Agir pour l’environnement !

Publié par 
Othello Desurmont,
le 
Accueil, Ecologie, Environnement

Partager

Agir pour l’environnement !

Parce que la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre tel que le CO2, ne tient qu’a notre action commune et que nous avons seulement 10 ans pour les réduire de 30 %, il est essentiel que nous changions nos comportements.
Pour ce faire, il nous faut des solutions simples qui puissent s’appliquer au quotidien. Je me suis donc penchée sur la question afin de vous les apporter !

Lorsque nous entendons parler de changement climatique, les scientifiques évoquent le réchauffement planétaire et ils déclarent que l’année 2009 devrait se classer parmi les dix années les plus chaudes depuis 1850, date à laquelle ont débuté les relevés instrumentaux, d’après les données compilées par l’Organisation météorologique mondiale (OMM).

Les émissions de gaz à effet de serre s’élèvent en France à 9 tonnes de CO2 par personne par an. Le niveau d’émissions soutenable à long terme pour éviter des dérèglements climatiques majeurs sur la planète est de 2 tonnes par personne et par an, ce qui correspond à une division par 4 de nos émissions actuelles. C’est l’objectif que s’est fixée la France d’ici à 2050. Comme on l’imagine, cela ne pourra pas se faire sans quelques changements dans nos habitudes. Il ne suffit pas de se dire que l’industrie est responsable et que nous n’y pouvons pas grand chose à notre échelle car, oui, nous sommes tous impliqués et coupables. J’en profite également pour signaler qu’il ne s’agit pas non plus de tomber dans la réfutation de l’action de l’homme sur les bouleversements climatiques en prenant pour cause la variabilité naturelle du climat comme le prône l’ancien présentateur météo Laurent Cabrol, car il est indéniable que nos actions ne sont pas saines, à savoir que nous polluons notre propre santé alors celle de notre planète : en toute logique ! Par conséquent, si ce n’est pour tenter une action contre le réchauffement climatique, faites-le pour vous !

Il existe des solutions nécessaires pour diminuer notre pollution. Voici quelques idées pour agir :

Durant nos voyages :

  • Réduisons le recours à la voiture en choisissant l’auto-partage et le covoiturage ou en prenant des modes de transport alternatifs comme le train, le bus, le tram, la marche et le vélo. Grâce à des équipements adéquats comme les sacoches ou les paniers à provision, prendre le vélo pour aller au travail et faire nos courses devient un véritable plaisir et nous délivre du stress chronique des autres modes de transport. De plus, la climatisation consomme entre 20 et 30 % de carburant en plus. Couper la clim et ouvrir la fenêtre vous fera économiser entre 200 et 400 kg de CO2 et entre 50 et 150 euros/an !
  • Aller à Barcelone en train de nuit plutôt qu’en avion vous permettra d’économiser 500 kg de CO2 (en plus d’une nuit d’hôtel).

Lors de nos repas :

  • Diminuons notre consommation de viandes bovines et de produits laitiers qui notamment par l’intermédiaire de l’élevage des vaches contribue fortement à augmenter les émissions de CO2. En effet, En Europe, l’agriculture produirait de l’ordre de 10 % des gaz à effet de serre (source Eurostat et Agence européenne pour l’environnement). Il y a plus de 3,5 fois plus de CO2 dans 1 kg de bœuf que dans un kg de porc (les porcs ne ruminant pas et leur nourriture, ils demandent moins de CO2 à produire que celle des bovins). Si vous remplacez la moitié de votre consommation de bœuf par de la viande de porc, vous économisez 100 kg de CO2 par an et par personne. Et 200 kg si vous dites à toute viande de bœuf d’aller se faire cuire un œuf ! Et si vous remplacez votre consommation de porc par de la volaille, vous économisez 600 kg de CO2 par an. En effet, les émissions de CO2 de la viande de porc sont plus de 2 fois plus élevées que celles de la volaille.
  • Préférer les fruits et légumes locaux (pour limiter le transport).
  • Préférer les fruits et légumes de saison (pour limiter le chauffage en serre et l’importation).
  • Préférer les aliments frais aux aliments préparés (pour éviter les emballages, le transport, la réfrigération,…).

A la maison :

  • En diminuant notre température intérieure de 1°C, on peut économiser jusqu’à 7% d’énergie.
  • En utilisant des ampoules basse consommation qui consomme 5 fois moins et dure 10 fois plus longtemps que des ampoules classiques.
  • En éteingnant les appareils en veille (télévision, chargeur de téléphone…). Un appareil avec une consommation de 10 watts (une veilleuse de TV par exemple) utilise 87,6 kWh durant un an et coûte donc environ 9,68 € en électricité en France. La consommation énergétique annuelle d’un mètre carré français ancien tourne autour de 250-300 kWh/an contre 50 kWh, voire 15 KWh dans un immeuble à haute qualité environnementale (HQE).
  • En changeant notre fournisseur d’électricité. Depuis le 1er juillet, on peut changer de fournisseur d’électricité : ainsi Enercoop fournit de l’électricité d’origine renouvelable.
  • En isolant vos murs. Posez des doubles vitrages, isolez votre toit et le plafond de la cave. Vous ferez des économies d’énergie de 5 à 10% pour l’isolation du plafond de la cave, de 10% pour les doubles vitrages et de 10 à 30% pour l’isolation des murs. Vous économiserez entre 300 kg de CO2 (si vous avez un chauffage électrique) et 1,5 tonne (si vous avez un chauffage au fioul).
  • En triant ses déchets.

Si vous souhaitez vous informer sur l’impact des gaz à effet de serre, calculer votre impact sur l’environnement et connaître d’autres pistes pour agir au quotidien, rendez-vous sur le site de l’ADEME.

Tandis que les propositions que j’ai évoqués peuvent réellement sauver notre climat, des chercheurs se penchent sur des études qui démontrent qu’une haute concentration atmosphérique et océanique en oxygène joue un rôle important dans le refroidissement de la température terrestre et qui par conséquent, pourrait combattre le réchauffement climatique dû notamment à la masse trop importante de CO2 dans l’air. Tout au long de son histoire, notre climat a été dépendant de l’équilibre entre le dioxyde de carbone et l’oxygène atmosphérique. Plus il y a de dioxyde de carbone et d’autres gaz à effet de serre, plus le climat est chaud.
Dans l’article publié sur le magazine en ligne Notre Planète, vous pouvez lire un résumé des résultats obtenus par le professeur Frei et son équipe de recherche internationale. Ces chercheurs proposent d’ailleurs des solutions telle que l’augmentation des surfaces boisées.

Sources :
Notre Planète
Climatmundi

La vie nouvelle

Partager

comparateur Antivol velo

1 comment

  1. Pingback:LeCyclo.com LeBlog » Copenhague : le bilan !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


Qualité de l'air

comparateur Antivol velo