Portrait : l’entrepreneur de Verdi Ingénierie convaincu par l’IKV

Publié par 
Jean-Baptiste Lasserre,
le 
Accueil, Indemnité kilométrique vélo, Interviews / portraits, On parle de vous

Partager

Portrait : l’entrepreneur de Verdi Ingénierie convaincu par l’IKV

Directeur Général de l’entreprise Verdi Ingénierie, Olivier Renaud est un convaincu du vélo. Ce chef d’entreprise a mis en place l’indemnité kilométrique à vélo (IKV) dans son entreprise au début de l’été.

Un patron multimodal dans une entreprise proche de l’environnement

Lorsqu’il prend la direction de la société Verdi Ingénierie il y a une dizaine d’année, Olivier habite à Montrouge, en proche banlieue parisienne. La ville est alors profondément perturbée par de gros travaux qui préparent l’arrivée du métro. C’est à ce moment qu’il opte pour le vélo, un choix pratique qui a transformé sa vie.

« J’ai complètement basculé pour tout, c’est à dire que j’ai acheté un vélo cargo pour amener mes enfants à l’école et un vélo pliant pour faire mes déplacements ».

Une décision qui lui fait gagner beaucoup de temps. Et dont les répercussions se font sentir sur sa santé et sa motivation.

La société qu’il dirige est implantée sur 27 sites en France. Et lorsqu’il se déplace dans l’une des antennes nationales de l’entreprise, c’est avec son vélo qu’il traverse la capitale et prend le train pour se rendre sur l’un des sites de l’entreprise.

Olivier Renaud, un entrepreneur qui a mis en place l' IKV
© Verdi Ingénierie

Société d’ingénierie et de conseil en aménagement, en bâtiment et en environnement, Verdi Ingénierie réalise notamment des études sur l’aménagement du territoire. Elle intervient par ailleurs sur une partie mobilité et sur des infrastructures de transport : tramway, routes mais aussi véloroutes. Et regroupe près d’une trentaine de métiers, d’écologue à environnementaliste. Une activité de base étroitement liée à l’environnement et à la mobilité.

Les salariés sont donc déjà très sensibilisés. Ils participent régulièrement à des événements qui incitent à utiliser des modes alternatifs pour se déplacer. Quand l’annonce de l’indemnité kilométrique vélo a été officialisée par le gouvernement, c’est donc de manière tout à fait naturelle qu’Olivier Renaud l’a mise en place dans son entreprise, dès qu’il l’a pu. « Dans la logique dans laquelle on est, si je ne l’avais pas fait, les ressources humaines l’auraient forcément proposé ».

L’indemnité kilométrique à vélo une mesure bénéfique

Les 375 salariés de l’entreprise peuvent donc désormais profiter de l’indemnité kilométrique à vélo. Au moment de sa mise en place, une très faible proportion de salariés venait à vélo. Entre 5 et 10% environ, et plutôt des personnes habitant à proximité. Mais à ce jour, une cinquante de salariés ont déjà demandé à pouvoir bénéficier de l’indemnité kilométrique à vélo.

>> A LIRE : Comment obtenir l’IKV auprès de son employeur ?

Olivier Renaud et ses équipes n’ont pour autant pas fait de projection, ni fixé d’objectif à atteindre.

« On va le mesurer. Mais je ne pense pas qu’on va aller jusqu’à mesurer si on a moins d’absentéisme parce qu’on a mis en place cette indemnité. Pour moi ça n’a pas tellement de sens. On met en place tout ce qui peut inciter les gens à mettre le pied sur un vélo. »

L’annonce de la mise en place de l’indemnité kilométrique à vélo auprès des salariés se fait dans une vidéo, dans laquelle le DG de l’entreprise arrive à vélo. « Tout le monde sait que je fais du vélo, j’arrive à droite à gauche dans les bureaux à vélo. Je pense que les gens se posaient même la question de savoir pourquoi nous n’avions pas déjà en place cette indemnité ».

De son expérience personnelle, Olivier sait que se déplacer à bicyclette permet d’être plus efficace. Il est même convaincu que le vélo permet de s’épanouir beaucoup mieux. De fait, les salariés qui iront travailler à vélo se sentiront mieux et selon lui, tout le monde en bénéficiera. De son avis, l’impact pour la société sera positif, car ceux qui font du vélo seront moins absents, et en meilleure forme.

La politique mobilité au sein de Verdi Ingénierie

L’entreprise est présente dans de nombreuses villes françaises, en centre-ville dans les plus grandes, comme Bordeaux, Lille ou Dijon. Mais certains sites sont situés dans des villes plus petites, où le vélo n’est pas encore rentré dans les habitudes. Et où les gens prennent encore beaucoup leurs voitures. Alors la société essaye de plus en plus de se rapprocher des gares pour les pôles les plus importants. Comme à Dol ou plus récemment à Saint-Étienne où elle vient de s’implanter. Une manière de favoriser l’intermodalité de ses salariés.

Verdi Ingénierie, indemnité kilométrique à vélo et vélo de fonction
© Verdi Ingénierie

Malgré la difficulté pour cette entreprise très explosée de mettre en place un plan global de mobilité, la volonté de politiques de déplacement ne s’arrête pas là. « On essaye de mettre des vélos d’entreprise à disposition. On commence à équiper un certain nombre de site pour qu’il y ait au moins un vélo à disposition si les salariés ont besoin de faire un court trajet ».

D’autant plus que de nombreux métiers nécessitent d’aller sur les chantiers, de se déplacer sur des longues distances et d’avoir un rayon d’action assez large. Une réflexion sur la voiture électrique est aussi menée depuis quelques années pour remplacer la flotte actuelle de véhicules. Mais elle se heurte à ces contraintes de disponibilité et de distance.

Soit. Mais Olivier Renaud est un convaincu, et il continuera à donner l’exemple au guidon de son vélo pliant.

Partager

comparateur Antivol velo
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


comparateur Antivol velo

Qualité de l'air