Comment choisir un kit de conversion tubeless ?

Publié par 
Nicolas Martin,
le 
Accueil, Conseils techniques, Conseils vélo, Pneu

Partager

Comment choisir un kit de conversion tubeless ?

De plus en plus de pneus et de roues  vélo disponibles sur le marché sont étiquetés  pneus tubeless ou encore « tubeless ready », et nous avons présenté les avantages du montage tubeless. Pour autant, il ne suffit pas de monter un pneu tubeless sur une jante tubeless en se passant de chambre à air pour passer au tubeless ! L’opération est un peu plus complexe et nécessite divers accessoires spécifiques pour « convertir » votre montage pneu-jante en tubeless.

Liquide tubeless, fond de jante tubeless, valve tubeless… Pour être sûr de ne pas vous y perdre, le plus simple est souvent d’acheter un kit de conversion tubeless qui regroupe l’ensemble ou une partie de ces accessoires. Vaut-il mieux acheter chaque accessoire séparément ou bien un kit complet ? Comment choisir le kit tubeless adapté à vos roues et à vos pneus ? Comment utiliser un kit de conversion tubeless ? On vous explique comment passer au tubeless sans vous compliquer la vie !

Mes roues et mes pneus vélo permettent-ils de passer au tubeless ?

Une conversion tubeless consiste en général à convertir un pneu et/ou une jante tubeless ready en un véritable montage tubeless. En effet, comme son nom l’indique, le « tubeless ready » est seulement prêt à être converti en tubeless. Il a besoin de quelques modifications pour que le montage soit bien étanche. On parle aussi parfois de conversion tubeless pour un pneu ou une jante traditionnelle (tubetype). Il s’agit cependant d’une opération plus aléatoire, qui se pratiquait au début du tubeless lorsque des utilisateurs équipés de pneus et roues tubetype voulaient tenter de passer au tubeless à moindre coût. Comme nous allons le voir, il existe encore des kits de conversion tubeless spécifiques pour jantes tubetype, même si leur efficacité parfois incertaine et l’offre désormais abondante en roues et pneus tubeless les rendent quelque peu obsolètes.

Tout d’abord, il faut donc savoir si vos jantes et vos pneus peuvent faire l’objet d’une conversion tubeless. En ce qui concerne les pneus, c’est assez simple. Les pneus tubetype ne sont pas suffisamment étanches pour fonctionner sans chambre à air. Il faut donc que vos pneus portent la mention « tubeless » ou « tubeless ready », souvent abrégée en TL ou TLR dans les dénominations des différents modèles. Certains constructeurs ont développé leur propre concept comme le « tubeless easy » chez Schwalbe. Peu importe la façon dont le mot se décline : il s’agira toujours d’un pneu tubeless ou convertible en tubeless !

Pour savoir si vos roues vélo sont compatibles tubeless, là encore recherchez les mentions « tubeless » ou « tubeless ready » dans leur dénomination. Si vous ne connaissez pas le modèle de vos roues, il faut observer le profil de la jante. Apprenez comment reconnaître une jante vélo tubeless compatible.

Certaines jantes tubetype peuvent cependant se convertir en tubeless à l’aide d’un kit de conversion tubeless spécifique, qui doit contenir un flap indispensable pour que les tringles du pneu tubeless prennent correctement appui sur la jante. Un « flap » est une bande de caoutchouc qui crée l’étanchéité nécessaire au montage tubeless. Il s’installe par-dessus le fond de jante régulier sur une jante classique. Attention cependant à bien vérifier la compatibilité du flap tubeless avec vos jantes tubetype, sinon vous risquez des fuites d’air ou un accident si le pneu vient à déjanter ! Il vous faut notamment choisir un flap de la bonne largeur pour bien couvrir l’intérieur de la jante.

Il existe aujourd’hui une autre solution si vous êtes équipé d’une roue traditionnelle tubetype. Plutôt qu’un kit de conversion tubeless, vous pouvez monter une chambre à air de nouvelle génération comme les chambres à air Aerothan de Schwalbe. Celles-ci permettent de gonfler à plus basse pression pour un confort semblable au tubeless.

Les accessoires indispensables pour un montage tubeless

Choisir le matériel de montage tubeless pour ma roue de vélo

Voici les trois principaux accessoires qu’un kit de conversion tubeless est susceptible de contenir :

  • un fond de jante tubeless
  • des valves tubeless
  • du liquide préventif tubeless

Pour savoir de quels accessoires vous avez vraiment besoin pour passer au tubeless, il faut tout d’abord répondre à deux questions :

  • Vos roues sont-elles vendues avec des valves tubeless ? Si la réponse est oui, vous n’avez pas forcément besoin d’en acheter d’autres. Il peut être utile d’avoir des valves de rechange si l’une d’elle vient à être endommagée. Il vaut cependant mieux utiliser le modèle de valve fourni par le constructeur, dont vous pourrez être certain que le profil s’adaptera parfaitement à celui de la jante.
  • Vos roues sont-elles « tubeless » ou « tubeless ready » ? Une jante tubeless est déjà étanche et n’a pas besoin d’un fond de jante spécifique. À l’inverse, une jante tubeless ready a besoin d’être étanchéifiée avec un fond de jante tubeless.
valves tubeless schwalbe de différentes longueurs
Valves tubeless Schwalbe de différentes longueurs pour correspondre à plusieurs hauteurs de jante

On pourrait ajouter une troisième question sur les pneus, qui se déclinent aussi en versions tubeless et tubeless ready. Comme pour les jantes, la première version est étanche, tandis que la seconde doit être étanchéifiée avec du liquide tubeless. Ce dernier a cependant une double fonction d’étanchéité et de prévention des crevaisons. Même un pneu tubeless déjà étanche doit donc être monté avec du liquide préventif tubeless pour éviter les crevaisons.

