Le vélo électrique, une activité pour fainéant ou un véritable sport ?

Publié par 
Jean-Baptiste Lasserre,
le 
Accueil, Vélo électrique, Vélos de ville

Partager

Le vélo électrique, une activité pour fainéant ou un véritable sport ?

De plus en plus de personnes utilisent le vélo électrique. Pour aller au travail, pour faire ses courses ou juste une petite balade, le VAE, ou vélo à assistance électrique, est devenu un des moyens de transport les plus efficaces pour se déplacer en ville. Mais depuis l’arrivée du VAE sur les routes françaises, un débat est né. Le vélo électrique est-il l’égal du vélo classique ? L’effort en e-bike peut-il être considéré comme le même que sur un vélo classique ? Et surtout, sa pratique procure-t-elle les mêmes avantages ?

En 2014, Citycle s’intéressait déjà à la question de l’effort dans le vélo électrique. Cet article s’inspire de celui que nous avions publié à l’époque, et des commentaires qui nous avaient été fait alors. Nous avons volontairement laissé ces commentaires en fin de l’article.

VAE, une part de marché grandissante

Sur le marché de la bicyclette, plutôt stable ces dernières années, on constate toutefois une forte croissance des ventes de VAE. Sur les 2,782 millions de vélos vendus en 2017, 254 870 étaient des VAE. Soit 9% de part de marché. Et une progression de 90% par rapport à 2016, qui était déjà une année record pour les vélos électriques ! Un chiffre d’affaire record aussi, qui atteint près de 300 millions d’euros pour la seule année 2017. Avec un potentiel de croissance estimé à 35% de part de marché dans les prochaines années, les ventes de VAE devraient même doubler en 2018 pour atteindre les 400 000 VAE vendus. Chez certaines grandes marques de cycle, le vélo électrique représente désormais 70% voire 90% des ventes totales de bicyclettes.

Les chiffres sont formels, le vélo électrique a le vent en poupe. Mais qui sont les acheteurs ? Pour comprendre ce nouvel usage, il faut d’abord s’intéresser à cette question. D’après les professionnels du cycle, il s’agirait d’un phénomène de remplacement. La plupart des acheteurs de VAE sont déjà des cyclistes qui cherchent à remplacer leurs vélos de ville traditionnels, de course ou VTT. Si des cyclistes convaincus et passionnés optent pour le VAE, c’est que, a priori, l’effort n’est pas bien différent.

Une pratique de plus en plus présente dans tous les milieux cyclistes sportifs

Premiers championnats de France de VTTAE
© velovert.com

On observe également de plus en plus de compétition sportives d’e-bike, et notamment de VTTAE qui a même désormais son propre championnat de France et ses propres équipes de vététistes professionnels. De la même façon, on constate un fort développement de la location de VTTAE en station l’été par des touristes de nature déjà adeptes d’une pratique rando et sportive.

Du côté du cyclisme de route, l’assistance électrique a aussi fait son apparition sur les nouveaux modèles de vélo. Certains ne perdent d’ailleurs rien à leur esthétique et à leur aérodynamique avec un design de plus en plus travaillé, un faible impact sur le poids total de la monture avec batterie intégrée dans le cadre. Des VAE routes que tous les grands constructeurs de cycle de course intègrent désormais dans leurs gammes. La part des modèles de VAE représentent aujourd’hui 35% pour les constructeurs de cycles historiques à 78% des modèles pour les marques plus récentes plutôt tournées vers le vélo comme outil de mobilité. Le VAE ne serait-il donc pas un vélo de sportif ?

