Boire ou ne pas boire ? Conseils sur l’hydratation à vélo

Publié par 
Cédric Attali,
le 
Accueil, Ecologie, Santé

Partager

Boire ou ne pas boire ? Conseils sur l’hydratation à vélo

En tant que sportif, que ce soit professionnel ou amateur, le fait de s’hydrater est un facteur non négligeable qui peut influencer sur les performances physiques. Mais de quelle façon ? Lors de l’effort, le corps perd une certaine quantité de liquide. Le phénomène de déshydratation se produit dès lors où le corps cherche à réguler sa température grâce à la transpiration. Focus sur l’hydratation à vélo !

Hydratation à vélo, un facteur pour optimiser les performances ?

Il a été défini qu’une perte d’environ 2% du poids du corps en eau suffisait à influencer sur les performances physiques. On peut donc se demander comment s’hydrater correctement en pratiquant une activité sportive ?

La question de l’hydratation a déjà donné naissance à de nombreux débats. Les questions soulevées ont été nombreuses : comment s’hydrater ? À quel moment ? Ou encore, avec quoi ? Ces questions sont d’autant plus importantes lorsqu’il s’agit d’associer l’action de boire à une pratique sportive. S’hydrater améliore-t-il alors les performances physiques ou au contraire, les réduisent ? Les réponses ont changé avec les époques.

Il fut en effet un temps où des études avaient démontré que durant une course, les meilleurs temps étaient réalisés par ceux qui avaient bu le moins durant l’épreuve, et perdu le plus de poids soit en moyenne de 3 à 4% de leur poids, en terminant avec des températures corporelles élevées. Une conclusion avait donc été tirée : boire à vélo de grandes quantités d’eau pendant les efforts physiques nuisait aux performances.

Plus tard, l’hydratation à vélo a pourtant été encouragée. En effet, il fut déterminé que la perte de 2% du poids du corps en eau pouvait affecter les performances, voir les réduire de près de 20%. La déshydratation peut effectivement être à l’origine de plusieurs troubles : crampes, douleurs musculaires, etc. Voir un état de fatigue générale qui pourrait conduire à des conséquences plus graves.

Depuis, Il a donc été fortement conseillé de boire à vélo pour compenser les pertes en eau durant la réalisation d’efforts physiques. Certes, il faut donc boire, mais encore faut-il procéder de la bonne manière.

Comment s’hydrater et en quelle quantité

S’hydrater lors de la pratique d’un sport doit donc devenir un réflexe. Sachant que nous perdons en moyenne 2,5 litres d’eau par jour, il est nécessaire de se réhydrater correctement en absorbant une quantité de liquide appropriée.

Un calcul simple a d’ailleurs été établi pour vous donner une idée de vos besoins en liquide :

Poids (kg) x 7 à 10 ml = votre consommation estimée de liquide par heure

En ce qui concerne le type de boisson, l’eau est, bien sûr, vivement conseillée. Une bonne eau minérale (non glacée) suffit, lorsqu’il s’agit d’effectuer des efforts physiques d’une durée inférieure à une heure. Il faudra penser à boire régulièrement une à deux gorgées toutes les 10 à 15 minutes sans attendre d’avoir soif.

Pour des efforts de longue durée, le choix de la boisson sera un facteur à ne pas négliger. L’eau ne suffira plus à compenser les pertes en minéraux et en glucides, ou autres éléments essentiels. Il faudra alors se tourner vers les « boissons de l’effort »

>> A LIRE AUSSI : les conseils pour faire du vélo malgré la chaleur

Bien boire à vélo, avant, pendant ou après l’effort

Vous pourrez par exemple opter pour les boissons sans gluten, spécialement conçues pour les sportifs et à boire avant ou après l’effort. Riches en vitamines B1, B2, et B12, mais aussi en vitamine E, ces boisson intègrent un cocktail nutritionnel, mélangeant les bienfaits du germe de riz et de 3 algues marines. Elles vous fourniront également des apports en calcium, en fer, en manganèse, en phosphore, ou encore en magnésium. Elles vous aideront à compenser efficacement les pertes dues à la transpiration en contribuant par la même occasion à reconstituer rapidement vos réserves en glucides.

En plus des boissons spéciales pour sportifs, vous pouvez également utiliser des capsules composées d’électrolytes à dissoudre dans l’eau que vous boirez durant vos séances. En effet ces électrolytes sont éliminés, en même temps que l’eau lors de la transpiration. Le corps en a pourtant besoin. Parmi ces électrolytes, le sodium est l’un des éléments qui aident au stockage de l’eau. Compenser ces pertes est donc essentiel. Vous pourrez par exemple opter pour les produits qui vous apporteront en plus du sodium, les électrolytes principaux tels que le chlorure, le potassium, le magnésium et le calcium. Ainsi vous garderez une bonne hydratation.

>> A LIRE AUSSI : la nutrition, un facteur de réussite à vélo

Au final, boire régulièrement et à votre soif, est une bonne chose. N’oubliez cependant pas que les excès sont toujours nuisibles. Alors ne cherchez pas à remplacer la quantité exacte d’eau que vous avez perdue, ou encore vouloir compenser au-delà des pertes. Pensez juste à boire à vélo, avant, après ou pendant l’effort. Surtout selon les besoins que vous ressentez en fonction du degré d’effort que vous effectuez.

Source : Velomag

Partager

comparateur Antivol velo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


comparateur Antivol velo

Qualité de l'air