Freiner avec ses pieds à vélo : les avantages d’une roue rétropédalage

Publié par 
Natacha Bivel,
le 
Accueil, Fixie / Singlespeed / Rétropédalage, Vélos de ville

Partager

Freiner avec ses pieds à vélo : les avantages d’une roue rétropédalage

Freiner avec ses pieds, quelle drôle d’idée ! Cette pratique se retrouve beaucoup chez nos voisins des pays d’Europe du nord, grands adeptes de la bicyclette. En effet, cela est possible grâce à une roue appelée rétropédalage ou torpédo. Ce type de roue arrière est directement équipée du système de freinage dans le moyeu et permet de freiner grâce à un mouvement de pédalage en arrière. Mais quels en sont les réels avantages ?

Tout d’abord voyons son fonctionnement technique. Les roues rétropédalages sont équipées d’un système de frein à tambour. Tout le système de freinage se fait à l’intérieur du moyeu. Lorsque vous pédalez en avant le pignon entraîne la roue arrière normalement. Lorsque vous arrêtez de pédaler, le système de roue libre traditionnel vous permet de continuer d’avancer sans pour autant bloquer la roue, là aussi normalement. La particularité arrive donc quand vous pédalez en arrière. Votre mouvement inverse va entraîner des galets faisant office de patins contre le tambour qui est l’enveloppe intérieure du moyeu. Notez que le moyeu rétropédalage est équipé d’un bras de rappel qui se monte sous la base arrière gauche du cadre.

>> A LIRE AUSSI : Zoom sur le frein vélo à rétropédalage

Les avantages de ce système sont nombreux et il compte nombres d’adeptes en Allemagne et aux Pays-Bas où l’utilisation des vélos est très importante. Voyons un par un tous ces avantages :

Une demande de maintenance minimale et une longue durée de vie

roue-retropedalage-velo

Le système de freinage est placé à l’intérieur du moyeu de la roue. De ce fait, il est protégé des intempéries et le système de freinage ne s’use quasiment pas. Beaucoup vous diront même que sa durée de vie est la même que celle du vélo. De plus, il ne nécessite aucun câble. Là encore cela minimise la maintenance du freinage.

Une grande fiabilité par tous les temps

Ce système de freinage offre une grande fiabilité. En effet sa maintenance minimale vous évite d’être surpris par un patin trop usé ou un câble endommagé qui viendrait à casser. De plus, et c’est aussi pour cela que ce système a séduit dans les pays du nord de l’Europe, vous ne rencontrez pas de mésaventures à cause des intempéries. Le câble ne risque pas d’être bloqué par le gel à l’intérieur de la gaine à cause du froid et vous ne risquez pas d’avoir les patins qui glissent sur la jante de votre vélo avec un freinage inefficace lors de grosses averses.

Un freinage confortable et plus simple à actionner

frein-torpedo-retropedalage-veloAvec le freinage torpédo, vous gérez entièrement votre vitesse grâce à vos pieds. En effet c’est eux qui actionnent à la fois votre vitesse en avant et votre freinage. Notez également que vous avez plus de force dans les jambes que dans les doigts. Il est donc plus confortable de freiner dans une grande descente en gardant simplement un mouvement inversé de pédalage.  Le dosage du freinage est aussi efficace qu’un freinage avec les doigts et il est ainsi possible de freiner d’un coup sec ou progressivement.

Un style épuré

N’ayant pas de câbles ni de levier de frein, le style du vélo est beaucoup plus épuré et le guidon peut techniquement être dénudé comme on le retrouve souvent sur les fixies. Attention cependant car dans la réglementation française il est obligatoire d’avoir un système de freinage sur les deux roues. Il vous faudra donc quand même ajouter un système de freinage classique à l’avant.

En ce qui concerne les inconvénients de ce type de roue, le désagrément le plus notable est le fait qu’il n’y ait pas de retour de pédale. On ne peut pas relever la pédale à l’arrêt. Il faut simplement partir en se lançant avec le pied posé par terre puis l’installer sur ses pédales. Ce petit désagrément n’a pas freiné la plupart des utilisateurs ayant testé le rétropédalage.

Ce type de roue revient à la mode et accompagne le phénomène fixie étant donné qu’il apporte les mêmes avantages – un style épuré et un freinage régulé depuis les jambes – sans en avoir le principal inconvénient : les fixies ne sont pas équipés d’une roue libre, ce qui oblige à pédaler tout le temps.

>> A LIRE : Comment monter une roue vélo à rétropédalage

Partager

comparateur Antivol velo

3 comments

  1. merci pour la précision

  2. – Torpédo était la marque du principal fabricant (allemand) de moyeux de vélo à frein par rétropédalage.
    – Le frein à rétropédalage étant un genre de frein à tambour, je crains fort qu’il ne soit pas un bon choix pour l’usage en région montagneuse, où il risque de surchauffer. À mon avis c’est un frein pour usage dans un environnement relativement plat.
    – Parmi les avantages des freins à rétropédalage (et des freins à tambour en général) on peut citer aussi leur bon fonctionnement indépendamment de l’état des jantes, contrairement aux freins à patins qui ne fonctionnent bien qu’avec une jante en bon état et non voilée.

  3. Pingback:Installer une roue rétropédalage sur son vélo - Citycle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


Qualité de l'air

comparateur Antivol velo