Vélotourisme sur l’EuroVelo 17, la Véloroute du Rhône

Publié par 
Jean-Baptiste Lasserre,
le 
Accueil, Cyclotourisme, Itinéraires cyclables Eurovélo

Partager

Vélotourisme sur l’EuroVelo 17, la Véloroute du Rhône

Cap aujourd’hui sur la dernière véloroute européenne traversant la France : l’ EuroVelo 17. Elle vous mènera le long du Rhône, de sa source dans les Alpes suisses jusqu’à son embouchure dans la Méditerranée. Dernière en date à avoir rejoint le réseau EuroVelo, la Véloroute du Rhône traverse 2000 ans d’histoire sur le chemin des civilisations. Sa partie française, la ViaRhôna propose un itinéraire très intéressant pour tous les amateurs de vélotourisme. Préparez vos sacoches vélo et laissez-vous subjuguer par ses innombrables paysages et richesses patrimoniales.

Pédaler sur la ViaRhôna : vélotourisme entre histoire, paysage et gastronomie

La ViaRhôna, portion française de l’ EuroVelo 17 suit le Rhône sur près de 815 km. De Saint-Gingolph au bord du Lac Léman à la frontière Suisse, vous descendrez le fleuve jusqu’à Sète ou Port-Saint-Louis-du-Rhône. À travers les Alpes, les coteaux du Rhône et les champs de lavande de Provence vous pourrez pédaler jusqu’à la Camargue et les rivages de la Méditerranée. À Beaucaire, elle rejoint l’ EuroVelo 8 puis se sépare en deux chemins, vous laissant la possibilité de rejoindre l’embouchure du Rhône ou les plages plus touristiques d’Occitanie.

Carte itinéraire de Via Rhôna EuroVelo 17

Toujours en cours de réalisation, la ViaRhôna est terminée à 87%. 700 km sont d’ores et déjà réalisés, dont 55% en voies vertes. D’ici 2020, tout l’itinéraire devrait être parfaitement aménagé. Le balisage est, quant à lui, terminé et continu sur l’ensemble de la véloroute. De plus, vous ne perdrez quasiment jamais le fleuve de vue car 65% du parcours est à proximité immédiate du Rhône.

>> A lire : ViaRhôna rejoint le réseau européen des itinéraires cyclables

De la montagne, du plat et des itinéraires bis : faites votre choix !

À l’exception des 60 premiers kilomètres après Genève, l’itinéraire est relativement plat, ne dépassant jamais 3% de dénivelé. Malgré une section des Alpes jusqu’à Lyon réservés aux plus affûtés, la traversée de Lyon et la descente jusqu’à Valence raviront les familles et les flâneurs.

Les zones jugées difficiles sont les portions pas encore aménagées, dont les itinéraires provisoires empruntent parfois des routes très fréquentées qui peuvent être dangereuses. C’est notamment le cas à la sortie sud de Lyon ou des sentiers avant de sortir ou d’entrer à Avignon.

« Nous étions également résolus à voyager plutôt légers. Nous avons donc fait le choix de nous charger uniquement du matériel nous rendant autonomes pour ce qui est du bivouac et de s’alléger en prévoyant de se ravitailler quasi quotidiennement. En effet, au fil de ces kilomètres longeant le Rhône dont les rives ont été humanisées de longue date et organisées autour d’un tissu urbain plutôt dense, il est très facile de trouver du ravitaillement. »
500 km – 7 jours – blog.aventurenordique.com

Vélotourisme du printemps à l’automne

Compte tenu des différentes conditions climatiques des régions traversées, il est difficile de déterminer une période idéale. Les Alpes sont à éviter l’hiver à cause de la neige, mais seront très agréables de mai à octobre. Tout comme la traversée de la Drome et de l’Ardèche. En allant vers le sud, il est quand même préférable d’éviter l’été et la pleine saison. Le soleil peut taper très fort et les chaleurs peuvent atteindre des maximales élevées. De plus, il pourra être plus difficile de réserver un hébergement.

La ViaRhôna propose une impressionnante palette de festivals de mai à octobre. Musicalement, il y en aura pour tous les goûts des Nuits sonores à Lyon en mai à Jazz à Vienne. Le mois de juillet fait aussi la part belle à l’expression artistique. Profitez-en pour vous arrêter aux Rencontres de la photographie à Arles ou au Festival d’Avignon.

