Tout savoir sur les différents types de leviers de vitesses vélo

Publié par 
Nicolas Martin,
le 
Accueil, Conseils techniques, Conseils vélo, Divers, Transmission

Partager

Tout savoir sur les différents types de leviers de vitesses vélo

Les leviers de vitesses sont le premier maillon de votre transmission vélo. Ils donnent l’impulsion initiale pour passer d’une vitesse à une autre. Pour un fonctionnement optimal de la transmission, il convient de choisir des leviers de vitesses compatibles avec les dérailleurs avant et arrière. Quels sont les différents types de leviers de vitesses ? Quelle différence entre des manettes de changement de vitesses indexées ou à friction ? Peut-on utiliser un levier 7 vitesses avec un dérailleur arrière et une cassette 6 vitesses ? Pour répondre à ces questions, il faut d’abord comprendre le fonctionnement d’un levier de vitesse vélo, mais aussi la façon dont il s’articule avec les autres éléments de la transmission du vélo.

Fonctionnement général des leviers de vitesses vélo

Quel que soit le mécanisme de changement de vitesses qui équipe votre vélo, celui-ci se commande presque toujours à l’aide de leviers de vitesses. Ceux-ci sont fixés sur le vélo à un endroit plus ou moins accessible : cintre, potence, tube diagonal ou encore prolongateurs pour un vélo de contre-la-montre.

Le principe général est toujours le même : la manette de changement de vitesses tire sur un câble qui provoque un déplacement latéral du dérailleur, qui lui-même entraîne le déplacement de la chaîne d’un pignon ou d’un plateau sur un autre.

Par convention, le levier de vitesses correspondant au dérailleur avant se fixe sur le côté gauche du vélo. Le levier du dérailleur arrière est quant à lui placé à droite.

Pour transformer un certain tirage de câble en un changement de vitesse, il y a deux paramètres principaux à prendre en compte :

  • Le tirage de câble total, autrement dit la distance de câble que le levier de vitesses permet de déplacer sur l’ensemble de sa course. La course complète du levier doit correspondre au moins à la course complète du dérailleur. Sinon certaines vitesses resteront inaccessibles.
  • Le tirage de câble pour passer d’un pignon à un autre. Pour une cassette donnée, la distance entre deux pignons adjacents et donc le tirage de câble nécessaire pour passer de l’un à l’autre sont identiques. En revanche, ils sont variables selon les marques et les modèles. C’est la raison pour laquelle ce paramètre est fondamental pour les leviers de vitesses indexés.

Manettes de changement de vitesses à friction pour vélo vintage

Système le plus courant jusqu’au début des années 1990, les manettes de changement de vitesse vélo à friction équipent un grand nombre de vélos qui continuent à rouler aujourd’hui. Le principe est simple : le levier permet d’actionner le câble de façon continue et reste en place grâce à un mécanisme à friction. Il est fixé en général sur le tube diagonal, parfois sur la potence, pour un vélo de route. Dans les années 1980, les premiers VTT avaient aussi des leviers à friction, fixés sur le cintre.

Avantages : ils sont moins coûteux, plus simples, plus robustes et plus faciles à régler. Ils posent aussi moins de problèmes de compatibilité.

Inconvénients : moins précis, ils demandent plus de temps et un certain doigté pour changer de vitesse.

Pour choisir un levier de vitesse à friction compatible avec votre transmission, c’est le tirage de câble total qui est à prendre en compte. En effet, plus une cassette ou une roue libre comporte un grand nombre de vitesses, plus la distance entre les pignons extrêmes et donc la course latérale du dérailleur arrière seront grandes. Le levier de vitesses devra donc être capable de tirer une plus grande distance de câble.

>> À LIRE AUSSI : Dérailleur indexé, dérailleur à friction : quelle différence ?

Leviers de vitesse au cadre 5 à 7 vitesses ou 8 à 10 vitesses

C’est pourquoi il faut bien vérifier le nombre de vitesses pour lequel un levier de vitesses vélo à friction est prévu. A priori, un levier 5 vitesses sera incompatible avec une transmission 6 vitesses. À l’inverse, un levier 6 ou 7 vitesses fonctionnera avec une transmission 5 vitesses : même si sa course est supérieure à celle du dérailleur, un bon réglage des butées évitera à la chaîne d’aller trop loin et de dérailler.

Les leviers de vitesse vélo au cadre vont en général de 5 à 7 vitesses à l’arrière. Il existe cependant des leviers à friction adaptés aux transmissions modernes. Les leviers de vitesse Dia Compe sont ainsi compatibles avec des cassettes et dérailleurs 8 à 10 vitesses.

Pour le dérailleur avant, il est toujours possible d’adopter un levier à friction. On peut alors mieux ajuster la fourchette du dérailleur même quand la chaîne est croisée.

