Élections 2021 : quelles promesses pour le vélo dans le Sud de la France ?

Publié par 
Manon Civel,
le 
Actualité, Politique vélo

Partager

Élections 2021 : quelles promesses pour le vélo dans le Sud de la France ?

La thématique du vélo revient sur le devant de la scène à l’approche des élections régionales et départementales de Juin 2021. Depuis le premier déconfinement, l’usage de ce mode de transport doux a explosé. Il est temps pour les candidats de se positionner sur la question. Focus sur les régions Occitanie, Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Auvergne-Rhône-Alpes et Nouvelle Aquitaine. 

Candidats aux élections 2021 : quelles propositions autour du vélo ?

Vélo et campagne des élections régionales dans le Sud

En Occitanie, Carole Delga (Parti Socialiste) a décidé de lancer sa campagne à vélo, au cours d’un “Occitanie Tour” dans 27 villes. Actuelle présidente de la région, elle est candidate à sa réélection. Son programme s’inscrit dans la continuité du Budget vert 2021 qu’elle a porté. Antoine Maurice, tête de liste écologique, propose quant à lui un plan régional pour la qualité de l’air et promet de développer les véloroutes.

En région PACA, Hervé Guerrera (Partit Occitan), tête de la liste régionaliste Oui la Provence !, se démarque par un score de 100% sur Parlons Vélo. Son programme prévoit de donner la priorité aux modes de transport doux.

Cependant, les sondages donnent pour favoris deux rivaux : Renaud Muselier (Les Républicains) candidat à sa réélection à la tête d’une liste LR-LREM, et Thierry Mariani (Rassemblement National). Leurs programmes accordent peu de place aux questions écologiques.

Le schéma se répète en Auvergne-Rhône-Alpes, où le président sortant et candidat Laurent Wauquiez fait face aux critiques de l’opposition sur les questions écologiques. Fabienne Grébert, candidate EELV, juge les aménagements des véloroutes insuffisants. Elle promet de mettre l’accent sur le vélotourisme, notamment en montagne. La candidate Najat Vallaud-Belkacem (PS) a pour sa part répondu au questionnaire de Parlons Vélo 2021 et s’engage sur presque toutes les propositions de la plateforme. 

C’est aussi le cas de Nicolas Thierry, tête de liste EELV en Nouvelle-Aquitaine. Au programme de sa liste Nos Terroirs, Notre Avenir, entre autres : des aménagements des lycées, gares et infrastructures en faveur du vélo, le soutien aux entreprises pour le développement d’une logistique vélo et des programmes d’aide à l’achat. 

Enfin, le président sortant Alain Rousset (PS), tête de liste socialistes, communistes et radicaux de gauche, est  bien placé en Nouvelle-Aquitaine. Il met lui aussi la transition écologique au coeur de son programme, avec la promesse de réduire la part de l’automobile, sans mentionner le vélo pour autant.

Vélo et campagne des élections départementales dans le Sud

Les candidats aux élections départementales se présentent par binômes paritaires dans les 2054 cantons français. Au total, 4108 conseillers départementaux sont élus à l’issue des élections. C’est bien trop pour se risquer au cas par cas ! 

Pour connaître les positionnements des candidats de votre département sur la question du vélo, rendez-vous sur la plateforme Parlons Vélo où ils sont soumis à un questionnaire. Les candidats ayant fait l’effort de se soumettre à l’exercice ont de fortes chances de mettre en place des politiques vélos ambitieuses dans votre territoire.

Lors des élections municipales de 2020, le vélo avait eu une place de choix dans le programme des candidats. Les régionales et départementales de 2021 seront l’occasion de voir si cet engouement s’élargit aux autres collectivités territoriales.

