Prime au vélo électrique : les changements au 1er février 2018

Publié par 
Dera Victory,
le 
Accueil, Vélo électrique, Vélos de ville

Partager

Prime au vélo électrique : les changements au 1er février 2018

A compter du 1er février 2018, les conditions d’obtention de la prime au vélo électrique proposée par l’Etat vont évoluer. On vous en parle !

Si vous aviez dans l’intention d’acquérir un VAE, c’est le moment ou jamais ! Profitez des dernières semaines de janvier 2018 pour l’acheter et bénéficier de la prime au vélo électrique de l’Etat. Effectivement, dès le 1er février 2018, les conditions de son obtention vont changer. Si le gouvernement avait en effet annoncé sa suppression il y a quelque temps, on sait désormais que celle-ci sera reconduite pour 2018. Cela a été confirmé par le décret n°2017-1851 du 29 décembre 2017, paru au journal officiel le 31 décembre. Toutefois, les nouvelles conditions d’obtention de la prime sont loin d’être aussi enthousiasmantes qu’avant. Elles sont même assez dissuasives. Et pour cause…

La prime au vélo électrique jusqu’en janvier 2018

Les avantages de la prime au vélo électrique jusqu'en févrierPour rappel, cette aide proposée par l’Etat pour l’achat d’un VAE est disponible depuis le 19 février 2017. Elle est valable jusqu’au 31 janvier 2018. Cette prime au vélo électrique est, à ce jour, accessible à tous, sans condition de revenus. Pour l’obtenir, il suffit de présenter la facture d’achat d’un vélo électrique neuf et un justificatif d’identité (ou de domicile). Sur simple présentation de ces documents, une aide correspondant à 20 % du prix d’achat de votre vélo peut ainsi vous être offerte (jusqu’à 200 euros maximum.). Aussi simple que ça !

Cette subvention s’applique à condition d’être une personne physique majeure domiciliée en France ou une personne morale justifiant d’un établissement en France. Il faut également que votre vélo n’utilise pas de batterie au plomb. Il faudra veiller à ne pas avoir déjà bénéficier d’une prime offerte par une collectivité. Effectivement, cette prime au vélo électrique proposée par l’Etat n’est pas cumulable.

Comme vous pouvez le constater, obtenir cette prime au vélo électrique est donc aujourd’hui assez simple. Du côté de la FUB, dans un communiqué, on parlait même d’un dispositif « simple et universel ». C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles sa mise en place avait permis de booster le marché du VAE.

>> A LIRE : Se faire aider par sa commune pour acheter un VAE

Ce qui va changer avec le nouveau décret

Les changements apportés aux conditions d'obtention de la prime au vélo électriqueCependant pour 2018, cela risque d’être une toute autre histoire. Effectivement, à partir du 1er février, l’obtention de cette aide sera possible à chaque personne « dont la cotisation d’impôt sur le revenu de l’année précédant l’acquisition du cycle est nulle» (les ménages non-imposables). Le montant maximum de la subvention est conservé à 200 euros. De plus, cette nouvelle prime ne sera accessible qu’aux habitants des collectivités qui auront elles-mêmes mis en place un bonus. Bonus dont la somme totale ne devrait en outre dépasser les 200 euros et 20% du prix d’achat du VAE… Ainsi si votre collectivité n’a pas mis en place un système de subvention, impossible pour vous de demander l’aide de l’Etat !

Une situation qui selon la FUB risque d’être vécue « comme une injustice, notamment par les ménages non-imposables ruraux et péri-urbains pour qui le VAE serait particulièrement pertinent, mais dont les collectivités n’ont pas les moyens de financer une telle aide ». Déçue par cette nouvelle version de la prime au vélo électrique, la Fédération espère toutefois que le Gouvernement puisse se rattraper. Elle attend notamment de voir ce que celui-ci proposera dans sa stratégie de mobilité. La FUB espère surtout que cette stratégie comprenne le plan vélo « sincère, assumé et financé » promis lors du discours de clôture des Assises de la mobilité par Elisabeth Borne.

2018 : place au vélo ?

En décembre dernier, Elisabeth Borne avait en effet déclaré qu’un plan vélo serait lancé cette année dans le cadre de la stratégie globale de mobilité. « Quand on sait que 75% des déplacements font moins de 5 km, il faut arrêter de regarder le vélo avec condescendance en considérant que c’est un sujet mineur » expliquait-elle, avant d’ajouter qu’il y avait une véritable aspiration de nos concitoyens à un changement culturel sur ce sujet. Aspiration prouvée d’ailleurs par l’enquête « Parlons Vélo » lancée par la Fédération française des usagers de la bicyclette à l’automne dernier. Pour rappel, cette consultation avait permis de recueillir 113.009 réponses de la part d’usagers du vélo dans toute la France.

Que ce soit en termes de sécurité, de bienveillance ou de stationnement, le Gouvernement a ainsi déclaré qu’il allait essayer de remédier aux différents problèmes. Pour ce faire, le plan vélo 2018 abordera l’ensemble des dimensions du sujet : travaux sur l’IKV, développement des itinéraires à vélo, actions de formation,… Toujours selon Elisabeth Borne, 100 millions par an sur cinq ans seront consacrés à ces différentes mesures vélo ainsi qu’à d’autres projets d’organisation territoriale innovants. Entendez par là, les « nouvelles mobilités » telles que le covoiturage ou la voiture connectée et autonome.

Sources :

Partager

comparateur Antivol velo
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


comparateur Antivol velo

Qualité de l'air