Mai à vélo, la grande fête du vélo proche de chez vous !

Publié par 
Quentin Cornuault,
le 
Actualité, Politique vélo, Société

Partager

Mai à vélo, la grande fête du vélo proche de chez vous !

Le mois de mai sera indéniablement le mois du vélo en France cette année. Mai à vélo verra le jour pour la première fois cette année en… mai bien sûr ! Mais pas que puisque Mai à vélo se prolonge également tout le mois de juin, deux mois donc pour adopter le vélo. Cet événement se veut populaire et fédérateur. Le mois de mai sera joli mais aussi vélo, n’en déplaise à Chris Marker. 

Nous avons interrogé Patrick Guinard, Président de l’APIC (Association de Promotion et d’Identification des Cycles et de la Mobilité Active) et membre de l’Union Sport & Cycle qui intervient en tant que trésorier au sein du bureau de Mai à vélo ainsi que Joëlle Lafitte, Coordinatrice Opérationnelle Mai à vélo.

Mai à vélo, un projet pour rassembler autour du vélo

Cette première édition a été planifiée par un comité de pilotage regroupant un collectif d’institutions nationales du monde du vélo. Parmi elles, la Fédération française des Usagers de la Bicyclette (FUB), l’Union Sport & Cycle, le Club des Villes et des Territoires Cyclables ou encore l’Association Française des Véloroutes et Voies Vertes. Toutes ces organisations, au nombre de 13, se sont regroupées dans un seul but qui est de favoriser la pratique du vélo afin de véhiculer des valeurs d’inclusion, de solidarité.

Affiches Mai à vélo

>>> A LIRE AUSSI : Retrouvez tous nos conseils et tutos pour Mai à vélo

Une volonté de favoriser la pratique du vélo après le confinement

Cet événement est né de la volonté d’Elisabeth Borne (alors Ministre de la Transition Ecologique) de donner un vrai coup de fouet au vélo en France en mai 2020, après le premier déconfinement. Le fameux Plan Vélo qui avait pour but de faciliter l’usage de la pratique du vélo et d’instaurer une vraie culture vélo dans notre pays. Le Coup de Pouce vélo faisait notamment partie de ce grand plan vélo, l’aménagement des fameuses coronapistes également.
Un comité de pilotage s’est ensuite regroupé autour de l’idée d’un grand événement autour du vélo. Le but de cet événement était de faire la part belle au vélo, encourager sa pratique et rassurer ses usagers.

Une autre volonté de ce comité de pilotage était de renforcer le sentiment d’appartenance à la grande famille vélo, la « culture vélo ». Ce sentiment encore trop faible en France malgré les nombreux aménagements mis en place depuis des années. « On souhaite amener et apprendre la culture vélo qui est déjà très forte chez nos voisins scandinaves et néerlandais notamment. » nous dit Patrick Guinard.
Mai à vélo est donc né de cette volonté de favoriser et de pérenniser un moyen de transport durable et sain.

Un événement vélo qui regroupe de multiples initiatives locales

L’événement de Mai à vélo 2021 vient se solidariser avec un événement déjà bien ancré en France depuis 23 ans. Cet événement c’est la Fête du vélo. Patrick Guinard l’admet bien volontiers « Une des plus belles fêtes qui est organisée est la Fête du vélo et l’idée est de faire une grande fête du vélo durant tout le mois de mai ». Mai à vélo commencera ainsi début mai et s’étendra jusqu’au 30 juin.

Pour rentrer un peu plus en détails dans ce qui animera Mai à vélo, c’est avant tout un événement fédérateur qui encourage les initiatives locales. Non pas un seul événement mais un regroupement de plusieurs événements organisés par des particuliers, des associations, des entreprises… Le but et la volonté de Mai à vélo est que chacun s’inscrive dans un collectif et s’y reconnaisse. « Faire la promotion de l’usage du vélo sous toutes ses formes » nous dit Joëlle Lafitte.

Faire du mois de mai le mois du vélo

Des événements vélo fédérateurs et populaires pour toute la famille

Cette 1ère édition se tiendra donc à partir du 1er mai. On retrouve tous types d’événements. L’idée est d’inclure un maximum de gens dans cette démarche. Des jeunes et des moins jeunes, des compétiteurs et des sportifs du dimanche, des vélotafeurs et des amoureux de la petite reine. Au risque de se répéter, la philosophie de Mai à vélo est vraiment l’inclusion.

Patrick Guinard accentue sur le fait que chacun est invité à participer aux événements ou même à les organiser. « L’idée est de dire aux gens « Venez essayer le vélo », c’est bon pour la santé et ça permet de se déplacer plus rapidement qu’à pied ! Ça permet aussi de transporter des choses notamment avec le vélo cargo qui se démocratise mais aussi transporter ses courses avec de la petite bagagerie. L’idée c’est vraiment de porter l’usage du vélo pour tout le monde, de l’enfant sur sa draisienne jusqu’à la personne qui acquiert son nouveau VAE. »

Des randonnées découvertes pour découvrir les alentours…

Entre autres événements proposés, on retrouve des balades un peu partout en France. Ces balades sont organisées par des associations ou des clubs de VTT afin de favoriser la pratique ou d’initier des personnes aux pratiques proposées. Ces balades peuvent aussi être organisées par des particuliers qui veulent partager avec des amis et des inconnus le trajet qu’ils ont l’habitude de faire le dimanche en famille. « On souhaite aussi garder ce côté populaire porté jusque-là par la Fête du Vélo, on souhaite faire des événements où tout le monde peut participer. La plus belle chose qu’on puisse voir c’est une famille des petits-enfants jusqu’à la grand-mère essayer le vélo. » précise Patrick Guinard.

