Marrakech à vélo, une destination idéale pour l’hiver

Publié par 
Jean-Baptiste Lasserre,
le 
Accueil, Cyclotourisme, Randonnées vélo

Partager

Marrakech à vélo, une destination idéale pour l’hiver

Et si c’était le moment de fuir la morosité de l’hiver européen pour aller pédaler dans un cadre exceptionnel ? À seulement 3h de vol de la France, le Maroc est une destination encore peu prisée des cyclotouristes. Et pourtant, Marrakech et ses alentours offrent aux amateurs de cyclotourisme des paysages à couper le souffle, un accueil formidable et des routes d’une qualité surprenante. Retrouvez nos idées d’itinéraires vélo à Marrakech.

Un voyage à vélo dans un cadre idéal

Encore assez anonyme dans le milieu du voyage à vélo, le Maroc est un pays idéal pour pratiquer le cyclisme. Les paysages magnifiques, l’état des routes, le respect des conducteurs vis-à-vis des cyclistes, la qualité de l’air… Les avantages de pédaler sur les routes marocaines sont nombreux.

Les possibilités d’itinéraires vélo à Marrakech sont intéressantes car presque illimitées. Les variations de dénivelés et de difficultés pourront ravir tous les cyclovoyageurs, quel que soit leur profil. Du simple flâneur au forçat de la montagne, il y en a pour tout le monde !

Des itinéraires faciles aux plus exigeants

Marrakech à vélo, des itinéraires faciles ou plus exigeants
© Jean-Baptiste Lasserre

Le Maroc a cet avantage de posséder des reliefs variés. Des routes plates de la côte Atlantique aux chemins plus escarpés et aux forts dénivelés de l’Atlas. En effet, le Maroc ce n’est pas que le désert. C’est aussi un littoral accessible et agréable à travers des villes portuaires, des plaines verdoyantes et des montagnes à la fois arides et somptueuses. Dans le Haut Atlas notamment, la route a souvent tendance à s’élever parfois assez brutalement et offre des pourcentages à faire pâlir les plus célèbres cols alpins.

Marrakech à vélo, le paradis pour l’hiver

Les contrastes de couleurs des paysages d'hiver marocains
© Jean-Baptiste Lasserre

L’hiver semble être la meilleure saison pour pédaler sur les routes marocaines. Les mois de la saison hivernale sont ensoleillés avec des températures plutôt chaudes, sans être étouffantes. La journée, elles varient entre 23 et 27 degrés et un léger vent frais rend l’atmosphère appréciable. Les jours de pluie, quant à eux, restent rares.

Cette période offre aussi au Maroc ses meilleurs paysages. Véritables cartes postales, les panoramas semblent par endroit irréels. Désert et palmiers tranchent souvent avec les sommets enneigés de l’Atlas en arrière-plan.

Des routes à l’état inattendu

Les pistes cyclables sontmonnaie courante sur les routes de Marrakech
© Jean-Baptiste Lasserre

Un autre fait peu connu et surprenant sur le Maroc : l’état de ses routes. Le Maroc fait en effet de sa politique d’infrastructures une priorité. Ici, le roi Mohammed VI a même décidé que toutes les routes du pays seront dotées de pistes cyclables d’ici 2022. La plupart des routes, en bon voir très bon état, ont été récemment rénovées, même dans les secteurs les moins fréquentés de l’Atlas. Les chaussées plus accidentées vont aussi l’être dans les semaines et les mois à venir.

Le trafic est assez rare dans les montagnes marocaines
© Jean-Baptiste Lasserre

En ce qui concerne le trafic routier, le Maroc s’apparente aussi à un paradis pour cyclistes. Les routes sont peu empruntées à l’écart des grandes villes, et vous pouvez rouler en toute sécurité sans craindre les automobilistes. Vous vous apercevrez aussi rapidement du grand respect des conducteurs vis-à-vis des cyclistes.

À Marrakech, toutes les grandes artères autour du centre-ville sont équipées de pistes réservées aux vélos et deux roues. En ville, elles sont plutôt occupées par des hordes de mobylettes, scooters, charrettes et véhicules lents en tout genre. Mais dès que l’on s’éloigne un peu du centre, on y croise quasiment uniquement des groupes de jeunes et d’enfants partant à l’école à vélo et des locaux à bicyclette qui se rendent au travail. Au Maroc aussi, le vélotaf fonctionne !

Des paysages d’exception

La région de Marrakech regorge de sites splendides. Vallée du paradis, cascades d’Ouzoud, gorges d’Aït Mansour… autant de trésors cachés qui méritent le détour. Vous croiserez aussi des sommets mythiques comme le Ighil M’Goun sur lequel il est possible de réaliser des randonnées à plus de 4000 mètres ou le djebel Toubkal, le plus haut du pays, qui culmine à 4167m. Et même des stations de ski !

La Maroc c’est aussi une faune et une flore exceptionnelles. Depuis 2 ans, il n’est également pas rare de croiser des petits hommes en jaune ramassant les déchets dans les montagnes de l’Atlas.

