Quelles solutions existent pour prendre son vélo dans le train ?

Publié par 
Bénédicte Fielding,
le 
Cyclisme urbain, Cyclotourisme, Intermodalité, Services et conseils

Partager

Quelles solutions existent pour prendre son vélo dans le train ?

Prendre son vélo dans le train, c’est possible, même si les places restent encore rares et qu’il faut bien s’organiser. Le réseau ferroviaire en France propose une offre de voyage pour les cyclistes suffisamment diversifiée, allant du transilien jusqu’au train international.  En fonction de son trajet, les conditions ne sont pas les mêmes pour pouvoir transporter son vélo en train. Pour du vélotaf ou du vélotourisme, des précautions sont à prendre pour ne pas se retrouver coincés à quai et voyager serein.

Prendre le train avec son vélo, direction le bureau

Avec l’engouement croissant pour le vélotaf, c’est-à-dire le fait d’aller au travail à vélo, on voit parallèlement depuis plusieurs années, une augmentation de l’intermodalité vélo-transports en commun. Le constat est valable pour les grandes villes, mais aussi sur l’ensemble du territoire français. Belle alternative au transport individuel en voiture, la demande chez les cyclistes pour prendre le TER, les trains de banlieues ou le RER est très forte.  Depuis le mois de mars 2021, tous les trains neufs se doivent de proposer 8 emplacements pour vélo et 4 emplacements pour les lignes très fréquentées.

>>> A LIRE AUSSI Vélotaf, des progrès à faire pour aller au travail à vélo

Les règles ne sont pas les mêmes sur la manière de transporter son vélo d’un train à un autre et il faut rester vigilant. Les vélos non démontés ne sont pas acceptés partout. C’est le cas sur le réseau transilien aux heures de pointe entre 6h30/9h30, et 16h30/19h30 en semaine.

Vélo placé dans un train de banlieue
©jorik-kleen

A bord du train, comme en gare, votre vélo doit être tenu à la main. Il va falloir résister à l’envie de traverser la gare en pédalant, même en dehors des heures de pointe. Vous devez aussi monter et descendre  vous même votre bicyclette à bord du train et choisir les rames identifiées par un pictogramme vélo.

>>> A LIRE AUSSI Le vélo, « une chance pour le train » ?

Pendant le trajet, vous êtes responsable de votre vélo, notamment à bord des trains ne proposant pas d’espace dédié. Si votre vélo est suspendu à des crochets, comme c’est le cas en effet dans certains TER, vous pouvez  l’attacher avec un antivol et aller vous asseoir plus loin dans la rame en toute tranquillité.

Le transport des vélos à bord des trains régionaux est gratuit mais il est difficilement possible de réserver sa place.

>>> A LIRE AUSSI Fiche Conseil : comment transporter son vélo dans le train. 

plusieurs vélos suspendus à des crochets dans un TER

Prendre le train avec son vélo pour les vacances

Slow travel, microaventure, la tendance actuelle du tourisme est centrée autour de l’éco-responsabilité.  Le duo train/vélo est évidemment le moyen de transport le plus respectueux de l’environnement pour sillonner la France. Effectivement, son émission carbone est dérisoire par rapport à un déplacement en voiture.

Profiter du train pour les cyclotouristes permet aussi de rallier son point de départ plus rapidement. C’est le cas notamment pour les voyageurs souhaitant se rendre à un itinéraire comme La Vélodyssée®. Ils peuvent prendre un Intercités avec leur vélo jusqu’à Nantes, pédaler le long de la côte direction Hendaye et embarquer à bord d’un train pour le retour.

Pour ce type de voyage, certaines précautions restent à prendre. Tout d’abord, si l’on voyage avec un vélo non démonté, il faut réserver son emplacement suffisamment à l’avance. Cela vaut pour les trains Intercités, les TGV ou les OuiGo. Il faudra prévoir entre 5 et 10 euros de budget supplémentaire. Une fois votre cycle accroché avec un antivol, vous n’êtes pas tenu de rester à proximité.

En cyclotourisme, les vélos sont équipés de nombreuses sacoches. Les cyclistes doivent les retirer à bord des trains. Pour les autres accessoires, on recommande de les enlever pour éviter les mauvaises surprises.

Si l’on doit voyager en train avec son vélo plié ou démonté, celui-ci aura droit à sa housse ou valise de transport. C’est d’ailleurs obligatoire si l’on pousse le voyage hors de France à bord d’un train international comme l’Eurostar ou le Thalys.

