Comment transformer son vélo ?

Publié par 
Nicolas Martin,
le 
Conseils techniques, Conseils vélo, Fixie / Singlespeed / Rétropédalage, Vélo électrique, Vélos de ville

Partager

Comment transformer son vélo ?

Les constructeurs rangent toujours leurs vélos dans des catégories bien précises : vélo de route, gravel, VTT, VTC, fixie, vélo de ville… Ces catégories ne sont pourtant pas étanches. Il suffit parfois de changer quelques composants sur un vélo pour passer de l’une à l’autre. Parmi les transformations les plus connues et dans l’air du temps, on peut citer la conversion d’un vélo en singlespeed ou en fixie. Mais on peut aussi convertir son vélo de route en gravel ou en randonneuse, son VTT en vélo de ville ou même en vélo cargo. Mieux encore, chacun est libre de mixer ces différentes recettes. Vous créerez ainsi le vélo qui vous ressemble et convient à votre pratique. Un vélo unique et hors catégorie !

Dans quels cas peut-on convertir un vélo ?

Avant de vous lancer avec enthousiasme dans la transformation de votre vélo, quelques précautions s’avèrent indispensables. Mieux vaut en effet anticiper les problèmes et certaines incompatibilités de matériel. Vous risquez sinon de vous retrouver embourbé dans un chantier sans fin. Un chantier à l’issue duquel vous aurez dû changer presque tous les composants de votre vélo. Et tout cela pour le double du prix d’un vélo neuf !

Pourquoi transformer son vélo ?

Tout d’abord, chaque conversion répond à des besoins personnels. Adapter votre vélo à des trajets en vélotaf, le rendre plus polyvalent pour éviter d’en acheter un deuxième, trouver une position plus confortable… Les raisons sont nombreuses !

Il ne s’agit pas seulement de passer d’un genre de vélo à un autre, mais d’adapter un vélo à votre pratique. Vous souhaitez par exemple transformer votre vélo de route en gravel ? Pourquoi pas, mais dans quel but ? Si vous cherchez seulement à gagner en section de pneumatique pour plus de confort, c’est assez simple. Si vous souhaitez aussi passer à un freinage à disque, les choses se compliquent.

Bref, plutôt que de raisonner en termes de grandes catégories, essayez de définir au mieux vos besoins pour affiner votre projet.

Quelles sont les conversions possibles selon mon matériel ?

La premier point est de vérifier la compatibilité entre le cadre de votre vélo et le matériel que vous serez amené à monter dessus. Voici les principales caractéristiques qui peuvent poser problème.

  • Section maximale de pneumatique. Elle dépend de la géométrie du cadre. Il faut donc vérifier que le pneu souhaité passera avec quelques millimètres de sécurité entre les bases et les haubans sans toucher non plus le tube de selle (pour le pneu arrière), ainsi qu’entre les fourreaux de la fourche (pour le pneu avant).
  • Type de fixation pour les freins. Le cadre est-il pourvu d’un perçage central pour étriers de type route, de tasseaux pour étriers type cantilever ou V-brake, et/ou de plots de fixation pour étriers de frein à disque ?
  • Entraxe de roue arrière. Les cadres anciens ont souvent un entraxe de 120 mm à l’arrière (distance entre les pattes où se fixe l’axe de la roue). Ce standard s’avère incompatible avec les entraxes des roues arrière actuelles, sauf pour une conversion en fixie.
  • Présence de fixations pour garde-boue et porte-bagages.
  • Forme des pattes arrière. Pour une conversion en fixie ou single speed, la possibilité de régler la tension de chaîne en dépend.

Comment faire pour transformer son vélo ?

Une fois déterminées les différentes caractéristiques du cadre qui vous servira de base pour la transformation de votre vélo, voici les grandes lignes à suivre selon le type de conversion que vous envisagez.

Transformer un vélo de route en randonneuse

Pour convertir un vélo de route en une randonneuse robuste et apte à de longues randonnées itinérantes, deux points principaux sont à prendre en compte.

Tout d’abord, une randonneuse doit par définition pouvoir être équipée de garde-boue et de porte-bagages. Le cadre et la fourche de votre vélo doivent donc être équipés de points de fixation en nombre suffisant pour les accueillir. C’est aussi le signe que le cadre est suffisamment solide pour supporter le chargement d’une randonneuse.

Second point important : la taille des pneumatiques doit être suffisante pour apporter confort et stabilité à votre vélo. Il faut donc vérifier la compatibilité de la section des pneus envisagée avec le cadre, mais aussi avec les étriers de frein et le dérailleur avant. En effet, les étriers de frein route à patins modernes de forme compacte n’acceptent pas en général une section supérieure à 28 mm. Il faudra donc les changer par des étriers plus larges.

Les étriers plus anciens à tirage central de type Mafac ou Weinmann offrent plus de tolérance pour les pneus larges. Il faut en revanche vérifier leur parfait fonctionnement et les doter de patins neufs, car une randonneuse chargée ne s’accommodera pas d’un freinage approximatif !