Idées d’itinéraires à vélo à Marrakech

Se balader autour de Marrakech à vélo – 70 km

Pour ce premier parcours, commençons avec une balade facile avec seulement 400m de dénivelé.

 

Itinéraires autour de Marrakech à vélo

Départ de la Palmeraie de Marrakech, une oasis 100 000 palmiers au nord-est de la ville. Direction le centre-ville de Marrakech où vous pourrez vous promener dans sa tumultueuse médina. Prenez aussi le temps de découvrir ses somptueux jardins comme Jardin Majorelle, le Jardin de la Ménara ou le Jardin Secret. Puis rejoignez la route de Ouarzazate que vous emprunterez sur une trentaine de kilomètres jusqu’à Aït Ourir. Route qui va d’ailleurs prochainement être transformée 2×2 voies avec piste cyclable.

Le Jardin de la Ménara offre un superbe panorama sur les montagnes
© Jean-Baptiste Lasserre

À la sortie du village, vous tournerez alors à droite sur une route récente au bon revêtement. À partir de cet endroit, la circulation devient plus rare et les scooters et les ânes sont plus fréquents que les voitures. Vous pédalerez alors le long de l’Atlas sur un plateau vallonné. Il suffirait de tourner à gauche à n’importe quel moment pour attaquer les montagnes. D’une vallée à l’autre, vous traverserez de sublimes contrastes de couleur qui alternent entre le rouge de la terre, le vert de la végétation et le blanc des sommets enneigés en fond. Vous apercevrez aussi quelques chemins de VTT qui s’enfoncent dans la montagne et mènent à de superbes mines de sel.

Marrakech à vélo sur les routes de l'Atlas
© Jean-Baptiste Lasserre

Vous arriverez alors dans la très touristique Vallée de l’Ourika, où se trouve également le plus grand souk de la région. Sur une quinzaine de kilomètres, de nombreuses échoppes d’artisanat ont investi le bord de la route : poterie, menuiserie, tapis huile d’argan, miel… Vous traverserez aussi de jolis villages berbères qui semblent directement sortis de la terre rouge qui caractérise la région.

La toursitique Vallée de l'Ourika
© Jean-Baptiste Lasserre

Au cœur du pays berbère : plateau du Kik et désert d’Agafay – 40 km

Plateau du Kik et désert d'Agafay, carte

Direction cette fois Asni pour une rando vélo un peu plus sportive. Posé au pied du djebel Toubkal à une cinquantaine de kilomètres au sud de Marrakech, ce village berbère offre un superbe panorama. L’occasion idéale pour savourer un thé à la menthe en admirant le soleil se lever sur l’Atlas avant de débuter la balade.

Les paysages impressionnants du plateau du Kik
© Jean-Baptiste Lasserre

Vous prendrez la route de Moulay Brahim où vous tournerez à gauche pour accéder au plateau du Kik après une petite montée. Fief du pays berbère, le plateau est connu pour avoir servi de décors à quelques films et pour ses moutons à la laine d’exception. Vous pédalerez sur le plateau une dizaine de kilomètres dans un cadre presque irréel entre collines rasées par le vent, pâturages à perte de vue, bergeries en pierre et toujours les sommets de l’Atlas en arrière-plan.

La descente vers le lac de Lalla Takerkoust
© Jean-Baptiste Lasserre

Après Agdour, vous quitterez le plateau et vous engagerez dans une longue descente assez technique de près de 25 kilomètres, avec des passages à 20%. Vous passerez notamment à côté du départ du chemin de randonnée vers la source des femmes dont le film éponyme est inspiré. En bas de la descente, des forêts d’eucalyptus habillent l’enchainement de petites côtes qui vallonnent la route jusqu’au rafraîchissant lac de Lalla Takerkoust. Vous arriverez alors aux portes du désert d’Agafay qui offre aux vététistes un terrain de jeu passionnant. Les plus sportifs pourront faire la balade dans l’autre sens où la descente se transforme en terrible montée !

Une virée dans le Haut Atlas – 310 km

Entre montagne et mer. Carte du parcours dans l'Atlas de Marrakech à Agadir

Ouirgane et son superbe lac dans les routes de l'Atlas
© Jean-Baptiste Lasserre

On se retrouve cette fois à Ourika pour une balade sportive à l’assaut du Haut Atlas. Après avoir traversé la vallée, la route commence déjà à s’élever. 31 km d’ascension vous attendent en direction de la station de ski d’Oukaïmden. Perchée à plus de 3000m d’altitude, la principale station du Maroc permet de skier sur une vingtaine de pistes. Il est même possible d’y déguster des tartiflettes et des fondues ! Pas nécessaire toutefois de monter jusqu’à la station puisqu’il faut suivre la route d’Asni sur une chaussée un peu moins bonne. En effet, ces chemins sont souvent enneigés et pas en très bon état. Pas de doute, vous êtes en haute montagne. La route continue à monter et le paysage se fait plus sec.