Une EuroVelo presque terminée et pleine de richesses

Comme évoqué précédemment, la ViaRhôna n’est pas encore totalement terminée. Et quelques zones difficiles sont réservées aux plus aventuriers. C’est notamment le cas de la partie Lyon – Givors dont l’itinéraire longe une autoroute très fréquentée. La partie Pont-Saint-Esprit – Beaucaire est aussi encore à éviter. Les aménagements récents toutefois, entre voies vertes et voies partagées, sont de bonne qualité. L’occasion de redécouvrir quelque fragments d’Antiquité en traversant des villes marquées par un fort passé romain. Ou de faire une pause dans les vignobles rhodaniens pour goûter aux coteaux locaux et aux spécialités régionales : nougat de Montélimar, châtaignes, truffe noire, myrtilles, huile d’olive…

L’ EuroVelo 17, des pâturages alpins aux champs d’oliviers

Bol de nature et capitale de la gastronomie pour les aventuriers gourmands

velotourisme-eurovelo-17-viarhona-rhone
© Laurent Lebois

Le départ de cet itinéraire peut s’effectuer de Saint-Gingolph. Ce petit village sur la frontière franco-suisse donne directement sur le Lac Léman. Trait d’union majestueux entre la France et la Suisse, le lac peut se longer par l’une ou l’autre de ses deux rives. Un crochet par Genève, siège de d’innombrables organisations internationales et c’est parti pour les premiers paysages à couper le souffle. En serpentant entre monts et vallées, vous aurez comme toile de fond de magnifiques panoramas alpins. Sur ces sentiers escarpés aux confins des deux Savoie et du Bugey, terrain de jeu parfait pour les sportifs et les aventuriers, l’effort en vaut la chandelle. Lacs, gorges, cascades, marais, châteaux, vous en prendrez plein la vue !

Après ce bol de nature, l’itinéraire vous mènera dans une atmosphère plus urbaine en arrivant à Lyon, capitale des gaules… et de la gastronomie ! En pédalant le long des berges du Rhône, vous apercevrez l’Opéra, l’Hôtel-Dieu puis le quartier à l’architecture novatrice de Confluence. Astuce : pour sortir de Lyon par le sud, prenez un train jusqu’à Givors.

Un chemin pour les amateurs de vin d’histoire romaines

velotourisme-eurovelo-17-viarhona-gorges-ardeche
© Isabelle Blanchemain – Flickr

Vous plongerez ensuite vers le sud en traversant des villes chargées d’histoire gallo-romaine comme Saint-Romain-en-Gal ou Vienne. Toujours le long du Rhône qui devient plus sauvage, l’itinéraire vous guidera jusqu’à Valence à travers les premiers vignobles et vergers de la vallée du Rhône. La « porte du Midi » avec ses marchés colorés et ses rues piétonnes annonce une douce transition à vélo vers la Provence.

Avant cela, vous passerez en Ardèche. Les plus téméraires pourront s’y aventurer en plein cœur sur les chemins de la Dolce Via depuis La Voulte-sur-Rhône et découvrir ses grottes, site archéologique et ses villages de caractère. Un passage par la réserve naturelle de Printegarde et vous rejoindrez Montélimar, réputée pour son nougat. Juste avant, vous traverserez la spectaculaire Passerelle Himalayenne de Rochemaure qui fait passer la ViaRhôna de l’Ardèche à la Drôme. De Bourg-Saint-Andéol où vous admirerez le célèbre bas-relief du Dieu Mithra, vous pourrez également partir à la découverte des Gorges de l’Ardèche. À partir de Pont-Saint-Esprit, la ViaRhôna est provisoirement fermée, en attente d’aménagements.

On se retrouve donc à Avignon, la cité des Papes. Les amateurs de vin pourront faire le détour pour visiter les domaines viticoles de Châteauneuf du Pape. À Beaucaire, deux itinéraires s’offrent à vous pour terminer l’EV 17. Vous pourrez soit partir vers la Camargue et Sète sur les routes de l’EV 8. Soit direction Port-St-Louis le long des étangs, rizières et salines camarguaises et des canaux qui mènent aux plages méditerranéennes.

En train, en voiture ou en avion, une véloroute facile d’accès

L’ensemble de l’EuroVelo 17 est globalement bien desservi et permet de combiner facilement train et vélo. Que vous souhaitez démarrer à Genève, Lyon, Marseille ou Montpellier vous pourrez y accéder en TGV sans difficultés depuis Paris. De nombreuses lignes de TER relient également les différentes villes au bord du Rhône. Comme par exemple le TER Lyon-Marseille qui passe par Valence, Montélimar et Avignon.

velotourisme-eurovelo-17-viarhona-panneau
© Benoît Prieur – CC-BY-SA

En voiture depuis Paris, comptez 6h pour rallier Genève, et 4h30 jusqu’à Lyon. L’A7 vous permettra d’atteindre Lyon, Valence, Avignon et Marseille. Attention, cette autoroute est fortement déconseillée l’été si vous voulez éviter de passer quelques heures inutiles dans les bouchons. Si vous optez pour l’avion, vous pourrez aisément atterrir et décoller des aéroports de Genève, Lyon, Marseille ou Montpellier.

Côté hébergement, le Label Accueil Vélo est en plein essor sur l’ EuroVelo 17. Plus de 120 établissements sont déjà certifiés et aptes à accueillir les passionnés de vélotourisme. Comme sur la plupart des autres véloroutes européennes, vous trouverez également de nombreux campings, hôtels, chambre d’hôtes, gîtes ou locations privés.

Partager

comparateur Antivol velo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


comparateur Antivol velo

Qualité de l'air