mobilité de demain, il n’a annoncé aucune mesure concrète. Le candidat socialiste Gaspard Gantzer veut lui « détruire le périphérique » et le remplacer par des espaces verts, mais rien sur le vélo. Danielle Simonnet de la France insoumise, Serge Federbusch du RN et Pierre-Yves Bournazel, candidat de centre-droit ne se sont, quant à eux, pour l’instant pas positionnés.

Les partisans du retour de la voiture

En revanche, Rachida Dati, la candidate Les Républicains a ouvertement annoncé vouloir aller à contre-courant de la politique municipale actuelle qu’elle juge « anti-voitures ». Même son de cloche du côté de Marcel Campion. L’homme d’affaire, qui se présente plus contre Anne Hidalgo que pour un parti, souhaite revenir sur les mesures « anti-voitures » prises lors du précédent mandat en proposant par exemple de rouvrir les berges aux automobiles la semaine, ou encore créer de grands parkings automobiles intra-muros. La révolution verte urbaine n’est pas acquise pour tout le monde.

Vous organisez une activité vélo dans votre ville ? Faites-le savoir en l’ajoutant à l’Agenda du vélo Citycle. Si ce n’est déjà fait, vous devrez créer votre compte gratuit.

>> A LIRE AUSSI : découvrir Paris autrement en balades à vélo

Partager

comparateur Antivol velo

2 comments

  1. Bonjour

    Merci de vous informer avant d’écrire que Cédric Villani n’ aucune proposition sur le Vélo !

    Ses premières propositions c’est ici :https://www.cedricvillani.paris/developper-davantage-lutilisation-du-velo-a-paris/

    1. Merci de votre commentaire, les propositions ne devaient pas encore être disponibles lors de la rédaction de l’article. Nous le corrigeons. Bon vélo!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


Qualité de l'air