Pollution de l’air : qui sont les coupables ?

Publié par 
,
le 
Accueil, Ecologie, Pollution

Partager

Pollution de l’air : qui sont les coupables ?

Durant ce mois de mars, la pollution de l’air a touché de nombreuses villes de France. Dans la capitale, au Havre, et en Normandie, les alertes à la pollution n’ont cessé de se répéter. Des questions se posent alors : d’où vient cette pollution de l’air et qui sont les coupables? 

Petit rappel des faits :

En Normandie, un pic de pollution aux particules fines avait été signalé dès le 15 mars 2015. Jusqu’au 22 mars, les alertes se sont poursuivies avec des indices atmosphériques ayant atteint des sommets. A Caen, ils avaient atteint, mercredi 18 mars 2015, le maximum de 10 sur 10. Durant cet épisode prolongé de pollution, Paris a dû prendre des mesures pour réduire le trafic et la pollution aux particules fines. Et ce, alors que le lundi 23 mars, Le Havre (Seine-Maritime) avait été classé dixième ville la plus polluée de France (Classement de 20 Minutes),

D’où aurait pu venir cette pollution de l’air ?

pollution de l'air venant d'usinesLes coupables habituels (le trafic routier, les industries, les activités agricoles…) ont bien sûr été pointés du doigt. Mais étonnamment, sur le banc des accusés, figurait cette fois-ci un nouveau coupable : les centrales à charbon allemandes. Accusées par Gilles Dauxerres (journaliste) d’être en grande partie responsables de ces épisodes de pollution, elles furent l’objet d’une grande polémique.

D’ailleurs, pour justifier ses accusations, le journaliste avait publié une carte (extraite de Prev’air). Elle indiquait que les voitures n’étaient pas les seules responsables de la pollution. Cette hypothèse donna bien évidemment naissance à un débat de taille.

>> A LIRE AUSSI : Problème de pollution de l’air, la faute à autrui ?

Les avis divergent ! Qui sont les vrais fautifs ?

Désigner un responsable précis semble difficile. En effet, « 37 % de la pollution particulaire en Île de France proviendrait du résidentiel et du tertiaire (chauffage, y compris au bois) ».

27 % du trafic routier (véhicules diesel). 24 % de l’industrie manufacturière et 7 % des activités agricoles (dont les épandages d’engrais). »

Le trafic aéroportuaire, les transports ferroviaires et fluviaux ne sont pas à exclure. Ils sont responsables respectivement de 2 % et de 1 % de la pollution. Tous font donc partie des accusés. Tout comme la production électrique à base de charbon qui, au final ne constituerait donc, qu’une composante parmi tant d’autres.

N’oublions pas que « plus de 2 millions de décès prématurés peuvent chaque année être attribués aux effets de la pollution de l’air extérieur dans les villes et de l’air à l’intérieur des habitations […] à travers le monde ». Par conséquent, au lieu nous concentrer sur la recherche du ou des coupables, peut-être devrions-nous nous pencher un peu plus sur la mise en place et l’application des mesures nécessaires afin de réduire, voire même d’éradiquer ce problème de pollution le plus rapidement possible. Pour continuer de pédaler en ville en étant protégé, il existe des masques antipollution qui filtrent  les gaz d’échappement, les poussières et les pollens.

Partager

comparateur Antivol velo

9 comments

  1. Pingback:La météo de la pollution selon Plume Labs - Citycle

  2. Pingback:La pollution de l'air, la faute aux autres ? - Citycle

  3. pollution : et si la plupart des personnes habitant dans un rayon de 3 à 5 km prenaient le vélo plutôt que la voiture , on respirerait mieux , lorsque je vois certains venir en voiture pour une distance de 1 km voir moins (trajet travail ) c’est impensable ..souhaitons que çà change et il est temps !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


comparateur Antivol velo

Qualité de l'air