>>> A LIRE AUSSI : Tout sur les compatibilités des étriers de freins vélo

Quant au dérailleur avant, il faut vérifier qu’il ne vient pas cogner le pneu en position basse.

Transformer son vélo en randonneuse 650B

Une option possible pour augmenter la section maximale des pneus est de monter des roues de diamètre 650B. Cela permet d’éloigner la jante du tube de selle et donc de faire passer un plus gros pneu, pour peu qu’il passe aussi entre les bases et les haubans. L’augmentation de la section du pneu compense en grande partie la diminution du diamètre de la jante, si bien que le diamètre extérieur du pneu et donc la garde au sol du vélo n’en seront guère affectés. Il faudra en revanche équiper votre vélo d’étriers de frein à plus longue portée pour compenser l’éloignement de la jante, sauf si vous êtes équipé de freins à disque.

>>> A LIRE AUSSI : Tout savoir sur le diamètre 650B

Convertir vélo route en gravel

Pour transformer un vélo de route en gravel, tout dépend de ce que l’on entend exactement par gravel ! Là aussi, tout commence par une question de section de pneus. Les conseils donnés ci-dessus pour une randonneuse restent donc valables pour une conversion en gravel.

En ce qui concerne le freinage, la quasi-totalité des vélos de gravel sont aujourd’hui équipés de freins à disque. Rien n’interdit d’envisager la conversion d’un vélo de route traditionnel en un gravel équipé de freins à patins. Mais le résultat ressemblera plus à une randonneuse ou à ce que l’on appelait auparavant un « demi-course ».

Si votre vélo est équipé de freins à patins, il y a de toutes façons peu de chances pour que des plots de fixation pour étriers de freins à disque aient été prévus sur le cadre et la fourche. Si c’est néanmoins le cas, vous pouvez envisager une conversion gravel en changeant seulement les étriers et les roues, dans le cas d’un tirage par câble. En revanche, si vous souhaitez un freinage hydraulique, il faudra aussi changer les leviers, ce qui fera augmenter considérablement le budget.

Si votre cadre n’est pas prévu pour des freins à disque, un compromis possible consiste à changer la fourche pour installer un freinage à disque uniquement à l’avant.

vélo gravel trek
Vélo de route gravel

Comment transformer un vélo de course en VTC

La conversion d’un vélo de route en VTC pose les mêmes problèmes que pour un gravel en ce qui concerne la section des pneus.

Du point de vue du freinage, un VTC est plus proche d’un VTT. Les VTC vendus dans le commerce sont en effet équipés de freins V-brake, fixés sur des tasseaux soudés sur les haubans et les fourreaux de la fourche. À moins que vous ne partiez sur la base d’un cadre de cyclo-cross, il est peu probable que votre cadre soit équipé de tasseaux. Comme pour une conversion en randonneuse, il faut donc rester sur des étriers anciens à tirage central ou installer des étriers de route assez larges pour des pneus de 35 à 38 mm.

Enfin, c’est le changement du poste de pilotage qui motive en général la conversion d’un vélo de route en VTC. Remplacer un cintre route par un cintre droit implique aussi de changer les leviers de frein. Attention dans ce cas à choisir des leviers dont le tirage de câble est adapté à vos étriers. La plupart des leviers de frein pour cintre droit ont un tirage VTT adapté aux étriers V-brake. Si vous conservez vos étriers route ou cantilever, le tirage diffère et nécessite des leviers compatibles. Des leviers VTT montés avec des étriers route donneront un freinage brutal et moins progressif.

Si votre vélo de route est équipé de leviers combinés freins + dérailleurs, il vous faudra par ailleurs ajouter des manettes de dérailleur adaptées au cintre droit.

>>> A LIRE AUSSI : Nos conseils pour choisir votre guidon de vélo

Transformer un VTT en vélo de ville

La conversion d’un VTT en vélo de ville représente sans doute la transformation la plus simple et la plus évidente. Elle illustre d’ailleurs le caractère très relatif des catégories que nous utilisons pour classer les types de vélos. En effet, un bon vieux VTT en acier est déjà parfaitement adapté à la conduite en ville. Il est maniable et réactif grâce à ses roues de 26 pouces. Il est stable et sécurisant pour rouler par tous les temps grâce à ses gros pneus et à un freinage efficace. Bref, un VTT rigide ou semi-rigide n’a pas besoin de gros changements pour s’adapter à un usage urbain.

On peut éventuellement lui ajouter des pneus plus lisses pour un meilleur rendement sur l’asphalte. Des garde-boue et un porte-bagage seront aussi utiles en ville. Il faudra penser à vérifier l’efficacité du freinage. Mais a priori il s’adaptera très bien à la conduite en ville, qu’il s’agisse de freins à disque, V-brake ou cantilever.

