Vélo : Plus de la moitié des Français prêts à renoncer à la voiture

Publié par
Dera Victory,
le 
Partager
Vélo : Plus de la moitié des Français prêts à renoncer à la voiture

Faire appel à ses propres ressources et son énergie personnelle pour aller d’un point à un autre, c’est la façon la plus naturelle qui nous soit donnée pour nous déplacer. La marche à pied et le vélo sont, à ce titre, les deux modes de déplacement les plus adaptés à l’Homme. Pédaler et marcher c’est bon pour la santé, pour le portefeuille, et bien sûr l’environnement… Pour ces raisons, plus de la moitié des Français seraient aujourd’hui prêts à renoncer à la voiture ! L’avènement du « sans voiture » serait-il en marche ? Tout de suite, plus de détails.

La marche et le vélo pour une mobilité douce

La marche à pied est le mode de transport universel par excellence. On comprend pourquoi les centres villes se dotent de plus en plus de zones piétonnières à l’instar de Paris et sa piétonnisation des berges. En plus de ces espaces, des « zones de rencontre » où la vitesse des véhicules est limitée à 20 km/h voient aussi le jour. Ceci est fait pour que tous puissent se déplacer dans un espace sûr. Marcher est par ailleurs une manière des plus efficaces de se maintenir en forme, tout en réduisant la pollution et autres sortes de nuisance.

Avec la marche, le vélo fait lui aussi partie de ces modes de déplacements que l’on qualifie de « doux ». Rapide, économique, sain et surtout non-polluant, on lui reconnait de nombreuses autres qualités. Sur des distances inférieures à 6 km, on sait par exemple que le vélo est des plus performants. En milieu urbain, sa pratique se développe d’ailleurs, et ce, de façon spectaculaire. Économique à l’achat, mais aussi à l’usage, le vélo séduit. Il se voit comme l’une des meilleures solutions pour apporter des changements positifs, autant pour les personnes que pour l’environnement… Dans toutes les grandes villes, on comprend donc que la promotion de la pratique du vélo soit maintenant cœur des préoccupations.

50% des Français envisagent le « sans voiture »

Les stations de vélos en libre-service commencent à apparaître un peu partout. L’aménagement ou la création en site propre de voiries urbaines pour le vélo se généralise. Même chose pour l’aménagement de zones dédiées au stationnement des vélos en ville et de parkings à vélo sécurisés…. Comme pour la marche, les responsables savent qu’il est également primordial de privilégier l’usage du vélo. Des efforts sont faits en ce sens, ceci pour le plus grand bien de tous.

Aux vues de tous les avantages apportés par la mobilité douce, et peut être aussi en raison des efforts fournis par les autorités ou bien tout simplement parce que c’est la tendance, bon nombre de français se disent donc aujourd’hui prêts à renoncer à la voiture. Plus de la moitié d’entre eux seraient effectivement prêts à se mettre à la marche ou à circuler à vélo. C’est ce qui est ressorti d’un sondage récent sorti en août dernier*. Il a été réalisé auprès d’un échantillon de 1006 personnes représentatives de la population française et âgées de 18 ans et plus.

Avènement du sans voiture

Les résultats ont permis de constater que les choses ont nettement évolué… 17% des personnes interrogées ont en effet affirmé qu’elles pourraient « certainement » recourir « plus fréquemment aux modes de transport doux » dans les trois prochaines années. 34% ont pour leur part affirmé qu’ils utiliseraient « probablement » la marche à pied ou le vélo. Soit 51% des personnes interrogées !

Prêts à passer au tout-vélo ?

Acheter sa baguette de pain en usant de la voiture alors que le boulanger se trouve à quelques pas… Connaissez-vous ce syndrome ? Le sondage laisse présager qu’il est en passe de s’estomper.Toutefois pour l’heure, d’après les données recueillies, cela ne veut pas dire encore que les Français sont prêts à abandonner définitivement leur voiture. Effectivement, 48% des personnes interrogées ont encore affirmé qu’elles n’auront « probablement pas » (19%) ou « certainement pas » (29%) recours plus fréquemment à ces modes de transport doux.  Il ne s’agit donc pas de remplacer la voiture du jour au lendemain. La tendance est plutôt à la combinaison de la voiture à ces différents modes de locomotion selon les besoins.

Par ailleurs, ce sont surtout les plus jeunes et les plus âgés qui se disent prêts à circuler davantage à pied ou à vélo. Ce sont en effet 57% des 18-24 ans et 59% des 65 ans et plus qui ont déclaré être tentés par l’usage du vélo ou la marche pour leurs futurs déplacements.

La bicyclette et la marche pour faire des économies

Se déplacer en ville à véloAutre chose à retenir : plus de la moitié (55%) des personnes décidées à changer leurs habitudes de déplacement. Ceux-ci ont expliqué que leur motivation première a été le fait de pouvoir réaliser des économies. 42% ont, pour leur part, justifié leur choix avec l’argument  de se maintenir en forme. Pour ce qui est de la prise de conscience écologique, nous sommes donc encore loin du compte.

Seules 26% des personnes interrogées se mettraient au vélo pour « moins polluer ». 14% ont expliqué vouloir « lutter contre le réchauffement climatique » en adoptant le vélo ou la marche comme mode de déplacement. Un argument plus souvent invoqué par les femmes et les moins de 35 ans. Reste que plus d’un tiers des personnes interrogées soit 38 % se voient encore  certainement ou probablement « acheter une voiture moins polluante » dans les trois années à venir. Pour ce qui est d’opter pour les transports en commun, 31% ont affirmés vouloir plus souvent y avoir recours et ceci, malgré la saturation déjà des plus importantes constatée en région parisienne.

