Nos conseils bikepacking pour réussir son voyage nature à vélo

Publié par 
Frédéric Urrutia,
le 
Cyclotourisme, Services et conseils

Partager

Nos conseils bikepacking pour réussir son voyage nature à vélo

Vous prévoyez de tenter une aventure en bikepacking ? Envie de vous initier au voyage à vélo ? L’idée de voyager léger, en dehors des sentiers battus, séduit de plus en plus de cyclistes. Mais tout cela ne s’improvise pas ! Voici donc nos conseils bikepacking : confort, astuces, sécurité, comment charger le matos… Et bien plus encore.

Conseil bikepacking #1 : quel vélo choisir pour son périple : gravel, VTT, route…

 Pour vous lancer dans l’aventure, notre premier conseil bikepacking est de choisir un vélo adapté à cet effet.

Les aventuriers qui tentent cette nouvelle manière de voyager sont souvent équipés d’une gravel bike. Sa polyvalence et son esprit de liberté en font le choix de prédilection de nombreux bikepackers.

Selon le terrain et la distance, vous pourriez autrement choisir un VTT ou un vélo de route. Le premier excellera dans les courtes distances sur des terrains techniques. Tandis que le second vous permet de parcourir de plus longues distances sur asphalte.

La leçon qu’il faut en tirer est de choisir en fonction de son itinéraire et de la saison. Si vous ne voulez pas changer votre vélo, adaptez votre voyage. Il y a des parcours pour tous les goûts et niveaux.

Conseil bikepacking #2 : où mettre la tente et le matelas ?

Quand on voyage en vélo, on peut dormir dans des gîtes. Mais dormir en bikepacking à la belle étoile a son charme, et les bikepackers adorent amener leur matériel de camping : tente, matelas et sac de couchage.

Où ranger le matériel de camping sur le vélo ?

Votre matériel de bikepacking ne doit pas vous empêcher de rouler. Tout doit être disposé de telle sorte à garder votre centre de gravité. Le mieux est de choisir une tente avec des pièces détachées que vous puissiez ranger en plusieurs housses. Par exemple, la tente Alto TR 2 Ultralight pour cyclo camping léger est un modèle trois saisons totalement adapté au bikepacking.

Nous vous conseillons de placer les parties plus lourdes ou le matelas dans la sacoche de cadre. Au contraire, les housses volumineuses mais légères sont à placer dans la sacoche de selle. Réservez la sacoche de guidon, plus accessible, aux éléments dont vous aurez besoin pendant l’effort.

Trouver le bon emplacement pour la tente

Choisir le meilleur lieu pour planter sa tente n’est pas chose aisée en bikepacking. Il faut que le terrain soit assez plat pour éviter de glisser pendant la nuit. Le spot idéal est près d’un point d’eau mais loin d’une zone d’accumulation.

Évitez les herbes hautes qui présentent plusieurs désavantages : irrégularités inconfortables, accumulation de l’humidité, insectes cachés… Tâtez le terrain pour vérifier l’absence de cailloux d’épines ou de branches qui pourraient endommager votre matériel de camping.

Prêtez attention au vent, puisqu’une brise séchante peut devenir un vent violent qui secoue votre abri. Pour palier ce problème, orientez votre tente en plaçant l’entrée dos au vent.

Conseil bikepacking #3 : comment manger à vélo en autonomie ?

Inutile de vous surcharger si vous avez des supérettes tous les 100 km ! Mais si le sentier évolue dans des zones éloignées, il vous faudra prévoir de quoi manger selon vos besoins. Tout dépend de si vous êtes maigre et fin ou, au contraire, corpulent. Les premiers taperont sur les réserves plus vites que les seconds. Et il faut éviter cela à tout prix !

Prévoyez des gels ou des barres énergétiques pour apporter des sucres rapides à votre corps pendant l’effort. Pour les repas, certains préfèrent de la nourriture sèche riche en glucides (sucres lents) et prête à consommer. Cela évite d’alourdir le vélo avec un réchaud. À nouveau, il n’y a rien de mal à emporter ce type de matériel, mais tout dépend du type de voyage que vous voulez faire : tourisme, performance ou un mix des deux.

