Comment éviter le vol de vélos : conseils pour ne pas se faire voler

Publié par 
Jean-Baptiste Lasserre,
le 
Accueil, Conseils pratiques, Conseils vélo, Sécurité

Partager

Comment éviter le vol de vélos : conseils pour ne pas se faire voler

La pratique du vélo a considérablement augmenté aux quatre coins de la France. Dans les rues, le nombre de vélo s’accroît de jour en jour… Et avec lui le risque de vol. Dès qu’il y a des bicyclettes dans les parages, il existera toujours quelques malintentionnés tentés de dérober la monture la moins bien protégée. Tout cycliste, novice ou confirmé, est en permanence confronté à ce fléau et à la peur de ne plus retrouver sa bicyclette. Alors comment ne pas se faire voler un velo ? Nos conseils pour éviter le vol de vélo.

Le vol de vélo, un sport national

Si l’on en croit les statistiques, près de 400 000 vélos sont volés chaque année en France. Soit plus de 1000 vols par jour. C’est l’équivalent d’un vélo volé chaque minute ! En 2019 par exemple, pas moins de 25 000 bicyclettes auraient été dérobées à Paris. Cependant, près de la moitié des vols se produisent dans des locaux privés fermés. On note également une recrudescence des vols au retour des beaux jours, entre avril et juillet. Toutefois, très peu de bicyclettes sont retrouvées par leurs propriétaires, souvent résignés.

Avec quelques bons réflexes, de nombreux vols pourraient cependant être évités. En effet, la majorité des vélos volés disparaissent car ils sont mal attachés – voire pas du tout – ou attachés avec des antivols de mauvaise qualité.

banniere_cycletyres_201902

Retour sur quelques fondamentaux pour éviter cette mauvaise expérience.

1. Choisir un bon antivol vélo

L’erreur la plus fréquente lorsque l’on commence à utiliser le vélo au quotidien est d’acheter un antivol économique. Considéré comme un accessoire secondaire – ce n’est pas en effet grâce à lui que nous allons nous déplacer – on peut être tenté d’acheter un simple câble bon marché, léger et facile à transporter. Or un mauvais antivol est bien souvent à l’origine du vol.

Il est recommandé d’opter pour un cadenas plus lourd, de type antivol en forme de « U » ou antivol pliant, beaucoup plus durs à couper ou à ouvrir. Il faudra également se tourner vers un antivol suffisamment long pour pouvoir être attaché sur un point fixe. Pour encore plus de sécurité, il existe des modèles d’antivols U ou pliant dotés en plus d’une alarme. Lorsque l’antivol est secoué un peu trop longtemps, l’alarme se déclenche et dissuade généralement le voleur de poursuivre son effort. Les antivols flexibles, plus pratiques mais plus vulnérables devant les pinces ennemies sont donc à éviter. Il n’est pas non plus absurde de se munir de deux antivols. Avec deux points d’attaches, les voleurs pressés passeront plus facilement leur chemin.

Ne pas se faire voler son vélo grâce à un bon antivol
Un antivol pliant © Jean-Baptiste Lasserre

Si vous êtes peu à l’aise avec tous ces détails techniques, le prix peut aussi être un bon indicateur. Ne vous précipitez en achetant le premier antivol que vous trouverez. Il est conseillé d’éviter les cadenas de moins de 30 euros. Gardez en tête ce rapport : il faut investir au moins 10% du prix du vélo dans un cadenas. Alors ne lésinez pas sur cet équipement aussi indispensable que la selle ou les pédales.

>> A LIRE : Dossier conseils : comment choisir et utiliser un antivol vélo

2. Bien attacher son vélo

Voilà un conseil qui peut paraître simpliste et anodin, mais attacher son vélo ne suffit pas. Il faut bien l’attacher !

La règle d’or : toujours accrocher au minimum la roue et le cadre à un point fixe si vous n’avez qu’un seul antivol. Même pour un arrêt de quelques secondes ! On entend par « point fixe » un élément de mobilier suffisamment solide pour ne pas être démonté. Cela peut être un arceau, un rack, un poteau… Si vous êtes tentés d’attacher votre monture à un potelet métallique ou à une petite borne, demandez-vous toujours s’il est possible d’enlever le vélo en le soulevant. Par ailleurs, si vous ne savez pas quelle roue attacher avec le cadre, optez pour la roue avant. En effet, la roue arrière est généralement plus difficile est plus longue à démonter.

>> A LIRE : Comment bien attacher son vélo ?

Quoi qu’il en soit, retenez qu’en étant mieux équipé et mieux garé que les autres vélos, vous réduisez fortement le risque de vol. Puisque le malfaiteur se portera naturellement vers la monture la moins bien protégée. Dans tous les cas, ne laissez jamais votre vélo sans antivol sur la voie publique !

3. Privilégier un emplacement stratégique

Lorsque l’on laisse sa bicyclette pour un arrêt minute ou pour quelques heures, le choix de l’emplacement est primordial.

Dans un lieu public, privilégier les endroits fréquentés et éclairés. Le regard des gens n’est pas votre ennemi, bien au contraire. Plus les vélos seront bien en vue et regroupés, plus les voleurs seront susceptibles d’être surpris en plein travail. En revanche, un vélo caché est une cible plus facile pour un malfrat, qui pourra agir avec plus de discrétion.

