9 conseils pour passer à la mobilité vélo

Publié par 
Jean-Baptiste Lasserre,
le 
Accueil, Conseils pratiques, Conseils vélo, Ecologie, Ecomobilité

Partager

9 conseils pour passer à la mobilité vélo

Se déplacer à vélo en milieu urbain, ce n’est a priori pas toujours très excitant. Le trafic incessant des véhicules, les aménagements cyclables pas toujours adaptés ou le risque de se faire voler sa bicyclette peuvent effrayer. Pourtant, quand on commence à se déplacer en ville à vélo, on devient vite accro. Pour ceux qui hésiteraient encore, voici nos 9 conseils pour franchir le pas et passer à la mobilité vélo.

1. Bien choisir sa bicyclette pour passer à la mobilité vélo

Avant de s’aventurer dans la jungle urbaine, vous allez avoir besoin d’un vélo. Une première étape obligatoire et logique pour passer à la mobilité vélo. Le choix de votre monture doit être sérieusement étudié en fonction de vos besoins et de vos envies. En privilégiant le confort ou la performance, vous ne vous dirigerez pas vers le même type de vélo. Le budget, la position recherchée sur le vélo, le type de trajet, la longueur et le dénivelé de l’itinéraire sont également des critères à prendre en compte. Vélo urbain, VTT, vélo électrique, VTC ou vélo de course, vous trouverez forcément le modèle qui vous correspond !

>> A LIRE : Quel vélo électrique me convient ?

2. Apprivoiser sa bicyclette

Maintenant que vous avez trouvé le vélo idéal, il va falloir dompter votre monture. Prendre en main sa bicyclette et la connaître est une étape importante. Cela va vous permettre, d’une part, de réduire votre appréhension. D’autre part, votre comportement et vos réflexes sur la route seront plus précis et lucides.

Quelques réglages basiques vous permettront de bien régler votre position à vélo, de manière à être le plus à l’aise possible. Régler la hauteur de la selle et la longueur de sa potence peut facilement vous faire gagner en confort. Profitez-en aussi pour vous familiariser avec les jeux de transmission et les freins de votre vélo. Tant que vous êtes dans les réglages, pensez à gonfler suffisamment vos pneus. Un mauvais gonflage des pneus peut avoir des répercussions assez inconfortables.

3. Commencer doucement pour s’immerger progressivement

Vous voilà désormais prêt à prendre la route ! Pour votre première sortie, identifiez un trajet simple. Un petit parcours régulier que vous pouvez être amené à faire plusieurs fois par semaine serait idéal. Comme le trajet pour aller à la boulangerie par exemple. Il n’y a rien de tel pour s’habituer à la pratique du vélo, prendre ses marques sur la route et trouver son rythme. Commencez par effectuer ce trajet à des périodes où le trafic est fluide, tôt le matin ou dans la journée si vous le pouvez. D’abord de temps en temps, une fois par semaine par exemple, puis augmentez le rythme jusqu’à le faire assez fréquemment. Une fois cet itinéraire maitrisé, vous serez prêt à vous lancer dans le grand bain.

4. Prévoir son trajet

Panneau de signalisation vélo
© Cycle & Rail – Flickr

Après avoir emprunté plusieurs fois le chemin de la boulangerie, il y a fort à parier que vous voudrez aller plus loin. Par la suite, il est utile de bien repérer son parcours. Si vous décidez de vous rendre au travail à vélo, commencez par chercher le trajet le plus simple sur une carte. Attention, le meilleur trajet n’est pas forcément le plus court ! Le but est avant tout d’être à l’aise. Une fois l’itinéraire repéré, profitez d’une journée calme, un dimanche ou un jour de repos pour le tester à votre rythme. Cela vous permettra de limiter tout risque de mauvaise surprise le jour-J.