Et pour les fous du guidon en famille,  ils peuvent prendre le train avec une remorque pour enfant. Il faudra par contre prévoir le temps nécessaire pour la plier avant de monter à bord. En effet, les charrettes et remorques, ne sont pas autorisées non démontées dans les trains.

Mention spéciale pour le transport du vélo électrique en train

Les mêmes règles s’appliquent pour les vélos électriques. Cependant, si votre bicyclette pèse plus de 20kg, il sera difficile de la suspendre à un crochet. Il faut alors démonter son vélo ou le garder à la main.

L’avantage du train lorsque vous voyagez à VAE, c’est que vous pouvez économiser votre batterie pendant le parcours. Vous pouvez ainsi relier deux points de votre itinéraire sans avoir à chercher un point de recharge. Et puis pendant votre trajet, il est possible de brancher ses batteries pour les recharger à bloc et repartir de plus belles sur les routes. Des prises électriques sont disponibles dans les TGV, les OUIGO, les TER ou les trains Intercités.

Voyager en train avec son vélo, c’est avant tout de l’anticipation. Pensez à consulter les fiches horaires et toutes les informations nécessaires disponibles sur le site de la SNCF

Partager

7 comments

  1. Gare de tarascon.
    Attention escaliers sans ascenseur pour accéder aux quais..
    Comment font les personnes à mobilite réduite?

    1. Bonjour et merci pour vos précisions qui seront certainement utiles à certains lecteurs du côté de Tarrascon !

  2. Bonjour
    Nous avons voyager avec nos vélos depuis plusieurs année mais ca devient difficile car obligation de suspendre nos vélos du fait que les diamètres de pneus sont plus grand que les support impossible de les crocher aussi vu vélo électrique lourd a suspendre mais nous allons prévoir des sangles pour attacher le roue avant au crochet et enlever la batterie et bagages ensuite les guidons pour les vélos de montagnes sont plus encombrant et touchent les voisins donc nous allons installer des supports de guidon débrayable pour orienter le guidon parallèle au cadre en espérant qu’il y aura des places
    Avis aux cyclistes

  3. Bonjour,
    J’aimerais apporter une petite précision concernant le tarif de la réservation d’un emplacement vélo à bord d’un Intercités. Le prix varie en fait de 5 à 10 en fonction des lignes.

    1. Bonjour,

      Merci pour votre commentaire. Nous faisons les modifications.

  4. Je viens de faire l’experience du vélo dans le train et je peux vous assurer que c’est une vrai galère !
    Nous avons payé 10€ supplémentaire par vélo et nous avons été placé en tête du train, dans un petit compartiment devant la 1ere classe. Les vélo sont installés à la place de strapontin mais aussi bien à l’aller qu’au retour, les ceintures de fixations prévues pour accrocher les vélos étaient soit cassées, soit absentes !! Heureusement que je prévois sangles et tendeurs avec moi.
    Pour rejoindre le train, prévoyez un peu d’avance car très peu de gare permettent un accès facile au train avec des vélos (escaliers, ascenseur, couloirs trop étroits).
    Grosse surprise aussi lors de la montée dans le train : les remorques ne sont pas acceptées !! Notre remorque fait pourtant 60×80 soit la taille réglementaire des bagages autorisés par la SNCF. Sachez qu’un voyageur est monté avec un carton énorme et 2 valises à roulettes aussi grosses sans être inquiété…

  5. La SNCF est bien gentille avec sa pub train +vélo, mais si les TER ont un emplacement pour les vélos, les gares ne sont pas équipées.
    Nous avons remonté le Rhône en TER après avoir fait la Via Rhona, 3 vélos adultes,un vélo enfant, une remorque et une Chariot (soit 2 adultes, un ado, un enfant de 5 ans et un de 1 an). Nous n’avons jamais eu d’aide de la part de la SNCF pour nous aider pour rejoindre les quais. Jamais ils nous ont permis traverser les voies sous leur surveillance. Nous avons trouvé de l’aide pour monter et descendre les escaliers auprès d’autre velo cyclistes, notamment allemands, probablement plus habitués à ce mode de transport.
    A Avignon, le chef de gare nous a aidé à monter les vélos et sacs car il voulait que son train parte a l’heure.
    A Lyon, les voies sont équipées de rampes d’accès qui ont grandement facilité le changement de quai.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Conseils et Actu Vélo

 

📫 Toutes les deux semaines, je reçois une news complète autour de la petite reine : conseils, itinéraires, actualité

 

Catégories

Qualité de l'air