Echoppe d'artisanat et de poterie au col d'Asni
© Jean-Baptiste Lasserre

Vous entamerez ensuite une belle descente vers Asni, où vous prendrez cette fois à gauche direction le col d’Asni, à 1300m. Vous y croiserez cigognes, artisans et poteries au bord de la route. La montée est vallonnée mais facile avec des pourcentages réguliers à 7-8%. Une autre petite descente et vous arriverez à Ouirgane et son superbe lac. Vous pédalerez le long de l’Oued N’Fis pendant plusieurs dizaines de kilomètres. La route longe la rivière dans un paysage presque lunaire. On passe du bleu au rouge puis au vert et au gris. À chaque virage, c’est un nouveau décor qui apparaît. Vous traverserez également d’authentiques villages berbères comme Ijoukak ou Tinmel et son impressionnante mosquée du 12ème siècle.

Puis la route, désormais totalement déserte, s’élève à nouveau entre les arbres fruitiers à l’approche du mythique Tizi N’Test à 2100m. Une dernière grosse difficulté puis les 11 derniers km du col sont réguliers. Une longue descente vous mènera ensuite jusqu’à Agadir au bord de l’Atlantique en passant par Taroudant.

Le mythique col du Tizi N'Test
© Jean-Baptiste Lasserre

De Fès à Marrakech à vélo en passant par le Moyen Atlas – 830 km

Le parcours Fès-Marrakech

 

 

Fès et son soul de tanneurs
© Pixabay

Dernier de nos itinéraires marocains : le plus long et certainement le plus dur avec 9000m de dénivelé au total. Le voyage démarre de la médiévale Fès et son souk de tannerie, une des plus anciennes cités marocaines qui fut autrefois un des centres majeurs de l’Orient. Vous prendrez plein sud et commencerez à pédaler dans le Moyen Atlas. La route monte jusqu’à Ifrane, où l’atmosphère tranche complètement avec le reste du pays. L’hiver en effet, vous pourrez presque vous croire en Suisse dans cette étonnante ville ! La route redescend ensuite dans la vallée de Khénifra en longeant un parc national jusqu’à El Ksiba, très marquée par la culture berbère amazigh. Débute alors une belle et longue ascension d’une centaine de kilomètres jusqu’à Imichil et un passage à 2600m, point culminant de ce parcours. S’en suit une toute aussi longue descente qui vous mènera jusqu’à Tinerhir en passant par les splendides Gorges du Todra.

Ouarzazate, la porte du désert
© Vincent van Zeijst – Wikimedia Commons

À Boumalne Dadès vous entrerez dans la Vallée des roses et pédalerez dans les pentes verdoyantes du Moyen Atlas jusqu’à Skoura. Cette partie relativement plate n’en est pas moins agréable et vous aurez toujours le Ighil M’Goun en ligne de mire. Vous rejoindrez ensuite Ouarzazate, majestueuse porte du désert du Sahara et sa Kasbah Taourirt. La route remonte ensuite vers Tisselday, véritable écrin de verdure au milieu du désert et jusqu’au col du Tichka à 2270m. Profitez-en pour faire un détour par Aït Ben Haddou et Telouet à la découverte des studios de cinémas où ont notamment été tournés Lawrence d’Arabie, Gladiator, Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre et certains épisodes de Game of Thrones. Pour terminer en douceur, une longue descente vous mènera ensuite vers Marrakech en passant par Touama et Aït Ourir.

Détails pratiques : accès et hébergement

Depuis la France, il est assez simple d’accéder à ses itinéraires en avion. Plusieurs compagnies low-cost ainsi que des compagnies nationales desservent Marrakech au départ de France. Vous trouverez des billets à des prix tout à fait corrects depuis Paris, Lyon, Bordeaux, Marseille, Montpellier et Nantes. Attention, un passeport est nécessaire pour un séjour au Maroc !

>> A LIRE AUSSI : consignes pour transporter son vélo en avion

Le Maroc est un pays tourné vers le tourisme et ne manque pas de solutions d’hébergements. Hors saison, vous trouverez facilement, même au dernier moment, des chambres dans les nombreux hôtels, riads, villas, hostels, maisons d’hôtes ou auberges des zones touristiques.

Côté cuisine, le Tanjia est la spécialité de Marrakech. Vous pourrez le déguster dans un des innombrables restaurants du centre-ville. Pour une expérience culinaire plus locale, vous pourrez vous rendre Place Jemaa el-Fna dans la médina de Marrakech, où de nombreux stands ambulants investissent chaque jour le lieu dès la fin de l’après-midi. Au sommet du Tizi N’Test, arrêtez-vous chez Mustafa à l’auberge La Haute Vue, qui fait une omelette berbère aux petits oignons ! Vous avez maintenant les clés en main si vous vous sentez l’âme de partir faire un tour à Marrakech à vélo.

Article écrit grâce à Vélo Maroc, organisateur de voyages à vélo autour de Marrakech

Partager

comparateur Antivol velo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


banniere_Kryptonite_201908
comparateur Antivol velo

Qualité de l'air