Certes, la moitié des Français se dit disposée à utiliser plus souvent des modes de transport doux. Malheureusement, pour l’heure, ceux-ci ne sont pas encore prêts pour le 100% sans voiture… Une chose est sûre néanmoins, le vélo et la marche sont de plus en plus vus comme solutions les plus adaptées face aux problèmes actuels de circulation et pollution.

*Sondage réalisé par Opinionway pour l’ONG France Nature Environnement, la société Mobivia Groupe et la Fondation PSA

Sources :

Partager

183 comments

  1. oui, j’ai vendu ma voiture pour un VTC et je ne regrette pas

    1. je sais qu’il ne soit pas facile de se séparer de sa voiture, mais perso cela de faire de belles rencontres d’où sont nés des amitiés vrais, aussi bien Françaises qu’ Européennes. Et des projets prennent forme, je crois que le vélo permet de favoriser les rencontres dans ce monde égoïste.

    2. C’est vrai que les gens se sourient à vélo

    3. sourire, entraide sont les maîtres mots du tourisme à vélo

  2. Je ne suis pas prêt à renoncer à la voiture, ça fait déjà deux que j’y ai renoncé !!! 😉

  3. Si je pouvais je renonçerais à la propriété d’une voiture. Pour l’usage des solutions existent: autopartage, location entre particuliers, etc…

  4. C’est une bonne nouvelle, mais surprenante cependant… Je n’ai pas l’impression que la moitié de mon entourage soit prêt à renoncer à son marqueur social.

    1. Faudrait faire un petit sondage ! On serait curieux de savoir 😉

  5. Plus t’es pauvre… Plus t’y pense… Hahaha

  6. C’est vrai qu’étant donné le peu de gens qui prennent le vélo (même occasionnellement) dans mon entourage, on se demande un peu comment ils obtiennent de tels chiffres… Ils ont mené l’enquête dans un magasin de vélos ou bien ? ^^

    1. Le sondage a interrogé un échantillon de 1 006 personnes censé être représentatif de la population française.

    2. Moui, bon ça devait pas être des franc-comtois en tout cas !!

  7. A la campagne, impossible de renoncer à la voiture. Hélas… Toutefois, j’ai toujours eu un vélo et j’ai toujours roulé à vélo. La boulangerie la plus proche est à 7.5 km et je vais chercher le pain à vélo sauf par grande pluie ou neige (j’habite dans l’est de la France). Je redécouvre aussi les petites routes de mon département avec mon VAE Batavus Stream que j’ai depuis un an. Fabuleux. Dans moins coin vallonné, au lieu de faire 35 km avec un vélo sec, j’en fait 70 avec mon VAE !

    1. Oui c’est vrai qu’à la campagne c’est plus difficile, surtout quand c’est vallonné comme par chez nous (si c’est bien une montbéliarde que j’aperçois sur votre photo de couverture) ^^

    2. Bonjour Marianne, oui c’est bien une Montbéliarde. Bien vu ! Depuis que j’ai mon Batavus, je ne fais plus mes trajets en fonction des côtes. Et comme vous le savez, la Franche-Comté ça grimpe !

  8. je ne sais plus, 5/8 ans sans voiture , ok j’ai choisi d’habiter en centre ville pour profiter des transports urbains, transport collectif pour les sortie hors de ma ville ,sncf ,blabla en plus du vélo, loue entre particulier une voiture de temps en temps . vélotaf, vélocourses, véloballades…le plus dur ce sont les 6 premiers mois, il faut s’ organiser et après tout roule .

  9. Il y’a encore des personnes qui prennent leur voiture pour faire 200m pour aller chercher leur pain

  10. moi je garde ma voiture au chaud et vais au travail a velo toute l annee!!

  11. 3mille km en véhicule par an et 9 mille km de vélo par an, plus la marche et le canoë. J’aime bouger, voyager et pas de finance pour du carburant.
    Mon véhicule est ma maison et je le déplace sur des longs trajets et pas très souvent.
    30 litres de gazole pour 2 – 3 mois environ .
    Et les ravitaillement eaux gaz et nourriture s’effectue à vélo tout comme le transport de mon vieux chien avec une remorque.
    Ah oh fait j’ai beaucoup de diminution physique et je le fais avec joie et bonne heure

  12. On est une famille de 4. Et on a décidé de tenter l’aventure de ne pas posséder de voiture. Ce n’est que le début mais on est confiant, on l’utilisait peu quand on l’avait. Du coup beaucoup plus de vélo, de marche à pied, de TC, de voiture en libre service ou location entre particuliers. Un panel de solutions de mobilité qui permet de trouver LA solution à chaque déplacement. Ok on est privilégié, on vit en centre ville avec tout à proximité !

  13. Dire « être prêt à renoncer » ne signifie pas « renoncer », car il y aura toujours de bonnes raisons (excuses) pour préférer la voiture au vélo.
    Par contre, à soixante-sept ans je ne peux pas utiliser plus le vélo que je ne le fais actuellement. (y)
    Bonne route !

  14. Cool, il y auras plus de place pour circuler , et , on pourras respirer mieux …..

  15. Ce serait bien, mais faudrait aussi réformer le boulot. Arrêter d’imposer des boulots à 1h de route de chez soi pour commencer.

Laisser un commentaire

Catégories

Archives