Enfin, si vous le pouvez, éviter de laisser votre bicyclette garée sur un même endroit plus de 2h.

4. Garer son vélo à l’intérieur autant que possible

Lorsque vous le pouvez, surtout pour de long arrêts, choisissez un lieu privé et sécurisé. Cave, garage fermé, cave, local vélo, box vélo, cages à vélo en gare… pour la nuit, c’est même indispensable.

Même à l’intérieur, n’oubliez pas de sécuriser le vélo à un point fixe avec un antivol ! En effet dans un lieu privé, on a tendance à penser que la bicyclette y sera totalement en sécurité. Mais ce n’est pas forcément le cas : la moitié des vols de vélo ont lieu dans des locaux privés fermés. Deux protections valent mieux qu’une.

5. Faire marquer son vélo

En France, il existe pour les vélos un système de code unique d’identification : le marquage Bicycode ou le sticker Paravol. Gravé  ou collé directement sur le cadre du vélo, le numéro inscrit est enregistré dans un registre national. En cas de vol, il permet aux autorités d’identifier le propriétaire si le vélo est retrouvé. On estime qu’environ 40% des vélos marqués volés sont rendus à leur propriétaire.

Le marquage Bicycode, une solution contre le vol de vélo
Marquage Bicycode © Jean-Baptiste Lasserre

Avoir un numéro d’identification bien en évidence peut aussi être dissuasif pour les voleurs. D’autant que le vélo aura moins de chance d’être revendu après le vol. Le numéro, gravé dans le métal de la bicyclette ne peut pas être falsifié. Un vélo marqué est un vélo mieux protégé.

6. Choisir une assurance vélo

Qu’on se le dise, une assurance vélo ne vous empêchera pas de vous faire dérober votre bicyclette. Mais elle vous permettra d’être indemnisé en cas de vol.

Souscrire à une assurance vélo n’est pas obligatoire pour les cyclistes. Elle est toutefois conseillée, surtout si vous possédez des vélos de valeurs comme un vélo à assistance électrique ou un vélo de course ou de triathlon. De plus en plus d’assureurs proposent désormais cette option dans les contrats risques habitation. Pour en connaitre les modalités, rapprochez-vous de votre courtier et n’hésitez pas à lui demander conseil.

>> A LIRE : Quelles assurances pour les cyclistes ?

7. Opter pour un service de location de vélo

Dernière possibilité pour éviter le vol de sa monture : se tourner vers le vélo-partage. Économique, cette solution vous évitera les problèmes de stationnement non sécurisés puisque le vélo se dépose et se récupère directement sur une borne sécurisé. Il suffit de s’abonner au système de vélos en libre-service de votre ville et de récupérer votre deux-roues à la borne la plus proche. Encore faut-il avoir un service et des bornes à proximité…

Les services de location de vélo longue durée se développent également de plus en plus. Entreprises privées, initiatives associatives ou parfois même service public, il existe de nombreux modèles et formules. Renseignez-vous sur les offres proposés dans votre ville. En échange de quelques dizaines d’euros par mois, un vélo, classique ou à assistance électrique est mis votre disposition. En plus de l’entretien et de la réparation de la monture, le service vous couve en cas de vol. Une bonne solution alternative à petit budget pour les cyclistes réguliers qui ont trop peur de se faire dérober leur bicyclette.

 

Évidemment, appliquer tous ces conseils à la lettre ne garantit pas une sécurité absolue. Un voleur déterminé parviendra à voler n’importe quelle bicyclette, malgré tous vos efforts pour la protéger. Toutefois, tout faire pour protéger au mieux son vélo réduit considérablement le risque.

Et si malgré tout vous êtes victime d’un vol, ne restez pas sans rien faire. En réalisant quelques démarches après le vol du vélo, il est toujours possible de retrouver votre précieux bicycle.

[article publié le 31 janvier 2014 et mis à jour le 28 septembre 2020]

Partager

5 comments

  1.  » la concentration de vélos attire les voleurs et il est donc conseillé de choisir un emplacement un peu plus reculé. »

    Très mauvais conseil ! Un vélo « caché » est un vélo cible. Il n’est jamais caché de ceux qui cherchent à le voler. Laisser votre vélo la devant les yeux des passants et bien éclairé. C’est le régle d’or.

    Ce qu’il est « malheureux » est que les citoyens ne s’interessent plus à la citoyenneté. Les voleurs opèrent sans être genés. C’est dommage !

  2. Bonjour,

    Il aurait peut être été important de signaler le marquage des vélos afin de lutter contre le vol/
    http://www.bicycode.org

    1. Oui effectivement nous en avons d’ailleurs déjà parlé plusieurs fois dans nos articles.
      http://www.citycle.com/14249-comment-eviter-de-se-faire-voler-son-velo

  3. Bien vu ! On le rappelle dans l’article il est très important d’attacher le cadre et la roue arrière en même temps. Trop de cyclistes ont encore tendance à oublier ces précautions. A l’image de ce cycliste qui ne devait pas être très réveillé !
    antivol vélo pas efficace

  4. perso, je ne sais pas si c’est un antivol efficace mais j’ai un gros cable que je passe DANS la selle puis quand j’attache le vélo quelque part je n’ai plus qu’à l’attacher avec le mobilier urbain, je le passe ensuite dans la roue avant et le cadre, puis la roue arrière. Hop tout est attaché !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


Qualité de l'air