>>> A LIRE AUSSI : Le vélo, grand gagnant des Municipales 2020

Elections régionales et départementales dans le Sud de la France
Elections régionales et départementales vélo en Occitanie, PACA, AURA et Nouvelle-Aquitaine

Etat des lieux des politiques vélo dans le Sud à l’aube des élections 

Politiques cyclables des régions depuis 2015

Suite au premier déconfinement, l’aménagement des itinéraires cyclables a explosé dans l’ensemble de la France (+165%). Dans le Sud, c’est l’Occitanie qui se démarque. La région se place en numéro 1 des aménagements cyclables avec 452 km de véloroutes et voies cyclables ouverts en 2020. Le conseil régional actuel a voté un Budget vert 2021 qui prévoit 855 millions d’euros dédiés aux transports, avec le vélo et le train pour priorité. En revanche, en région PACA, Christian Estrosi (LR) n’a réalisé que 37% des itinéraires cyclables inscrits au schéma régional.

En Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez avait promis 40 millions d’euros d’investissement dans la finalisation des véloroutes. Celles-ci demeurent pourtant inachevées, à l’instar de ViaRhôna réalisée à 80%. Il faut encore prendre le train sur les portions manquantes, au grand dam des cyclotouristes.

Enfin, en Nouvelle-Aquitaine, l’ambitieux schéma régional de véloroutes adopté en 2020 prévoit 7000 km d’aménagements cyclables d’ici 2030. L’objectif est de devenir la première région cyclable de France.

Politiques cyclables des départements depuis 2015

Les départements sont garants de la solidarité territoriale. Ils travaillent main dans la main avec les communes et régions sur les politiques territoriales. Ils disposent d’un pouvoir important sur les mobilités actives. Depuis l’adoption de la loi d’orientation des mobilités (LOM) en 2019, ils ont compétence sur l’assistance technique des communes. Ils influencent ainsi les aides qui leur sont attribuées, notamment pour l’aménagement des pistes cyclables.

Les départements dépensent en moyenne 3,75€ par an et par habitant pour le vélo en 2019, contre 0,94 € pour les régions. Cela comprend entre autres des aménagements cyclables, les primes à l’achat, le soutien aux clubs et entreprises liés à la filière, ou encore l’achat de parc à vélos. Ce budget est en hausse de 37% depuis 2014, où les départements ne consacraient que 2,47€ au vélo par habitant. 

Contrairement aux idées reçues, les départements se mobilisent davantage que les régions sur la question du vélo. Selon l’Enquête Territoires 2019 de Vélo et Territoires, ils sont plus nombreux à adopter des stratégies de planification vélo et mobilisent davantage de moyens humains. Toutefois, ils font face à de fortes contraintes budgétaires et peuvent davantage agir sur les aménagements de la voirie que d’autres aspects comme l’attribution d’aides à l’achat.

>>> A LIRE AUSSI : Elections 2021, quelle place pour le vélo en Ile-de-France et en Centre-Val-de-Loire ?

Les collectifs sur le pied de guerre pour des élections 2021 vélo

Pour les collectifs et associations en faveur du vélo, ces élections sont l’occasion d’influencer de manière durable les politiques cyclables. 

En Auvergne-Rhône-Alpes, on note l’apparition du nouveau Collectif vélo AuRa qui réunit 31 associations de la région. Il propose un Plan Vélo régional prévoyant notamment :

  • de consacrer 20€ par habitant à l’utilisation du vélo
  • de développer la filière de formation sur les métiers liés au vélo
  • des aménagements vélo sécurisés en ville pour encourager l’achat, notamment des VAE

Du côté de l’Occitanie,  l’association AF3V s’est donné pour objectif de placer le vélotaf au cœur des politiques cyclables. Il faudrait pour cela davantage de voies vertes. 

Plus généralement, l’ensemble des acteurs militant en faveur du vélo déplorent le silence des candidats sur la question vélo. C’est ce que pointe du doigt le Collectif vélo Nouvelle Aquitaine qui interpelle les candidats sur les réseaux sociaux.

 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Conseils et Actu Vélo

 

📫 Toutes les deux semaines, je reçois une news complète autour de la petite reine : conseils, itinéraires, actualité

 

Catégories

Qualité de l'air