Les bienfaits du vélo à assistance électrique pour la santé

Un effort assisté, non remplacé

Un moteur qui sert d'assistanceÉlément important qu’il convient de repréciser : le VAE, comme son nom l’indique, est équipé d’une assistance électrique. Et bien qu’il fonctionne avec une batterie et un petit moteur, il n’en reste pas moins un vélo. Pour profiter de l’assistance, le cycliste est obligé de pédaler ! Le moteur du vélo est seulement une assistance au pédalage et se met en marche lorsque l’utilisateur fait l’effort de pédaler. Mais il peut tout à fait s’en passer et redonner à son vélo les particularités d’un vélo classique. En effet, le moteur peut être coupé lorsque le cycliste le souhaite. Aujourd’hui, les vélos électriques possèdent de plus en plus d’options permettant de réduire l’assistance. Mode éco, faible, moyenne, totale… il est tout à fait possible de moduler l’intensité de l’effort et d’utiliser l’assistance uniquement pour surmonter des obstacles que sa condition physique ne permet pas de franchir.

De plus, l’assistance fonctionne uniquement jusqu’à 25 km/h, limite autorisée par la loi. Au-delà de cette vitesse, le cycliste doit pédaler sans assistance. Comme sur un vélo normal mais en plus lourd.

Reprendre une activité physique tout en douceur grâce au VAE

Les bénéfices de la pratique du vélo électrique, et du vélo plus généralement, sur la santé sont nombreux, et bien réels. Pour entretenir ses articulations et se maintenir en forme, rien de tel que d’enfourcher son vélo ! Faire du vélo réduit aussi considérablement les risques cardiovasculaires.

Pour certains, le vélo électrique est aussi un moyen de se remettre au sport en douceur. Retraités, personnes sédentaires depuis de nombreuses années, personnes réduites physiquement, atteinte de maladie ou en rémission de cancer par exemple. Le VAE peut être un excellent outil pour pratiquer une activité physique adapté à son état de santé et sans s’épuiser. Dans le cas d’une rémission, il participe activement à la guérison.

>> A LIRE AUSSI : le vélo, comme thérapie contre Parkinson

Mais est-ce un sport en soi ? Un spécialiste donne son avis. Le Dr Laurent Uzan, cardiologue en sport, explique qu’il s’agit d’une « activité physique qui permettra aux personnes plus limitées sur le plan musculaire notamment de pouvoir reprendre une activité et donc d’avoir un bénéfice sur le plan cardiologique qui s’inscrira dans la durée ». Toujours selon lui, cette activité permettra « une protection cardiaque importante, une baisse du cholestérol et une baisse de la tension ».

Le vélo électrique est bel et bien une activité douce, qui permet de retrouver de l’énergie et de l’endurance. Mais qui contribue aussi à améliorer la qualité du sommeil. C’est également un sport excellent pour l’esprit. La sensation de détente après l’effort physique d’une sortie à vélo chasse la tension nerveuse et l’anxiété.

Le VAE, une vraie alternative

Le vélo électrique pratique pour aller au travail
© VanMoof

Il est vrai que faire du VAE demande moins d’effort que la pratique du vélo classique. Moyen de transport écologique, moins polluant et moins cher qu’une voiture, et surtout très bon pour la santé, le vélo électrique permet aussi à de nombreux usagers de laisser leur voiture au garage. Et un de nos lecteurs de préciser : « Alors oui c’est peut-être un vélo de fainéant mais je connais aussi la voiture de fainéant où l’on a juste à appuyer sur une pédale… »

Le VAE permet d’arriver au travail sans sueur, sans polluer, en évitant les embouteillages, décontracté et sans me ruiner. « Est-ce que j’aurais pu aller à mon travail tous les jours comme je le fais maintenant depuis un an et demi avec un vélo sans assistance dans une ville avec de fortes déclivités ? » se demandait Pierre en commentaire. « Pour moi, la réponse est clairement non ! »

Dans tous les cas, quelle que soit la condition physique ou le profil de son environnement, le vélo électrique reste un très bon moyen d’inciter les plus réticents à la pratique du vélo.

