Différencier les types de freins

Publié par 
Citycle ,
le 
Accueil, Conseils techniques, Conseils vélo, Freins

Partager

Différencier les types de freins

Savez-vous quels types de freins vous utilisez sur votre monture ? Peu de personnes le savent mais il existe différentes sortes de freins vélo. Nous pouvons les regrouper en deux catégories principales : les freins sur jante et les freins sur moyeux. Envie d’en savoir plus sur les freins vélo ? C’est parti !

Dans chacune de ces deux catégories, différents types de freins peuvent être cités. Nous commencerons donc par les freins sur jante comprenant :

  • Les étriers à tirage central
  • Les étriers à tirage latéral
  • Les cantilevers à tirage direct
  • Et enfin les freins hydrauliques

Découvrez-en plus sur notre page Index du vélo – Le freinage

Index du vélo

1 – Les freins sur jante

Bien que très différents dans leur forme, tous assurent la même fonction : arrêter notre vélo dans les meilleurs conditions de sécurité.
Avec ce système, c’est la jante qui servira de surface de freinage. Des patins en caoutchouc viendront s’appuyer sur chaque côté de la jante pour vous aider à ralentir/arrêter le vélo. Les types de freins les plus courants de cette catégorie sont donc :

Les étriers à tirage central

Schéma frein à tirage central

Les étriers à tirage central fonctionnent un peu comme une paire de ciseaux. Ils sont fixés sur un trou situé au-dessus de la fourche à l’avant ou sur la petite entretoise entre les haubans à l’arrière, à l’aide un pivot central. Ils comportent des mâchoires aux bouts desquels sont fixés les patins.

Les deux bouts supérieurs reliés entre eux par un câble appelé le cavalier. En tirant dessus, les deux autres extrémités portant les patins se resserrent sur la jante pour ralentir sa course. Pour refermer l’étau, on utilise le levier de frein. Grâce au câble, celui-ci est relié à un écrou de blocage permettant de tirer sur le cavalier. Ce dernier est lui-même fixé aux étriers grâce à un câble. Ce câble est bloqué par deux petites boules de métal, ou par une petite boule et un écrou.

Les étriers à tirage latéral

Frein à tirage latérail - Schéma

Les étriers à tirage latéral sont eux aussi fixés au vélo grâce à un pivot central mais contrairement aux étriers à tirage central, l’un des bras de l’étrier a été plié de manière à venir se positionner au-dessus de l’autre. Ce bras plié peut ainsi accueillir la butée du câble. Pour ce système, le câble passe par le premier bras plié via une butée de gaine puis se coince sur le second bras via un écrou de serrage. Toujours comme pour les étriers à tirage central, c’est en actionnant le levier de frein que l’on rapproche les deux bras qui arrêteront alors la roue grâce aux patins qui viendront se frotter aux jantes.

>> A LIRE : Comment régler ses freins : les points à vérifier

Les cantilevers

Type de freins : cantilevers

Les freins cantilevers fonctionnent de la même façon que les étriers à tirage central. Cependant, ils ne se stabilisent pas grâce à un pivot central. Ce système a recours à deux bras montés sur deux supports soudés sur le cadre et la fourche du vélo. Le câble de frein est toujours utilisé pour actionner le mécanisme en tirant sur le cavalier grâce à une petite pièce appelée « triangle ». Dans certains cas, un demi-cavalier peut être une solution pour relier l’un des bras au triangle tandis que le câble de frein lui-même servira de demi-cavalier pour venir s’installer directement sur l’autre bras.

Les cantilevers à tirage direct : les V-brakes

Freins V-brake

Comme pour les cantilevers, les v-brakes sont également fixés au vélo grâce à des supports directement soudés au cadre et à la fourche. Toutefois, avec les cantilever à tirage direct, il y a un coude métallique permettant au câble de se mettre en position horizontale jusqu’au premier bras qui fera alors office de butée de gaine. Le câble viendra par la suite resserrer les deux étriers afin que les patins viennent se plaquer sur la jante.

