Apprendre à lire l’imperméabilité des vêtements pluie

Publié par
Virginie de Citycle,
le 
Accueil, Conseils, Conseils pratiques
Partager
Apprendre à lire l’imperméabilité des vêtements pluie

Rester sec à vélo est tout à fait possible. Il faut bien sûr pour cela avoir l’équipement approprié et notamment des vêtements de pluie étanches. D’ailleurs, savez-vous qu’il existe différents degrés d’ imperméabilité ? On vous explique !

Protégez-vous de la pluie

Rouler à vélo sous la pluieIl suffit d’une averse ! Inopinée et rapide et vous voilà trempé. Mais rassurez-vous, il existe différents vêtements, comme des guêtres ou des ponchos, qui vous permettent de faire du vélo même en cas d’intempéries. On en trouve toute sorte, tous se disent bien sûr imperméables mais il faut savoir que la qualité de cette étanchéité n’est pas la même pour tous ces produits.

Notez donc qu’une veste de pluie se voulant réellement imperméable devra répondre à des critères bien précis notamment en terme de confort mais aussi de capacité à nous garder au chaud et surtout au sec. Alors comment retrouver ces vêtements de pluie ?

Quel degré d’imperméabilité ?

Avant de vous lancer dans la recherche de votre équipement imperméable, il vous faudra tout d’abord connaitre son degré d’imperméabilité. Sachez que l’imperméabilité d’un vêtement correspond à sa capacité à empêcher l’eau de traverser le composant dont il est fait. Et forcément, plus il empêchera l’eau de le pénétrer, plus il sera imperméable. Il existe aujourd’hui plusieurs procédés pour rendre un tissu imperméable comme l’enduction qui consiste à enduire la surface interne d’un tissu avec un produit chimique ou encore l’utilisation de membranes associées à la partie interne du tissu pour empêcher l’eau de le traverser. Mais alors comment faire le bon choix ?

>> A LIRE : DexShell : des accessoires de cyclistes pour rouler au chaud et au sec

Le test de la colonne d’eau

Se protéger de la pluie à véloPour mesure l’imperméabilité d’un habit, on fait des tests. Comme celui de la colonne d’eau, basé sur la norme ISO811. Il consiste à placer, sur un échantillon du vêtement anti-pluie, une colonne graduée en millimètres qui sera ensuite remplie d’eau. Ce procédé permet alors de déterminer à partir de quelle pression les premières gouttes parviennent à traverser l’échantillon et donc à partir de quelle pression l’échantillon devient perméable.

Par exemple, si le composant commencer à céder à une pression exercée par 2000 mm d’eau (2 mètres d’eau), celui-ci aura une imperméabilité de 2000 mm. Plus ce nombre sera grand et plus le tissu sera imperméable. Sachant que la pression de l’eau de pluie peut aller de 1000 à 2000 mm, une veste affichant ainsi 2000 mm pourra donc d’ores et déjà être considérée comme imperméable.

L’indice d’imperméabilité

Il existe des vestes affichant un indice d’imperméabilité à 2000 mm, d’autres à 30000 mm. Faites le bon choix selon vos réels besoins en fonction des températures et conditions météo que vous allez rencontrer, de la durée de votre balade ou randonnée vélo, de la respirabilité de la veste…

Ainsi pour une petite balade en été ou en cas de pluie fine, une protection ayant un indice de 2000 mm suffira tandis qu’il faudra un indice plus élevé de 10000 mm pour une randonnée en montagne de plusieurs jours. Il ne faut pas oublier qu’une pression supplémentaire peut s’appliquer sur vos vêtements imperméables en appuyant dessus notamment si vous portez un sac à dos. En marchant, il est aussi possible de générer des pressions pouvant atteindre 8000 mm. Alors pour être sûr de toujours rester au sec, veillez à prendre une certaine marge en fonction des activités que vous êtes amenés à faire.

Et la respirabilité dans tout ça ?

Pratique du vélo par temps de pluieEn plus de l’imperméabilité, la respirabilité d’une veste de pluie est aussi un facteur important. Elle définit la qualité de la veste et correspond à la capacité du vêtement à laisser s’échapper la vapeur d’eau créée par le corps lors des efforts. En général, plus un équipement est imperméable moins il est respirant. Alors si votre équipement est trop imperméable, attendez-vous à vous retrouverez à l’abri de la pluie mais certainement pas à l’abri de votre propre transpiration !

La respirabilité des vestes se mesure via des indications obtenues par des tests, consistant par exemple à vaporiser directement de la vapeur d’eau dans le vêtement fermé afin de mesurer sa résistance évaporative appelée RET pour Résistance – Évaporation – Transmission.

  • RET < 6 : Si la RET est inférieure à 6, alors le vêtement est extrêmement respirant.
  • 6 < RET < 12 : Vêtement très respirant, pratique à porter pour les efforts modérés.
  • 12 < RET < 20 : Vêtement moyennement respirant.
  • RET > 20 : Vêtement peu respirant et inconfortable pour un effort physique.

Vous l’aurez donc compris : plus la résistance évaporative d’un composant est faible, plus celui-ci sera respirant. Voilà, vous avez désormais toutes les clés en main pour choisir au mieux votre habit de pluie !

Source : Randonner Malin

>> A LIRE : Préparez l’automne : les conseils pour affronter la pluie à vélo

Partager

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz

Catégories

Abonnez-vous à notre newsletter

Qualité de l'air