Laissons à Pierre le mot de la fin. « Alors, n’en demandons pas trop et laissons le vélo sans assistance à ceux et celles qui ont envie de ce défi. Sans dévaloriser ou culpabiliser ceux et celles qui ont déjà l’immense mérite d’avoir abandonné l’habitacle protégé de leur voiture pour affronter les intempéries… »

Partager

comparateur Antivol velo

9 comments

  1. Moi j’utilise depuis un an quotidiennement un VAE pour me rendre au travail.Je parcours 26 km par jour avec des dénivelés.Cela m’a redonné goût au vélo tout court et donc c’est que du positif.
    J’arrive au travail en forme, sans avoir trop suer,je change juste mon maillot et endosse un beau tee-shirt .Je me suis équipé pour m’y rendre quelles que soient les conditions.
    Alors oui c’est peut-être un vélo de fainéant mais je connais aussi la voiture de fainéant où l’on a juste a appuyer sur une pédale…Je pense que des collègues m’envient mais ne franchiront jamais le pas…et puis il faut bouleverser ses habitudes , tu penses…
    Je fais aussi du vélo non électrique et suis devenu adepte du cyclotourisme.

    Alors bougez si vous pouvez ,même en électrique!

  2. Je ne comprends pas bien ce mauvais débat entre VAE ou vélo sans assistance. La seule question qui vaille pour moi est « Est-ce que j’aurai pu aller à mon travail tous les jours comme je le fais maintenant depuis un an et demi avec un vélo sans assistance dans une ville avec de fortes déclivités ? Pour moi, la réponse est clairement non ! C’est déjà une gageure d’affronter le vent, la pluie et les tempêtes que la voiture fait trop vite oublier. Alors, n’en demandons pas trop et laissons le vélo sans assistance à ceux et celles qui ont envie de ce défi sans dévaloriser ou culpabiliser ceux et celles qui ont déjà l’immense mérite d’avoir abandonné l’habitacle protégé de leur voiture pour affronter les intempéries…
    Pierre LASSALLE

  3. Pingback:Le vélo électrique, un sport pour fainéant ou véritable activité sportive ? | Home APA

  4. Bonjour,
    je me sers de mon vae tous les jours depuis son acquisition il y a un mois, même par temps de pluie (il suffit de s’équiper correctement), j’arrive à mes rendez-vous à l’heure, sans sueur et surtout moins stressé (plus d’embouteillage parisien, en partant je sais à quelle heure j’arriverai),
    Je parcours 30 à 40km par jour, c’est un vrai régal.
    bref je ne saurai que recommander ce moyen de locomotion qui désormais fait parti de mon quotidien.
    à bientôt,

  5. C’est super le VAE

  6. Bj, pour moi le VAE est avant tout un moyen de transport, qui me permet d’arriver au travail sans sueur, sans polluer, décontracté et sans me ruiner. Si j’ai envie de faire du sport, je me met en tenu pour aller faire quelques heures de VTT dans la foret …
    Je ne comprend pas bien l’objectif de votre article !

    1. Bonjour,

      Cet article est destiné aux personnes réticentes aux VAE. Il propose de découvrir les réels bénéficies du vélo à assistance électrique.

      Cordialement,
      Citycle

  7. C’est sûr : c’est un sacré + santé ! l’année dernière, cancer, opération, chimio ; pendant la chimio, recommandations : faites de l’exercice, prenez l’air ! mon VAE m’a permis de bouger, de respirer à pleins poumons et bien que très diminué, de pouvoir faire 30 à 45 km sans être exténué à l’arrivé et je ne suis pas un sportif !… une impression de victoire sur la maladie ! et, si à 67 ans mes articulations et mes muscles fondus m’empêchent de randonner à pieds, le VAE ne me cause aucun problème, même en allégeant l’assistance … dommage que l’autonomie soit limitée à 60 km, les batteries sont trop chères, et 60 km, c’est vite fait …
    Alors, pour les retraités, foncez, c’est trop bon !

  8. je viens de faire 45 klm dans le massif de l’esterel avec mon VAE,
    je peux vous dire que de fut assez eprouvant du fait du dénivellé et d’un petit vent, parcours que je ne pourrais plus faire (70 ans) sans l’assistance electrique, alors vive le velo electrique mais avec une bonne marque de velo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


comparateur Antivol velo

Qualité de l'air