Knog : des sonnettes et feux de vélo au look minimaliste

Publié par 
Bertrand Deguerne,
le 
Accueil, Les grandes marques, Matériel signalisation / sécurité, Matériel vélo

Partager

Knog : des sonnettes et feux de vélo au look minimaliste

Marque emblématique d’accessoires de vélo, Knog ne cesse de se réinventer. La volonté de Knog est de proposer des accessoires de vélo aussi bien performants qu’élégants. Découvrez dans cet article les sonnettes et feux de vélo par Knog.

Knog, une marque innovante

Créateurs de la marque de feux vélo Knog

La genèse de Knog

C’est en mars 2003 que Hugo Davidson et Malcolm McKechnine ont lancé leur marque Knog, spécialisée dans les éclairages et accessoires vélo novateurs. La marque mise sur des modèles puissants et élégants. Basée en Australie, la société dit trouver son inspiration dans les différentes cultures du monde. Elle crée des produits offrant aux cyclistes la possibilité « de découvrir leur propre sens de liberté ».

Exportant actuellement à travers 46 pays, Knog utilise des matières de qualité pour préserver une longue durée de vie de ses équipements. Fervente protectrice de l’environnement, la marque essaye d’ailleurs de réduire au minimum ses emballages en gardant juste de quoi bien protéger ses feux pour vélo. En plus des éclairages, la marque améliore la sécurité des cyclistes avec la gamme Oi de sonnettes vélo Knog, au design incomparable.

>>> À LIRE AUSSI : Test réel des feux Knog Lil’ Cobber pour le vélo urbain

Des accessoires minimalistes au look travaillé et soigné

Avec leur forte intensité lumineuse, les éclairages vélo Knog s’utilisent aussi bien en ville que sur route non-éclairée pour garantir à la fois une bonne visibilité de la route et du cycliste. Simples d’utilisation, ils possèdent également un look travaillé très tendance. D’ailleurs, l’entreprise a gagné pas moins de 37 prix de design pour ses modèles. Parmi ceux-là, le prix du meilleur design Australien en 2013.

>>> À LIRE AUSSI : Sécurité à vélo : les innovations pour se signaler

sonnette vélo Knog

Se signaler à vélo avec Knog

Les sonnettes Knog pour avertir les autres usagers de la route

La sonnette est un équipement essentiel à tout bon cycliste. Il faut d’ailleurs savoir qu’elle est obligatoire ! Selon le code de la route, vous vous exposez à une amende de 38€ en cas de manquement. Mais les sonnettes ne sont pas toujours très esthétiques. C’est pourquoi Knog a décidé de commercialiser des sonnettes avec un look épuré et tendance. Elles sont semblables à des bagues que l’on vient fixer directement sur le guidon du vélo. Elles sont à la fois élégantes avec plusieurs coloris disponibles, mais aussi très discrètes. Leur look minimaliste conviendra parfaitement aux adeptes des designs épurés. Très légères, les sonnettes Knog Oi ne pèsent que 25 grammes et s’adaptent à tous les types de vélos. Pour la Knog Oi Bell Luxe, le poids sera un peu plus lourd, avec 31 grammes pour la taille Knog Oi Bell Luxe small et 46 grammes pour la taille Knog Oi Bell Luxe large. Cette dernière a un look un peu plus épais, qui s’apparente davantage à une montre.

Une bonne sonnette, c’est aussi un objet qui s’entend. Pour beaucoup d’équipements su

r le marché, les sonnettes font un bruit assez désagréable. Certes, elle a pour but d’avertir les piétons et autres véhicules de sa présence. Mais quitte à se faire entendre, pourquoi ne pas utiliser un joli son ? Les sonnettes de Knog produisent un son clair et doux, qui n’agresse pas les oreilles. Pour autant, il est assez fort pour être entendu. Sachez que la loi impose aux sonnettes de produire un son pouvant être entendu à au moins 50 mètres.

Petit bémol pour la marque, puisque les sonnettes s’installent uniquement sur des cintres ronds, d’un diamètre allant de 23.8 mm à 31.8 mm. L’installation reste malgré tout, relativement simple. Il suffit d’ouvrir la bague à l’aide d’une clef Allen, de l’insérer autour du guidon, et de revisser le tout. Sachez par ailleurs que la sonnette dispose d’un espace prenant en compte les différents câbles de frein et de dérailleur.

