Stationnement vélo : vos avis, vos réactions

Publié par
Virginie de Citycle,
le 
Accueil, Conseils, Matériel
Partager
Stationnement vélo : vos avis, vos réactions

Nous vous avons interrogés pour savoir ce que vous pensiez de la place accordée au stationnement vélo dans les lieux publics et dans les copropriétés. On récapitule !

Le stationnement vélo trop rare dans les lieux publics…

Il y a encore beaucoup de progrès à faire. En matière de stationnement vélo, les avis sont clairs. Les cyclistes sont très nombreux à souligner le manque de places pour garer des deux-roues dans les lieux publics. Ils sont en effet de plus en plus à circuler à bicyclette que ce soit pour se rendre au travail ou pour faire des courses en ville. Devant les commerces, les administrations ou à proximité des gares, les parkings vélos sont cependant « trop rares » ou « mal conçus ».

Le réparateur Allo Mécano Vélo déclare ainsi : « Les stationnements vélos sont trop inexistants à Marseille ». Pour Valentin, il faudrait penser à améliorer le revêtement « pour éviter les éclats de peinture ». « Sur un site de gare SNCF, il y a un abri mais non fermé, ni gardé […] Dans le parking voitures souterrain, j’ai trouvé quelques places réservées aux vélos mais occupées allègrement par des scooters », raconte Régis.

Stationnement vélo en extérieur

A LIRE : Les parkings vélos obligatoires dans les lieux publics et professionnels

… Pas forcément adapté dans les copropriétés

Du côté des copropriétés, si certains cyclistes sont satisfaits de leur local, le mécontentement règne en majorité. Pas de lieu dédié au vélo pour les uns. Pas d’aménagement pensé pour le quotidien pour les autres. A l’instar de Julian. « On dispose d’un local vélos, motos, poussettes…, c’est le bordel. Il y a des crochets au plafond pour pendre les vélos par la roue avant. Mais le mien faisant 17 kg, c’est trop contraignant. Du coup, je le gare sur la béquille et je croise les doigts ». Pour Rebecca, « le local à vélos avec râteliers est en sous-sol d’un autre bâtiment. Du coup, les vélos se garent avec stand ou contre le mur dans l’appart ».

« Nous avons un local vélo dans la cour. Mais il est trop petit malgré peu d’habitants qui utilisent leurs vélos. A l’intérieur, les vélos sont accrochés à une barre au mur. Ce qui permet de gagner de la place mais n’est vraiment pas pratique pour une utilisation quotidienne. Nous avons donc demandé de pouvoir utiliser la cour pour garer les vélos le jour ainsi que pour ranger les vélos hors taille (nous envisagions d’acheter un triporteur) mais cela a été refusé par la copropriété. Alors pas d’achat de triporteur… », témoigne Chiara.

Malheureusement rien de prévu chez Aude. « Mais heureusement, nous avons une cave. Les vélos sont simplement posés sur la béquille ». Pour cet autre cycliste, le local est un « ancien local fourre-tout en sous-sol reconverti en local vélo cet été par un non cycliste ». Il regrette « le pince-roue trop près du mur et des crochets à 2m du sol, difficile pour les plus petit-e-s et d’attacher autre chose que la roue avant ».

A LIRE : Conseils indispensables pour un parking vélo pratique et sécurisé

Qu’est-ce qu’en pensent les acteurs du domaine ?

La Fédération française des usagers de la bicyclette (FUB) estime qu’il faut penser à la sécurité du vélo stationné :

« Le cycliste doit pouvoir attacher le cadre à un point fixe, car c’est la partie la plus coûteuse d’une bicyclette. Il est souhaitable qu’il puisse aussi attacher la roue avant, car elle est facilement détachable. Les roues, les câbles, la peinture ne doivent pas être détériorés lors de l’utilisation de l’équipement par le cycliste ou les cyclistes voisins ».

« Le vélo ne doit pas tomber ou une roue plier même avec une charge lourde sur le porte-bagages ou dans des sacoches. Tous les matériels trop bas ou ne tenant le vélo que par une roue ne peuvent pas maintenir correctement un vélo. Les râteliers pince-roues ne permettent pas d’attacher le cadre et la roue avant d’une part et ne maintiennent pas bien le vélo, ce qui risque de l’endommager. Ils sont donc vivement déconseillés ».

L’avis d’un commerçant dans le milieu du cycle se veut plus mesuré :

« Pour les emplacements de longue durée, les arceaux sont la bonne solution. Nous comprenons les risques que comportent les râteliers. Nous entendons les arguments des associations qui sont contre. Néanmoins, les garages à vélos de 3 / 4 / 5 places offrent une solution bon marché. Notamment pour les commerces en ville. Ces derniers peuvent ainsi proposer devant leur devanture un garage à vélos facilement accessible pour leurs clients. Ce moyen de garer son vélo facilite l’accès pour les cyclistes à leur commerce. Il invite aussi les autres clients en exposant ce râtelier à venir à vélo ».

« Pour garder le vélo en équilibre et éviter de l’abîmer, il convient de le positionner le plus droit possible. A noter que pour garantir la sécurité de son vélo, le cycliste peut utiliser un antivol. Pour ceux qui détiennent un U, il est même possible d’envisager d’attacher la roue arrière au râtelier en y incluant le cadre. Je pense qu’il existe d’autres débats beaucoup plus urgents et importants pour faciliter le développement du vélo dans les villes ».

Partager

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz

Catégories

Abonnez-vous à notre newsletter

Qualité de l'air