Brillez dans la nuit avec un vélo phosphorescent !

Publié par 
Virginie de Citycle,
le 
Accueil, On parle de vous, Professions cycle

Partager

Brillez dans la nuit avec un vélo phosphorescent !

Dévaler les routes en pleine nuit, avec un vélo lumineux, tel le chien de Baskerville, cela a un côté surnaturel et sans nul doute, un effet très personnalisé ! La peinture phosphorescente, ça en jette ! Cela existe, et ce n’est pas de la science-fiction, de nombreux cyclistes ont déjà franchi le pas !

Faisons un peu la lumière sur cette technologie :
Un cadre de vélo et des roues phosphorescents ne sont pas obtenus avec des adhésifs (des bandes existent et elles sont très efficaces) ou des pigments incorporés dans la matière du cadre (tant qu’on n’aura pas trouvé une matière transparente, cela restera impossible). Cette finition futuriste est possible avec l’application d’une peinture phosphorescente liquide, pulvérisée au pistolet ou à la bombe, sur la surface du cadre du vélo. Pour plus de détails sur ce type de produits, nous vous invitons à consulter le site de la société Arco Iris.

Le fonctionnement :
La peinture contient des cristaux microscopiques non radioactifs à base de terre rares (Strontium et Europium) capables de capter et stocker la lumière (comme des panneaux solaires) et de ré-émettre cette énergie emmagasinée sous forme de phosphorescence. Le phénomène est durable, autant sur le nombre d’heures après la phase d’excitation ou d’absorption de la lumière, qu’au niveau de la durée de vie de la peinture à long terme (estimée à plus de 100 ans…).

Pour un vélo phosphorescent réussi, les conditions sont :

  • Utiliser les couleurs naturelles existantes (le vert et le turquoise) et laisser les autres couleurs de côté car elles sont trop peu performantes.
  • Appliquer un apprêt blanc sur le cadre car l’effet de phosphorescence ne fonctionne pas sur autre chose que du blanc.
  • Charger / exposer les parties peintes du vélo phosphorescent à une lumière suffisante durant le jour. Si la lumière (blanche ou ultra violette) est assez puissante, alors 2 minutes suffisent pour recharger complètement la peinture.

velo roues phosphorescentes

Qu’est-ce qui se cache derrière la peinture phosphorescente pour vélo ?

Il ne faut pas confondre le revêtement d’un vélo phosphorescent avec l’effet réfléchissant d’une peinture à base de micro-billes qui n’émet pas mais renvoie la lumière, comme les bandes grises des gilets de sécurité ou les panneaux de signalisation. Il ne faut pas confondre non plus l’effet d’un vélo phosphorescent avec certaines vidéos ayant montré une peinture électroluminescente, fortement colorée et lumineuse, qui fonctionne avec un système complexe de couches conductrices en-dessous et au-dessus d’une couche contenant les pigments lumineux.

Ce projet est réalisable avec une peinture phosphorescente. Le procédé est relativement facile et accessible. La peinture est mise en œuvre selon une technique assez classique, avec un apprêt blanc, des couches de phosphorescence, puis un vernis, le tout réalisable avec un pistolet (pour ceux qui en sont équipés) ou avec une peinture phosphorescente en bombe.

L’efficacité de la peinture et les niveaux de phosphorescence

Le vélo montrera un niveau de phosphorescence variable, selon différents facteurs :
Tout d’abord, et c’est le plus important, le point principal est la quantité de couches de peinture phosphorescente appliquée. Il faut compter un minimum de 4 couches pour commencer à avoir une bonne classification.
Oui, l’intensité de la phosphorescence se classe sur une échelle de luminance, utilisée dans le domaine de la sécurité, allant de A à G (le plus haut étant G). Compter au moins 4 à 5 couches pour atteindre la classe D.

La visibilité du vélo phosphorescent

Ce n’est pas parce que l’on ne perçoit pas la phosphorescence, que cela ne brille pas ! Expliquons-nous et attardons-nous un peu sur ce point important qui pourra vous aider à faire ce choix décisif : entreprendre une peinture phosphorescente sur votre vélo ou pas ! Une peinture phosphorescente (mesurée en microcandela) ne peut pas être visible si la luminosité ambiante (mesurée en lux) est plus importante. Cela veut dire en gros qu’un vélo sera phosphorescent sur une route de campagne à minuit et ne sera pas du tout visible s’il est utilisé dans des rues fortement illuminées durant la nuit, ou de jour en plein soleil. Tout cela même si les pigments sont à l’œuvre dans leur réaction de phosphorescence continue.

peinture phosphorescente de jour sur vélo

Pour poursuivre cette lecture, nous vous proposons de parcourir cet article de France 3 régions qui aborde une autre méthode, déjà évoquée dans cet article, pour rendre son vélo phosphorescent, à savoir une bombe de peinture à base de micro-billes de verre. L’inconvénient majeur de cette peinture : à la différence de la peinture phosphorescente, elle disparaît à chaque nettoyage et doit donc être ré-appliquée régulièrement.

>> A LIRE AUSSI : La mode débridée des peintures à effet pour vélo

Article publi-rédactionnel

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


Qualité de l'air