Graines de baroudeurs dresse le bilan de son voyage à vélo en famille de 8000 km

Publié par
Dera Victory,
le 
Accueil, Actualités, Cyclotourisme, On parle de vous
Partager
Graines de baroudeurs dresse le bilan de son voyage à vélo en famille de 8000 km

Vous rappelez vous de Caroline Segoni et de Cédric Heintz ? Avec leur association Graines de baroudeurs, ce couple, accompagné de leurs 2 enfants, avait décidé de se lancer dans un voyage à vélo en famille à travers toute la France. Leur périple a duré 8 mois. Il a comporté 171 étapes pour un total de 8 000 km. Aujourd’hui, la petite tribu est de retour chez elle, l’occasion pour nous d’enfin découvrir le bilan de cette surprenante aventure.

Qu’est-ce qui a motivé cette aventure Graines de baroudeurs ?

Caroline Segoni : Depuis toujours nous avions envie de vivre une aventure en famille. En 2015, nous avons eu un véritable déclic après avoir passé un mois sur les routes à vélo tous les quatre ! La France comme terrain de jeu est apparue comme une évidence pour nous qui voulions déjà découvrir notre territoire avant de partir à l’autre bout du globe !

Quel est votre plus beau souvenir ?

C.S. : Question délicate car ces 8 mois de biketrip avec notre « convoi vélo exceptionnel » ont été source d’épanouissement tous les jours. Mais indéniablement, ce sont les rencontres imprévues au fil du chemin qui ont été une véritable richesse, en parallèle des découvertes patrimoniales et des moments de complicité vécus en famille.

>> A LIRE : Graines de baroudeurs sillonnent la France à vélo et en famille

Quel accueil vous a été réservé dans les régions ?

C.S. : Nous avons été particulièrement surpris de la bienveillance tout au long des 8 000 km parcours sur nos montures. Que ce soit au Nord, Sud, Est ou Ouest de la France, chaque territoire nous a réservé de belles surprises. Et un accueil privilégié des habitants, heureux de partager leurs coutumes régionales !

Graines de baroudeurs

Comment organisiez-vous vos journées, en particulier avec les enfants ?

C.S. : Nous avons progressivement pris nos marques au fur et à mesure des jours. Il a fallu trouver un rythme adapté au voyage itinérant avec nos loustiks alors âgés de 2 et 5 ans. Avouons qu’il a déjà fallu accepter de couper avec nos habitudes sédentaires, installer et replier le campement chaque jour, s’adapter aux conditions climatiques et attentes des grands et petits aventuriers. Mais tout c’est fait tranquillement ! Le format qui correspondait à notre famille était le suivant : répartition des rôles, rangement des affaires à leur place pour optimiser les recherches et créer des réflexes de rangement ! Le matin, nous enfilions nos tenues pour la journée avant le petit-déjeuner et finissions de remballer pendant que les enfants prenaient le temps.

Nous préparions un maximum le soir pour ne pas perdre de temps le matin. Notre souhait était de pouvoir nous arrêter régulièrement pendant nos 39 km quotidiens (moyenne sur les 8 mois) et 3h de pédalage. Nous partions aux alentours de 9h30 et arrêtions de pédaler vers 18h afin de visiter au fil des sentiers, profiter des échanges avec les locaux et autres randonneurs, déguster les saveurs locales. Le soir, en arrivant, nous préparions le campement, le repas et enchaînions sur les douches, le lavage du linge (souvent à la main !) et la vaisselle avant de repointer l’itinéraire du lendemain après le coucher des petits ainsi que la préparation des animations proposées pendant le voyage.

Avez-vous rencontré des difficultés particulières ?

C.S. : Nous devons avouer avoir eu beaucoup de chance côté météo et avoir rencontré très peu de problèmes mécaniques ! A chaque fois que nous avons rencontré un problème, nous avons rapidement pu le solutionner grâce à l’entraide des gens et au fait que nous étions en France. Donc avec la possibilité de trouver rapidement un magasin pour nous dépanner. De plus, aucune maladie problématique déclarée pendant le circuit, les enfants et les grands sont tombés malades en rentrant à la maison !

Quels départements disposent des meilleures infrastructures pour le cyclotourisme ?

C.S. : Spontanément, nous répondons que la Bourgogne, l’Alsace et le Luberon sont au top côté aménagement, accessibilité et accueil des familles. Nous avions réalisé un gros travail de préparation en amont du voyage pour tracer un circuit sur lequel nous pourrions rouler en toute sécurité. Aussi nous avions écarté les zones où les aménagements n’étaient pas corrects pour pédaler avec nos enfants. Notre cahier des charges incluait en premier lieu la sécurité quotidienne. Nous devons avouer avoir été agréablement surpris des aménagements dans la capitale. Nous avons noté une progression des infrastructures, qui doit continuer dans ce sens !

>> A LIRE : Donnez votre avis pour dresser le prochain classement des villes cyclables de France

Voyage à vélo en famille

Quel bilan faites-vous de l’aventure ?

C.S. : Ce fut une incroyable aventure familiale et humaine que nous avons eu la chance de vivre en nous organisant pour nos vies professionnelles, la scolarité des enfants. 8 mois de préparatifs furent nécessaires pour préparer au maximum ce grand voyage et profiter pleinement de l’aventure !

Quels conseils donneriez-vous à une famille qui voudrait vous imiter ?

C.S. : Ne pas hésiter à se lancer ! Si votre rêve est de partir ensemble, organisez-vous en amont. Ne partez pas sur un coup de tête. Et vivez à 200% votre voyage car les jours défilent de manière très intense ! Préparez aussi votre retour. C’est le conseil que nous avait donné d’autres voyageurs. On ne peut que confirmer que malgré que l’on sache que ce voyage soit une parenthèse dans nos vies sédentaires. L’atterrissage prend quelques jours pour ne pas dire semaines pour les grands. Car les enfants s’adaptent finalement bien plus facilement que nous aux changements.

Avez-vous l’intention de repartir ?

C.S. : Ouiiiiii !

Crédits photos : Graines de baroudeurs

Partager

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz

Catégories

Abonnez-vous à notre newsletter

Qualité de l'air