Paris : #AlloMichel dénonce les voitures de police garées sur les pistes cyclables

Publié par
Dera Victory,
le 
Accueil, Actualités, Société
Partager
Paris : #AlloMichel dénonce les voitures de police garées sur les pistes cyclables

A Paris, l’association Paris en Selle a décidé de réagir face au comportement de certains véhicules de police. Dans les rues la capitale, il n’est effectivement pas rare de voir des policiers en service mal garés. Certains s’arrêtent même sur les pistes cyclables. Depuis le mois dernier, l’association encourage ainsi les personnes ayant été témoins de ces incivilités à les dénoncer, via des photos avec le hashtag #AlloMichel.

A Paris, on souhaite accorder plus de place au vélo. Aussi, pour inciter les Parisiens à pédaler, la création d’une nouvelle piste cyclable rue de Rivoli a été décidée. Toutefois face à cette décision, de nombreuses réactions négatives ont été émises. Parmi les personnes ayant exprimé leur désaccord face à cette mesure : le préfet de police de la capitale, Michel Delpuech.

Le 24 juillet 2017, il avait en effet envoyé une lettre à Anne Hidalgo. Dans ce courrier, il faisait part à la Maire de Paris de ses inquiétudes. D’après Michel Delpuech, les travaux pour créer une piste cyclable rue de Rivoli pourraient entraîner de nombreuses perturbations en matière de circulation. La réduction du nombre de voies serait notamment source d’embouteillages avec le passage et l’arrêt de véhicules de livraison ou bien des voitures de secours.

>> A LIRE : De nouveaux aménagements vélos prévus prochainement sur Paris

#AlloMichel : la réponse explosive de Paris en Selle

Pour l’association de promotion du vélo Paris en Selle, ces arguments ne tiendraient toutefois pas la route. Face au courrier de Michel Delpuech, la réaction ne s’est donc pas fait attendre. Paris en Selle a ainsi lancé le 16 août dernier un concours photo. Pour inciter les gens à y participer, le message est clair : « Une voiture de police gêne la circulation ? Hashtag #AlloMichel : le préfet vous dit que c’est la faute de la piste vélo »

Le tweet, accompagné d’un hashtag #AlloMichel, a été publié sur le compte de l’association. On peut y voir une voiture de police mal garée, bloquant ainsi l’entrée d’un couloir de bus. Depuis ce tweet explosif, le hashtag #AlloMichel s’est multiplié sur le réseau social. Nombreux ont été les internautes qui, à leur tour, ont publié des scènes similaires. Véhicule de police garé sur une piste cyclable, sur un trottoir ou sur une voie bus… Les photos partagées par le public ont été aussi variées qu’explicites.

 

Un stationnement justifié pour le préfet

Michel Delpuech, mis en cause dans l’histoire, n’a pas manqué de répondre. Les voitures s’arrêtent « là où elles le peuvent », a-t-il déclaré lorsqu’il est interrogé par France 3 Île-de-France. Selon le préfet, le stationnement des véhicules est justifié « dans la plupart des cas. Si ici ou là, il y a des cas d’abus et de manquement à la règle de droit, si je le constate, j’en tirerai les conséquence », a-t-il notamment souligné. « Mais dans la plupart des cas, vous le pensez bien, c’est dans le cadre des missions opérationnelles que les voitures s’arrêtent là où elles peuvent, au plus près de l’intervention pour lesquelles elles ont été appelées » conclue-t-il.

Malgré ces explications, il n’en reste pas moins que pour Paris en Selle, le préfet reste l’un des premiers responsables dans la tâche protéger les citoyens, notamment quand ils se déplacent à vélo. Dans un communiqué de presse, l’association explique ainsi qu’elle attend surtout du préfet qu’il aide à la concrétisation du plan vélo de la ville et non qu’il s’y oppose. Paris en Selle a également souligné que l’un des rôles du préfet est de s’assurer du respect des aménagements cyclables, trottoirs et voies de bus… en commençant notamment par demander à ses services de faire preuve d’exemplarité.

>> A LIRE : Les Parisiens souhaitent des pistes latérales sur les Champs-Elysées

Sources :

Partager

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz

Catégories

Abonnez-vous à notre newsletter

Qualité de l'air