Elections 2021 dans le Nord-Est : les candidats se prononcent sur le vélo

Publié par 
Manon Civel,
le 
Actualité, Politique vélo, Société

Partager

Elections 2021 dans le Nord-Est : les candidats se prononcent sur le vélo

Les scrutins du 20 et 27 juin 2021 promettent de relancer le débat autour du vélo, redevenu un sujet politique durant la pandémie. Les aménagements cyclables sont particulièrement débattus. Ils doivent en effet trouver leur place au milieu des autres modes de transport. A l’aube des élections régionales et départementales 2021, quelle ambition cyclable des candidats dans le Grand-Est, les Hauts-de-France et la Bourgogne-Franche-Comté ?

Vélo et campagne des élections départementales et régionales 2021

Candidats aux régionales : quelle priorité pour le vélo ?

Dans le Grand Est, les candidats jouent la carte de la revalorisation de la filière véloLa tête de liste écologiste Eliane Romani (liste Europe Ecologie-les Verts – Parti socialiste – Parti communiste) propose de développer la production, le recyclage et la réparation au niveau local. Son programme s’étend aux investissements dans les véloroutes et aides à l’achat de vélos électriques. Elle propose même de doter les agents régionaux de VAE. De même, le président sortant Jean Rottner (Les Républicains) avait inscrit la valorisation de l’industrie vélo dans son plan de relance régional. C’est ainsi que les cycles Mercier avaient été relocalisés dans les Ardennes.

Dans les Hauts de France, les questions sécuritaires se sont glissées au cœur du débat entre les favoris. Les deux rivaux pressentis sont Xavier Bertrand, président sortant (liste de divers partis de droite) et Sébastien Chenu (Rassemblement National), le protégé de Marine Le Pen. Les candidats ont encore très peu abordé la question du vélo jusqu’alors, se concentrant sur les infrastructures ferroviaires. Seule Karima Delli, députée européenne rattachée aux transports et chef de file écologiste d’une liste d’union de la gauche, se démarque. Elle évoque très clairement le développement du vélo dans son programme. Selon elle, la petite reine permettrait de faire d’importantes économies sur la santé, pierre angulaire de sa campagne. 

En revanche, le volet de la transition énergétique est placé sur le devant de la scène en Bourgogne-Franche-Comté. Marie Guite Dufay (Parti Socialiste), la présidente sortante et candidate, a fait voter un ambitieux plan régional vélo en 2020. 15,6 millions d’euros y étaient ainsi alloués dans le cadre du plan de relance économique d’octobre 2020. Cette mesure avait reçu de nombreuses critiques de la part de l’opposition. S’y opposait notamment Julien Odoul, candidat du RN en tête des intentions de vote.

Position des candidats aux départementales sur le vélo

Les départements disposent de compétences importantes en matière de voirie. Elles en font des acteurs majeurs des politiques cyclables sur le territoire. Ils sont aussi compétents sur le tourisme, l’appui aux politiques vélo des autres collectivités et les actions en faveur de l’environnement. Les candidats aux départementales sont toutefois trop nombreux pour dresser une liste exhaustive de leurs propositions sur les questions cyclables.

Sur Parlons vélo 2021, une plateforme ouverte par la Fédération française des usagers de la bicyclette et l’association Vélo et Territoires, les binômes de candidats sont invités à se soumettre à un questionnaire.  Plusieurs dizaines de candidats ont déjà répondu dans les régions du Nord-Est.

>> LIRE AUSSI : Quelles propositions vélo des candidats en Île-de-France et en Centre-Val de Loire ?

Elections 2021 vélo Nord-Est France

Elections 2021 : associations et collectifs de cyclistes se mobilisent 

L’association Vélo et Mobilités Actives Grand Est regroupe toutes les associations et adhérents individuels autour d’un objectif, développer les véloroutes et voies vertes dans les Hauts-de-France, dans le Grand Est et en Bourgogne-Franche-Comté. L’association organise des randonnées de promotion des véloroutes dans le Nord-Est de la France. Elles sont l’occasion de rencontrer les élus et acteurs locaux. Elle a aussi organisé le Défi « J’y vais » pour la promotion du vélotaf durant l’événement Mai à vélo, qui consistait à inciter les salariés et élèves à se rendre au travail et à l’école à vélo durant 2 semaines. 

Il faut aussi souligner le travail des associations locales comme AU5V dans l’Oise ou Vel’Hauts-de-France, qui interpellent les candidats pour plus de vélo aux régionales et départementales. Ils jugent les prises de position sur la question trop rares.

D’autre part, le président de la FUB, Olivier Schneider, fait campagne sur les réseaux sociaux de tous les candidats pour encourager leur participation aux élections 2021 sur la plateforme Parlons Vélo 2021.

Tour d’horizon des politiques cyclables dans les régions et départements

Faire place au vélo, un défi régional

Il faut dire que dans le Nord-Est de la France, les mobilités ont toujours été un enjeu central. Et pour cause, les territoires y sont moins denses qu’ailleurs, parfois enclavés. Les infrastructures routières et ferroviaires y sont au cœur du débat politique. Par conséquent, donner sa place au vélo dans le maillage local est un enjeu encore peu adressé.

En Bourgogne-Franche-Comté, le plan vélo régional voté en 2020 cherche à encourager la part modale du vélo. L’objectif est de passer de 3% (en 2018) à 9%. Le plan vélo prévoit notamment :

  •  le développement de l’intermodalité : création d’équipements vélo à bords des trains et cars, d’abris à vélo en gares 
  • l’accompagnement des collectivités : création et aménagement des infrastructures cyclables, développement des voies vertes

Les Schémas régionaux des véloroutes et voies vertes (SRV) permettent de déterminer les aménagements qu’il reste à mettre en œuvre dans la région pour une meilleure connexion des déplacements. S’ils ne sont pas une obligation, une circulaire de 2001 les recommande fortement aux régions. En pratique, le Schéma régional des véloroutes de Bourgogne-Franche-Comté est le plus avancé en France, avec 88% d’itinéraires cyclables réalisés. 

En comparaison, la région Grand Est fait figure de retardataire. Elle ne possède toujours pas de SRV depuis la réorganisation territoriale de 2015, alors qu’elle compte 1147 km d’itinéraires cyclables nationaux, dont 4 routes EuroVélo.

Par ailleurs, le Schéma de véloroutes est davantage développé dans les Hauts-de-France. La région s’est fixé pour objectif de porter le réseau cyclable à 3000 km. Le cyclotourisme y est un enjeu majeur en termes de retombées économiques.

La politique cyclable à échelle départementale

Il est préférable de s’intéresser au cas par cas lorsqu’il s’agit d’observer la politique cyclable des départements, très nombreux. Pour connaître la position de votre département sur la solution vélo, vérifier son adhésion à l’association Vélo & Territoires est un indicateur intéressant. L’association incite les collectivités à l’action et partage les bonnes pratiques déjà mises en place. De fait, toutes les régions ainsi que 66 départements français en sont membres.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


Qualité de l'air