Leviers de vitesse à friction Sunrace
Leviers de vitesse au cadre Sunrace

Leviers de vitesse indexés : un tirage de câble par crans successifs

Les leviers de vitesse vélo indexés sont apparus dans les années 1980 et équipent aujourd’hui la grande majorité des vélos. La position du câble n’est pas maintenue par un mécanisme à friction, mais par une roulette crantée. Le tirage du câble ne se fait donc pas en continu. Il dépend du nombre total de crans et de la distance entre deux crans successifs.

Dès lors, un grand nombre de standards différents sont possibles. C’est la raison pour laquelle les leviers de vitesse indexés sont rarement compatibles avec des dérailleurs qui n’ont pas été spécifiquement conçus pour fonctionner ensemble. En effet, il faut qu’un « clic » sur le levier (le passage d’un cran au suivant) provoque un déplacement du dérailleur correspondant au passage d’une vitesse à la suivante.

manettes de changement de vitesses au guidon Sunrace
Une manette de changement de vitesses à 5 crans

 

 

>> À LIRE AUSSI : Comment utiliser les leviers de vitesses de manière optimale ?

Compatibilité entre leviers de vitesse indexés, dérailleurs et cassettes

La compatibilité d’un levier de vitesses indexé avec les autres éléments de la transmission dépend de 3 paramètres :

  • Au niveau du levier de vitesses : le tirage de câble pour un cran du levier.
  • Sur la cassette ou la roue libre : la distance entre pignons adjacents.
  • Au niveau du dérailleur arrière : le ratio de tirage, c’est-à-dire le rapport entre le déplacement latéral du dérailleur et le tirage du câble par le levier. Un ratio de 1,7 signifie par exemple que 1 mm de câble tiré provoque un déplacement de 1,7 mm pour le dérailleur.

En combinant ces trois paramètres, il est possible de calculer si un levier de vitesses indexé sera compatible avec une cassette et un dérailleur donnés. Exemple : mon dérailleur Shimano a un ratio de tirage égal à 1,7. J’ai une cassette 8 vitesses dont les pignons sont espacés de 4,8 mm. Mon levier de vitesses devra donc avoir 8 crans et un tirage de câble de 4,8 / 1,7 = 2,8 mm.

Ces informations ne sont cependant pas toujours faciles à trouver. En pratique, les leviers de vitesse Shimano, SRAM ou Campagnolo sont rarement compatibles avec un dérailleur d’une autre marque. Une exception notable : les leviers de vitesses et les dérailleurs estampillés « 2:1 » chez SRAM et Shimano sont compatibles entre eux. Ainsi, il vaut donc mieux toujours choisir des leviers de la marque de son dérailleur ou des leviers indiquant qu’ils sont compatibles avec son dérailleur.

À noter : certains leviers pour dérailleur avant, notamment pour triple plateau, ont des crans intermédiaires. La fourchette du dérailleur s’ajuste mieux pour éviter de frotter la chaîne lorsque celle-ci est croisée. On retrouve ainsi le double avantage d’un levier de vitesses à friction et d’un levier indexé.

Leviers route, manettes au guidon, gâchettes ou poignées tournantes

Il existe différents types de leviers de vitesse vélo indexés. Le principe d’indexation reste le même, mais on l’actionne de différentes façons.

  • Les leviers de vitesse pour vélo de route. Ils s’intègrent à la cocotte de frein. Chez Shimano et Campagnolo, ils comportent chacun deux leviers pour monter ou descendre les vitesses. Chez SRAM, c’est un même levier qui permet de monter ou descendre selon qu’on le pousse plus ou moins loin.
  • Les manettes de vitesses classiques sur guidon. Un seul levier se déplace sur les crans successifs. Fixées sur un cintre plat, elles équipent notamment les vélos de ville. Certains modèles peuvent se fixer sur la potence et sont donc compatibles avec un cintre course.
  • Les commandes à gâchettes. Elles combinent deux leviers pour monter ou descendre les vitesses. Elles se fixent aussi sur un cintre plat de vélo de ville ou de VTT.
  • Les poignées tournantes.Elles permettent de changer de vitesse sans lâcher le guidon des mains, mais elles sont souvent moins robustes. Aussi adaptées aux cintres plats, elles équipent des vélos de ville ou des VTT et VTC d’entrée de gamme. Elles sont aussi plus sécurisantes pour un premier apprentissage des changements de vitesses sur un vélo enfant.
Poignée tournante pour changement de vitesses Revoshift
Poignée tournante pour commande de dérailleur arrière Shimano Revoshift

Il faut enfin mentionner les leviers pour changement de vitesses intégré au moyeu. Leur principe reprend celui d’un levier de vitesses couplé avec un dérailleur. Le tirage du câble n’a cependant pas la même fonction. Au lieu de provoquer le déplacement latéral d’un dérailleur, il déplace des engrenages dans le moyeu arrière. Ces leviers ont aussi une spécificité : on peut les actionner même à l’arrêt. Les tirages de câble étant spécifiques à chaque modèle, il faut choisir le levier de vitesses correspondant au moyeu : Shimano Nexus, Alfine, Rohloff, etc.

 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


Qualité de l'air