Guillaume, vélotafeur convaincu d’Eysines à Bordeaux

Publié par 
Emilie De Citycle,
le 
Accueil, Interviews / portraits, On parle de vous

Partager

Guillaume, vélotafeur convaincu d’Eysines à Bordeaux

Guillaume nous partage son quotidien de vélotafeur dans la ville d’Eysines et ce qu’aller au travail à vélo représente pour lui. Il nous prévient toutefois des risques toujours présents sur la route. 

Aller au travail à vélo, faire du sport au quotidien

Je fais partie de cette nouvelle communauté que l’on appelle les « vélotafeurs ». Une communauté qui privilégie le vélo comme mode de transport doux pour les trajets domicile-travail. Cela fait maintenant 2 ans que je pratique cette démarche pour me rendre à mon travail à vélo avec un trajet aller-retour de 15 km, d’Eysines à Bordeaux.

Mes motivations étaient multiples : éviter les bouchons devant l’engorgement grandissant de ma métropole. Économiser du carburant pour faire face à la montée des prix. Et enfin, faire du sport au quotidien en m’aérant l’esprit. Les bienfaits de cette pratique m’ont permis de gagner un temps non négligeable sur mes trajets quotidiens. Le tout, en étant une pratique accessible à tous et pour un investissement limité.

Guillaume, vélotafeur à Bordeaux

>> A LIRE AUSSI : Clément : voyage à vélo de la Bretagne à l’Italie

Une vigilance indispensable face aux automobilistes

La ville dans laquelle je me déplace quotidiennement a saisi l’intérêt de cette pratique, afin de désengorger le centre ville notamment. Elle a investi dans des pistes cyclables, des rues plus accessibles aux vélos, des chaussées rénovées et plus sécurisantes. En effet, le seul point négatif se situe notamment au niveau de la sécurité. La pratique du vélotaf repose sur la vigilance indispensable face aux automobilistes, pas toujours très attentifs aux deux-roues qui croisent leur route. Il faut garder à l’esprit qu’en cas d’accident nous ne possédons pas de protections.

Dès lors, la prévention est de mise. Cela passe par le port indispensable d’un casque, ainsi que des équipements de sécurité vélo tels qu’un gilet réfléchissant, un avertisseur sonore et des lumières ainsi que des tenues adaptées à la pluie et au froid pour rouler sereinement. Il n’y a pas de mauvais temps à vélo, il n’y a que des mauvais équipements !

N’hésitez pas à rejoindre comme moi cette nouvelle philosophie qui prend de plus en plus d’ampleur. Elle permet d’être responsable dans ses déplacements quotidiens tout en faisant des économies de temps et d’argent. Aller au travail à vélo maintient la condition physique. Il n’existe pas de type de vélotaf : VTT, vélo de ville, vélo électrique, vélo de route ou fixie, tout est bon à enfourcher !

Merci à Guillaume pour son témoignage. Si comme lui, vous êtes intéressé pour partager votre histoire de cycliste, n’hésitez pas à nous envoyer votre récit à media@citycle.com. Pour tout article publié, un bon d’achat de 40€ chez notre site partenaire Lecyclo.com.

Appel à témoignages cyclistes

Partager

comparateur Antivol velo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


comparateur Antivol velo

Qualité de l'air