5. Prendre son temps

Y aller doucement, c’est la meilleure solution pour s’approprier le vélo et l’itinéraire. Lorsque l’on commence la mobilité vélo, il est important de trouver sa vitesse de croisière. Pour que vos déplacements à vélo deviennent un plaisir, déjà, mais aussi pour éviter d’arriver en sueur et à bout de souffle. D’autant plus que les premiers jours peuvent être plus compliqués. Le temps de retrouver sa condition physique et que le cœur s’habitue progressivement à l’effort. Pas de panique toutefois. Quel que soit votre âge ou votre condition, le corps s’adapte assez vite en y allant petit à petit. Et les trajets seront de plus en plus facile !

6. Anticiper la météo

Autre élément important à prendre en compte : les conditions climatiques. Avant de partir, vérifier la météo ! Pluie, soleil, grand froid ou fortes chaleurs, il sera plus confortable de s’équiper en conséquence. Casquette, lunettes de soleil cyclisme, poncho imperméable, manchons pour guidon… il existe de nombreux vêtements et accessoires adaptés aux cyclistes pour répondre à tous les caprices de mère nature. Bien emmitouflé sous vos vêtements de pluie, vous pourrez même rapidement trouver assez jouissif de doubler les files de voitures bloquées sous le déluge.

Mobilité vélo, anticiper la pluie
© Sascha Kohlmann – Flickr

7. S’équiper pour voir et être vu

Rouler à vélo implique aussi des équipements obligatoires. L’éclairage et les accessoires de signalisation vélo sont essentiels pour être visible et voir de jour comme de nuit. Pour être plus précis, la législation indique que le vélo doit être équipé d’un feu avant jaune ou blanc et d’un feu arrière rouge. En plus de ce matériel votre monture doit être munie de catadioptres, ces petites plaques réfléchissantes à l’avant, à l’arrière et sur les roues et les pédales. Enfin, deux systèmes de freinage minimum et une sonnette sont indispensables pour votre sécurité.

Vélo avec éclairage arrière
© Jean-François Gornet – Flickr

>> A LIRE : Le matériel de signalisation obligatoire à vélo

8. S’adapter au trafic

Rouler en ville lorsque l’on débute n’est pas toujours facile. Le trafic dense sur les routes et la cohabitation avec les voitures, les motos et les camions peuvent être stressants et synonymes de danger. De plus, le réflexe d’un débutant est généralement de se faire petit sur la route. Il va désormais falloir s’habituer à prendre sa place sur la route car vous êtes aussi légitime que les autres véhicules. Attention cependant aux piétons, ils sont prioritaires sur les vélos.

N’hésitez pas à sortir à plusieurs au début, ou avec un cycliste déjà aguerri qui pourra vous conseiller. Pour vous habituer progressivement au trafic, privilégiez les aménagements cyclables réservés aux vélos. Enfin, adoptez quelques bons réflexes : toujours garder son calme, chercher le regard des autres usagers notamment dans les doubles sens cyclables et les rond-point. Et le plus important, essayer de rester courtois et poli en toute situation.

>> A LIRE : Cyclistes, comment survivre à vélo en ville ?

9. Sécuriser son vélo

passer-a-la-mobilite-velo-securiser-son-velo
© 27707 – Pixabay

Enfin, dernière étape avant de devenir un expert de la mobilité vélo, choisir un antivol vélo efficace ! Un bon cadenas vélo est très important, surtout en milieu urbain, pour éviter le vol de sa bicyclette. En effet, à la maison ou au travail, votre vélo va souvent être amené à rester à l’extérieur. Pour quelques heures ou même seulement quelques minutes, avoir une protection optimale pour son vélo vous permettra de laisser votre cher et tendre l’esprit tranquille, sans avoir peur de ne pas le retrouver.

Vous êtes désormais prêt à passer au vélo. En suivant ces quelques conseils, la transition vers la mobilité vélo sera plus douce. Et croyez-nous, elle risque de changer votre vie !

Partager

comparateur Antivol velo

2 comments

  1. Avoir exclu tous les U de marque ABUS…………….c’est pour le moins original…….!

    1. Nous avons désormais intégré les antivols Abus dans notre comparateur d’antivols vélo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


comparateur Antivol velo

Qualité de l'air