>>> A LIRE AUSSI : Comment faire un montage tubeless ?

Autres accessoires : démonte-obus et seringue d’injection

Pour résumer, vous aurez toujours besoin de liquide tubeless pour passer en tubeless. Les valves tubeless ne servent que si elles ne sont pas fournies avec les roues. Quant au fond de jante tubeless, il sert à rendre étanches des jantes tubeless ready, ce qui est inutile pour des jantes tubeless.

Certains kits tubeless ne contiennent qu’une partie de ces accessoires. D’autres contiennent aussi des accessoires complémentaires, notamment une seringue d’injection ou un démonte-obus.

Ceux-ci ne ne présentent un intérêt que si vous préférez insérer le liquide préventif par la valve. Cette méthode s’avère parfois plus simple que celle qui consiste à verser le liquide directement dans le pneu démonté. Elle est aussi plus efficace lorsque le montage du pneu sur la jante est trop lâche ou au contraire trop raide.

kit de conversion tubeless complet
Kit de conversion tubeless complet avec fond de jante, liquide préventif, valves, démonte-obus, seringue d’injection

Quel kit de conversion tubeless selon mes roues et mes pneus ?

Vous savez maintenant de quels accessoires vous avez besoin pour passer au tubeless. Si vous avez besoin des trois, le plus simple est encore de les acheter en kit. Il existe plusieurs types de kit selon votre équipement.

Voici les caractéristiques à vérifier pour chaque accessoire du kit tubeless :

  • Pour la valve : Schräder ou Presta ? La longueur de la valve est-elle adaptée à la hauteur de jante ? Le pied de valve correspond-il au profil de la jante ? Ou bien votre modèle de jante nécessite-t-il une valve spécifique vendue uniquement par le constructeur ?
  • Pour le fond de jante : comme pour un fond de jante classique, sa largeur doit s’adapter à celle de la jante. Par ailleurs, si le fond de jante n’est pas en rouleau mais à l’unité, il faut aussi faire attention à sa longueur. Celle-ci doit correspondre au diamètre de la roue, notamment en VTT. À noter que les fonds de jante à l’unité présentent l’avantage de pouvoir recevoir une valve déjà soudée comme sur une chambre à air. Cela garantit une bonne étanchéité, notamment en cas de doute sur l’adéquation du profil de jante au pied de valve.
  • Pour le liquide préventif : la quantité doit être suffisante pour la taille du pneu. Elle peut aller de 30 mL pour un pneu route jusqu’à 120 mL pour certains pneus VTT.

On voit donc que chaque pratique vous orientera vers un kit tubeless différent. Par exemple, comment passer en tubeless VTT ? Un kit de conversion tubeless VTT devra contenir une valve adaptée à la jante (type de valve, longueur). Le fond de jante devra correspondre à la largeur de la jante et éventuellement au diamètre de roue de 26″, 27,5″ ou 29″. Quant au liquide préventif, il en faudra une quantité suffisante pour remplir les pneus selon leur diamètre et leur section.

Certains kits de conversion tubeless ne contiennent pas de liquide préventif. En effet, il faut remplacer celui-ci à intervalles réguliers pour qu’il conserve son efficacité. Il peut dont être préférable d’acheter d’emblée un flacon d’une plus grande contenance, comme le liquide préventif Stans Tubeless, disponible en plusieurs tailles. Le liquide est à changer lorsqu’il est sec, soit environ aux 3 à 6 mois selon les conditions climatiques.

Comment utiliser un kit de conversion tubeless ?

L’utilisation d’un kit tubeless est très simple. En effet, la difficulté d’un montage tubeless n’arrive éventuellement qu’au moment du montage du pneu. Les étapes précédentes ne présentent pas de problème si vous avez choisi le kit de conversion tubeless qui convient à votre équipement :

  • Le fond de jante tubeless se pose avec plus de précautions qu’un fond de jante classique. En effet, il ne sert pas à protéger une chambre à air, mais à assurer l’étanchéité d’une jante tubeless ready. C’est pourquoi il est en général adhésif, parfois simplement élastique, et doit être posé avec précision au centre de la jante. Il faut ensuite le percer à l’aide d’une pointe ou d’un tournevis au niveau du trou de valve.
  • La valve tubeless se visse ensuite à travers le perçage prévu à cet effet. Il suffit de serrer à la main, un joint assure l’étanchéité du montage.
  • Le liquide préventif tubeless s’insère directement à l’intérieur du pneu, celui-ci étant en partie démonté après un premier montage préalable à vide. On peut aussi l’insérer à travers la valve dans le pneu déjà monté. Cela suppose d’avoir démonté l’obus et de le remonter une fois le liquide inséré. Certains kits de conversion tubeless contiennent d’ailleurs un démonte-obus et une seringue d’injection pour faciliter l’opération. Quelle que soit le méthode, il faut ensuite répartir le liquide dans le pneu de façon homogène en faisant tourner la roue, pour qu’il vienne colmater les fuites éventuelles.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


Qualité de l'air