Les ateliers vélo antisexistes

Publié par 
Virginie de Citycle,
le 
Accueil, On parle de vous, Professions cycle

Partager

Les ateliers vélo antisexistes

Un peu partout dans le monde, des espaces non mixtes se créent dans l’univers du vélo. Cette nouvelle tendance gagne également l’Europe où de plus en plus de femmes se sont mises à la petite reine. En quoi consistent réellement ces ateliers antisexistes ? Que s’y passe-t-il et pourquoi suscitent-ils autant d’intérêt ?

Des femmes à vélo toujours plus nombreuses

Si certains considèrent encore le vélo comme une activité purement masculine, il faut savoir qu’aujourd’hui, les femmes à vélo sont de plus en plus nombreuses. Pourtant nombre d’entre elles rencontrent des difficultés dans la pratique. « Avant, quand je faisais du vélo, j’étais toujours derrière » témoigne Kelly, cycliste assidue et membre du collectif lyonnais À vélo Simone. Elle a été obligée d’aller jusqu’à changer de vélo pour réussir à aller plus vite et tenir sur de plus longues distances.

En effet, les questions de réglage de la selle sont par exemple à considérer différemment selon que l’on est un homme ou une femme. L’appréhension du vélo reste donc assez différente et c’est pourquoi Kelly et Marine, autre membre du collectif, ont décidé de monter des permanences anti-sexistes dans l’Atelier du chat perché. A Lyon, ces espaces se déroulent deux fois par mois et sont réservés aux femmes.

Un atelier non mixte de réparation vélo

womens_repair_night-ida_c_benedetto

Les permanences durent entre 3 et 4 heures. L’objectif est ainsi d’offrir à tous un lieu de découverte et d’apprentissage. Sachant que dans certains ateliers de réparation, la mécanique demeure un univers où le sexisme perdure et où les femmes restent le plus souvent à l’écart. Ici, c’est un petit cours théorique sur la mécanique vélo qui est dispensé pendant une quinzaine de minutes. Il est suivi par une mise en application et un temps de discussion pour finir, autour d’un verre ou d’un pique-nique. Ces permanences ont vocation à redonner goût à la mécanique à des femmes ayant vécues de mauvaises expériences. Pour en savoir plus, consultez notre page sur l’événement.

Cette tendance des ateliers anti-sexistes s’est également développée au Brésil avec notamment le collectif Pedalinas créé en 2009 à Sao Paulo. Chaque mois une « masse critique » féminine est ainsi organisée avec comme objectif « se donner confiance pour circuler en ville ». Aux États-Unis, en Espagne, ou encore en Italie, les ateliers et les actions autour du sexisme et du vélo se font eux aussi plus fréquents. En France, au delà de Lyon des ateliers du même genre existent aussi à Grenoble, Rennes ou encore Paris. Pour l’heure encore discrets, ils sont bien décidés à se faire entendre.

Source : Reporterre

Partager

comparateur Antivol velo

5 comments

  1. notre société est dans son fonctionnement sexiste. la non mixité est en effet du sexisme (bien entendu puisqu’il divise selon les genres)
    Mais il permet également de supprimer des dynamiques sociales sexistes qui sont systématiquement présentes lorsque l’on mélange les genres.
    Plus on se rapproche d’une activité genrée masculine plus il devient intéressant de ne pas mélanger les genres pour éviter ces dynamiques sexistes que nous subissons tous homme comme femme (par subi j’entends s’y soumettre peu importe si tu es l’oppresseur ou l’opprimé).

  2. N’importe quoi…Choubidoua quand tu nous prends. Big up à Benoît Sabarly!

  3. De mon point de vue c’est exactement le contraire : non mixte = sexiste …

  4. Des ateliers non mixtes ,?!, quel est l’intérêt de séparer les cyclistes selon leur sexe ?

  5. C’est demain le 8 Mars… 😉 Mais je ne vous cache pas, qu’à mon sens, ce serait mieux tous les jours !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


comparateur Antivol velo

Qualité de l'air