Conseil bikepacking #4 : comment gérer son hydratation en bikepacking

Aussi importante que l’alimentation en bikepacking, l’hydratation est un élément crucial pour la réussite de votre voyage . Vos besoins en eau potable sont très importants, avec des longues journées à vélo.

Combien de litres prévoir ?

Généralement, il faut prévoir entre 500 ml et un litre d’eau par heure d’effort, en fonction de la saison et du climat. La recommandation générale est d’avoir des gourdes avec 2 litres d’eau, si vous traversez des villages toutes les deux heures. Pour des zones plus éloignées, 5 litres d’eau peut parfois ne pas être suffisant !

Prévoyez large, même si cela alourdit un peu le vélo. L’avantage des bouteilles de 50 cl pour vélo est que vous pouvez bien répartir le poids.

Les astuces pour remplir ses gourdes ?

Nous vous conseillons de recharger vos gourdes à chaque fois que vous le pouvez. Pour cela, renseignez-vous sur les sources d’eau potable, les toilettes publiques ou les commerces sur votre chemin. Si vous passez par des villages, n’hésitez pas à demander l’accès à l’eau aux habitants locaux.

Vous pouvez également vous procurer un filtre d’eau, pour des cas d’urgence où vous devez utiliser l’eau trouvée en pleine nature.

Conseil bikepacking #5 : quand on voyage à vélo, moins, c’est plus !

Le principe du bikepacking est de voyager avec l’essentiel. Après avoir bien choisi l’équipement bikepacking, voici quelques astuces pour bien gérer son matériel.

Optimiser son équipement et matériel bikepacking

Avant de partir, le mieux est de bien lister ses besoins. Inutile de prendre un sac de couchage « au cas où », si vous avez prévu de dormir dans des gîtes. En revanche, prenez des gourdes de grande taille si vous allez traverser des zones peu fréquentées.

Le mot d’ordre est de ne prendre que les éléments essentiels à votre voyage à vélo.

Gérer la place dans vos sacoches

Pour optimiser votre matériel bikepacking, il faut bien ranger ses affaires et éviter les espaces vides dans vos sacoches. Il vaut mieux avoir deux sacoches petites et répartir le poids qu’avoir un sac de grande taille qui vous fait perdre l’équilibre. Attachez bien les sacoches et évitez les mouvements indésirables en serrant les sangles de compression.

Laissez à portée de main dans la sacoche du guidon les affaires dont vous avez besoin pendant le trajet, comme votre appareil photo.

Conseil bikepacking #6 : se préparer au pire : outils et vêtements

Quand on part en voyage à vélo, il faut éviter de se surcharger mais être prévoyant tout de même. Emportez avec vous des outils de réparation et des chambres à air, au cas où. En bon cycliste, apprenez les manipulations basiques pour réparer son vélo en bikepacking.

En ce qui concerne la météo, vous avez beau partir pendant la belle saison, vous n’êtes jamais à l’abri de conditions météorologiques défavorables. Quand vous faites le choix des vêtements, pensez à inclure une veste de pluie technique et légère.

Ne partez pas sans prendre votre kit de premiers secours !

Conseil bikepacking #7 : prévoir son itinéraire et lire toutes les astuces du blog de Citycle

Pour prendre plus de plaisir au voyage à vélo, il est important de préparer son itinéraire. Il existe de nombreuses applications pour planifier ses trajets de longue distance. Cela vous aidera également à mieux vous équiper ou à laisser chez vous l’équipement en trop.

Choisissez la bonne saison pour rouler en toute sécurité et profiter de la liberté à l’état pur. Et comme le savoir n’occupe pas de place dans vos sacoches, découvrez encore plus de conseils sur le bikepacking sur notre site.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Conseils et Actu Vélo

📬 Toutes les deux semaines, je reçois une news complète autour de la petite reine : conseils, itinéraires, actualité
 

Catégories

Qualité de l'air