Un plan Marshall pour le vélo ?

Publié par 
Cédric Attali,
le 
Accueil, Actualité, Associations, Economie, On parle de vous

Partager

Un plan Marshall pour le vélo ?

Les associations cyclistes GRACQ, CyCLO, EUCG, Fietsersbond, L’Heureux Cyclage.be, Pro Velo et les Ateliers de la rue Voot parviennent à une même conclusion. Cette conclusion ? « Plus on investit, plus la pratique du vélo augmente. Et plus les retombées économiques sont importantes. » Selon eux, un programme vélo plus ambitieux devrait être mis en place par les autorités. Et ce, pour ainsi générer des bénéfices qui pourraient aller de 4 à 19 € pour 1€ dépensé. Alors, pourquoi pas un Plan Marshall pour le vélo ?

Un souhait de Plan Marshall pour le vélo

En gros, le vélo c’est rentable. Et d’après des études menées sur l’économie du vélo réalisées à Bruxelles et en Wallonie, chaque euro dépensé pour le vélo pourrait rapporter de 4 à 19 euros. Il est vrai qu’il s’agit là d’un argument motivant. Suffisamment en tout cas pour que les associations cyclistes prennent l’initiative d’inviter les gouvernements à investir dans cette politique cycliste dans les plus bref délais. Leur souhait serait donc voir se développer un plan Marshall pour le vélo qui aurait des conséquences des plus rentables sur une économie actuellement très fragile.

Aujourd’hui, les avantages et les bénéfices qui ressortent de l’usage du vélo sont déjà très appréciables sur le plan économique, mais cela pourrait encore être mieux. La promotion de la pratique du vélo rapporte déjà gros.

>> A LIRE AUSSI : les bienfaits du cyclotourisme sur l’économie

Les chiffres du vélo en Belgique

En Wallonie, un euro investi dans le vélo rapporte entre 1,3 et 3 euros. Les chiffres sont encore plus encourageants à Bruxelles ou les gains peuvent s’élever à 5, voire 9 euros. Si des mesures sont prises pour améliorer la politique de la promotion du vélo, il est donc fort probable de voir ces chiffres grimper en flèche. Les prévisions laissent croire que les bénéfices pourraient atteindre les proportions allant de 4 à 19 euros.

Des calculs ont été effectués durant les études menées à Bruxelles et en Wallonie. Et les résultats sont très prometteurs. En effet 300 millions à 1 milliards d’euros par an pourraient être générés si chaque habitant procédait à un investissement annuel de 22 euros. En s’appuyant sur un modèle, celui des Pays-Bas où 24 euros par an sont déjà investis par habitant, les résultats pourraient être encore plus appréciables. Et en gardant 22 euros d’investissement par habitant, les bénéfices annuels calculés pour la région Bruxelloise en rapport avec le secteur du vélo seraient de 300 à 550 millions d’euros. Les bénéfices pourraient atteindre les 1 milliard d’euros en Wallonie.

Les autres secteurs d’activité à prendre en compte

De plus, il ne s’agit pas seulement de l’économie. Il ne faut pas non plus oublier le domaine de la santé, celui de l’environnement, de la mobilité et de l’emploi… et on en passe. Les avantages connus liés à la pratique du vélo sont nombreux. Mais si une telle opportunité se présente par rapport aux aspects économiques, il ne devrait pas y avoir de raison pour ne pas la saisir.

Bruxelles Mobilité affirme que, partant d’une logique simple, l’augmentation du nombre de cyclistes influe considérablement sur le volume des consommations liées au vélo. Plusieurs secteurs se développeraient donc en parallèle, à savoir le domaine de l’entretien ou encore le secteur de la vente d’accessoires liés au vélo. Les prévisions portent sur des chiffre qui pourraient atteindre les 120 millions d’euros d’ici 2020.

Il faut également prendre en compte que même si la mise en place d’une politique plus importante par rapport à la promotion et l’usage du vélo engendrerait des dépenses, celles-ci seraient vite compensées par les gains réalisés. Les avantages d’un Plan Marshall pour le vélo s’étendraient bien entendu à plusieurs autres secteurs d’activités. Les pouvoirs publics ne seront pas les seuls à en profiter. Chaque citoyen, les entreprises, les petits commerces locaux… tous pourront tirer avantage du développement de la pratique du vélo.

Voilà donc ce qui motive ces associations. Les raisons sont pertinentes et suffisantes pour les pousser à inviter les gouvernements à investir dans ce secteur. Il semblerait donc que le vélo soit le remède idéal à cette crise économique actuelle dont les victimes sont nombreuses.

>> A LIRE AUSSI : un plan national vélo enfin adopté

Source :

Partager

comparateur Antivol velo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


comparateur Antivol velo

Qualité de l'air