Bien choisir son type de freins de vélo

Publié par 
,
le 
Accueil, Conseils, Conseils pratiques
Partager
Bien choisir son type de freins de vélo

Après les gants, nous allons vous aider à mieux comprendre et choisir les types de freins pour vélo. Tout d’abord un petit point Histoire, les freins sont apparus avec les premiers vélos appelés les grands-bis, le cycliste pouvait soit moduler sa vitesse en résistant au mouvement des pédales du fait d’un pignon fixe, soit actionner des freins à patins. Les freins à patins ont perduré malgré leur manque de puissance et le danger par temps humide.

A la fin du 19° siècle, l’arrivée du pneumatique est accompagné par le frein à mâchoires qui est encore le type de frein le plus rependu. Mais il ne faut pas oublier le rétropédalage (ou torpedo) qui a su se rendre populaire lors du 20° siècle.

Depuis leur invention, les freins ont évolué et ont pris des formes différentes même si leur fonction vitale reste la même: arrêter le vélo. Alors comment s’y retrouver? Quel modèle choisir? Et bien, nous allons tenter d’éclaircir tout cela.

Bien régler ses freins

Les freins sur jantes

Comme leur nom l’indique, ce type de frein se sert de la jante de la roue comme surface de freinage. Des patins en caoutchouc viennent s’appuyer contre la roue pour diminuer la vitesse du vélo. Ces freins sont en général assez simples d’utilisations, légers et assez bon marché mais leurs puissances diminuent fortement par temps de pluie. Ils s’usent et usent les jantes par la même occasion; il faut donc faire attention à bien régler les freins et à changer de patins et de roues quand cela est nécessaire. Ils ont souvent la forme d’un étrier à deux mâchoires celles-ci sont rattachées à un câble (ou cavalier); quand on actionne la poignée de frein sur le guidon le câble va contracter les mâchoires. Le tirage peut être central ou latérale.

Frein Cantilever ShimanoIl existe d’autres sortes de freins sur jantes comme notamment les freins cantilever. Ce modèle convient mieux aux pneus larges comme ceux des VTTs car avec un frein à étrier la distance entre le pivot et le patin est trop importante ce qui réduit la puissance de freinage. Le cantilever se compose d’un bras en forme de L de chaque côté de la jante, d’un stop-câble qui tient la gaine sur la cadre (ou la fourche) et d’un câble de liaison entre les deux bras assez similaires au système de freins à tirage centrale. Lorsque l’on actionne le levier, le câble de liaison est tiré vers le haut ce qui fait pivoter les bras vers l’intérieur et ainsi les patins s’appuient contre la jante. Ce genre de freins est de plus en plus rare; malgré leur efficacité  par mauvaises conditions (boue, neige,…), ils provoquent un freinage assez violent et difficile à contrôler par temps humide.

Frein v-brake pour vélo ShimanoLe cantilever peut également être à tirage direct, il peut être alors appelé V-Brake. En 1996, Shimano introduisait sur le marché du vélo ce nouveau modèle de frein qui devait corriger les soucis liés au cantilever. Ces freins s’installent sur les mêmes pivots que leur prédécesseurs mais les bras sont tendus vers le haut; leur mécanisme se rapproche d’un étrier à tirage latérale: la gaine est attaché à un bras et le câble à l’autre. Plus faciles à ajuster que les freins cantilever, ils ont néanmoins besoin d’un plus petit espace entre le patin et la jante. Leur utilisation s’adapte bien sur le vélo tout terrain et les systèmes à suspensions du fait qu’ils n’ont pas besoin d’un stop-câble. Ces avantages mécaniques lui procurent une grande puissance de freinage mais le système perd en modulation. Les patins sont moins épais que pour les cantilever, ils se remplacent donc plus vite et le cycliste doit être vigilent pour avoir un freinage optimal.


Les freins sur moyeu
Les freins de ce type ont besoin de moyeux de roue et de fixations spécifiques sur la fourche et le cadre. Les jantes ne servant plus de surface de freinage elle ne s’usent pas, et l’efficacité du freinage n’est pas affectée par leur état. Leurs performances restent également intactes dans de mauvaises conditions climatiques. Ils demandent moins d’entretien que les freins sur jante mais le freinage est plus lourd et plus délicat.

Freins sur moyeu pour véloLes freins à disque font parti de cette catégorie. Ils se composent d’un disque de métal attaché au moyeu qui tourne avec la roue. Les étriers sont ici fixés au cadre ou à la fourche avec des plaquettes qui viennent frotter de chaque côté du disque. Tout d’abord créer pour la moto, le système s’est introduit progressivement dans le monde du vélo pour aujourd’hui se populariser. Ils sont la plus part du temps utilisés pour les VTTs mais ils peuvent être vus sur des vélos hybrides ou encore des tandems. L’avantage principale que procurent les freins à disque est que la qualité de freinage reste constante quelles que soient le conditions de routes ou météorologiques. Les trous dans le disque sont là pour évacuer l’eau; la performance de freinage est donc équivalente par temps sec et temps humide. Le freinage se faisant sur le disque, la jante a une usure plus lente. Malheureusement, ce système a aussi des défauts: ces freins sont généralement plus lourds et plus onéreux que des freins sur jantes. Le moyeu et la fourche doivent être compatible avec le principe ce qui n’est pas toujours le cas. La position des freins à disque est incompatible avec de nombreux modèles de porte-bagages. C’est pourquoi on trouve peu de freins à disque sur les vélos de tourisme. Néanmoins, les constructeurs de porte-bagages s’efforcent de régler le problème (exemple).

Les freins sont importants et il ne faut absolument pas négliger leur entretien. Ils doivent être régulièrement vérifiés pour ne pas avoir de mauvaise surprise. Faites nous part de vos impressions, choix,… en questions de freins et pourquoi avoir fait ces choix.

Source:

Partager

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Bien choisir son type de freins de vélo"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
trackback

[…] Bien choisir son type de freins de vélo […]

Catégories

Abonnez-vous à notre newsletter

Qualité de l'air