>>> À LIRE AUSSI : La sonnette tendance Kong Oi

feu avant Knog éclairage

Choisir le bon feu de vélo Knog : être vu par faible luminosité

L’éclairage est aussi un élément essentiel du vélo. La loi impose aussi plusieurs équipements, notamment des catadioptres, qui doivent être présentes en permanence.

Knog propose une large gamme de feux avant et arrière, et il y en a pour tous les goûts. Les adeptes du minimalisme seront comblés, les feux sont rarement gros. Le set d’éclairages Knog Plus en est le parfait exemple. En effet, ils ne mesurent que 66 mm de long, pour seulement 12g. Ils peuvent aussi bien être installés sur le vélo que sur un sac, grâce à son attache en caoutchouc ou en clip.

Comment recharger mon feu Knog ?

La majorité des lumières vélo de Knog se recharge grâce à un port USB et possède une bonne durée d’éclairage. Vous pouvez d’ailleurs choisir entre plusieurs types d’éclairages. Continu standard, clignotant ou mode éco, vous pouvez adapter votre lumière aux différentes situations que vous rencontrez.

La marque s’adapte à toutes les bourses et propose des équipements accessibles, comme la gamme Knog Blinder MINI. Si votre budget est un peu plus élevé, vous pouvez vous tourner vers la gamme Knog PWR Road.

>>> À LIRE AUSSI : Ce qu’il faut savoir avant l’achat d’un feu de vélo

Quel est le meilleur feu Knog selon ma pratique ?

Les marques ont l’habitude de développer plusieurs modèles afin de convenir à tous les usages et tous les besoins. Knog a logiquement créé plusieurs gammes, s’adaptant à plusieurs pratiques. L’une des gammes phares de la marque sont les Knog PWR, qui conviennent mieux à une activité en plein air, contrairement aux Knog Blinder, plus adaptés à une utilisation en ville. Ces dernières ont une intensité lumineuse plus faible, permettant de voir et de se faire voir, sans éblouir les autres usagers de la route. En ville, il peut aussi être intéressant de choisir feu avant qui éclaire une large surface. C’est le cas de la Lil’ Cobber Knog, dont le rayon d’éclairage s’étend sur 330°. Tout le contraire des feux adaptés à une pratique en dehors des villes. Ils doivent permettre avant tout d’éclairer la route. Des feux comme le Knog PWR Road et le Knog PWR Trail, sont parfaits pour voir et être vu, même en cas de forte obscurité. Des feux pour du trail en forêt, où la lumière est moins intense, peuvent être intéressant. Même si la nuit n’est pas encore tombée, utiliser un éclairage permet d’éviter des obstacles peu visibles, comme des branches ou des racines.

>>> À LIRE AUSSI : Vélo, le feu clignotant arrière officiellement autorisé

[Article publié le 18 décembre 2017 et mis à jour le 8 novembre 2021]

Partager

7 comments

  1. Ces éclairages sont-ils munis d’un réflecteur pour éclairer le sol sans éblouir le cycliste venant en face, à la manière d’un feux de croisement ?

    1. Bonjour,

      Cela dépend des modèles, le modèle Blind MOB avant 4 LEDs en est par exemple équipé.

  2. R70 et 400 pour ma part. Aucun souci avec les fixations. Lampes puissantes et design sympa

  3. Attache en plastique qui a pêté au bout de 3mois !! Bye bye Knog made in china !…

  4. Content de voir qu’on commence à trouver des feux performants. En revanche, même si ça a l’air paradoxal, je regrette qu’ils soient si faciles à monter, parce qu’ils sont de la même façon faciles à démonter, donc à voler…

    L’idéal, c’est une fixation permanente du support sur le guidon, la tige de selle ou l’arrière du porte-bagage, et au besoin un mécanisme de détachement du feu pour aller le recharger.

    1. Bonjour,
      Merci pour votre commentaire.
      La fixation a justement ce côté pratique d’être détachable. Cela permet de pouvoir l’enlever pour retirer facilement et rapidement vos feux pour ne pas les laisser sur votre vélo et éviter ainsi qu’on ne vous les vole.

  5. Mais pas très solide. ( silicone pour fixation.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Conseils et Actu Vélo

 

📫 Toutes les deux semaines, je reçois une news complète autour de la petite reine : conseils, itinéraires, actualité

 

Catégories

Qualité de l'air