Europe : quelle place pour les vélos dans les trains ?

Publié par 
Jean-Baptiste Lasserre,
le 
Accueil, Cyclisme urbain, Intermodalité

Partager

Europe : quelle place pour les vélos dans les trains ?

Prendre le train avec son vélo à travers l’Europe n’est pas toujours évident. L’Union Européenne discute actuellement pour modifier le texte sur la réglementation des voyageurs. En limitant ou en favorisant la place du vélo dans les trains ?

Une intermodalité train-vélo de plus en plus difficile en Europe

Si vous êtes voyageur à vélo, vous l’avez sûrement déjà constaté. Il n’est pas toujours facile de trouver un train dans lequel on peut transporter simplement son vélo. En effet, il y a une certaine réticence des compagnies ferroviaires en Europe concernant le transport de bicyclettes. Quand on sait que les pays européens sont parmi les premières destinations cyclables au monde, la question de la place du vélo dans les trains en Europe parait inévitable.

>> A LIRE : Prix Eurovelo, la France destination de tourisme à vélo la plus appréciée d’Europe

La situation est pourtant laborieuse. Il y a de moins en moins de place pour les vélos dans les trains. Que ce soit en France ou sur les lignes internationales européennes, l’arrivée du TGV dans les années 80 et des lignes à grande vitesse a fait diminuer l’espace dédié aux bagages pour une question de rentabilité.

À bord du Thalys, qui relie la France à la Belgique, à l’Allemagne et aux Pays-Bas, l’espace vélo a été supprimé. Les bicyclettes sont uniquement acceptées démontées et rangées dans une housse, dans la limite des places disponibles. Dans le TGV Lyria qui assure la liaison entre la France et la Suisse, les conditions de transport sont tout aussi drastiques. En revanche, les vélos ne sont tout simplement pas acceptés dans l’ICE, le train à grande vitesse allemand. Dans ce contexte, il est difficile de voyager en train avec son vélo. Même une fois démontée, la bicyclette ne rentre pas toujours dans une housse homologuée.

Prendre le train avec son vélo, des signes positifs

Toutefois, quelques maigres efforts semblent être réalisés. Dans les TGV français, il est possible de réserver son emplacement vélo pour 10€, sans avoir besoin de plier ou démonter sa bicyclette. L’Eurostar, qui traverse la Manche, propose un service de transport de bagages volumineux permettant également de transporter son vélo sans le démonter pour une trentaine d’euros. En Allemagne, la nouvelle génération des trains ICE devrait offrir 8 emplacements vélo.

prendre le train avec son vélo en EuropeSur les lignes régionales et locales, prendre le train avec son vélo est un peu plus facile. Il est possible de suspendre son vélo dans l’espace prévu dans les TER français, dans la limite des places disponibles. Ainsi que dans les trains Intercités moyennant 10 euros. Certaines régions prennent également ce problème en compte. Dans les Pays de la Loire par exemple, des anciens trains postaux ont été rénovés pour assurer la circulation des vélos dès 2011. Le Train Vélo Loire permettait de transporter une quarantaine de vélos. Le « Jumbo Vélo » prendra sa relève à l’été 2018, permettant d’embarquer 50 vélos.

Mais le problème est loin d’être réglé. Aujourd’hui, comment se rendre sur les réputées véloroutes allemandes ou bataves ? Et comment permettre aux cyclotouristes étrangers de venir sur nos itinéraires français, récemment reconnus comme les plus appréciés en Europe ?

La place du vélo dans les trains : vers une évolution de la situation en Europe ?

L’Union Européenne discute en ce moment même pour faire évoluer le texte sur le « Règlement sur les droits et obligations des voyageurs ferroviaires » de 2007.

Cette version du texte, et notamment l’article 5 sur la réglementation concernant les vélos reste assez flou et peu contraignant :

Article 5
Bicyclettes
Les entreprises ferroviaires autorisent les voyageurs à emporter leur bicyclette dans le train, si elles sont faciles à manipuler, si cela ne porte pas préjudice au service ferroviaire spécifique et si le matériel roulant le permet, et moyennant un paiement éventuel.

La Commission européenne examine les évolutions à apporter au nouveau texte, que les associations cyclistes européennes jugent encore trop peu contraignant. Elles demandent une nette transformation du règlement pour favoriser et faciliter le transport de vélos dans les trains européens. Aussi, elles réclament notamment l’autorisation de pouvoir prendre le train avec son vélo non démonté, moyennant éventuellement un paiement raisonnable. Elles revendiquent également l’obligation de mettre en place des espaces réservés au transport de vélo dans tous les nouveaux trains et d’imposer un minimum de place vélo dans chaque train. Enfin, elles souhaitent plus d’information auprès des voyageurs sur les conditions de transport de son vélo.

Appel à la mobilisation : Comment agir de votre côté ?

Les associations de promotion du vélo en France se sont unies pour lancer un appel à la mobilisation publique en proposant à chacun d’interpeller les parlementaires européens par courriel ou sur les réseaux sociaux. Plus d’infos sur la page de Transcyclo-Europe.

Dans une France en pleine réforme ferroviaire, c’est le moment de prendre le train en marche. L’Union Européenne peut favoriser le transport des vélos dans les trains, et permettre aux cyclistes voyageurs ou du quotidien de faciliter leurs déplacements.

Sources :

Blog de Isabelle et le vélo
Gracq

Partager

comparateur Antivol velo

1 comment

  1. « Dans les TGV français, il est possible de réserver son emplacement vélo pour 10€, sans avoir besoin de plier ou démonter sa bicyclette. »
    Attention, c’est faux, il aurait fallu écrire « Dans certains TGV français », voire même « Dans quelques TGV français ».
    En effet, seuls les TGV comportant un pictogramme vélo (sur les sites de réservation et sur les brochures horaires) disposent d’un espace plus ou moins bien aménagé (parfois un petit local derrière la motrice avec des crochets pour 4 vélos, parfois un emplacement de 4 strapontins avec max 2 vélos autorisés, contre 4 avant) pour mettre quelques (très peu de) vélos non démontés.
    Beaucoup de TGV n’ont aucun espace pour les vélos, c’est le cas notamment des nombreux TGV duplex sur la ligne TGV méditerranée (Paris Lyon Marseille).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Newsletter cyclisme


comparateur Antivol velo

Qualité de l'air