Transformer un vélo en fixie ou singlespeed

Pour convertir un vélo en pignon fixe ou monovitesse, il faut vérifier d’abord les pattes de cadre. Les pattes verticales, dans lesquelles l’axe de la roue vient se caler en position fixe, sont incompatibles avec une conversion en fixie. En effet, l’absence de dérailleur implique de devoir régler la tension de chaîne en ajustant le recul de la roue arrière. Ce réglage nécessite des pattes horizontales ou inversées. Dans le cas d’une conversion en singlespeed, il est cependant possible de remédier au problème par l’installation d’un tendeur de chaîne.

VTT transformé en singlespeed
Exemple de conversion d’un VTT acier en singlespeed avec tendeur de chaîne

Une conversion en fixie implique de changer le moyeu arrière. Attention à bien vérifier que son entraxe correspond au cadre. À noter que les anciens vélo de route ont souvent un entraxe de 120 mm à l’arrière. Cela correspond à celui des moyeux flip-flop souvent utilisés pour une utilisation combinée fixie/singlespeed.

Pour une conversion en singlespeed, des kits de conversion permettent de conserver la roue arrière. Il suffit d’installer un pignon monovitesse sur le corps de cassette en ajustant la ligne de chaîne à l’aide d’entretoises.

>>> A LIRE AUSSI : Nos conseils pour une transformation réussie en single speed

Autres types de transformations

On évoquera pour finir d’autres types de conversions plus inattendues et aventureuses.

Transformer son vélo en cargo

Convertir un vélo classique en vélo cargo ? Oui, c’est possible grâce à un kit de conversion cargo. Il suffit de remplacer votre fourche par une fourche-cargo, comme par exemple la fourche cargo biporteur compact Joker mini. Un kit de conversion comprend aussi une roue avant 20 pouces et un système de frein à disque adapté.

Ce type de fourche-cargo, compatible avec des roues arrière de 26 à 29 pouces, possède un pivot aheadset de 1″1/8. A cette fourche, peuvent s’ajouter des accessoires pour vélo cargo.

Bien sûr, ce type de conversion ne permet pas d’obtenir un véritable vélo-cargo avec une plate-forme avant très allongée. Vous obtiendrez cependant un vélo-cargo compact et plus maniable, qui permet de porter des charges jusqu’à 45 kilos. Et tout cela pour un coût largement inférieur à celui d’un vélo-cargo acheté neuf.

>>> A LIRE AUSSI : Notre test de la fourche cargo JoKer Bike

Convertir un vélo en électrique

Comment transformer un vélo musculaire en vélo à assistance électrique ? Sur le principe, la conversion est assez simple et possible sur la majorité des vélos. Plusieurs constructeurs proposent en effet des kits d’électrification comprenant moteur, batterie, contrôleur, capteur de pédalage, câbles, etc. Il peut s’agir d’un moteur roue ou bien à installer sous le pédalier. Solution plus simple encore, une roue avant comprenant à la fois le moteur, la batterie et un capteur gyroscopique, le tout pouvant être contrôlé depuis un smartphone.

Il faut bien sûr s’assurer de la compatibilité de ces kits de conversion avec le cadre de votre vélo. Pensez au fait que votre vélo devra supporter les contraintes de l’assistance électrique. Il n’a pourtant pas été prévu pour un tel usage. Cela peut impliquer une usure accélérée de certains composants comme la transmission, et plus encore le freinage.

Comment transformer un vélo en draisienne

Pour convertir un vélo d’enfant en draisienne, rien de plus simple. Il s’agit d’ailleurs d’une soustraction plutôt que d’une conversion. Il suffit e effet d’ôter les composants superflus : pédales, pédalier, chaîne et roue libre. Dans le cas le plus fréquent d’un vélo monovitesse, on peut s’abstenir d’enlever le pignon de la roue arrière. On se contentera de le recouvrir en bricolant un cache à la bonne dimension.

La conversion d’un vélo en draisienne représente une solution économique. Il suffit en effet d’acheter un vélo enfant d’occasion, même si la transmission est hors d’usage. Du moment que les roues, la direction et le freinage fonctionnent, cela suffit pour obtenir une draisienne à moindre coût.

Transformer un vélo en tricycle

Évoquons enfin pour finir la possibilité d’ajouter une troisième roue à son vélo pour le convertir en tricycle. Deux solutions se présentent selon que l’on souhaite modifier l’avant ou l’arrière du vélo.

Première solution : on remplace la roue arrière par un kit de conversion à fixer sur les pattes arrière du cadre. Il existe des kits de conversion monovitesse et d’autres compatible avec un système de changement de vitesses.

Seconde solution : le kit de conversion remplace la roue avant par un système à deux roues parallèles de petit diamètre. On obtient alors une sorte de triporteur. Certains modèles permettent même de prendre de l’angle dans les virages.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


Qualité de l'air