Les freins hydrauliques

Freins vélo hydrauliques

Ici les patins sont toujours utilisés pour arrêter la jante. En revanche, les étriers ne sont plus mobiles. Seuls les patins bougent. Le système fonctionne grâce à la pression hydraulique. Tout part d’une durite principale reliant un levier de frein spécifique à des pistons, situés derrière les patins de frein. C’est en actionnant le levier de frein, entraînant du coup une augmentation de la pression d’huile, que les pistions assemblés entre eux par une seconde durite parviennent à pousser les patins qui viendront, comme pour tous les autres mécanismes cités précédemment, se refermer sur la jante pour ralentir et arrêter le vélo.

2 – Les freins sur moyeux

Ici les jantes ne servent plus de surface de freinage. Et comme vous l’aurez sûrement compris, ces freins se retrouveront au niveau du moyeu de roue de votre vélo. Ils nécessitent des fixations spécifiques sur le cadre mais aussi sur la fourche. Votre moyeu de roue devra lui aussi être spécial. Dans cette catégorie, on pourra notamment citer :

  • Les freins à disque
  • Les freins à tambours
  • Et les freins à rétropédalage

Les freins à disque

Freins à disque pour vélo

Ici, un disque sera nécessaire. Monté sur le moyeu de la roue, il tournera avec celle-ci et fonctionnera en association avec un étrier fixé sur la fourche ou le cadre de votre monture. Le disque sera placé entre deux plaquettes situées dans l’étrier qui, comme avec les patins, viendront le serrer pour le ralentir, engendrant du coup le ralentissement puis l’arrêt de la roue. Les plaquettes en métal, en résine ou en matériaux composites, se refermeront sur le disque toujours en actionnant le levier de frein.
Dans la famille des freins à disque, 3 types de freins peuvent être distingués : Les freins à disque mécanique, les freins à disque hydraulique et les freins à disque hybride.
Les freins à disque mécanique s’actionnent par un câble qui resserre l’étau entre les deux plaquettes lorsque le levier de frein est actionné.

Les freins à disque hydraulique fonctionnent via à des pistons poussant les plaquettes contre le disque grâce à l’augmentation de la pression hydraulique obtenue en resserrant le levier de frein.

Et enfin, pour ce qui est des freins à disque hybride, un câble et la pression hydraulique seront tous deux utilisés. Le principe consiste le plus souvent à utiliser un levier de frein traditionnel à câble, destiné à actionner le piston d’un réservoir d’huile qui, grâce à une durite, comprimera les plaquettes contre le disque pour l’arrêter.

Les freins à tambour

Freins à tambour pour vélo

Eux aussi se situent au niveau du moyeu de roue. Comme les freins à disque, ils agissent sur cette partie de la roue pour ralentir et arrêter le vélo. Sur les modèles traditionnels, le principe consiste à freiner à l’aide de deux gros patins placés à l’intérieur du moyeu entrant en contact avec une surface circulaire : le tambour. Sur d’autres modèles, des rouleaux cylindriques sont sollicités par expansion interne sous l’action du levier de frein. Ces rouleaux viennent alors se frotter contre une paroi intérieure du frein garantissant ainsi un freinage à la fois puissant et efficace.

Les freins à rétropédalage

Freins à rétropédalage

Assez similaires aux freins à tambours, ces freins à rétopédalage s’actionnent non pas via les leviers de freins mais grâce à un pédalage effectué vers l’arrière. Le système de freinage se trouve toujours dans le moyeu arrière et comme pour les freins à tambour, on notera l’existence d’un bras métallique extérieur fixé sur le cadre du vélo. Aucun câble n’est donc nécessaire pour les faire fonctionner.

Maintenant que vous connaissez les différents types de freins vélo existants, vous devriez donc être capable d’identifier avec facilité quels types de freins vous utilisez sur votre monture.

Source : Mapage.noos.fr 

>> A LIRE : Freiner avec ses pieds à vélo : les avantages d’une roue rétropédalage

Partager

comparateur Antivol velo

4 comments

  1. Frein à tambour en 90 mm, sur vélomobile !

    1. avec ces freins vous devez vous arrêter net 😉

    2. Ça freine bien suivant l’anticipation et l’état de chaussée, comme tous les cycles, il faut connaître sa machine, avant de partir tête baissé. On utilise des parachutes (genre sac en tissu ou toilé) pour les descentes de col. Cela permet de laisser refroidir un peu plus les freins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


Qualité de l'air

comparateur Antivol velo