Comment se protéger du pollen à vélo

Publié par
Dera Victory,
le 
Partager
Comment se protéger du pollen à vélo

Pour certains cyclistes, l’arrivée du printemps est un soulagement. C’est le retour du soleil et la fin des températures hivernales. C’est également le moment où les plantes fleurissent. Cependant, pour d’autres, c’est plutôt le début d’un véritable cauchemar. C’est en effet le retour du pollen, ennemi redouté de ceux qui y sont allergiques. Heureusement, pour se protéger du pollen à vélo des solutions existent. Masque anti-pollution ou foulard cycliste anti-pollution, pensez à vous en équiper pour éviter les désagréments.

Le pollen, un incontournable du printemps

Le pollen, un incontournable du printempsPour les allergiques, le printemps est une période assez difficile. C’est effectivement le moment où le pollen se disperse en masse dans les airs. Celui-ci apporte alors avec lui son lot d’allergies. Les reniflements, les éternuements, la toux ou encore les yeux larmoyants font partie des premiers symptômes qui apparaissent. Ils sont la conséquence directe de cette forte concentration de pollens, indissociable du printemps. Pour rappel, les pollens sont ces minuscules cellules végétales permettant aux plantes de se reproduire. Leur très petite taille les rend impossible à stopper pour les barrières naturelles de notre corps. Ils parviennent à passer outre les poils du nez ou les mucus. Comme les micros particules MP10 (Particules dont le diamètre est inférieur à 10 micromètres), ils arrivent ainsi à pénétrer dans notre organisme.

Le masque anti-pollution pour se préserver du pollen

Masque anti-pollution SmogSi vous êtes cycliste et surtout allergique au pollen, à l’arrivée du printemps, il convient ainsi de prendre des précautions. Pour ce faire, il existe des accessoires vous permettant d’éviter d’inhaler ces particules indésirables. Parmi eux : le masque anti-pollution. Lorsque vous êtes à vélo, porter ce type d’accessoires vous protège des gaz d’échappement ou encore des poussières. Il constitue également une excellente barrière contre le pollen. La marque SetLaz propose par exemple d’excellents masques anti-pollution. Ils sont équipés de filtres réalisés avec du charbon de bois actif ; le même élément utilisé pour les masques à gaz ou dans les systèmes de filtrations des abris antiatomiques. D’autres marques comme Respro proposent elles aussi de modèles des plus efficaces. Ils disposent de filtres spécialement conçus pour retenir différents de polluants comme les hydrocarbures, le pyrène, le dioxyde de soufre sans oublier bien sûr les agents allergènes comme le pollen.

>> A LIRE : La pollution aux particules fines : qu’est-ce que c’est ?

Le foulard anti-pollution, tout aussi efficace

Les foulards anti-pollution HADPour vous protéger du pollen à vélo, d’autres accessoires comme les foulards anti-pollution existent également. Comme les masques, ils constituent eux aussi une excellente protection. Comme leur nom l’indique, ces accessoires prennent la forme d’un foulard ou plutôt d’un tour de cou. Des plus faciles à utiliser, il suffit de les enfiler et de les poser sur le visage afin de couvrir votre nez et votre bouche. Ainsi, ils empêchent le pollen tout comme les autres polluants d’affecter votre organisme. Pour offrir une protection optimale, ils sont par ailleurs équipés d’un masque filtrant intégré. En plus de constituer une barrière contre le pollen, ils peuvent en outre vous préserver du froid. Les foulards anti-pollution de la marque H.A.D font notamment partie des plus efficaces. Répondant à la norme EN 149, ils sont capables de stopper jusqu’à 70% des particules fines dont le pollen, faisant partie des PM10.

Grâce à ces masques de protection anti-pollen et anti-pollution, vous pouvez ainsi continuer à pédaler sans risque. De quoi profiter du printemps et de ces bons côtés.

>> A LIRE : L’exposition à la pollution de l’air à vélo

Partager

1 comment

  1. Pour se protéger des pollens, se couvrir la bouche et le nez ne suffisent pas. Porter des lunettes formant un large écran est primordial. Les pollens se collent au liquide lacrymal qui couvre les yeux. Ils transitent par les conduit lacrymo-nasaux et finissent dans les fosses nasales où leur action allergène est importante.

    Autre action simple : se laver les cheveux tous les soirs. Les cheveux piègent les particules allergènes ou non à longueur de journée. Si on ne les élimine pas le soir, elles se retrouvent sur l’oreiller et sont abondamment respirées pendant la nuit, en plus des acariens des literies qui sont aussi allergènes.

Laisser un commentaire

Catégories

Archives