…jusqu’aux ateliers pour réparer et prendre soin de son vélo

Parmi d’autres événements, on retrouve des bourses au vélo afin de chiner un vieux modèle ou de trouver un vélo à rénover. On retrouve également des démonstrations de BMX par exemple. Mais aussi de nombreux ateliers qui permettent d’apprendre à remettre son vélo à neuf, que ce soit une simple remise en état par le biais de réparations de base ou une vraie rénovation pour relooker son vélo ! Ces ateliers peuvent aussi permettre aux usagers de réapprendre à pédaler, seul et avec les autres usagers. Patrick Guinard précise que « Le but est aussi de mettre en avant le savoir rouler, de faire des ateliers afin que les gens qui n’ont pas fait de vélo depuis un certain temps reprennent en main le vélo ». On retrouvera également des séances d’identification gratuite de son vélo. Pour rappel, l’identification des vélos est obligatoire sur les vélos neufs depuis le 1er janvier 2021.

Pour retrouver les événements proches de chez vous, Mai à vélo a mis en ligne une carte interactive qui recense tous les événements qui auront lieu durant ce mois du vélo.

Petite précision de Joëlle Lafitte : « On ne manquera pas de préciser que les organisateurs doivent organiser leur événement dans le strict respect des règles sanitaires. Sinon le message à retenir est le message de plaisir ! »

Sortie de groupe à vélo à Paris

Mai est également le Mois du Vélo au Québec

Un événement du même type a déjà lieu outre-Atlantique depuis 6 ans maintenant. Le Mois du Vélo organisé par Vélo Québec se veut l’occasion de fêter la fin de l’hiver et le retour des beaux jours. Le but est plus ou moins le même que Mai à vélo. Favoriser l’usage du vélo et inciter ses pratiquants à ressortir leur vélo du garage une fois la rudesse de l’hiver envolée. Lancé initialement en 2015, ce Mois du Vélo rencontre un succès grandissant chaque année et tend bien à se pérenniser. Patrick Guinard trouve d’ailleurs que la reconduite de l’événement au Québec est annonciatrice de bonnes choses dans un souhait de pérennisation de l’événement en France.

« Ce succès est encourageant (…) Cela prouve qu’on a de bonnes idées en France et quand on voit le Mois du Vélo au Québec on se dit que tout est possible ! »

Quelles sont les retombées attendues de Mai à vélo ?

Concernant les retombées espérées pour cette 1ère édition, l’équipe de Mai à vélo préfère garder ses objectifs secrets même s’ils nous avouent en avoir en interne.
« On ne s’est pas mis d’objectifs parce qu’il ne faut pas être prétentieux pour une 1ère édition. On est en tout cas surpris de l’engouement, surpris que tout le monde veuille participer à Mai à Vélo » nous dit Patrick Guinard. Joëlle Lafitte ajoute « Notre objectif n’est pas d’avoir des objectifs quantitatifs. Notre objectif est vraiment de faire parler du vélo, de l’usage du vélo. Que tout le monde se mette au vélo et de pouvoir bien s’organiser afin que ça devienne le mois où on ne parle de rien d’autre que du vélo. On est des doux rêveurs à Mai à Vélo ! »

On l’aura compris, l’objectif principal de Mai à vélo est de favoriser la pratique du vélo comme mobilité douce. Mais aussi de faire du mois de mai le mois du vélo en France. Certainement une belle manière aussi de fêter la date anniversaire du premier déconfinement de l’année dernière !

Partager

1 comment

  1. L’adaptation / orientation / compatibilité du vélo à destination des personnes à mobilité réduite (PMR) constitue-t-elle un volet à part entière au sein de cette organisation ?
    L’opportunité serait offerte aux intéressés d’apprendre que le vélo traditionnel « sait » muter en d’autres formes de mobilité douce ( le tricycle : pourquoi ne pas le nommer) ?
    Ce véhicule qui trimbale une image de jouet pour enfants doit être reconnu par les usagers et le public comme un vrai « outil » de transport, à l’instar du vélo classique à deux roues.
    Le projet n’est pas mince, tant ce type de véhicule est trop souvent ignoré ou méprisé, en particulier par les autorités administratives.
    La seule contemplation, souvent désolante, des pistes cyclables devrait suffire à convaincre de la négligence, voire du mépris, peut-être de l’impéritie, entretenu, colporté par nos fonctionnaires à l’endroit de cette tranche d’utilisateurs marginaux. Ce type de véhicule est aujourd’hui disponible sous les formes les mieux taillées pour de longs trajets, ce qui doit inviter (inciter) les pouvoirs publics à intégrer ce profil « vélo » dans mes infrastructures qu’ils ont pour objectif d’élaborer.
    La route à vélo se doit, par principe, d’être offerte au plus grand nombre -c’est donc à dire aux minorités tout autant- telle une alternative viable au minimum, joyeuse et festive pour les mieux pourvus en dopamine. Quoi de mieux que la reconnaissance de voir (savoir)les handicapés capables et volontaires pour participer à cette ambitieuse (r)évolution tant escomptée ?
    Que ce message sans prétention soit relayé, amplifié au point de se retrouver sur la place publique : tel est le voeu que j’ose former, et ainsi adresser à celles et ceux qui voudront bien l’exploiter à bon escient autant que faire se pourra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Conseils et Actu Vélo

 

📫 Toutes les deux semaines, je reçois une news complète autour de la petite reine : conseils, itinéraires, actualité

 

Catégories

Qualité de l'air